Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Jeu 22 Nov - 20:40

Premier jour de "vrai" travail. Les quelques journées précédentes avaient été d'une facilité déconcertante. Mélusine n'avait eu qu'à glander toute la journée en faisant semblant de s’intéresser à ce qu'on lui disait. Elle n'était pas bête, elle n'avait pas vraiment besoin qu'on lui dicte ce qu'elle avait à faire. D'autant plus que tout ce qu'on lui indiquant semblait tomber sous le sens. Ainsi donc, sa mission du moment était de chercher un certain Antarès de Beauséant. Cela signifiait : courir partout pour le trouver, traverser l'académie de long en large puis en travers afin de mettre la main sur ce jeune homme. Antarès ? Cela lui rappelait quelque chose ... La jeune femme était en train de tourner sur une chaise roulante ; elle tournoyait tellement vite, sans faire attention qui plus est car elle était concentrée sur ses souvenirs, qu'elle finit par se renverser pathétiquement, se cognant à peu près partout où elle pouvait au passage. Une fois au sol, la brunette se mit à rire à gorge déployée entraînant un autre surveillant à entrer dans le bureau où elle se trouvait, histoire de voir si tout allait bien. Elle fit signe que oui, que tout était ok et se redressa. Son choc lui avait apporté la réponse à sa question. Elle avait connu un Antarès étant plus jeune, à l'école primaire. Il devait avoir trois ou quatre ans de moins qu'elle, mais c'était presque impossible qu'ils se retrouvent ici. Elle ne le reconnaîtrait sûrement pas tant elle s'était forcée à oublier l'époque où elle s'appelait Sacha. Il faudrait donc lui poser la question ouvertement ... Au fond d'elle, Mélusine priait pour que son passé ne resurgisse pas en ce jeune homme. Il lui faudrait alors quitter l'école, parce qu'elle savait pertinemment qu'elle ne pouvait pas cohabiter avec une vieille connaissance. Cela l'embêterait beaucoup, elle aimait bien cette atmosphère artistique qui émanait de l'académie. Elle pouvait côtoyer des futurs grands artistes aux talents très variés. Danseurs, dessinateurs, musiciens ... Beaucoup de choses que la jeune femme aimait. Bon. Revenons-en à la tâche qu'elle devait accomplir. Deux possibilités s'offraient à elle : soit elle demandait aux élèves s'ils connaissaient ce fameux Antarès, soit elle ouvrait le classeur contenant tous les emplois du temps de toutes les classes pour voir le cours qu'il suivait actuellement. Le premier choix permettrait à la brune de courir un peu partout, chose qu'elle adorait faire, le deuxième lui apporterait quelques dizaines de minutes de plus à dépenser inutilement. Am stram gram. Deuxième choix. Yeah, elle pourrait flâner dans l'enceinte de l'académie pour regarder les élèves faire leurs cours et intégrer ce que les profs leur diraient ! Il faut bien le dire : la raison de la présence de la voyageuse n'était pas seulement d'avoir un travail, mais aussi de s'instruire vis-à-vis des différentes formes d'art. Papier de convocation en main et skateboard dans l'autre, la grande carcasse musclée sortit des bureaux et traversa la cour à dos de roulettes. Direction la maison des Baroque, bâtiment où était censé se trouver Antarès.
Antarès était une étoile. Beaucoup, beaucoup, beaucoup plus grosse que le Soleil. Elle se situait dans la constellation du Scorpion et avait également comme surnom Alpha Scorpii. On en sait des choses grâce aux livres, surtout quand on est passionné par les étoiles. La sauvage n'eut pas le temps de développer d'avantage ses connaissances : en traversant la cour, elle aperçut un groupe de jeunes danseurs répétant leurs pas. Cela lui rappelait son bon vieux talent, mais elle ne lui avait pas consacré beaucoup de temps depuis son accident. A remédier. Entrée du bâtiment en approche ! La board retourna sous le bras de sa propriétaire aussi délicatement qu'elle l'avait quitté. Les couloirs et les marches déferlèrent sous les pieds de Mélusine. Arrivée devant la porte, elle déposa sa planche sur le sol à côté du mur, histoire de ne pas montrer au prof qu'elle était aussi immature que les élèves à faire n'importe quoi dans l'académie. Elle ne toqua pas tout de suite, ayant en premier objectif d'écouter le cours. Comme elle n'arrivait pas à entendre clairement ce que le prof disait, elle décida finalement de faire irruption dans la classe après avoir signalé son entrée par un "Toc Toc" digne d'un batteur pro. La porte s'ouvrit en grand et vivement, le silence se fit et les visages se tournèrent vers elle.

« Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je viens remettre une convocation. Paraît que c'est urgant. Antarès ? »

Les iris pâles de la fille des bois se posèrent furtivement sur tous les élèves de la classe, attendant celui qui se lèverait ou qui ferait signe. Allez Antarès, montre-lui qui tu es ...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Jeu 22 Nov - 21:12

Tout le monde se relayait dans la classe pour servir de modèle séance après séance, en cours de dessin. Parce que tout le monde était quelqu'un de serviable, et tout le monde savait que n'importe qui pouvait être intéressant à croquer, parce que chacun avait sa propre personnalité, ses particularités, et personne ne se ressemblait non plus physiquement. Par conséquent, il était beaucoup plus facile de s'entraîner à dessiner des visages et des carrures différentes lorsque le modèle changeait constamment, et ça rendait l'exercice d'autant plus intéressant. Et aujourd'hui, c'était au tour d'Antarès, qui en était à son second passage depuis le début de l'année. Ca ne le dérangeait pas de se faire dessiner, bien au contraire, mais par tant de personnes à la fois, des fois, il se sentait un peu dérangé, sans trop savoir pourquoi exactement. Peut-être que c'était le sentiment de se faire observer par tant d'yeux, d'être le sujet de (presque) toutes les attentions, alors qu'il préférait rester plutôt dans son coin, et encore ce n'était pas du nu, il avait encore ses vêtements. Dans tous les cas, il lui faudrait se faire violence, car ça durerait sûrement pendant toute la séance. Du moins c'était ce qu'il se disait, avant qu'il entende un vague bruit au dehors, ce qui capta un peu son attention pendant un instant. Peut-être des roulettes, mais pourquoi est-ce qu'il entendrait ça ? Quelqu'un faisait du skate dans les couloirs ?

La porte s'ouvrit, laissant apparaître une tête qu'il ne connaissait pas, et apparemment, il s'agissait d'une surveillante. Elle devait sûrement être nouvelle dans l'établissement, sinon, il l'aurait obligatoirement croisée à un moment ou à un autre auparavant. Mais ce qui l'intriguait le plus était sûrement le message qu'elle venait faire passer : elle avait une convocation urgente pour lui. Ce n'était pas dans ses habitudes de se faire convoquer, et en plus urgemment... Il lança un regard interrogateur au professeur, qui l'autorisa à se remettre à bouger.

"C'est moi. J'arrive", répondit-il sur le fameux ton extrêmement calme dont il faisait très facilement preuve en toutes circonstances, qui ne montrait pas toutes les questions qu'il pouvait se poser. En partant prendre ses affaires, il fit dans sa tête l'inventaire de tout ce qu'il avait pu faire dans la semaine qui précédait, et il ne se souvenait de rien d'inhabituel en particulier. Il n'avait pas spécialement enfreint le règlement (du moins pas la semaine dernière). Peut-être que c'était à propos de sa famille ? Il ne voyait pas ce que ça pourrait être d'autre, de toutes façons. Il mit son sac sur son épaule, jeta un dernier regard désolé à la classe (il leur faudrait trouver un nouveau modèle pour le reste de l'heure), et partit rejoindre la surveillante à la porte de la salle.

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Dim 25 Nov - 12:45

« C'est moi. J'arrive »

Bruit. Les oreilles du fennec. Voix calme, posée. Peut-être même trop d'ailleurs. Bien-sûr, Mélusine avait menti, rien dans la convocation n'était important. Cela dit, le jeune homme aurait dû s'inquiéter s'il avait été clean. Or, ce n'était pas le cas. Conclusion : il devait avoir quelque chose à se reprocher. Mais cela ne regardait en aucun cas la brunette. Mouvement. L'oeil du faucon. Passer de l'état de statue à celui d'être mouvant. Le jeune homme prit ses affaires, jeta un regard ... étrange à sa classe et arriva vers la jeune femme pour se placer à ses côtés. Digne d'un film. Bizarres, ces jeunes. Ou non : artistes, tout simplement. La surveillante ferma la porte derrière Antarès, ramassa son skateboard et se mit à marcher lentement dans les couloirs en direction des escaliers. Rien ne pressait. D'ailleurs, elle pouvait "gâcher" tellement de temps qu'elle décida de s'asseoir sur les marches plutôt que de continuer son chemin. Le gâchis est une notion humaine. Les autres animaux, eux, ne gâchent rien. Tout ce qu'ils font est utile, mais cela est lié à l'évolution. Ils agissent par instinct. Le propre de l'être humain est de faire des choses inutiles justement. Étrange bête que l'Homme. Sûrement la créature la plus horriblement monstrueuse imaginée et conçue par la Nature jusqu'ici. Mais enfin. Revenons-en à ce qui nous intéresse. Mélusine ne se retourna pas pour voir si le garçon l'avait suivie. Elle se contenta de balancer la vérité. Elle avait préféré attendre ce moment, c'est-à-dire d'être un peu éloignée de sa salle de cours, de peur que le jeune homme ne retourne en classe immédiatement et qu'elle n'aie pas le temps de lui poser la question fatale.

« Bon, en fait c'est pas urgent du tout, ça doit juste être une histoire de papiers, rien de plus. »

La sauvage lui tendit le papier de convocation. Il était coincé entre son index et son majeur. Enfin, elle le lui tendit ... Disons plutôt qu'elle ne se retourna toujours pas pour voir s'il était bel et bien derrière, mais elle plaça son bras dans son dos dans l'espoir qu'il le prenne. Peut-être qu'il en avait profité pour filer et qu'elle parlait toute seule, dans quel cas elle pouvait attendre longtemps dans cette position inconfortable. Elle s’imagina une fraction de seconde seule dans cet escalier, à bavasser comme une vieille folle. Ça aurait été "la honte". Mais qu'importe ? La honte est également une notion humaine complètement stupide, et Mélusine se fichait bien d'être la risée de tous. Elle avait des notions, des valeurs et des principes qui faisaient qu'elle était devenue insensible au regard que pouvaient porter les autres à son sujet. Elle expliqua le pourquoi du comment toujours sans regarder son interlocuteur en face ; interlocuteur dont elle espérait la présence.

« Mais je t'ai fait croire que c'était pressant parce que j'ai besoin de te demander quelque chose, et je sais pas quand je pourrai te remettre la main dessus. Alors comme tu étais là, j'en ai un peu profité ... Désolée. Vraiment, excuse-moi. Mais ce que j'ai à te demander est vital, tu comprends ? »

Bien-sûr, il ne pouvait pas comprendre. Personne ne le pouvait réellement. La question qu'elle s'apprêtait à lui poser n'avait de sens que pour elle. Un peu comme la rose n'a de sens que pour le Petit Prince. Mélusine se retourna enfin doucement, les yeux fermés et le visage agacé, dirigé vers le bas, comme si quelque chose lui faisait mal. Elle ouvrit ses paupières et ne vit que ses mains gigotantes qu'elle s'appliquait à ne pas quitter du regard. La question lui brûlait presque les lèvres.

« Quand tu étais petit, tu as vécu quelque part en Angleterre, comme par exemple ... Je sais pas moi, près de Manchester ? »

Elle leva enfin ses rondelles grises et tristes. Ses yeux étaient légèrement plus humides que d'habitude, mais ça, personne ne le savait. Car après tout, les escaliers ne cachent-ils pas des poussières qui aiment se loger dans les yeux de ceux qui s'y assoient ? La lumière baignait ses iris d'une façon douce et agréable, leur rendant une légère teinte violacée. Le passé ne disparaît jamais vraiment. Peu importe les moyens utilisés pour l'enfouir au fond de soi, il finit toujours par ressortir, à un moment ou à un autre. Ce moment était-il arrivé ? Tout dépendait de la réponse du jeune homme.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Dim 25 Nov - 19:17

La surveillante dont il ne connaissait toujours pas le prénom, peu importe comment il essayait de se rappeler (et encore, s'il l'avait déjà entendu un jour) l'amena d'un pas tranquille dans les escaliers, puis... S'assit là. Quoi ? La convocation était supposée être urgente, et en plus de ne pas se presser, elle s'asseyait en plein milieu du chemin, sans prévenir ? Elle n'avait pas l'air d'être fatiguée plus que ça, ni d'avoir mal quelque part, alors pourquoi est-ce qu'elle s'arrêtait ? Antarès se sentit légèrement frustré, et eut une grande envie de continuer le chemin tout seul, la laissant buller comme elle voulait. D'autant plus qu'il était horriblement inquiet, et il voulait, non, il devait savoir ce dont sa convocation était question, car on ne le convoquait en général pas. Et si ça concernait sa famille (seule option qu'il avait envisagée), il ne pouvait que s'imaginer quelque chose de grave - un décès ? Rien que cette idée lui nouait la gorge et mettait les larmes aux yeux sans même qu'il le veuille, et il préférait ne pas y penser. Non, franchement, ce n'était pas le moment de se laisser aller et de s'asseoir tranquillement, comme si de rien n'était.

Antarès n'eut même pas le temps d'ouvrir la bouche pour demander ce qu'il y avait, qu'elle lui annonça qu'en fait, ce n'était pas important. Oh. Sympathique. Il ne supportait pas qu'on lui mente, et surtout pas à propos de ce genre de choses. Elle lui tendit le papier, qu'il prit délicatement, malgré l'énervement qu'il ressentait au plus profond de lui. Il s'était inquiété pour rien, et il détestait s'inquiéter. Il se fichait de ses excuses, il se fichait que sa question soit pseudo-vitale, il se fichait du fait qu'elle ne le re-croiserait peut-être pas, et peu importe si elle avait des problèmes ou que sa vie ait été dure ou quoi que ce soit, ça ne justifiait en rien son comportement. Tsk. Les gens pouvaient être d'un égoïsme... Il n'en revenait pas. Mais naturellement, tout ce qu'il se disait, il ne le montrait pas à l'extérieur. Ca se passait dans sa tête, et seulement dans sa tête, pas sur son visage et encore moins dans ses yeux. Il scruta la surveillante en face de lui, qui avait l'air en piteux état, mais lui aussi était en piteux état avant qu'ils n'arrivent dans les escaliers.

"Je me fiche de ce qu'un Antarès autre que moi aurait éventuellement pu te faire à Manchester ou je ne sais où, que c'ait été dur ou non; je ne suis pas celui que tu cherches, et je n'ai pas envie que tu me refasses me faire un sang d'encre pour rien. "

Le fait qu'il serra son poing sur le bout de papier qu'elle lui avait tendu auparavant fut le seul signe extérieur de sa colère et de sa frustration. Il pouvait parfois faire preuve d'une certaine cruauté qui l'étonnait lui-même, lui qui pouvait se montrer si aimable. Il se remit à descendre les escaliers d'un pas un peu plus rapide que précédemment.

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Mar 27 Nov - 20:05

« Je me fiche de ce qu'un Antarès autre que moi aurait éventuellement pu te faire à Manchester ou je ne sais où, que c'ait été dur ou non ; je ne suis pas celui que tu cherches, et je n'ai pas envie que tu me refasses me faire un sang d'encre pour rien. »

Ce jeune était impressionnant. Il avait tout deviné en une seule question. Il avait décrypté Mélusine de A à Z, en une seule intervention de la jeune femme, rien qu'une. Tout simplement remarquable. La surveillante, quant à elle, ne savait rien de ce garçon. Rien ? A vrai dire, il y avait bien quelque chose qui n'avait pas échappé à la brunette. Premièrement, il était arrogant. Après tout, c'était elle l'adulte et lui le mioche, il se devait de la respecter et ça n'avait aucunement été le cas. Deuxièmement, ce calme si étonnant et ce "sang d'encre" qu'il s'était soi-disant fait n'avaient rien de normal. Tout cela l'amenait à penser qu'il avait vraiment du souci à se faire, et l'hypothèse de la culpabilité était criante aux yeux de la fille. Elle qui n'avait pas eu de contact avec les gens depuis plus de trois ans avait l'impression que cet Antarès là cachait bien des choses, et ces secrets semblaient aussi sordides que les humains. Peut-être était-ce innocent, mais les Hommes font tellement de mal, parfois sans même le vouloir, qu'en aucun cas elle aurait pu imaginer ce qui s'était réellement passé dans la tête du jeune homme. Elle n'avait pas pu envisager ne serait-ce qu'une seule micro seconde qu'il aurait pu s'inquiéter pour sa famille ou un ami, ces notions ayant disparu pour la sauvage. Elle n'avait plus de tout ça. Elle avait coupé les ponts avec tout le monde et les idées traduites par ces mots s'étaient effacées avec le temps. Elle ne savait plus ce que c'était. Aussi, sa réponse fut totalement logique avec ce qu'elle s'imaginait, avec les doutes qui s'étaient formés dans son esprit troublé et déshabitué à la présence de ses "semblables". Elle marmonna des paroles inaudibles. En effet, celles-ci étaient adressées à elle-même plus qu'au gars. A force de solitude on en vient à se parler tout seul car notre auto-présence finit par nous suffire.

« Ouais, mais c'est pas moi qui ait fait la connerie, be cool mec. »

Antarès la dépassa presque au même moment. Elle voulait se lever et l'attraper par le bras. Elle lui avait menti, c'était mal. Il devait être énervé, bien qu'ils ne se connaissent pas. Mais n'avait-il jamais menti lui aussi ? Était-il aussi pur et innocent que ce qu'il pensait lui-même ? Quand on en veut aux autres pour telle ou telle raison, c'est généralement qu'on croit valoir mieux qu'eux au sujet de la faute commise. Le mensonge n'a rien d'exceptionnel, bien au contraire. Qui n'a jamais menti, pas une seule fois dans sa vie ? Dur d'imaginer qu'un être humain soit aussi parfait. Mélusine hésita encore quelques secondes. Puis le doute ne fut plus permis. Elle le suivit. Les places avaient été inversées. On aurait pu croire qu'il était le surveillant qui conduisait l'élève dans un bureau, et qu'elle avait endossé le rôle de la gosse ayant quelque chose à se reprocher justement. On pouvait lire sur son visage qu'elle se sentait mal vis-à-vis de ce qui venait de se passer.

« Je peux faire quelque chose pour me rattraper au moins ? »

Ou bien monsieur était trop occupé à penser à son bien intérieur pour "pardonner" ? Cette pensée fut violente dans l'esprit de Mélusine, mais elle n'en sortit aucun mot. Elle essayait déjà de lui donner une seconde chance pour l'affront qu'il venait de lui lancer. Peut-être devait-elle arrêter d'être aussi tolérante envers les autres, car elle savait pertinemment qu'un jour cet aspect là de sa personnalité la perdrait.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Dim 2 Déc - 21:13

Antarès n'en avait peut-être pas l'air comme ça, mais ses oreilles habituées au silence signalaient à son cerveau n'importe quel type de bruit, dont les murmures qu'il n'était pas supposé entendre à la base. Mais comme il n'était pas une grande gueule, il préférait se taire et garder ça pour lui. Faire comme si il n'avait pas fait attention à son absurdité. De quelle connerie est-ce qu'elle parlait ? Est-ce qu'il avait quelque chose à se reprocher ? Pour la troisième fois de la journée, il refit l'inventaire de tous les endroits où il était allé dans la semaine, tout ce qu'il avait pu y faire, et rien ne lui revint. Ou est-ce qu'elle parlait d'autre chose, à savoir un truc qu'il aurait pu faire à l'instant, et qui l'aurait offensée ? Il repassa dans sa tête tout le petit bout de chemin qu'ils avaient terminé ensemble, et franchement, à part lui avoir répondu par plus d'une seule phrase (chose très rare avec lui, attention), il n'avait aucune idée de ce que ça pourrait être. Sans aucun doute, elle se faisait des idées fausses sur lui, et elle avait suivi un long raisonnement en se basant sur des choses qu'elles ne connaissait pas. Et elle en avait tiré la conclusion qu'Antarès était coupable de quelque chose. C'était ce qu'il en déduisait, mais il décida de ne pas partir plus loin que ça dans ses réflexions, car au fond, quelle importance : il n'était pas supposé avoir entendu.

Parce que maintenant qu'elle avait décidé de le suivre, elle parlait de se rattraper. Ah, elle se sentait coupable de quelque chose ? Plus ça allait, plus il avait du mal à la suivre : il y a quelques secondes à peine, elle le blâmait de s'énerver (bien qu'il ait fait énormément d'efforts pour garder son calme et ne pas paraître trop sec, quitte à avoir l'air hautain). Normalement, ils seraient quittes, n'est-ce pas ? Mais apparemment, non. Du moins, soit elle estimait que le fait de mentir était plus grave que répondre à ses "supérieurs" (si on peut appeler ce genre de rapports de forces ainsi), soit elle voulait paraître plus gentille qu'elle ne l'était en réalité, ce qui se ramènerait à de l'hypocrisie, vu la façon dont elle avait parlé de lui alors qu'il n'était pas censé écouter. Comme il avait du mal à se décider entre les deux possibilités, il n'en choisit aucune. Il n'avait pas envie de la juger, ou quoi que ce soit. Et alors qu'il aurait pu faire une sorte de monologue argumenté à son sujet, il se retint, comme il avait l'habitude de le faire.

"Rien. "

Qu'est-ce qu'elle pouvait faire, après tout ? Il n'avait aucune faveur à lui demander, et rien ne lui venait à l'esprit de toutes façons. Oh, quoique...

"Ou sinon, peut-être considérer que tu n'as pas forcément besoin de porter un masque. "

Ca lui semblait être quelque chose de primordial. Depuis la première fois qu'ils s'étaient vus à l'encadrement de la porte, elle lui avait menti, puis elle avait caché son mal-être alors qu'elle posait sa fameuse question primordiale, et enfin, elle avait parlé dans son dos, trahissant des pensées à son égard qui n'étaient pas spécialement flatteuses. Peut-être qu'il avait eu l'air arrogant avec elle une fois, mais elle n'avait pas arrêté de se comporter comme n'importe qui sauf elle-même. Et ce n'était pas un reproche qu'il lui faisait, mais il lui donnait bel et bien un conseil, qu'elle appliquerait si elle en avait envie.

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Mar 4 Déc - 19:53

« Rien. »

Tant mieux ! Mélusine n'avait pas spécialement envie de faire plaisir à ce jeune homme qui semblait tout à fait incorrect. De plus, avoir déjà des comptes à rendre à quelqu'un était plutôt mauvais signe. Surtout si cette personne vous est totalement inconnue et sur son terrain. Mais au fond d'elle, la jeune femme sentait qu'il n'était ni méchant, ni antipathique ou ni tout ce qu'elle avait pu ressentir à propos de lui. Il est des fois, on ne sait comment, mais on sent les choses. Cela s'appelle l'instinct, et la sauvageonne avait eu maintes occasion d'user de lui. Peut-être même plus que tous les européens réunis. Et c'est ce même instinct, cette force bestiale à l'origine de la survie, qui lui insufflait maintenant que cet homme n'était pas mauvais. Aussi, sa réponse l'arrangea bien plus qu'elle ne le laissa paraître, car cela pouvait peut-être signifier qu'il ne lui en voulait pas. Cas que Mélusine aurait souhaité. Elle ne voulait pas que son retour à l'état d'être humain à part entière ne se fasse dans de "mauvaises conditions", incluant le fait de s'attirer les foudres de quelque autre Homme.

« Ou sinon, peut-être considérer que tu n'as pas forcément besoin de porter un masque. »

« Sans mon masque tu risques d'être surpris, voire même d'avoir peur. Mais si tu y tiens tant, je veux bien l'ôter ... à condition que toi aussi, tu le fasses. Et ne viens pas me dire que tu n'en portes pas, on en a tous, sans
aucune exception. Ça me semble équitable comme proposition. »

La femme n'avait aucun compte à rendre à ce jeune, certes, mais qui était-il pour la juger ainsi ? Qui était-il pour se permettre de simplement croire et de balancer à voix haute ce qu'il pensait être la pure vérité, totalement absurde d'ailleurs, alors qu'il ignorait tout ? Qui s’imaginait-il être pour donner des leçons de morale ? Lui qui parlait de fausse identité, de se cacher derrière un déguisement alors que c'était lui l'humain dans l'histoire ! Avait-il déjà vécu dans une forêt, nu comme un ver pour ne correspondre à aucune norme en matière de marques ou de mode ? Avait-il déjà imaginé sa vie ailleurs que dans tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une maison ? L'idée d'une vie tout entière sans travail, sans argent et sans notion de temps lui avait-elle déjà ne serait-ce qu'effleuré l'esprit ? Aussi, Mélusine se le répétait en boucle toujours plus agressivement : qui était-il pour se permettre de penser qu'il valait mieux que la jeune femme ? Qu'il ne vienne plus lui parler de masque, lui qui avait joué depuis son enfance le jeu dépourvu de sens et complètement inutile des Hommes ! Elle bouillonnait de l'intérieur. Elle avait envie de tout lui cracher à la figure, de lui vomir ce qu'elle pensait de tout cela comme un individu trop bourré vomit ses tripes. Cette rage si violente qui s'était emparée de la brune se dissipa aussi vite qu'elle l'avait assaillie. Self control. She had to look like everybody. "Human".
Elle en revint à sa proposition. Ça ne semblait pas être un mauvais deal. Les choses pourraient être plus "à plat" entre les deux êtres si ce marché était conclu. Cependant, il fallait encore qu'Antarès accepte, et ce n'était pas gagné d'avance avec le caractère dont il avait fait preuve jusqu'à maintenant. Mais l'espoir d'une réponse positive ne s'évaporerait pas de Mélusine avant qu'elle n'ait obtenu le "Ok" final, et cela n'était aucunement lié à cette chose que l'on nomme "Dieu". Un sourire en coin apparut sur sa bouche. S'il disait non, c'était peut-être lié à l'un des aspects les plus présents chez l'être humain, à savoir l'absence de courage.

« Sauf si t'as pas les couilles de le faire, bien entendu. Alors ... deal ? »

Mélusine tendit la main à Antarès. Le choix n'appartenait qu'à lui.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Mer 5 Déc - 18:21

Antarès aurait été surpris si c'avait pu le surprendre, mais ce n'était pas le cas, avec l'ouverture d'esprit dont il était capable de faire preuve. C'était simple, il était du genre à s'attendre à tout et n'importe quoi, peu importe la personne, et tout ce qu'il faisait quand il "analysait" quelqu'un était formuler des hypothèses de ce qui pouvait éventuellement être le plus probable, sans laisser de côté les autres possibilités. Mais ce qui lui poserait le plus problème serait sûrement d'ôter le sien, de masque, sachant qu'il n'avait pas conscience d'en avoir un. Il n'avait tout bonnement jamais essayé de se cacher derrière un autre personnage que lui, et rares étaient les sous-entendus qu'il pouvait glisser dans ses paroles. Et si il se mettait à dire soudainement tout ce qui lui passait par la tête, c'était là qu'il se mettrait un masque : ce n'était simplement pas son genre. Pas du tout. Alors, il ne savait pas ce qu'elle entendait par retirer SON masque, enfin, il ne voyait surtout pas de quelle masque elle parlait, même s'il avait entendu le fait que d'après elle, tout le monde en portait forcément un.

Il s'arrêta de marcher, remarquant qu'une main avait apparu à côté de lui. Mais Antarès n'avait pas vraiment attendu qu'elle le mette au défi pour décider s'il allait ôter son soi-disant "masque" ou non. Il prit donc une grande inspiration et commença à faire ce qu'il avait jugé être le plus approprié : faire une rapide présentation de ce qu'il était.

"Je m'appelle Antarès de Beauséant et je viens d'une famille anciennement noble, qui n'a jamais manqué de rien et qui n'a jamais connu le manque, même si nous n'avons pas essayé de vivre autrement que n'importe qui. J'ai 19 ans, je suis donc plus vieux que la plupart des élèves ici, qui croient que je suis beaucoup plus mature qu'eux juste parce que j'ai passé la majorité. Je suis assez apprécié ici parce que j'ai une plutôt bonne écoute, mais pour les autres personnes, je suis juste classé dans la catégorie des homosexuels. Ces mêmes personnes ont également l'impression que parce que je viens d'une famille noble, je me sens obligatoirement concerné par leur prêchi-prêcha catholique et puritain qui me dit de faire attention parce que je risque d'aller en Enfer parce que j'aime les hommes, mais ce n'est absolument pas le cas car je suis un athée convaincu, pour la simple et bonne raison que je suis un minimum ce qu'il se passe dans la communauté scientifique. Bien que je ne sois pas très intéressé non plus par ce domaine, j'ai suivi une filière scientifique au lycée, parce que mes parents ainsi que ma famille voulaient faire de moi un avocat, ou un médecin, enfin, quelqu'un de renommé avec un gros salaire, jusqu'à ce que je leur avoue enfin au dernier moment que je voulais faire du dessin, parce que j'avais beaucoup trop honte pour leur en parler avant. Beaucoup de gens me prennent pour le jeune riche parfait, mais si je n'ai rien à me reprocher, c'est parce que je suis quelqu'un de beaucoup trop lâche pour faire les choses, tout ça parce que j'ai peur de décevoir les autres. Je suis passionné de tous ces gens qui ont assez de courage pour aller au bout de ce qu'ils veulent faire. Je pense que s'il y a un adjectif qui me correspondrait bien, ce serait celui de "tapette" que l'on m'a apparemment affublé quelques fois. "

Puis il reprit son chemin, écrasant inconsciemment et définitivement le bout de papier qui était resté dans sa main. Il n'avait jamais parlé pendant aussi longtemps de sa vie, et en particulier au sujet de lui-même. Ce flot de paroles lui avait retourné l'estomac, noué la gorge, chamboulé les pensées, secoué le coeur, mais naturellement, il n'en avait rien laissé paraître, il avait parlé sur un ton simplement calme et serein, celui sur lequel il s'exprimait quoi qu'il arrive. Il avait dû parler sur une autre voix une ou deux fois dans sa vie, sans plus.

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Mer 5 Déc - 22:19

« Je m'appelle Antarès de Beauséant et je viens d'une famille anciennement noble, qui n'a jamais manqué de rien et qui n'a jamais connu le manque, même si nous n'avons pas essayé de vivre autrement que n'importe qui. »

Mais, que faisait-il ? Mélusine lui avait demandé d'ôter son masque, pas de se cacher derrière d'autres étiquettes ! Avait-il seulement compris ce que la jeune femme attendait de lui ? Elle préférait attendre qu'il ait terminé, car visiblement ce n'était pas le cas, pour tirer des conclusions et voir s'il n'apporterait pas de lui-même la réponse.

« J'ai 19 ans, je suis donc plus vieux que la plupart des élèves ici, qui croient que je suis beaucoup plus mature qu'eux juste parce que j'ai passé la majorité. Je suis assez apprécié ici parce que j'ai une plutôt bonne écoute, mais pour les autres personnes, je suis juste classé dans la catégorie des homosexuels.Ces mêmes personnes ont également l'impression que parce que je viens d'une famille noble, je me sens obligatoirement concerné par leur prêchi-prêcha catholique et puritain qui me dit de faire attention parce que je risque d'aller en Enfer parce que j'aime les hommes, mais ce n'est absolument pas le cas car je suis un athée convaincu, pour la simple et bonne raison que je suis un minimum ce qu'il se passe dans la communauté scientifique. »

Voilà quelques détails intéressants. Ce jeune homme était non-croyant, c'est-à-dire qu'il n'avait besoin d'aucune présence psychique pour l'aider dans sa vie à avancer. De plus, aucune religion n'avait altéré sa perception du monde. Il aimait également les hommes. Ou du moins, il l'assumait. Preuve qu'il se fichait bien des préjugés et qu'il avait l'esprit un minimum ouvert. Vous savez, bien des hommes trouvent que l'image de deux homosexuels est choquante mais ça ne les dérange pas de fantasmer sur deux homosexuelles. Pathétique. Mélusine n'avait jamais réussi à comprendre cela. Elle se reconcentra sur Antarès.

« Bien que je ne sois pas très intéressé non plus par ce domaine, j'ai suivi une filière scientifique au lycée, parce que mes parents ainsi que ma famille voulaient faire de moi un avocat, ou un médecin, enfin, quelqu'un de renommé avec un gros salaire, jusqu'à ce que je leur avoue enfin au dernier moment que je voulais faire du dessin, parce que j'avais beaucoup trop honte pour leur en parler avant. »

Ha, la question de l'argent ! Il avait préféré privilégier ce qu'il aimait et qui l'intéressait plutôt qu'un avenir sûr, douillet et bourré de fric. Finalement, les deux n'étaient peut-être pas si différents que ça, après tout ... Sans compter qu'il venait clairement d'affirmer qu'il avait osé tenir tête à ses parents, ce que peu de gens arrivent réellement à faire, sûrement. Enfin, c'était ce que Mélusine pensait, mais elle n'en était pas certaine. Qu'importe. Pour elle il était toujours question de compromis entre parents et enfants, mais les jeunes n'avaient jamais le droit de décider pleinement, totalement et irrévocablement de ce qu'ils voulaient faire. Ils n'avaient des fois même pas le droit de dire ce qu'ils pensaient vraiment.

« Beaucoup de gens me prennent pour le jeune riche parfait, mais si je n'ai rien à me reprocher, c'est parce que je suis quelqu'un de beaucoup trop lâche pour faire les choses, tout ça parce que j'ai peur de décevoir les autres. Je suis passionné de tous ces gens qui ont assez de courage pour aller au bout de ce qu'ils veulent faire. Je pense que s'il y a un adjectif qui me correspondrait bien, ce serait celui de "tapette" que l'on m'a apparemment affublé quelques fois. »

Ce sont ces dernières paroles qui firent que le jeune homme prit une importance considérable aux yeux de la femme. Trop lâche pour faire les choses ? Là, il venait d'ôter une partie de son masque. C'était un bout de la réponse. Une pièce du puzzle. L'estime pour les gens courageux fut la seconde et l'étiquette qu'il attribuait à lui-même était la troisième. Antarès se remit à marcher. Que fuyait-il au juste ? Mais cette question était secondaire. Ce qui préoccupait le plus Lulu était ailleurs. Elle serra ses dents et hurla une réponse en laquelle elle croyait dur comme fer.

    « Tapette ? Comment oses-tu te traiter comme tel alors que tu as su faire tes propres choix en tournant le dos à ce que la société a tenté de t'imposer ?! Nan, là tu te gourres mon grand, tu vaux bien mieux que ça. »

Le ton qu'elle avait employé n'était ni doux, ni agréable, ni paisible. Elle était outrée qu'une personne manque autant de confiance en elle et se rabaisse ainsi. Les humains avaient pourri ce jeune à ce point pour qu'il en arrive à avoir aussi peu d'estime pour lui ? Était-ce seulement possible ou était-elle en train de rêver ? Il n'y avait décidément plus de limite à la méchanceté de ceux de sa race. Très bien, le garçon voulait qu'elle enlève son masque ? Il n'allait pas être déçu. Mélusine ôta sa veste et son T-shirt, ses chaussures et chaussettes, puis son pantalon. Elle aurait très bien pu enlever ses sous-vêtements aussi, mais cela risquait de vraiment effrayer Antarès. Laissant ses habits là, elle courut derrière le garçon, le contourna puis se planta devant lui en lui montrant son ventre. Ce dernier était marqué de long en large par une balafre horrible encore croûteuse et saignante, à moitié cachée par des cotons.

    « Je me suis faite attaquer par un ours, il y a quelques mois. J'étais en train de traquer et il m'est tombé dessus, comme ça. Qu'est-ce que je foutais là ? Je faisais ma vie dans les bois, comme un animal, comme une bête. Le problème tu vois, c'est que le masque que tu veux que j'enlève c'est celui de l'être humain. Je n'ai pas décidé de continuer à respirer pour vivre, mais pour survivre. Et ce déguisement ridicule de l'Homme, je peux pas l'ôter complètement. »

Elle aurait voulu lui dire que cette griffure ne lui avait jamais fait aussi mal que de devoir se supporter elle-même en tant qu'être le plus évolué et au sommet de la chaîne alimentaire. Elle aurait voulu lui dire qu'il n'y a rien de plus beau que l'Alaska, et qu'elle préférait y être plutôt que d'être coincée là à discuter au lieu d'agir et de prendre des risques, au lieu de mettre sa vie en danger. Elle aurait voulu dire tant et tant de choses ... Mais elle ne pouvait pas, parce qu'Antarès ne pourrait pas comprendre. Il n'avait même pas compris qu'elle attendait de lui qu'il hurle, qu'il rie, qu'il crie, qu'il pleure. Qu'il fasse tout cela au lieu de toujours employer le même ton dérangeant et monotone. Mais peut-être s'en doutait-il. Il était loin d'être stupide.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Jeu 6 Déc - 21:39

Puis il entendit la surveillante dont il n'avait toujours aucune idée du prénom hurler, comme si elle était toute seule dans le bâtiment et qu'Antarès était à des kilomètres d'elle, comme si ce n'était pas possible de communiquer autrement et que sinon, il ne comprendrait pas qu'elle était totalement révoltée de ce qu'il venait de lui dire. Il se crispa sur lui-même. C'était une sorte de second couteau dans le coeur qu'il recevait sans rien dire, silencieusement, comme il avait l'habitude de le faire parce qu'il ne pouvait pas être autrement. S'il essayait d'extérioriser un peu plus ses sentiments, il ne se reconnaîtrait plus, ce ne serait plus lui, alors il ne le faisait pas. Du moins, il pouvait le faire, si ce n'était plus possible de contenir tout ce qu'il ravalait. Et pour l'instant ce n'était pas tout à fait le cas, il restait un petit espace vide pour y mettre quelques futures rancoeurs, avant qu'il ne se mette à s'effondrer en larmes sans aucune raison apparente en plein milieu d'une action qui n'avait rien à voir avec la raison pour laquelle il se sentait mal.

Apparemment, elle trouvait qu'il valait mieux que ça. C'était qu'elle ne le connaissait pas très bien. Du moins, c'était ce qu'il pensait, parce qu'il avait toujours eu du mal à se reconnaître autrement que "tapette", et que ça lui avait semblé être le mot juste. Peut-être qu'il s'était affirmé vis à vis de sa famille, mais si cette dernière s'était vraiment opposée à son choix, cela ferait longtemps qu'il serait dans une prestigieuse école de médecine, ou quelque chose dans ce goût-là, parce qu'il n'aurait pas pris son avenir en main plus loin. S'il était là, dans cette Académie, c'était parce que ses parents étaient assez ouverts pour le laisser partir dans cette voie, autrement il serait resté dans sa filière scientifique. Rien que cette idée lui mettait la chair de poule. Rien que la pensée que si une seule personne s'était opposée contre son choix de faire du dessin, il aurait fini dans une voie qu'il détestait, le mettait mal à l'aise.

Alors qu'il se ressaisissait intérieurement, il découvrit une jeune femme en face de lui nue ou presque, lui montrant fièrement une cicatrice encore fraîche et lui expliquant comme une espèce de Viking sauvage qu'elle s'était faite ça dans les bois, et que c'était un ours qui l'avait attaquée alors qu'elle chassait. A vrai dire, et pour une fois dans sa vie, il ne s'attendait pas du tout à quelque chose comme ça. Elle, qui semblait si adaptée à l'hypocrisie humaine il y avait quelques minutes de cela, lui avouait en fait qu'elle avait vécu comme si elle était un animal, dans une forêt, sûrement très loin d'ici, de son plein gré. Pourquoi elle n'y était pas resté ? Ca, il n'en avait absolument aucune idée. Toujours était-il que même s'il était un peu surpris, il ne la jugea pas. Il s'était dit qu'elle avait sûrement ses raisons, et qu'elle pouvait faire tout ce qu'elle voulait de sa vie, elle qui avait eu assez de tripes pour aller jusqu'au bout de ce dont elle avait envie.

Antarès se rendit quand même compte que peut-être ils s'était mal compris. Alors qu'il lui avait simplement demandé de dire ce qu'elle pensait, elle avait un peu extrapolé sa demande jusqu'à l'extrême, pour se mettre totalement à nu et devenir ce qu'elle était vraiment, ou presque, selon elle : une sorte de fier animal sauvage. Et il se dit que peut-être elle s'attendait à ce qu'il fasse la même chose, et qu'il avait simplement un peu étalé sa vie et quelques facettes de sa personnalité. Cette idée de quiproquo le fit rire légèrement.

"Je ne peux pas enlever ce masque de l'Humain, comme tu dis. Déjà parce que ça n'en est pas un, je suis humain dans mon caractère, et parce que ça serait me rajouter un autre masque pour me faire passer pour ce que je ne suis pas. "

Néanmoins, il avait conscience de son point de vue, et il acceptait ce qu'elle était. Mais il ne savait pas vraiment si elle comprendrait qu'il comprenait, alors il passa derrière elle pour lui dégrafer calmement son soutien-gorge, et lui retirer la dernière couche de vêtement qui avait l'air de tant la coincer. Bien sûr qu'il n'y avait rien de sexuel, mais ai-je vraiment besoin de le préciser ? Tout ce qu'il faisait, c'était lui retirer complètement ce fameux ridicule masque Humain et la laisser être aussi animale qu'elle avait envie d'être.

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Lun 28 Jan - 20:20

« Je ne peux pas enlever ce masque de l'Humain, comme tu dis. Déjà parce que ça n'en est pas un, je suis humain dans mon caractère, et parce que ça serait me rajouter un autre masque pour me faire passer pour ce que je ne suis pas. »

Mélusine se sentit désolée. Pourquoi ? Elle aurait tellement voulu retrouver la civilisation calmement et sans blesser personne, mais elle savait bien qu'elle avait fait du mal à ce jeune homme. Elle n'était pas prête à côtoyer à nouveau ceux de sa misérable race. Elle ne le serait surement plus jamais, d'ailleurs. Elle ne le faisait pas exprès, d'être cruelle, mais pourtant elle ne pouvait s'empêcher d'enfoncer ses griffes tranchantes dans le coeur des gens. Elle ne voulait pas faire de mal. C'était la dernière chose au monde qu'elle désirait, car selon elle, seuls les Hommes ont le pouvoir de blesser. Et le fait d'avoir atteint Antarès lui rappelait qu'elle était humaine. Vulnérable, faible. Monstrueuse et égoïste. Il n'y a rien de plus horrible que de se rendre compte que vous êtes tout ce que vous détestez. L'homme vint se placer derrière elle pour lui dégrafer son soutien-gorge. En temps normal, elle aurait réagi sauvagement, mordu, griffé, couru. Mais les intentions d'Antarès étaient tout autres que celles qu'ont habituellement les gens qui en déshabillent d'autres. Mélusine comprit.
Grace à cette action elle se rendit compte que tous ne sont pas les mêmes. Il y a ceux qui, comme elle, ne font pas exprès. Ceux qui ne se posent même pas la question de savoir s'ils le sont, parce qu'ils ont trop de parasites dans la tête. Ceux qui ont été éduqués ainsi, et qui ne peuvent remettre en cause leurs croyances. Ceux-là généralement ignorent qu'ils peuvent être des gens bien. Et puis les autres, les plus détestables. Ceux qui préfèrent faire semblant de ne pas savoir alors qu'ils n'ignorent rien. Ceux qui vous rongent jusqu'à la moelle comme une vermine increvable dans le but d'obtenir tout ce qu'ils désirent sans rien avoir à faire, si ce n'est vous regarder moisir. Les pires pourritures que la jeune femme connaisse. Antarès ne faisait pas partie de ceux-là. Lui, il l'acceptait. Il essayait de comprendre, surement. Mais il ne jugeait pas. Et c'était là une grande qualité aux jeux de la fille. Elle regarda Antarès dans les yeux et se contenta de lui répondre ce qu'elle pensait vraiment de lui.
    « Je ne te hais point. »
Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle l'aimait, mais à travers ses mots, elle espérait qu'il ressentirait l'énorme gratitude qu'elle lui devait suite à son geste si libérateur. Antarès était humain, mais elle le lui pardonnait. Elle sourit, car elle était heureuse d'accorder enfin le pardon pour le pire crime dont elle ait pu accuser quelqu'un. Mélusine ramassa ses affaires et s'en alla.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cassiopeia Crydamoure
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 511
♣ Date d'inscription : 19/09/2012
♣ Age : 21
♣ Localisation : Dans mon thé.


MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   Dim 3 Fév - 14:42

Pas de réaction en particulier, pas de hurlement, pas de protestation comme il aurait pu s'y attendre si jamais elle ne comprenait pas ce qu'il faisait. Ce qui voulait dire, que du coup, elle comprenait, ce qui était une très bonne chose. Elle comprenait qu'il comprenait. Et il avait compris qu'elle comprenait qu'il comprenait. Et d'ailleurs, de toutes façons, il avait la preuve qu'elle comprenait : ce "je ne te hais point" si significatif, tiré du Cid, de Corneille. Dans la pièce, cette réplique signifiait que Chimène aimait Rodrigue mais ne voulait pas se l'avouer complètement, or dans cette situation elle signifiait tout autre chose. Elle ne voulait pas qu'Antarès se méprenne, ou qu'il comprenne qu'elle l'aimait d'amour ? Ca voulait simplement dire qu'elle l'appréciait. Et d'après ce qu'il avait compris, l'amener à apprécier quelqu'un n'était pas une chose très simple, étant donné qu'elle méprisait l'humain. Alors, elle l'acceptait, tout aussi humain qu'il était, par son simple geste ?

Bien sûr qu'il y avait une signification derrière ce fameux geste, bien évidemment, Antarès n'agissait jamais au hasard, ou tout du moins pas pour des choses aussi importantes. Mais il ne savait pas que cette action allait avoir autant d'impact sur son image vis-à-vis d'elle. Son sourire le remerciait. Quoi, elle n'avait jamais rencontré quelqu'un de ce genre auparavant ? Personne ne lui avait dit qu'il comprenait ce qu'elle était auparavant ? Ca l'étonnait. Il ne devait très certainement pas être le seul, il ne pouvait pas être le seul à essayer de comprendre un tant soit peu comment elle fonctionnait.

Elle avait dû être bien seule.

Antarès l'observa ramasser ses affaires et s'éloigner, sans autre forme de procès. Peut-être qu'ils se recroiseraient, peut-être qu'ils se connaîtront mieux. Il laissa s'échapper un vague sourire sur ses lèves, avant de repartir en direction de l'administration, là où il devait aller en premier lieu. Il avait perdu assez de temps comme ça.

-FIN-

___________
Even though you are strong, flying higher, running much faster
You are so strong, you weave yourself a flower crown
Why then do you look so sad now ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelast-rebel.deviantart.com/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I knew all the rules but the rules did not know me, guaranteed. || Fini.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EXTREME RULES 2016 ( carte & Résultats )
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» Extreme Rules 2011: résultats
» [UploadHero] Bending the Rules [DVDRiP]
» tywin ϟ why don't we break the rules already?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-