Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 6 Jan - 11:27

Pauline & Andrew
« Laisse-moi au moins fumer ma dernière cigarette »


Clope en bouche, assis au bord du lac gelé, les bras encerclant mes genoux, j'étais bien là. Et je l'attendais. J'attendais Pauline. Ma meilleure amie seulement, entre nous ce sera toujours de l'amitié exceptionnelle. De toute façon je ne pourrais pas avoir le courage de l'embrasser un jour, car les amis restent des amis, voyez-vous ?

Donc je tirais une autre bouffée de cigarette et je soufflais doucement pour faire sortir la fumée de mes poumons. On aurait pu croire que ce nuage gelait au contact de l'extérieur, mais sa couleur blanche dans l'air disparaît comme une goutte d'eau sur de la terre. C'est beau la nature, je l'ai toujours aimée. Je regardais le lac en souriant légèrement, passant mon index de la main droite sur le bord du patin. Qui n'a jamais rêvé de patiner sur de l'eau gelée, à l'extérieur ? Cette pensée m'arrache un nouveau sourire, et une envie de m'amuser encore plus forte que d'ordinaire. J'ai toujours aimé valser sur de la glace, où qu'elle soit.

Je tournais la tête à la recherche de mon amie, mais elle n'était toujours pas là. *J'espère qu'il ne lui ai rien arrivé, avec ce léger brouillard on ne sait jamais* pensais-je aussitôt. Alors je me levais, les deux paires de patin dans une main, car de l'autre je tenais ma clope. Quelle drogue ! Pourquoi me suis'je lancé dedans ? Mais bon, je la jette au sol et l'écrase de mon pied, laissant la dernière bouffée de fumer voler dans les airs devant mon visage. Elle déteste que je fume et déteste m'approcher quand je le fais, ce geste était donc utile. Lorsque je vois une silhouette au loin, je pose les chaussures de glace sur le sol et me précipite vers elle pour l'attraper, la soulever et lui faire un tour dans les airs avant qu'elle ne se repose sur le sol.

Après une demi-heure d'attente je me permettais au moins je faire ça. Et puis je lui avait caché ce que je comptais nous faire faire ici aujourd'hui. Je prenais ses mains glacées et les plaçais sous mes tee-shirts au niveau de la taille, attirant la blonde contre moi. Ouais, beaucoup de blondes dans ma vie.

-Et les gants alors ! Je n'arrête pas de te le dire ! rigolais-je en lui embrassant la joue.

Je lui souris et la regarde. Et dire que je n'ai emmené qu'une seule paire de gants... Tant pis, je les lui céderais donc. Si elle tombe malade, c'est ballot. En tout cas, j'attends sa remarque sur le fait que je pue la clope, mais rien à l'air de sortir de sa bouche toute souriante, du moins, je crois. Je lui frotte le dos. Je ne sais pas s'il est fait exprès d'à peine se couvrir pour venir se réfugier contre moi. C'est pas que ça me gêne, mais voilà, je ne serais pas toujours là pour elle. Mais avant de lui dire que nous allons patiner, je suis obligé de demander:

-Comment ça se fait que tu as autant de retard, ton copain te retenait ?


Dernière édition par Andrew Bloom le Lun 5 Aoû - 23:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 6 Jan - 15:46

Explications


« La véritable amitié ne gèle pas en hiver. »
Proverbe allemand

Je dévalais les escaliers de mon étage les personnes me croisant se plaquaient au mur et je sentais leurs regards sur moi alors que je bredouillais des " excuse-moi" un peu partout et que je poursuivais ma petite course. J'avais oublie... Comment j'avais pus oublier ? Je ne sais pas, j'avais honte. Surement parce que j'étais occupé. Oui très occupé. Tu parle ce n'est pas une excuse complètement nul. J'ouvrais la porte et filais plus lentement. Il faisait froid dehors mais je ne le sentais pas. J'avais enfiler une verte fourrée à l'intérieur et une écharpe laissant de coté écharpe et bonnet, je n'en avais pas besoin. J'espérais en tout cas et puis c'est bon je peux survivre. J'observais le paysage. Il faisait plus froid que d'habitude. Une bonne journée autour d'un chocolat chaud et d'une cheminé. Mais non, c'étais surement pas de l'avis de mon meilleur ami. Lui il préféré me donner rendez vous dehors au lac. En plus loin de l'académie. Comme si j'étais pas assez en retard.

Pourquoi tans de retard ? J'avais traîné, traîné au lit, pris mon temps pour déjeuner, pour me préparer. J'avais discuté avec des amies. Je me souvenais de ce rendez vous mais je ne voyais pas le temps passé. Je n'avais pas vu Seven aujourd'hui enfin pour le moment. Bien sur il trouvera un moyen je le connais. Mais pour l'intention je ne filais pas le voir. C'étais pour quelqu'un d'autre que je me dépêchais. Andrew, pour moi c'était plus qu'un simple ami, un meilleur ami qui préparer un truc. Et j'aurais bien voulu savoir quoi avant de venir. Je pris un raccourci sinon j'en avais encore pour des plombes. De petits nuages blancs s'élevaient chaque fois que je respirais. Le ciel n'était n'y bleu, n'y gris, un genre de gris clair ou le soleil avait disparu. Je m’arrêtais pour regarder le paysage. L'hiver, on était en plein dedans, pourtant j'en avais connu des plus rudes. Pleine d'énergie et de joie je reprenais ma marche tranquille.

Le lac était gelé du moins c'était l'impression que ça donner. Une ombre au loin ce rapprocha de moi en vitesse. Je le reconnais immédiatement. Il me soulève avant que j'ai pus dire un seul mot et me fais tourné dans les airs. Je me demande combien de temps j'ai de retard. Je n'avais pas spécialement froid aux mains mais pour lui si. Elles se retrouvent sous son tee-shirt. Ouais bon ba si il veut. Je ne lui fais pas la réflexion que vu l'odeur de clope dans l'air il devait être bien content que j'arrive pas tout de suite. C'étais ma condition, pas de cigarette en ma présence. Je déteste ça. N'empêche il respecte cette règle pour le moment.

-Et les gants alors ! Je n'arrête pas de te le dire !

J'ai pas froid aux doigts. Je lui souris me demandant toujours pour quel raison il ma demandait de venir ici. Il n'y a rien à faire...Enfin presque rien, je n'énumère pas ce qui me vient à l'idée parce qu'avec lui je sais qu'il en serait capable. Donc ce que je souhaite c'est que ce n'est pas le cas. Il me frotte le dos pour me réchauffer. La j'ai juste l'impression d'être un petit être pas capable d'avoir chaud, toute fragile et tous...Lui dire que j'ai pas froid ? Cela ne va pas tarder. Je le sent. Parce que j'aime pas trop qu'on croit que je suis en petit être tout fragile. Je soupir et un épais nuage blanc s'élève avant de disparaître avec les nuages.

-Comment ça se fait que tu as autant de retard, ton copain te retenait ?

Je redoutais cette question, comment lui dire : en faite j'avais pas oublier puis j'ai oublié. Compliqué à expliquer. Sans oublier que ma montre n'avait plus de pile...Au faite faudrait que je passe à la ville pour changer la pile. Avant que je rate encore quelque chose. Oh est puis zut ce n'est pas le moment d'y penser. Cela arrive à tout le monde d'être en retard, moi la première. J'ai toujours été à l'heure pour tout ce qui est cours mais pour les rendez vous en dehors un peu moins à l'heure voir carrément pas du tout.Bon fallait peut être répondre à sa question. J'enlever mes mains de derrière son dos et les fourré dans mes poches. Avant de le regarder dans les yeux.

-En parlant de mon copain, tu iras lui expliquais pourquoi a chaque fois que je le vois je sens la clope ? Et non ce n'est pas lui. J'ai un peu trop traîne pour venir. D'ailleurs pourquoi tu m'as demande de te rejoindre ici ?

La première phrase était surtout une genre de remontrance envers lui même si je sais qu'il n’arrêterait pas pour autant. Oui je ne savais toujours pas pourquoi et cela m’embêter. Bon en faite dans le fond j'étais plutôt presser de savoir ce qu'il allé faire. Je gardais mes mains dans mes poches et attendait toujours sa réponse ne le quittant pas des yeux.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 6 Jan - 21:41

Je la vois soupirer mais ne dis rien, pensant qu’elle doit être énervée ou quelque chose du genre. Ce n’est certes pas dans ses habitues mais je dois être soulant. Alors je la laisse mettre ses mains dans ses poches et je la lâche. J’avais envie de la garder contre moi plus longtemps mais ses paroles me faisaient grincer des dents :

-En parlant de mon copain, tu iras lui expliquais pourquoi à chaque fois que je le vois je sens la clope ? Et non ce n'est pas lui. J'ai un peu trop traîne pour venir. D'ailleurs pourquoi tu m'as demande de te rejoindre ici ?

Finalement, elle avait beau me fixer droit dans les yeux je n’avais rien à dire, rien à lui répondre pour une fois. D’habitude j’aurais ri de ses paroles, mais là, elle avait pris un ton à me glacer l’âme. Je pensais aussitôt qu’elle me détestait, mais si elle me détestait vraiment elle serait partie ou même jamais venue. Son copain l’incite donc à détester l’odeur de clope ? Quel salopard, qu’il la laisse tranquille. Mais je ne peux pas m’y opposé ni mal parler de son petit ami, sinon elle risque de râler et je risque de perdre sa confiance et son amitié. Je la regarderais donc en me mordant les doigts, en serrant les dents, alors non je refuse de m’y opposer.

Je sentais ses yeux me traverser, mais je continuais d’avancer avant de saisir les patins et de lui lancer froidement de s’approcher. Je déteste parler comme ça à Pauline, mais là, je ne supporte plus. Bref, il faut que je me calme, alors je lui tends les patins lorsqu’elle approche.

-Retire tes chaussures et enfile-ça. Je nous ai emmenés de quoi casser la croûte et une lampe torche au cas où nous partirions trop tard. Et j’ai aussi pris une autre paire de gants et une grosse polaire, juste au cas où.

Je lui souris légèrement et m’installe par terre pour retirer mes baskets (neuves) et les mettre à côté du sac, pour ensuite enfiler les patins à glace. Je me lève ensuite et la regarde enfiler les siens. On dirait qu’elle est tendue, mais pourquoi ? Ah oui c’est vrai, je lui ai parlé froidement… Merde. Eh bien tant pis, c’est fait, un point c’est tout. Je marche doucement vers elle et une fois qu’elle est prête, je la porte, un bras au niveau de ses épaules et un sous ses genoux. Je me dirige ensuite le lac et monte dessus, je vais au centre et la dépose doucement sur la glace, sans lui lâcher les mains. Elle a l’air de bien tenir en équilibre, donc ça va. Je regarde ses yeux verts, pensifs. Si elle savait ce qu’elle me rappelait… Mais ne vaut mieux même pas y penser, ce serait une torture pour mon crâne et je partirais en courant, patins dans les pieds ou non.

-J’ai prévu une partie de patinage, tu sais en faire ?

Je lui souris de nouveau, plus apaisé qu’auparavant. Nous ne pourrons plus en faire bientôt, et la patinoire est trop chère pour que nous y pénétrions pour nous amuser avec les autres. Puis-là ne sommes-nous pas bien ? Seuls, encore une fois. Dans un endroit calme en plus. Non je n’ai pas l’esprit pervers, j’ai juste besoin de passer des petits moments cools avec ma meilleure amie. Nous parlerons aussi, je lui demanderais de me poser des questions et je lui en poserais en retour. Elle ne sait pas grand-chose de mon passé, est-elle curieuse ? De toute façon ma vie n’était pas aussi passionnante que quand je suis arrivé ici. Surtout avec cette fille… Je crois que j’en suis tombé amoureux. Celle que je regardais chaque jour, au point de ne plus être présent quand mes amis me parlent. Cette blondinette à qui j’ai parlé au bar…

Je me sens rougir et je détourne les yeux, esquissant un sourire. Ouais, je suis tombé amoureux, j’en suis sûr maintenant. Et je pensais : *Pauline ne me demande pas à qui je pense s’il te plaît !*. Je ris tout seul avant de lui lâcher les mains, et de m’en aller tout doucement à reculons. Je patinais souvent quand j’étais jeune. On me prenait même en photo quand je faisais ma star, un peu comme maintenant quand je me mets à patiner et arriver derrière elle en l’attrapant par la taille. Je souris et lui dépose un baiser dans le cou, un baiser sans aucune signifiance et la retourne face à moi.

-Tu as déjà dansé sur la glace ?

Lui demandais-je sans me poser de questions, lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Sam 19 Jan - 20:05

Excuse moi


« Les rêves sont la nourriture des dieux. »
de Paul Ohl

Je regretter déjà mes paroles, elles avaient été comme une sorte de douche froid. Je m'en voulais car ce n'étais pas mon but. Je ne voulais pas le vexé n'y le mettre en colère. Je soutenais néanmoins son regard. J'avais peur de sa réaction. Lui me regardais toujours mais n'ouvrais pas la bouche. Je sais quand lui une sorte de bagarre est en train de ce produire. Je le vois lorsque ces poings se serre, je sens qu'il sert les dents pour ne pas dire ce qu'il pense...Pourtant je le voudrais, oui je voudrais qu'il me dise ce qui ne va pas. Que nous mettions les choses aux clairs et non qu'il recule. Mais je ne lui en veux pas, je ne peux pas lui en vouloir car même s'il m'annonçait quelque chose qui me fâcherais énormément il pourrait toujours avoir confiance en moi.

Il me parle, sa voix claque dans l'air comme un fouet, je sens qu'il n'est pas de bonne humeur. Normalement je n'aurais pas accepter qu'il me parle ainsi. Je ne supporte pas qu'on me donne des ordres comme si j'étais un chien. Oui je fais partis de ce qui écoute mais qui n'obéisse pas forcément. Alors que je m'avance vers lui il me tends une pair de patin à glace. Je le regarde d'abord avec étonnement avant de les prendre. Il est pas sérieux là ? Je vois le lac congeler dans notre dos. Pendant un instant j'évalue les possibilités en mettant ces patins disons que je ne suis pas très chaude pour les enfiler.

-Retire tes chaussures et enfile-ça. Je nous ai emmenés de quoi casser la croûte et une lampe torche au cas où nous partirions trop tard. Et j’ai aussi pris une autre paire de gants et une grosse polaire, juste au cas où.

J'enlever mes chaussure assez rapidement puis enfiler les patins avec un peu plus de mal. Je n'étais pas une grande patineuse, encore avec des rollers ça allait très bien mais je ne sais pas pourquoi le patinage était plus compliquer. Je n'avais pas froid. La précision sur le fais de la possession de gants et de polaire étaient inutile pour moi.Une fois à peut près prête il s'avança vers moi. Je lui souris, vraiment navré pour tout à l'heure. je n'aurais pas du vraiment. Il glisse ces mains sous moi et me porte comme si de rien n'étais. Son aisance sur la glace est la première chose que je remarque. Il me dépose au milieu, je me stabilise facilement : miracle !

-J’ai prévu une partie de patinage, tu sais en faire ?

Disons que je ne suis pas prête pour faire des trucs de grand spécialiste mais sinon oui je contrôle un peu quand même je ne suis pas non plus complètement nul. Je le vois prendre des couleurs au niveau des joues et c'est tellement soudain que je sais que ce n'est pas du au froid. Je ne lui pose pas de question sur les raisons. Enfin pas pour le moment car je pense à d'autres trucs. En faite je me remémore comment fonctionne des patins à glace. Sa fais peur sérieux. Je sens le contact de ces mains s'en allais. Pendant un instant je reste immobile, le regard loin devant n'osant pas bouger d'un pousse. Puis finalement j'avance un peu juste pour m'assurer que je n'ai pas complètement perdu la main.

Il revient quelques instants après derrière moi. Je sens de nouveau ces bras autour de moi. Ce simple baiser dans mon cou ne veux rien dire pour moi et je sais que pour lui non plus. Tout ce que j'espère c'est que personne ne nous a vu parce que ce qui pourrais paraître innofenssif pour nous peut être un bon ragot pour les autres. Je ne cherche pas à m'attarder sur les idioties des gens. De toute façon quoi qu'il arrive il trouve toujours un truc juteux même si ce n'est pas vrai. Il me fais tourner de manière à me retrouver devant lui.

-Tu as déjà dansé sur la glace ?

Je lui souris. Danser n'est pas vraiment le mot. Je dirais plus me ratatiner par terre, m'explosé le nez contre le sol en partant en avant. Tans de figure acrobatique lamentable ou je finissais à terre. Mais je ne préfère pas l’inquiétais il remarquera bien assez tôt que je ne suis pas extrêmement doué dans les sports sur glace. Je m'écarte de lui et lui prend la main . Hors de questions de me défiler. Je dois dire que les premiers pas ne sont pas fameux mais peu à peu je retrouve un certain équilibre. Je me retourne vers lui grand sourire, mettant un terme à ma réplique de tout à l'heure.

-Non jamais mais je pense pouvoir me débrouiller. Tu faisais du patin quand tu étais plus jeune ?

C'est vrai que vu l'habilité qu'il a, il a du avoir l'habitude dans faire, enfin un peu. Et puis je ne suis pas une pro. Je sais que tans que c'est mieux que moi je dis que c'est super. Je ne peux m'empêcher de regarder le sol un peu sceptique. Ce que j'espère secrètement c'est que la glace ne casse pas. Je n'ai pas envie de faire un plongeon aujourd'hui. N'y même demain d'ailleurs.

-Au faite petit chef tu nous as préparer quoi pour le repas ?

Je ne savais pas si il cuisinait, n'y même ce qu'il avait préparé tout ce que je savais c'est qu'il avait ramener de quoi manger. Volontairement j'avais mis sous silencieux mon portable. Il n'est que rarement allumé avec le son. Les appelles les plus important sont de toute façon ceux de Naia, d'Andrew, de Valentin et de Seven. Je plonge mes yeux gris pleins de joies dans ceux de mon meilleur ami attendant toujours des réponses à mes questions.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Mer 23 Jan - 13:32


Je l’observe esquisser un joli sourire et baisser la tête, jusqu’à ce qu’elle m’annonce que jamais elle n’en avait fait mais qu’elle pouvait se débrouiller. Elle me posa la question pour savoir si j’avais déjà fait du patin étant petit. Cette pensée m’arracha également un sourire et je hochais la tête positivement.

-Au fait petit chef tu nous as préparé quoi pour le repas ? lance-t-elle soudainement.

Je lâche un petit rire et recule légèrement. Je caresse doucement ses cheveux et lui prend les mains.


-Des sandwichs fait-maison. Aurais-tu déjà faim par hasard ?

Si c’était le cas j’en resterais pantois. Nous n’avons même pas encore pris le temps de nous amuser et elle a déjà faim ? Je ne pense pas. Elle doit peut-être pensé que j’ai acheté des trucs bien dégueulasses parce que je manquais de fric. Mais ce n’était pas le cas, j’ai acheté de bon produits pour faire des sandwichs, parce que cuisiner me manquait. Oui, on m’a appris à cuisiner et je n’ai pas eu le temps de mettre tout ça en œuvre depuis le départ.

Nos yeux se regardent et le silence règne. Je souris comme un bêta mais me reprend très vite et j’avance en la poussant doucement sans la lâcher. Elle devrait me faire confiance, et vice-versa entre meilleurs amis non ? Je l’espère. Parce que je m’écarte de nouveau et la fait tourner sur elle-même et la lâche, la regardant reprendre son équilibre. Je reste à ses côtés au cas où, si je la ramène estropiée ce serait ballot. Elle n’hésiterait pas à me balancer à son copain je pense. D’ailleurs je n’ai dû le voir que peu de fois, parce que je ne me souviens pas du tout de sa tête.

- Au fait, j’ai trouvé une fille qui me plaisait.

Je disais ça comme si tout était normal. De toute façon, je me comporte assez normalement auprès de Pauline, je crois. Peu importe ce que pensent les autres de nos rires qui résonnent pour rien ou d’autres choses assez stupéfiantes. Je la serre dans mes bras pour cacher mon rouge aux joues, mais elle le verra ou le sentira à mon avis. Elle devine facilement ce genre de chose.
Au final ça fait plus réunion pour causer d’une fille que de patiner… Il ne faut pas trop que j’aborde totalement ce sujet, pas maintenant du moins. Il se pourrait que la fille qui m’intéresse me rejette et j’exclurais de mon cerveau l’idée de l’approcher de nouveau, alors faisais les choses doucement.

Mais bref, je dessers un peu mon étreinte pour ne pas l’étouffer. Et mes fringues… Oh ouais ils sentent la clope… Merde. Elle va me râler dessus encore ? Je n’espère pas, je n’ai aucune envie que ça se passe de cette manière, je serais très bouleversé. Je ne dois pas lancé ma cervelle sur ce genre de pensées mais bon, je n’ai pas pu y échapper. Au point que je la lâche totalement en reculant un peu pour ne pas qu’elle sente trop cette odeur qu’elle déteste le plus au monde. Je ne réfléchis pas toujours en faisant ceci, je sais. Et penser à la cigarette me donne envie de fumer. Alors intérieurement je suis en mode « Pense à autre chose, oh un oiseau ! C’est bon les sandwichs ! Je ne suis pas français ? Ah bah non » vous voyez ? C’est dur. Très dur de dévier des pensées permanentes.

Je soupire même. Je perds l’équilibre et me retrouve le cul sur la glace. J’explose de rire pour rien et j’attrape ma blonde pour lui réserver le même sort, mais je la fais tomber sur mes genoux, je ne suis pas sadique tout de même ! C’est drôle. Y’a un truc qui me donne des frissons… Savoir que si j’étais tombé et si j’étais plus lourd la glace aurait pu se briser sous nos pieds. Non non non, je ne veux pas que ça arrive, ce n’est pas forcément agréable et je n’ai point de vêtements de rechange, ni elle. Prions pour que ça n’arrive pas s’ici la fin de la journée.

-Excuse-moi, je ne suis pas très doué !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 27 Jan - 0:40

Peur


-Des sandwichs fait-maison. Aurais-tu déjà faim par hasard ?

Il avait pris mes mains dans les siennes, je secouer négativement la tête, j'étais juste curieuse. C'est un crime maintenant la curiosité ? J'espère pas sinon je serais déjà puni plusieurs fois par la lois c'est moi qui vous le dis. J'ai juste envie de goutté a sa cuisine. Même si j'ai un peu peur d'être un genre de cobaye, déjà que je suis complètement contre les laboratoires qui utilise leurs produits sur les animaux. Désolé je m'égare du sujet. Je sens mon sang partir au car de tour. C'est toujours comme ça quand les sujets me touchent vraiment je me sent bouillir et c'est dur de restait zen. Idiot ? Oui je confirme. Il me sourit. Puis commence à me pousser sans me lâcher car je le sent toujours prêt de moi. Finalement il me fait tourner sur moi. Je lui fais confiance donc je ne panique pas, juste un peu lorsqu’il me lâche. Il me laisserait pas tomber ? J'espère. Bien sûr qu'il me laisserais pas tomber.

- Au fait, j’ai trouvé une fille qui me plaisait.

Il avait dis comme s'il m'avait dis: au faite j'ai discuté avec quelqu'un aujourd'hui. Je ne pus m’empêcher de sourire à cette comparaison. Il se planque le visage en me serrant contre lui. Je sais très bien pourquoi et je ne m'y attarderais pas, je sais aussi que pour le moment je ne dirais rien à propos de cette fille. Son silence a son sujet me fais comprendre que pour l'instant rien n'était complètement sur et je respecter son veux de silence. Il me relâche un peu, je ne fais plus de remarque sur la clope, je ne veux pas le vexée j'ai fais ma remarque je la ferais plus. Et puis je préfère sentir un peu la clope plutôt que de perdre son amitié. Il finit par totalement se reculer. Oui j'avais viser juste, c'était la cigarette. Je me mordais la lèvre inférieur. Navré d'être aussi ...Soyeuse ? J'en sais rien, surement.

Soudain il glisse et je ne peux m’empêcher d'avoir un grand sourire, j'ai du mal a me retenir de rigoler puis ne me fais plus prier quand lui même ce met à rire comme si de rien n'étais. Soudain je descends d'un étage et me retrouver sur ces genoux. Non mais je rêve il m'a fait tomber là ? Une autre idée vient traverser mon esprit beaucoup plus flippant. Je nous vois tout les deux retourner à l'académie tremper jusqu'aux os. Mauvaise idée oui. Ce taire ? Bonne idée.

-Excuse-moi, je ne suis pas très doué !

Je lui souris. avant de lui faire un câlin. M'en fou de puer la clope tans que je le perd pas, lui et les autre personne que j'aime. Si je plonge dans le sentimentale ça ne va pas le faire non plus. Je roule sur le coté. Et me redresse, avant de lui tendre ma main pour qu'a son tour il se relève. Même si je doute que j'ai les même facilité que lui de relever. Je suis pas très forte mais je me débrouille. S'il m'aide un peu je pourrais s'en doute m'en sortir.

-Allez lève toi tu vas chopé froid à rester par terre.

Je lui souris et le relève avec un peu de mal, je manque de moi même tomber de nouveau à la renverse. Ce qui ne serait vraiment pas cool. Et pour moi qui risquerait de me faire mal et pour lui parce qu'il devrait me relever. Je me stabilise tans bien que mal. Une fois un peu plus à l'aise sur les patins je glisse mes doigts entre les siens et l’entraîne au milieu de la glace. Pour une fois que c'est moi qui décide d’entraîner l'autre. Cela me rappelle des choses. Je ne sais pas pourquoi mais des évènements en la compagnie d'Andrew défile dans ma tête.


___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Mer 30 Jan - 15:49


Un sourire de sa part qui m’en arrache un autre. Cette fille est exceptionnelle.

-Allez lève toi tu vas choper froid à rester par terre, lance-t-elle.

Elle se relève et m’aide à me relever à mon tour mais chieur comme je suis et pour rigoler un peu je fais peser mon corps plus lourd en contracte les muscles en rigolant puis je relâche et me lève avec elle. Puis ses doigts s’entrelacent aux miens et elle m’entraîne vers le centre du lac, comme je l’avais fait tout à l’heure en la portant. Je ne lâche pas ce sourire amusé de mon visage. Elle me surprend bien des fois, comme maintenant ! Et puis parfois je l’entraîne, même souvent. Je me rappelle le bal de noël… Il est si proche à la vue de mon cœur mais si loin dans le temps. Je ne sais pas pourquoi mais je ne peux pas m’empêcher de sourire et de poser une main sur sa taille, l’autre restée fermement autour de la sienne, nos doigts se mêlant à ceux de l’autre. Et je me souviens d’une musique, je l’entraîne avec moi silencieusement pour danser, yeux dans les yeux. Je la fais tourner, je l’aide à tenir en équilibre, on s’amuse. Tout ça me remplit de joie. J’avais vraiment besoin de la voir en fait, je m’en rends compte maintenant. Et le fait qu’elle soit arrivée en retard sera compensé par le fait qu’elle restera un peu plus tard que prévu !

De minutes en minutes nous dansons, pas comme des pros mais assez bien pour se soutenir l’un l’autre et ne pas tomber. De minutes en minutes nos regards ne se lâchent pas. Ses yeux sont des perles rares. Je ne cesse de penser à tous les moments que nous avons passés ensemble. Et ça continuera encore longtemps, c’est obligé. Si on me force à me séparer de ma meilleure amie je serais très mal. Je ne pourrais plus vivre aussi heureux qu’en l’instant présent.

-Pauline…

Son prénom m’est sorti si vite de la bouche, dans un murmure, dans un seul souffle. Mes yeux disent le restent : « Je ne veux pas te perdre » et « je t’adore énormément ». Puis la danse s’achève et je la serre contre lui en la remerciant, mais je ne sais pas pourquoi. Mais je la lâche doucement, et le contact de ses mains dans les miennes se rompt. Je lui dit des choses totalement inutiles, mais je les dit quand même. Je me dirige vers l’herbe sans rien dire, la laissant là. Il y a de fortes chances qu’elle me suive de toute manière. Et si elle est perdue dans la brume elle m’appelle j’irais la chercher.

Je sens mes patins s’enfoncent un peu dans le sol ferme. Je les retire et m’approche de mon sac pour en sortir une couverture que je déplie et que j’étale sur le sol. Je m’assois dessus, les jambes pliées, les bras posés dessus en regardant le lac glacé. C’est magnifique. Une très belle journée que je n’oublierai certainement pas, je ne pourrais pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 3 Fév - 22:30

La danse


Je ne sais pas combien de temps nous restons comme ça, les yeux dans les yeux, dansant sur la glace pas comme des pros. Car n'y lui n'y moi de somme de la maison des cygnes. Moi Molière et lui Beethoven. Pas de rapport vraiment avec la danse. Nos yeux ne se quittaient plus. Cet instant durée une éternité. Je ne voulais plus le lâcher. Le perdre serais aussi insupportable que si je perdais mon frère ou mon copain. Car je tiens à lui. J'entends mon prénom dans un murmure. Ces yeux expriment la même chose que les mien. Soudain on arrête de bouger. Immobilisation sur la glace. Je le regarde dans les yeux et il me serre contre lui. Il finit par me lâcher et il glisse doucement vers le rivage. Pour ma part je patine un peu. Je respire l'air frais des alentours. Je cherche à me stabiliser plusieurs fois. Finalement je regagne en vitesse le rivage. Alors que je veux m’arrêtais je fais une chute magistral. Une fois le cul sur le sol, je gronde un instant avant de déclarer:

-Pourquoi j'ai l'impression que les chutes ne font que commencer.

Je me relève tans bien que mal, manquant une fois de plus de retomber. Le patinage qui avait remonté dans mon estime était à présent en chute libre. Je me relevais et retournais doucement vers la berge. Lorsque mes patins s'enfoncèrent dans la neige je ne peu m’empêcher de pousser un long soupir. Même si l’équilibre était instable je m’en moquais j’avais plus de chance de tomber sur la glace qu’une fois sur le sol. Je me laisse tomber sur la couverture lourdement, désolé pour les mauvaises manières mais je n’en peux plus. J’attrape mes chaussures qui traînent un peu plus loin et enlève mes patins pour enfiler vite fais mes chaussures. Dire que j’ai mal un peu partout c’est pas vraiment conseillé. Je décide de me reprendre et me redresse avant de me tourner vers Andrew un peu gêné.

-Qu’est ce qu’on fait ?

A vrai dire je n’avais aucune idée de l’heure qu’il était, juste que j’étais arrivé vraiment en retard, mais je me promettais de rattraper tout le temps que j’avais perdu. Je m’en voulais toujours pour ce qui m’était arrivé. J’avais complètement oublié, c’était intolérable. Je regardais mon meilleur ami et lui souris gentiment. Je me frottais un peu pour enlever la neige qui s’était posé un peu partout. Sur mon manteau, mon pantalon et je ne sais ou. J’observais le paysage, j’espérais qu’il n’allait pas encore neiger cela n’avait cessé depuis un moment et c’était quotidien de se réveiller le matin avec un tapis de neige plus ou moins épais même si c’est temps si c’était plutôt épais.



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Jeu 28 Fév - 9:38

Je ne prends même pas la peine de remettre mes chaussures. Quand mes pieds gèleront je les enfilerai, mais pas maintenant. Et j’avoue que j’ai un peu la flemme. J’observe autour de moi en silence, comme ça pendant plusieurs minutes. Puis je pose le menton sur mes genoux. Je ferme les yeux et je savoure le froid, cette journée, j’en profite à fond. Je suis tellement calme en ce moment que le fait que Pauline s’affale à côté de moi me fait sursauter et j’ouvre les yeux, me redressant pour tourner mes yeux vers elle. Là, elle me demande ce qu’on fait, ou plutôt ce qu’on va faire. Je hausse les épaules. J’ai envie de lui dire que peu importe ce qu’on fera je serais heureux.

Je la fixais me sourire, un sourire que je lui rends, et je l’observe toujours quand elle retire la neige qui se frotte sur ses vêtements. Il faut être aveugle pour ne pas voir que c’est une belle jeune femme. Il ne neigeait plus mes des flocons blancs décoraient sa chevelure d’or. Ses yeux d’un ton vert magnifique étaient plongés dans la brume en face d’elle. Je souhaitais la prendre dans mes bras plus que tout, mais au lieu de ça je passais ma main dans ses cheveux pour retirer la neige qui s’y était posée. Un sourire passe sur mes lèvres avant de repartir tout naturellement.

Là, je craque. Je me rapproche, passe mon bras autour de sa taille et l’approche de moi pour qu’elle pose sa tête sur mon épaule. J’espère que je ne sens pas trop la cigarette, c’est tout. Je dépose un baiser sur sa joue blanche et glacée et ensuite je regarde la brime disparaître lentement. En fait, je crois qu’elle ne disparait pas vraiment, il me semble que c’est moi qui suis en train de m’endormir ! Génial. Je grommelle, lâche ma meilleure amie et je vais enfiler mes baskets avant de revenir m’asseoir, ou plutôt m’allonger sur la couverture. Je fixe le ciel sans le voir.

-J’en sais rien. Je n’ai rien prévu en fait. Mais être avec toi me suffit.

Je soupire, ferme les yeux et laisse planer un silence. Son retard m’avait déjà assez brisé. Cinq ou dix minutes d’attente étaient suffisantes pour qu’elle se pointe d’habitude. Là elle était arrivée une demi-heure en retard. De quoi énerver plus d’un ours. Pourtant, j’arrivais à rester à peu près calme.

-Tu veux faire quoi ? Je lui lance sans ouvrir les yeux.

Je ne bouge pas, je me contente d’attendre encore comme je l’ai fait attendre pour le lui demander. Que dire ? La nostalgie me gagne-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Mer 20 Mar - 22:34

Pauline Hemson


« L'amitié, c'est la fidélité,
et si on me demandait qu’est-ce que la fidélité ?
Je répondrais c'est l'amitié ! »
Julio Iglesias


J'observe le brouillard quand je sent une main passé dans mes longs cheveux blonds. Je sais qui c'est à moins que mon meilleur ami ce soit volatiliser et qu'un "fou" s'éclate avec mes cheveux. Et puis ce geste est rassurant, apaisant pour moi alors je me détend. Le brouillard est épais et pourtant on arrive à discerné quelques formes quand on fait bien attention. Mais j'arrête de faire justement attention quand soudain je sent un bras autour de ma taille. On me déplace et je me retrouve a coté d'Andrew. Préciser que j'adore mon meilleur ami est inutile je suppose. Je m'en voulais toujours, encore et toujours de l'avoir fait poiroter aussi longtemps. Je ne savais pas comment me rattraper car il est vrai que c'était méchant, irresponsable et tout et tout. Je posais ma tête encore parsemé de flocon sur son épaule.

Et respire un grand coup. Je sent son odeur, bon d'accord d'abord c'est l'odeur de clope qui m'agresse mais je me suis promis de ne plus lui faire de remarque dessus. Bref ensuite je sent l'odeur de son parfum, incapable de l'identifié mais pourtant aussi familier que ces gestes. Des personnes nous voyant comme ça se poserais des questions mais comme au bal d'hiver, je m'en fou de l'avis des autres. Chacun sa vie et puis m*rde, voilà c'est dit. j'en ai marre d'être épié sans arrêt, qu'on regarde nos moindre gestes. Je me répète, je m'embrouille tout ce mélange. Je perds le nord, je ne comprend plus rien peut être même n'ai je jamais rien compris. Je divague devient folle. Ce que je dis, ce que je pense. Je ne trouve plus de signification. Je ferme les yeux une fraction de seconde pour immédiatement les rouvrir et m'écarter de son épaule. Son marmonnement m'ayant ramener à la réalité je me doutais bien qu'il allait bouger. Il enfile ces chaussures qu'il avait enlevé et s'allonge sur la couverture.

-J’en sais rien. Je n’ai rien prévu en fait. Mais être avec toi me suffit.

Moi aussi cela me suffisais, tans que je pouvais passer un bon moment avec lui. Bien sur je dis pas qu'à 22h je dirais la même chose parce que surement à ce moment je serais complètement congelé. J'observais le ciel moi aussi mais j'étais rester assise pour le moment. Il a fermé les yeux et soudain ce met à parler.

-Tu veux faire quoi ?

Heureusement qu'il na pas ouvert les yeux parce que je tire une tête de : répète un peu. Explique moi qu'elle est a différence entre :Tu veux faire quoi ? et Qu'est ce qu'on fait ? Si j'ai posé cette question c'est que justement je ne savais pas ce qu'on pouvait faire. Je soupir et m'allonge à mon tour sur la couverture. Mes yeux gris cherche désespérément le soleil à travers ce brouillard. Je soupir et m'installe confortablement, avoir regarder le ciel assise, la tête levé vers le ciel m'avait donner mal au coup. Je ne savais pas comment me positionnais pour ne pas avoir mal. Je me tourner un peu dans tout les sens histoire de trouver la bonne position, bien confortable.

-Il est quel heure ? Histoire de savoir combien de temps nous avons avant le repas...

J'étais rester allonger les yeux tournaient vers le ciel. J'avais un peu la flemme de me tourner vers mon meilleur ami alors que j'avais trouvé une position a peu près confortable. Alors hors de question de la perdre. Pendant que j'attendais sa réponse je me mis à réfléchir à n'importe quoi. Un peu comme d'habitude quoi mais cela me faisais du bien, j'oubliais mes problèmes, mes devoirs, les cours. Je respirais enfin: est ce cela qu'on appelé détendu ? Pour moi oui, enfin je trouve.

-Je suis vraiment navré pour mon retard Andrew, dis comment je peux me faire pardonner ?

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Mar 23 Avr - 8:28

J’ai toujours les yeux clos mais je sais qu’elle me regarde. Elle aurait sûrement préféré que je dise ce qu’on pouvait faire plutôt que de poser la question qu’elle venait de me poser. Je peux être tellement stupide parfois… C’est hallucinant ! Mais je n’ouvre pas les yeux, pas encore. Et au moment où je m’y attendais le moins elle m’a demandé l’heure. Et qu’est-ce que je lui réponds ? « Je n’en sais rien, mon portable est dans le sac ». Ouais, juste ça. Au pire, on s’en fout j’ai envie de dire. Je ne suis pas le genre de mec qui passe son temps à regarder l’heure, sérieusement. Je préfère profiter du temps qu’il me reste sans m’en préoccuper. Certes, il faudrait un peu de temps en temps, mais à quoi bon ?
Elle continue à poser une question. Elle veut savoir comment se faire pardonner pour son retard. Je lui jette un coup d’œil puis referme les yeux en soupirant doucement. Puis je réfléchis. Je n’ai franchement envie de rien. Que pourrait-elle faire de moi ? Je l’ignore. Je ne demande pas de services aux femmes. Non, les femmes n’ont pas à faire quoi que ce soit pour les hommes, alors je refuse de lui demander un service. Je me tais. Après tout, elle est là alors pourquoi je devrais lui demander quelque chose pour que je la pardonne ? Non, je me tais, je préfère le silence.

Au bout de quelques minutes ainsi, je rouvre les yeux et j’attrape d’un bras tendu le sac pour en sortir des sandwichs. Je les pose sur la couverture, dans des assiettes pour la propreté. Puis je lui présente mes fameux sandwichs. Jambon-beurre, aux crudités ou bien un sandwich végétarien. J’espère qu’elle aimera ceux que j’ai pris soin de faire avant de venir. Je soupire, pensant que je devais parler et parlais-je alors :

« Je t’ai déjà parlé de cette fille qui me plaisait ? Parce qu’il faut que je le fasse, je crois… Qu’en penses-tu ? »

Je souriais en disant cela, en m’imaginant le visage de ladite personne. Je frissonnais en pensant à cet ange… C’est peut-être une erreur d’en parler à Pauline, je ne sais pas. Mais c’est ma meilleure amie, et si je ne lui en parle pas elle le découvrira. Surtout si l’ange est tout près et que je la vois passer. Dans ce cas j’écouterais à peine ma poupée parce que je serais en train de songer à des histoires ridicules. Je m’imaginerai un monde meilleur, plus rose, le meilleur des mondes possibles. Finalement, je soupire, encore. Que vais-je lui dire sur cette fille dont je connais rien ? Il faut que je change de sujet de conversation. Je pense à voix haute : « Te souviens-tu de notre rencontre Pauline ? Moi oui. » et je souris. Et je me souviens du bal aussi. J’avais dansé avec elle et je l’avais emmené à l’écart pour parler. Ce n’était peut-être pas une bonne solution, mais ça m’a fait du bien de prendre l’air. De plus, je n’avais que faire de ce genre de fête.

Ça me rappelle le passé. A la maison. J’ai envie de pleurer quand j’en parle. Elle ne connait pas cette partie de moi, mais j’aimerais tant lui raconter la souffrance que j’avais éprouvée pendant tout ce temps. Il faut que je lui demande et c’est ce que je fais : « Tu voudrais entendre mon passé, pour en savoir plus sur moi ? ».

Je souris pour la rassurer, du moins j’espère que ça va marcher. J’ai besoin de parler, je pense qu’elle a compris avec toutes ces questions. Elle doit certainement cacher des questions au fond d’elle elle-aussi. Ce serait bien si elle m’en posait. Ça donnerait un peu de suspense dans mon histoire. Oui, je ferais des pauses pour tenter sa curiosité, ce semble être une bonne initiative, il faut que j’essaie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Lun 24 Juin - 20:49

Pauline Hemson
"Les souvenirs s'interprètent comme les rêves" De L.Langanesi 
Andrew semble revenir à la vie. Silencieux pendant quelques minutes, j’en avais profitais pour regarder le ciel, mes cheveux blancs s’étalant autour de moi. Je profitais du calme et de la tranquillité du moment. J’avais cherchée à faire de la conversation mais je me rendais maintenant compte que c’était tellement mieux le silence. Alors je me taisais, plus aucun mot ne sortais maintenant de ma bouche. Il bouge, je me relève doucement. Être allongé engourdi les membres, je m’étire tout simplement et observe les sandwichs avant de prendre un des deux au pif à vrai dire, car les deux on l’air très appétissant. Je croise les jambes et l’observe après l’avoir remercié pour le repas du midi qu’il c’est donné la peine de faire et qui à vraiment l’air succulent.
« Je t’ai déjà parlé de cette fille qui me plaisait ? Parce qu’il faut que je le fasse, je crois… Qu’en penses-tu ? »
Je me mets à réfléchir…Il me semble que peut être il m’en n’a parlé mais je n’en suis plus très sur, je préfère donc hausser les épaules. Désolé Andrew je ne me rappelle plus il me semble bien que oui mais je préfère me taire vu que je ne suis pas sur. Je sais que tu le prendrais pas mal mais c’est moi qui m’en veut car si tu m’en a parlais alors j’ai oublié le moment. Honte j’ai honte de cet oubli de ma part…Vraiment. Mais dis moi Andrew…Pourquoi ce doute dans tes yeux ? Je le vois car je déchiffre les sentiments…N’oublie pas que je suis comédienne, tu ne peux rien me caché car ma prof de théâtre nous entraine à voir ce que les autres ne voit pas.
« Te souviens-tu de notre rencontre Pauline ? Moi oui. » 
As-tu vraiment besoin que je te réponde ? Mon sourire, mes yeux heureux. Je me souviens très bien Andrew. A ce moment la on n’était juste des personnes qui c’était croisé avant. Tu m’as emmené danser, on a était dehors. Il y a eut les photos, la fille, les regards, mes amies…Tout oui je me souviens de tout. Comment oublier ce jour ? C’est tout simplement impossible. Ma réponse me parait tellement évidente pour moi et pour toi alors l’était-elle tout autant ? Tu ne cherche même pas à savoir ma réponse car déjà tu reprends sur ta lancé.
« Tu voudrais entendre mon passé, pour en savoir plus sur moi ? »
Cette question…Celle que j’avais au fond de moi mais que je n’ai jamais posé car je ne voulais pas t’embêtais, j t’apprécie comme tu es même si je ne connaissais pas ta jeunesse. Toi non plus tu ne connais pas tout de moi. Il y a des choses que je préfère éviter, d’autres qui ne me gênent pas. J’ai toujours vouloir savoir mais avec une certaine crainte aussi et maintenant c’est toi qui me la pose…Je suis heureuse…Mais ton air mélancolique me plomb le moral car si tu es prêt à en parler c’est bien qu’il doit y avoir une raison. Ai-je tort ? Je croque un bout de ton sandwich moment peut approprier peut être mais j’ai faim et il me donnait fort envie. Sublime vraiment. Je n’avais pas doutait un seul instant qu’il soit mauvais loin de là.  Je finis ma bouché, j’attends que tu sois prêt. Tu attends quelque chose de moi. Est-ce que c’est une question ? Alors oui je dois en avoir une mais peut-elle te lancer dans ta jeunesse ? Je ne veux pas te faire du mal…Pas de voir pleurer ou te refermer sur toi-même. Tu sais que je ne dirais jamais rien.
-Comment était ta jeunesse Andrew ? Quels ont était tes rencontres ? Tans de question que je voulais de poser et maintenant que tu veux en parler…Je veux juste t’écouté, tout simplement…
T’ai-je aidé ? Cela te rend-il service ce que je viens de te dire ou alors ont-ils eux l’effet inverse ces mots qui son sorti de ma bouche sans que je puisse vraiment les contrôler. Que comptes-tu me révéler ? La vérité tout entière ou alors certains passage seront censurés, effacés de ton récit.  Moi aussi j’aimerais te parlé…J’aimerais surtout te comprendre, toi qui est mon meilleur ami. En apprendre sur ta personne, les secrets que tu préfèreras garder pour toi ne me vexeront pas sache le. N’est-ce pas mon rôle que d’être toujours de ton côté ? N’est pas le rôle d’une amie ? D’une meilleure amie ? En partie, écouté, aidé, soutenir. Tans d’adjectif. Je garde mon sandwich à la main et j’attends. Attendre quoi ? Que tu me parle…Mes yeux gris te fixent pendant un instant mais ensuite il se tourne vers le paysage qui nous entoure pour me reporter vers toi. Personnellement je suis prête à tout entendre. A toi seulement de me dire si tu es prêt à ton tour… 

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Lun 24 Juin - 23:18

Et voilà, ce que j’attendais le plus était là. Ses questions. Elle ne m’en posa pas qu’une :

-Comment était ta jeunesse Andrew ? Quels ont était tes rencontres ? Tant de question que je voulais de poser et maintenant que tu veux en parler…Je veux juste t’écouter, tout simplement…

Enfin. Elle voulait m’entendre. Elle n’osait pas me poser la question et si elle l’avait fait je n’aurais pas répondu, j’aurais attendu le bon moment. Maintenant ce n’était pas le moment de flancher, je devais parler puisque tel était mon souhait. Je devais me confier à quelqu’un, et ma meilleure amie était celle qui pouvait le mieux me comprendre. Pourtant, pendant quelques minutes je baissais les yeux, croquant dans mon sandwich, faisant le tri dans mes pensées, dans mon histoire. Que devais-je dire ? Que devais-je épargner ? Rien, ou presque rien. Devais-je énoncer mon journal intime, ou m’attarder sur mes principes ? Je ne sais pas, mais je refuse de réfléchir plus longtemps. J’avale une autre bouchée du sandwich, je le repose dans l’assiette et m’allonge à côté de Pauline sur la couverture, bras derrière la tête,  regard  vers le ciel blanc. Et je commençais…

-Je suis Américain. Ma ville natale est Seattle. Ma mère avait exigé avoir des soins à domicile pour sa grossesse. Elle avait de quoi se payer bien plus qu’une maison de campagne mais elle refusait. Elle avait toujours détesté les petites villes comme celle-là avant de rencontrer papa… Elle aurait dû se marier avec un autre homme de même fortune mais elle était amoureuse de mon père. Maman était le genre de femme à respecter tout le monde, à se faire respecter. Et puis, je suis né. Oui, chez moi parce que ma mère refusait d’aller à l’hôpital qu’elle jugeait bien trop sale pour sa santé et la mienne. Elle craignait me perdre, elle avait failli…

Je faisais une pause dans mon récit, imaginant ce qu’on m’avait raconté. Des infirmiers incompétents qui avaient failli me tuer sans s’inquiéter. Mon frère qui avait quatre ans de plus que moi, donc quatre ans, observait, caché derrière la porte. Maman pleurait à cette idée. Ce devait être si dur… Mais il faut que je sois fort, il ne fut pas que je montre un signe de faiblesse dans la voix, face à Pauline.


-J’ai donc vécu là-bas, dans cette ville que je détestais par-dessus tout. J’ai été forcé de bien travailler à l’école, toujours habillé avec des vêtements de luxe que maman ramenait toutes les semaines de New-York où elle travaillait, dans une agence de publicité. A force d’être obéissant, toujours calme et gentil j’ai fini par me faire rejeter de tout le monde. Ils pensaient que j’étais trop con, parce que je n’arrivais pas à désobéir et avoir des mauvaises notes, on me détestait.

Je soupirais, là aussi me souvenant des détails. On m’appelait « petit Bourge », ou bien « le richou », et même encore plus cruel : « mauvais ange ». C’était   un garçon plus petit que moi qui menait sa troupe de perdants. Ou plutôt, « gagnants » comme il disait si bien. J’avais voulu le taper à mes sept ans, mais finissant puni pour une semaine et battu par mon père de temps à autre… J’avais compris que si je ne voulais plus avoir mal, il fallait que j’obéisse, toujours et encore. On m’a humilié en public à l’école. On m’a déshabillé devant tout le monde, même au parc, on a lancé des rumeurs sur moi. J’étais seul et presque sans amis, parce qu’ils me lâchaient tous au fur et à mesure. Je ne veux pas que ce scénario reprenne encore, ici, à l’académie…

-Et puis… A mes huit ans en soufflant les bougies devant toute ma famille, j’ai fait un vœu, celui de changer. Je ne croyais pas à toutes ces histoires irréelles, mais pourtant ça s’est produit : j’ai véritablement changé de comportement. Je ne me laissai plus faire, même quand j’ai eu une petite amie et qu’on avait voulu me l’enlever. C’était la seule personne qui pouvait s’approcher de moi sans que je sois froid et distant. Tous ceux qui m’embêtaient ne revenaient pas me voir deux fois. J’ai commencé à faire beaucoup de sport et à l’entrée au lycée cela avait bien payé, j’avais la musculature parfaite pour jouer dans un James Bond !

Je riais légèrement à ces derniers mots. James Bond, on m’appelait comme ça alors que James était le prénom de mon frère. Aujourd’hui, il a vingt-quatre ans et vit tranquillement sa vie en Australie sans nos parents sur le dos. Avec une petite fille et une femme, ils vivent heureux.

Je me mis soudain à penser à voix haute, yeux clos :

-J’ai toujours un peu envié mon frère. Il prenait des initiatives tout seul depuis longtemps, c’est un homme parfait. Il vit sa vie correctement. Je ne cache pas que pour moi ce sera toujours mon modèle, on ne me l’arrachera pas. On s’envoie des lettres là encore, pour communiquer puisque le téléphone vers l’étranger coûte bien cher d’ici. Il est en Australie maintenant… Moi, je vais sûrement rester sur ce continent et y trouver le bonheur, comme je l’ai trouvé à l’Académie de nos jours.
Je m’arrêtais, m’asseyait de nouveau et croquait un bon de mon sandwich, tout  en gardant cette fois le silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Mar 25 Juin - 21:25

Pauline Hemson
"-Papa, emmène-moi au zoo. -Ecoute, si le zoo veut de toi, il viendra te chercher." Jerry Lewis
Elle l’écoutait, sans réagir. Silencieuse, les yeux posaient sur lui et ne touchant pas à son sandwich pour ne par paraître impolie. Le monde dans lequel avait grandi Andrew était bien différent du sien. Américain, Française. Et d’autres choses qu’elle pourrait citer si elle le souhaité. Mais elle ne voulait pas car les différences avec lui importaient peu. Il fini son récit et croqua dans son sandwich ce qu’elle fit a son tour. Serait-elle amené à parler de son passé ? Elle n’en mourait pas d’envie et n’était pas prête à parler de certaines choses, elle le sera sans doute jamais en fait. Elle le repose dans son assiette et regard Andrew. Il ne lui a surement pas tout dit…Il en a le droit elle ne forcera jamais quelqu’un à parler s’il n’en a pas envie. Du moins ce n’est pas d’actualité. Elle ne peut s’empêcher à sourire à certaines remémorations du récit de son meilleur ami.
-Sans vouloir tu vexé, tu sais quand même que tout les James Bond sont irlandais… Des nouvelles de ta famille ? Où tu ne veux plus de contact avec eux…A part ton frère je veux dire.
Elle, elle ne parlé plus à ces parents, pourquoi donc ? L’un ne l’écoute pas trop obnubilé par l’imagine qu’elle dégage à travers son fils intelligent et l’autre et surement ivre avec des piqûres le bras qui ne disparaitront jamais. Elle a vécu seule avec lui pendant une bonne période et rien quand y repensant un frisson la traverse. Jamais plus elle ne veut y retourner. Elle a le regard dans le vide toujours quand elle pense a sa famille. Seul son autre frère lui manque dans le paquet qu’elle a laissait. Mais elle est bien mieux ici, avec Valentin qu’enfermé dans une chambre comme Stanislas. Il n’a jamais été très sportif. C’est fou comme deux jumeaux peuvent être si différents.

Quand elle pense a Valentin, elle voit plutôt le gars qui rentrer par moment blessé ou trainant avec ces potes. Elle ne lui dira jamais mais ils sont venus la voir lorsqu’il a disparu. Elle s’en rappellera toujours de ce soir là... Pendant la semaine qui suivi elle l’avait détesté, elle avait pensé à fuir à son tour. Tout abandonné. Mais finalement elle s’était calmée car elle se souvenait aussi des bons moments et qu’il était toujours la pour elle-même dans les pires moments. Quand elle pense à Stanislas c’est toujours assis derrière un bureau un livre ouvert mais qui des qu’il la voit relève la tête et abandonne ses leçons pour la prendre dans ces bras. Elle ne serait rien sans ces deux la. Ils lui ont appris des choses…Tans de connaissances qui lui ont servit, qui lui servent et qui lui serviront. Alors elle ne pourra jamais les oublier. Est-ce que son raisonnement sert à quelque chose. A ne pas fixer Andrew du regard. Quand il sera prêt il reparlera ou alors il ne dira plus rien sur son passé. Il y a des vides dans son récit, les comblera-t-il ou bien laissera-t-il se vide qui est déjà présent ? Lui seul peut décider. 

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Ven 28 Juin - 9:41

Je rigolais à sa remarque. Bien sûr que je savais que James Bond était irlandais. J’avais certes quelques interdictions de films, je me débrouillais pour en savoir d’avantage dessus, grâce à notre atroce connexion internet. La pluie incessante coupait souvent les réseaux, surtout chez moi. Mais je m’y étais habituée. Parce que je n’avais pas le choix, et pas le droit de sortir de la ville sans autorisation de mes parents. Le bal de fin d’année ? Oh je n’y avais pas été. Parce que j’étais déjà loin, déjà ici. Quand j’y repense, je m’imagine en train de danser avec une amie. Ça me rend un peu nostalgique, parce que j’aurais aimé le vivre. Mais non, la remise des diplômes, là aussi je l’avais manqué. On m’avait envoyé mon certificat, c’est tout. C’est si différent ici… Je me sens perdu là encore, même si ça fait quelques temps déjà que j’y suis. Avoir rencontré d’autres gens, d’autres pays est merveilleux. Oui, parce que je ne me serais jamais déplacé pour aller rencontrer des gens. Bien que je sois majeur, ma mère ne l’aurait jamais voulu.

-J’hésite à aller les voir cet été…

Je disais ça tout haut, parce que ça me torturait l’esprit. En hiver, déjà penser à l’été, et donc à la fin de l’année. Je ne quitterais pas le pays, pas le continent. C’est mon nouveau chez moi. J’y ai rencontré de vrais amis, pourquoi devrais-je tout quitter ? Je soupire. Je suis las de penser. Alors pourquoi je continue en fixant mon sandwich, sans répondre à la seconde question de Pauline ? Je suis en train de l’inquiéter, ce n’est pas la meilleure chose à faire, du tout. Alors je relève et les vers elle et je lui souris gentiment, d’un air rassurant.

Soudainement, en ayant marre de parler de cela je l’attrape pour la tirer dans mes bras en riant, et je dis :

-Peu importe si j’ai des nouvelles d’eux. Après tout ce n’est pas grave s’ils ne font aucuns efforts de me contacter et moi non plus. Je suis bien ici, à l’Académie. Alors ne t’inquiète pas pour ça.

Je lui souris, caresse ses cheveux. Est-ce que c’aurait été pareil si je n’avais pas été éduqué par la même famille ? Non. Je serais dans internat pour les petits insolents, peut-être même insolent. Ce ne serait pas une vie, parce que je n’aurais pas rencontré mes amis, ni ma meilleure amie que je tiens dans mes bras, m’allongeant sur la couverture et l’entraînant avec moi. Je fais le dur avec les inconnus, mais ils remarquent vite quel homme je suis. Prêt à défendre les siens coûte que coûte. Bien éduqué certes, mais qui peut aussi cogner. Pauline ne m’a jamais vu faire, heureusement, mais je l’ai fait dans l’enceinte même de cette académie. L’autre élève me cherchait en insultant Joe, mon pote qui était à côté de moi et riait des moqueries qui lui étaient balancées. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi i les laissait faire, mais j’en avais marre alors j’ai sauté sur l’abruti. Je lui avais fait comprendre qu’on n’insultait pas les gens, encore moins mes amis. Il a voulu me traiter de garde du corps de mon meilleur ami qui essayait de m’empêcher d’enchaîner les coups. Je soupire en y repensant. Je serais capable de faire pareil pour protéger Pauline, taper. Mais je l’éloignerais ce cette vue avant de le faire. Je sais combien ce serait embarrassant pour elle. Il faut que j’arrête, il faut que je résiste à l’envie de me défouler sur les gens qui font mal à mes potes, mais c’est dur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Dim 30 Juin - 21:07

Pauline Hemson

« Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie. » Jean-Philippe Blondel


-J’hésite à aller les voir cet été…

Elle l’observait. Pour elle, la question ne sep osait pas, elle prenait le plus de distance avec eux. A part son frère Stanislas qui lui parlait encore. Mais si elle allait les voir ce serait sans aucun doute avec son frère. Elle n’avait pas trop envie de les voir sans lui. Ce serait un peu mort, surement que son frère serait encore en train de bossé pour l’année d’après. Sa mère toujours dehors à vanter tout ce qu’elle pouvait sur son fils. Elle citait Pauline aussi…Mais jamais Valentin. Elle l’avait rayé de son vocabulaire. Mais peut être que si c’était la seule condition pour voir sa fille elle accepterait…Dans le fond Pauline pensait que sa mère se souvenait encore de son fils. Mais pour sur la comédienne ne remettrait pas les pieds chez son père à moins que se soit pour récupérer ses affaires et partir chez sa mère. Non c’était une mauvaise idée de les voir. Elle verrait bien comment les choses évolues voilà tout.

-Peu importe si j’ai des nouvelles d’eux. Après tout ce n’est pas grave s’ils ne font aucuns efforts de me contacter et moi non plus. Je suis bien ici, à l’Académie. Alors ne t’inquiète pas pour ça.

Elle avait juste eut le temps de poser son sandwich avant qu’il ne l’attrape. Elle le laissait faire, elle n’avait rien à dire pour le moment. Sauf qu’elle savait ce que c’était que de ne pas recevoir de nouvelle. Ils n’avaient pas était éduqué de la même manière, n’avait pas connu les mêmes personnes, n’avaient pas vécu au même endroit mais le résultat était le même. Ils étaient ici, à l’académie, sans nouvelles de leurs familles respectives. Mais maintenant il était meilleurs amis, durent de croire, elle se dit qu’il y a pleins choses qu’elle n’aurait pas vécu si elle n’était pas venu. Elle n’a jamais regrettait, et elle espère ne jamais avoir à le faire, a ressentir le regret…

-Tans que tu reste ici l’année prochaine… Tu peux faire ce que tu veux cet été.

Elle lui adressait un splendide sourire. Elle ne pensait pas à l’année prochaine, elle refuser d’y penser mais elle était bien obligé. Sa la gênait. Comme dans tout établissement scolaire même si ici c’est particulier. Des élèves partaient : soit ils se sentaient pas bien…Et ils en avaient le droit, soit ils avaient fini leurs études. Pauline appliqué sans problème le dicton : Vivre au jour le jour. Elle ne pensé jamais au lendemain, a ce qui pourrait ce passer. A part pour les leçons sinon rien, pas de lendemain avant de se lever le jour même. Drôle de fonctionnement : c’était pour elle un moyen d’oublier. Elle se remémora les questions que lui avait posé Andrew et le regarda dans les yeux. Elle n’oubliait jamais.

-Alors cette fille ? Tu la cite plusieurs fois sans rien me dire…Je peux avoir des détails, explications ?

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   Lun 5 Aoû - 23:25

Je souris, je ne peux pas cesser de la regarder quand je parle. C’est une perle cette fille, elle trouve toujours les bons mots pour m’aider. Et puis ce sourire éclatant, je ne peux pas m’empêcher de lui sourire à mon tour et caresser sa joue de mon pousse. Je lui embrasse le front avant de reporter mon attention sur le ciel. On le voit à peine. C’est dommage, j’aurais bien aimé rire sur les nuages avec elle. Mais on ne peut pas tout avoir, et pour l’instant c’est parfait, bien que ce soit l’hiver.

J’allais m’asseoir lorsqu’elle me demanda des détails. Mais pas sur n’importe quoi ! Elle aurait pu en demander pour savoir où j’ai acheté mes fringues, quel est mon genre de fille, la couleur de mes chaussettes, est-ce que j’ai un frère, pourquoi j’ai choisi d’avoir les cheveux comme ça, pourquoi c’est elle ma meilleure amie et pas une autre, qu’est-ce que je pense d’elle, ou bien un conseil sur sa tenue. Mais non, il a fallu qu’elle me demande des détails sur cette fille dont je lui parle toujours. J’esquisse un sourire, ferme les yeux et m’imagine son visage à cette fille si magnifique. Silhouette frêle, formes généreuses d’après ce que j’ai vu quand elle dansait, des yeux verts pétillants de vie. J’en frémis rien que d’y penser, et m’assoit pour manger encore un peu, n’arrivant pas à lâcher le sourire de mes lèvres. Puis, je dois commencer la description, commencer à parler de cette jolie blonde à Pauline.

« Une jeune femme… Magnifique. Pétillante de vie. Elle est chez les Cygnes, elle danse comme si elle avait ça dans le sang. »

Je le revois encore en train de bouger gracieusement sans se douter que je suis à la porte en train de la regarder. C’est souvent comme ça en vérité. Je pourrais rester des heures à la regarder tellement cette fille est belle. Je ne pouvais pas espérer mieux que ça. Il me reste juste à la rencontrer.

« Je ne vais pas te cacher que je l’épie lorsqu’elle danse. Je n’ose pas l’approcher, j’ai peur. Je ressens quelque chose de bon au fond de moi et je n’ai pas envie que ça s’arrête. Mais… Je crois que je ne tiendrais pas forcément le jour où je la regarderais droit dans les yeux. »

Je termine doucement mon sandwich, pensif. Au lycée à Seattle c’était différent, étrange. Jamais une fille ne m’avait autant attirée. Certes, je ne connais pas son âge mais je pense qu’elle a à peu près comme moi. Sauf que moi je suis majeur, elle j’en doute fort. Mais ce n’est pas un détail important. J’ai envie de savoir son nom, je veux savoir tout ce que je peux savoir d’elle au fil du temps, la découvrir. Suis-je vraiment en train d’avoir les yeux qui brillent à l’idée qu’une fille me plaise ? Oui, et pourtant, je n’arrive pas à ne pas y penser. Il faudrait que je redescende sur Terre, parce que je ne la connais pas, elle ignore peut-être même que je la surveille chaque fois qu’elle va dans les jardins, chaque fois que je fume une clope.

« Je suis un peu trop envoûté je crois ! »

Je rigole, faisant tout pour rester calme. Qu’est-ce que ma Poupée va penser de tout cela ? M’aider, peut-être si je lui demande mais je suis trop fier pour le lui demander. J’aime me débrouiller seul, c’est de l’autonomie, c’est sûr mais le jour où je serais vraiment perdu je viendrais lui demander des conseils. Je ne l’abandonnerai pas et je sais qu’elle non plus, je compte à ses yeux tout comme elle compte pour moi. On ne changera pas ça, on ne changera pas notre si belle amitié remplie de secrets.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les journées d'Hiver sont les meilleures [PV Pauline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ces journées sans toi sont comme un ciel sans étoile, vides. [Plume & Joji Baka][END]
» Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures ! |Mérope & Willa|
» Les Gris et la Baie - Les blagues les plus courtes sont les meilleures !
» [Décembre I+2] Par une froide journée d'hiver [PV Akil]
» Les imprévus sont souvent les choses les meilleures [PV Blaze Scott]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-