Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I ain't lost, just wandering. | Fauve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Fauve Evernight
Administratrice Sherlock ♣ Fauve, professeur de littérature.
♣ Messages : 370
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 16 Fév - 19:12

Depuis quand on se soucie de ce qui est mal ? Depuis qu’on a réalisé que c’était mal, mon cher. Non, plutôt depuis qu’on a réalisé que nous n’étions pas intouchables. Merci Aldébaran.
Fauve ne répondit pas, lançant sa proposition, qu’Ethan accepta naturellement. Il lui serra la main pour sceller le pacte, souriant lui aussi. Un mois, c’était pas grand-chose. Ils avaient passé des mois entiers à se croiser de loin sans jamais se parler, sans jamais chercher à se parler. Ils étaient bien capables de ça. Ce challenge n’était pas très difficile, en soi. C’était juste un prétexte pour se tenir. Pour résister à une tentation puérile d’enfant capricieux.
Lorsque Fauve voulut récupérer sa main, Ethan la retint et s’approcha subitement d’elle. Son cœur s’affola légèrement sous le coup de la surprise, alors que le jeune homme lançait d’un air malicieux :

-  Il faudra être sage, en attendant…

Il lâcha sa main, un sourire aux lèvres. Oh, ok. Il avait l’intention de pimenter le jeu ? Très bien. Elle allait lui en faire voir de toutes les couleurs. Elle allait le rendre fou. Elle allait lui faire regretter d’avoir voulu jouer avec elle. Le sourire de Fauve s’élargit. Ethan était un grand joueur, comme elle. Elle était absolument ravie de la tournure des évènements, elle qui pensait qu’elle allait s’ennuyer. Fauve jubilait.

- Cela va de soi, répondit-elle d’une voix à la fois décontractée et subtilement lascive.

Elle étendit ses jambes sur le tableau de bord, s’enfonçant un peu plus dans le siège, observant les gouttes de pluie s’écraser sur le pare-brise. La jeune femme fut prise d’un instant de doute en repensant à ses promesses de sagesse de tout à l’heure. Mais elle se rassura presque aussitôt en réalisant que c’était le jeu qui la faisait tenir. Sa dépravation était son garde-fou, aussi étrange que cela puisse paraître. C’était son canalisateur, son hobby, sa source d’amusement favorite, sa libération la plus aboutie. Mais elle était loin d’être revenue à son point de départ : elle avait désormais conscience qu’elle avait tendance à aller trop loin. Elle avait conscience qu’elle devait grandir, qu’elle devait se concentrer sur d’autres choses plus sérieuses, se montrer plus prudente, et plus stratège.
La présence d’Ethan à ses côtés était rassurante, quelque part. Parce qu’elle savait qu’ils étaient semblables, et qu’elle en savait désormais tellement sur lui, et lui sur elle, qu’ils étaient désormais liés par une étrange amitié contre laquelle ils étaient impuissants. C’était une chose que la jeune femme détestait d’un côté, parce qu’elle était un animal libre, et qu’elle refusait toute attache. Mais une part d’elle-même reconnaissait et acceptait l’existence de ce lien, parce qu’il était ténu, parce qu’il était discret, à la fois fragile et incassable, et surtout, il était aussi insaisissable que la jeune femme et le pianiste.

- On rentre ? demanda-t-elle en se tournant vers Ethan, un sourire songeur aux lèvres.

Elle se rappela que son pull trempé était à l’arrière, aussi se retourna-t-elle et, les genoux sur le siège, se pencha entre les deux sièges de l’avant afin de l’en extirper, sans se soucier du fait que sa peau effleure à plusieurs reprises celle du bras d’Ethan. En se redressant, elle approcha légèrement son visage du sien et ajouta avec malice :

- A moins que tu ne souhaites mettre davantage à l’épreuve ta très relative sagesse.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1534
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 30 Mar - 0:11

- On rentre ?

Fauve s’était retourné vers moi, un sourire aux lèvres. L’orage est en train de se calmer, et bien que la pluie s’écrase toujours contre les vitres, il semble que la route soit à nouveau plus ou moins praticable. J’admets que ma voiture ne doit plus tellement répondre à toutes les normes de sécurité. Peu importe. Elle n’en a plus pour longtemps de toute façon. Je ne pense même pas pouvoir la vendre. Tant pis. Je prendrais le train.
La jeune femme se retourne pour récupérer son pull encore mouillé qu’elle avait jeté sur la plage arrière un peu plus tôt. Lorsque nous étions encore plongés dans des souvenirs douloureux, et que l’on formait un beau duo de dépressifs torturés. Mais, comme d’habitude, le jeu s’était réinstaller entre nous, balayant les doutes et les promesses. Nous sommes retombés dedans avec tellement de facilité. La peau de son bras effleure la mienne à plusieurs reprises, et alors que je l’observe en train de se réinstaller sur son siège, son pull à la main, un sourire amusé plane sur mon visage.

A moins que je ne souhaite mettre davantage à l’épreuve ma très relative sagesse. Je ne peux retenir un éclat de rire. Ma très relative sagesse ? N’étais-ce pas elle qui m’avait embrassé brutalement sur la plage, le visage à moitié baigné de larmes et de pluie ? A moins qu’il n’est commencé à pleuvoir qu’après. Ce ne pas si important. Qui de nous deux avait craché sur ses promesses en premier ? Elle avait perdu le jeu avant même qu’il n’est commencé.

- Ma très relative sagesse ! Oserais-je te rappeler qui à embrasser l’autre il n’y a pas cinq minutes ?

Une lueur malicieuse danse dans mon regard, alors que je m’étais tourné vers elle. Nous sommes bien loin de notre état d’esprit desdites cinq minutes précédentes, à vrai dire. J’ignore si c’est mieux comme ça. Je m’approche d’elle, replaçant derrière son oreille une mèche de cheveux encore humide qui collait à son front. La tournure des événements est de plus en plus plaisante. Je rajoute :

- Mais je sais que tu ne peux pas me résister, alors je te pardonne.  

Encore et toujours cette prétention. Décidemment, Ethan, tu es irrécupérable. Mais c’est tout ce qui fait l’intérêt de ce jeu. Elle m’avait dit qu’elle n’avait jamais aimé, et qu’elle n’avait jamais été aimée. Elle semblait en souffrir peut-être. Ou du moins, elle était déçue. Je ne sais pas trop. Peut-être qu’elle regrette de ne pas avoir eu le droit à une enfance banale. Quelle vie mènerions-nous si ça avait été le cas ? Elle regrette, mais elle passe son temps à reconstruire cette façade derrière laquelle elle se protège de l’amour. Et peut-être que c’est aussi mon cas. Est-ce que l’on se prive nous-mêmes d’un amour que nous n’avons jamais reçu ? Se privant, se protégeant. Alors, elle se protège de quelque chose qu’elle ne connait pas. Peut-être que ça l’effraie. De se livrer, tout ça. Même moi. On a eu du mal à se dire ce que l’on s’est dit aujourd’hui. Et peut-être que nous n’aurions pas dû. Mais c’est trop tard. Qu’est-ce que cela a-t-il changé à notre relation ? Peut-être que l’on se fait confiance. Du moins, partiellement.

Je m’approche encore un peu plus près d’elle, amusé, provocant. Mettre à l’épreuve ma très relative sagesse. Nous ne sommes même pas quittes, alors nous ne pouvons pas jouer.

- Si tu me laisses t’embrasser, nous seront quittes. Alors, on pourra jouer.

Difficile d’adresser un sourire plus charmeur. Puis, mon regard se tourne vers son pull, qu'elle tient toujours entre ses mains. Je me tourne à mon tour pour attraper le sweat que j'avais laisser à l'arrière lorsque j'avais pris la voiture pour me rendre sur cette plage. Je le lui tend et déclare :

- Tu me fais de la peine avec ton truc trempé. Tiens.

Et je tourne la clé dans le contact, faisant vrombir le moteur.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fauve Evernight
Administratrice Sherlock ♣ Fauve, professeur de littérature.
♣ Messages : 370
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Jeu 3 Avr - 21:41

Fauve demeura immobile, se contentant de vivre la scène comme si elle en était simplement spectatrice. Le rappel du baiser sur la plage l’avait refroidie, la rappelant à la réalité précédente. Le chaos de son esprit n’était pas si loin derrière, au final. Quelque part, elle était reconnaissante à Ethan de le lui avoir rappelé au travers de cette insouciante réplique. Oui, elle l’avait embrassé. Mais pouvait-on réellement parler d’un baiser ? C’était un acte de violence, un acte de désespoir. Pas un baiser authentique et mesuré comme ceux auxquels la jeune femme était accoutumée.
Et l’arrogance d’Ethan qui revenait au grand galop. Il se cachait derrière. Chacun sa façade, après tout. Fauve ne releva même pas, parce qu’il n’y avait rien à relever. Elle savait le malaise qui se dissimulait derrière la prétention du pianiste. Le malaise de ce qu’ils s’étaient dit. Leur malaise. Peut-être que c’était ça, leur lien, au final. Peut-être que ce qu’ils avaient en commun et qui les attirait l’un vers l’autre, c’était ce désagrément constant, cette sensation de ne pas être à sa place, cette douleur sourde et subtile qui ne les quittait jamais. Peut-être.
Oui, Fauve était immobile, impassible. Davantage concentrée sur ses pensées que sur cette bouche qui se rapprochait de la sienne. Elle se réveilla tout de même, lorsqu’il lui proposa un marché, et répondit machinalement à son sourire charmeur. Alors qu’elle prenait son pull et qu’il allumait le moteur, elle rétorqua avec un sourire en coin :

- Permets-moi de te contredire, mais je ne considère pas ce qui s’est passé tout à l’heure comme un baiser, et ce n’est pas très fair-play de ta part de le voir comme tel dans la mesure où tu es extrêmement bien placé pour savoir que j’ai pour habitude d’embrasser mieux que ça…

Elle rejeta le pull du jeune homme à l’arrière et enfila le sien, réprimant un frisson au contact du tissu froid et humide. Il était hors de question qu’elle soit vue avec le pull du jeune homme à son retour à l’académie : on n’est jamais trop prudent, et justement elle avait tendance à ne pas l’être assez.

- Par conséquent, ton prétexte pour m’embrasser ne tient pas la route. Je te laisse deux options : soit tu décides de m’embrasser quand même, sans prétexte, soit tu trouves une raison valable de le faire, et dans ce cas-là c’est moi qui t’embrasses…

Fauve se trouvait bien généreuse, aujourd’hui…

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1534
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 27 Avr - 19:06

Fauve enfile son propre sweat trempé de pluie, tandis que le mien se retrouve balancé à l’arrière. Je suis ses gestes du regard, amusé. Etait-ce par simple prudence ? Peut-être craint-elle d’être surprise avec à l’académie. Cela peut s’expliquer par notre relatif manque de discrétion lors des dernières fois que nous nous sommes croisés. Pourtant, en ce moment, l’école est quasiment vide, pour ne pas dire totalement désertée. En effet, nous sommes dimanche. Un dimanche de fête des mères, qui plus est. Autant dire que tous les gentils élèves sont partis rejoindre leurs familles respectives. Les orphelins ne courent pas tellement les rues – ou plutôt, les couloirs -, surtout dans une école aussi réputée. Je crois d’ailleurs être le seul, même si le terme « orphelin » ne soit pas le plus approprié, bien que je considère avoir perdu mes deux parents. Je n’ai nulle part où aller si je quitte l’académie car personne ne m’attend où que ce soit, ce qui revient au même. Pour ce qui est des membres du personnel restés sur place, ils ne seront certainement pas levés avant une ou deux heures. On est jamais trop prudent, alors ?
A moins que ce ne soit pas pure fierté. La connaissant, ça ne m’étonnerai pas. Elle doit être ce genre de personne méprisant l’emprise que les hommes peuvent avoir sur les femmes, et à l’afficher. Une sorte de féministe révoltée contre les pratiques machistes ? Pourtant, je n’avais agis que par simple gentillesse. Peu importe.

- Par conséquent, ton prétexte pour m’embrasser ne tient pas la route. Je te laisse deux options : soit tu décides de m’embrasser quand même, sans prétexte, soit tu trouves une raison valable de le faire, et dans ce cas-là c’est moi qui t’embrasses…

Je laisse échapper un petit rire. Décidemment. Je me penche à mon tour entre les deux sièges avants pour récupérer mon sweat et l’enfile. Je ne porte rien d’autre en dessous, mais ça n’a pas d’importance. Autant éviter d’attraper froid, si ça ne dérange pas Fauve. Je réfléchis à sa proposition. N’étant pas réputé pour ma patience hors du commun, je ne vais certainement pas lui laisser le plaisir de m’embrasser la première, raison valable ou pas.
Je me tourne vers elle, le sourire aux lèvres.

- Voilà plutôt ma proposition, je dis. Soit tu me prouves que tu embrasses mieux que ça, soit je considère l’évènement sur la plage comme étant un baiser ; et à ce moment là, tu m’en dois un. Dans tous les cas, c’est moi qui t’embrasses.

Alliant le geste à la parole, je me penche vers elle, attrape son visage entre mes doigts et presse mes lèvres sur les siennes.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fauve Evernight
Administratrice Sherlock ♣ Fauve, professeur de littérature.
♣ Messages : 370
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 27 Avr - 20:05

Lorsqu’Ethan laissa s’échapper de ses lèvres ce petit rire amusé qui fit pétiller son regard vert, Fauve sut qu’il aurait quelque chose à répondre à ça. Bien entendu. Aucun des deux n’était du genre à accepter que l’autre ait le dernier mot, et ils en étaient autant conscients l’un que l’autre. Fauve observa donc le jeune homme récupérer le pull qu’elle venait de balancer, en attente. Elle jeta un œil furtif sur son corps à demi dénudé, les muscles délicieusement entretenus roulant sous sa peau au fil de ses gestes. Lorsque le tissu vint couvrir toute cette chair, ce fut comme un rideau tombant à la fin d’une pièce de théâtre.
Pourtant, le jeu ne faisait que commencer, et Ethan avait trouvé sa réponse au marché de la jeune femme. Elle l’écouta avec le plus grand intérêt comme s’il s’agissait de quelque chose de très sérieux, tout en lui rendant son sourire. Le saligaud, il était en train de la piéger. Elle aurait pu se vexer, pourtant cela l’amusa plus qu’autre chose, parce qu’elle se voyait tout à fait dire ces mots à la place du pianiste. Cependant, il y avait une faille dans sa répartie, et la jeune femme s’apprêtait à la pointer en répondant du tac au tac « tu sais que j’embrasse mieux que ça, je t’ai laissé des souvenirs impérissables et ton corps ne fait qu’en redemander».
Elle n’en eut pas le temps, puisqu’il emprisonna son visage de ses mains fraîches et l’embrassa fougueusement.
Quelle sensation étrange que de retrouver un contact dont le corps se souvient si bien, mais que l’on avait oublié dans la mêlée des souvenirs semblables.
Fauve ne se laissa pas intimider par ce tour de force injuste que venait de réaliser le jeune homme. Au point où ils en étaient, autant assumer. Il voulait qu’elle lui montre comment elle embrassait réellement ? Eh bien soit, il n’allait pas être déçu. La jeune femme poussa son assaillant par pur esprit de domination tout en répondant – avec une pointe de sauvagerie en plus – à son baiser. Elle glissa ses mains dans ses cheveux, les tira un peu, se pressa contre lui sans lui laisser l’occasion de reprendre son souffle, laissa sa langue prendre légèrement part au jeu, juste à peine, juste pour l’agacer un peu alors qu’il en demandait plus…
… Et, alors que le désir et l’étourdissement étaient à leur comble, Fauve émit un léger soupir subtilement saccadé et parfaitement contrôlé, avant de mordre sauvagement et d’une force on ne peut plus cruelle la lèvre inférieure de sa victime.
Elle le relâcha et retrouva tranquillement sa place sur le siège passager en se pourléchant les babines, les yeux brillants d’une petite flamme d’ivresse charnelle enfin retrouvée.

- Alors, satisfait ? interrogea-t-elle d’une voix angélique en se tournant vers le malheureux, tout en lui adressant son plus beau sourire carnassier.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1534
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 27 Avr - 20:53

Fauve me repousse un peu tout en répondant à mon baiser, glissant ses doigts dans mes cheveux, s’y agrippant presque. Il en fallait peu pour que le jeu et le désir revienne au grand galop entre nous, et ce n’était pas pour me déplaire. Le contact de sa bouche plaquée contre la mienne balaye tous nos doutes et nos promesses en un instant. Tout ce qu’on s’était promis d’arrêter de faire parce que c’était malsain. Et le pire, ce que l’on se rend compte que tout ça n’a pas autant d’importance. Parce que cette prise de risque nous fait vibrer. Parce qu’au fond, on ne pourra jamais se priver de ça. C’est notre liberté.
Je sens le corps souple et agile de Fauve se serrer contre moi, tandis que sa langue effleure fiévreusement mes lèvres. Mes mains descendent le long de sa taille, emprisonnant ses hanches. Je ne suis plus un élève, elle n’est plus une prof. On est juste deux êtres paumés qui se raccrochent peut-être l’un à l’autre comme un marin s’accroche à sa bouée, aujourd’hui parce que l’un n’a que l’autre pour le soutenir.

Elle soupire et mord sauvagement ma lèvre inférieure. Je n’ai pas le temps de gronder de douleur. A la fois surpris et blessé, j’esquisse un geste pour la repousser, mais déjà, elle me relâche et reprend sagement sa place sur son siège. J’humecte ma lèvre douloureuse, étant prêt à parier que cette bête sauvage m’a mordu jusqu’au sang. Elle se pourlèche les babines comme le ferait un félin qui s’apprête à dévorer sa proie.

Elle me sourit, me demandant si cette preuve me satisfaisait quand à son baiser. Je souris à mon tour et réplique :

- Je dois bien t’avouer que je suis un peu déçu. Tu n’es pas très gentille avec moi.

Je l’attrape par la taille, la soulève un peu et la dépose sur mes genoux, de manière à ce qu'elle soit totalement face à moi, à peine plus haute.

- Je peux t’apprendre à être plus douce.

Je lui adresse un grand sourire charmeur en laissant mes doigts caresser sa joue et redescendre le long de sa nuque.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fauve Evernight
Administratrice Sherlock ♣ Fauve, professeur de littérature.
♣ Messages : 370
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 27 Avr - 22:06

Il aurait pu se taire, trop occupé à ravaler sa douleur. Mais non, une fois encore, il voulait le dernier mot autant qu’elle. Aussi ses lèvres rougies par l’attaque qu’elles venaient de subir se mirent-elles en mouvement, légèrement étirées en un sourire authentique. Fauve en fut agréablement surprise ; certains auraient lâché l’affaire, blessés et trahis, mais non, le pire était qu’Ethan n’avait visiblement pas trouvé cela si désagréable. Ce qui contrastait un peu avec ses mots ; Fauve, pas gentille ? Evidemment. Elle n’était pas là pour être gentille, et il l’avait cherchée. Alors qu’elle répliquait par un rire sarcastique et démoniaque au trait d’humour du pianiste, celui-ci se saisit d’elle comme d’une poupée de chiffon, et elle se retrouva au-dessus de lui avant d’avoir eu le temps de protester. Elle cessa de rire, soutenant fièrement le regard d’Ethan, et se redressant un peu pour le dépasser davantage.

- Je peux t’apprendre à être plus douce.

Machinalement, Fauve eut un mouvement de recul alors que les doigts de ce pré-adulte inconscient venaient lui titiller le cou. Non elle ne s’amusait plus, tout à coup. Elle était de retour à la réalité, de retour aux promesses qu’elle s’était faite à peine plus tôt, de retour à son sentiment de méfiance. Ethan prenait trop ses aises et ça lui déplaisait fortement. Elle n’était pas à apprivoiser. Elle n’était pas là pour être douce. Ni gentille. Elle n’était même pas là pour le toucher, à la base.
Saisissant l’épaisse chevelure brune d’Ethan, elle approcha son visage du sien. L’amusement avait déserté ses yeux, qui n’étaient désormais qu’acier et glace. Une barrière entre son cœur et cet individu qui était allé trop loin.
Tirant un peu sur sa prise pour l’obliger à lever la tête, alors qu’elle venait encore de se redresser un peu plus, Fauve murmura contre ses lèvres en soutenant son regard :

- Je te déconseille d’essayer.

Méfie-toi, je risque de devenir méchante.
L’air était électrique, et cela n’avait rien à voir avec l’orage qui prenait fin. Fauve demeura immobile, le regard dur. Elle refoula les douloureuses bribes de souvenirs qui tentaient de se frayer un chemin devant ses yeux. Elle refusait d’entendre à nouveau ce qu’ils lui avaient dit, ce jour-là, alors qu’elle se débattait. Elle refusait de ressentir à nouveau ce qu’ils lui avaient fait subir. Plus jamais. Plus jamais elle ne permettrait à quiconque de tenter de la soumettre. Plus jamais elle ne baisserait sa garde.
Calme-toi. Ce n’est pas à lui d’en faire les frais.
Elle cligna des yeux, retenant son souffle. Non, ce n’était pas à Ethan de payer pour des crimes passés. Il n’était pas responsable. Il n’avait pas conscience de l’impact de ce qu’il venait de dire. Il voulait juste s’amuser. Il fallait qu’elle se calme.
Mais la jeune femme n’arrivait pas à s’auto-convaincre. Parce que c’était trop facile. C’était un raisonnement de faible. Elle ne pouvait plus se calmer, elle ne pouvait plus faire machine arrière. Trop de colère s’était accumulée en elle, elle n’était qu’une bombe à retardement. Elle ne pouvait plus refouler tout ça.
Coupant court à toute réflexion interne supplémentaire qui n’aurait fait qu’enliser davantage cette situation et aurait trahi inutilement le désarroi de la jeune femme, celle-ci libéra la tête d’Ethan et le força à retirer le pull qu’il avait enfilé cinq minutes plus tôt.
Voilà qui semblait plus juste.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1534
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Lun 28 Avr - 18:50

Tout à coup, l’expression de Fauve se durcit, son corps se braque. La lueur amusée qui brillait dans ses prunelles laisse place à une espèce de haine ou de colère parfaitement injustifiée. Elle me fusille presque du regard. Je fronce les sourcils, étonné par ce brusque changement d’attitude. Ses doigts se glissent à nouveau dans mes cheveux, et elle me force à relever la tête. Son visage s’approche, plus menaçant que jamais, ses deux yeux gris orageux plongés dans les miens. Elle me conseille d’éviter de lui apprendre la gentillesse. Plus déconcerté que réellement effrayer par sa tentative d’intimidation, je retire mes mains de son corps, les relevant au niveau de mon torse comme pour lui montrer que j’ai en aucun l’intention de lui faire du mal.

- Eh, on se calme, je dis tranquillement.

Elle s’était redressée au-dessus de moi en me parlant. Cette putain de domination commence vraiment à m’agacer. Comme si elle se sait trop faible pour pouvoir faire quoi que ce soit, elle se sent obligée de s’imposer. De faire croire qu’elle n’est finalement pas si démunie. Alors c’est ça, ta putain de façade ? Tu te crois protégée derrière cette attitude guerrière de femme battante ? Tu te crois forte juste parce que tu te trouves dix centimètres au-dessus de moi ?
Pourquoi faudrait-il forcément une hiérarchie, tout le temps, dans toutes les situations, même celle-ci ? Alors, ça ne pourra jamais fonctionner. Pas entre nous. Parce que l’un comme l’autre, s’il y a une possibilité de prendre l’avantage, on saisit sa chance. Aucun de nous deux ne veux être dominé par l’autre. Aucun de nous deux ne veux être le jouet de l’autre. Alors ce sera toujours ça, un conflit constant pour ne pas se laisser marcher dessus.
Et en ce moment, c’est moi, le jouet, dans toute cette histoire. Moi qui depuis le début, dois supporter toutes ses sautes d’humeurs, ses envies, ses désirs. Elle m’engueule parce que je fume, elle m’embrasse, elle fond en larmes, puis finalement rentre dans mon jeu. Elle s’amuse, elle prend du terrain. Et j’étais là. Juste là, à regarder la scène comme un spectateur au cirque. Et maintenant, elle me renvoie à la figure tous ce qu’on a fait de mal, toutes les promesses qu’on s’était faites à nous-mêmes, tout ce dont elle avait prit du plaisir à prendre part. Mais c’est ma faute, évidemment. Et je suis seulement là parce que je suis le seul à pouvoir l’occuper aujourd’hui, la petite princesse. Et moi ? Je suis assez grand pour prendre mes décisions tout seul.
Trouve-toi un autre pantin, Fauve.
Et là, la colère monte, sans raison ; pour pleins de raisons. Parce qu’il y a cette fille, cette pluie, et nos passés qui s’entremêlent. Parce qu’on est dimanche, que ma mère est morte, que Ray est en taule, quelque part. Qu’il ne se souvient ni de ma mère ni de mon nom. Et que la tournure des événements fait tout remonter maintenant. Pour rien. Juste parce que l’arrêt brusque du jeu à laisser de la place aux souvenirs. Ça doit aussi être le cas de Fauve.
Bordel, j’ai vraiment besoin d’une clope.

La jeune femme, après avoir finalement relâché ma chevelure, attrape le bas de mon pull et le tire vers le haut, me forçant à le retirer à nouveau. Ma mâchoire se contracte. Alors qu’elle tient toujours mon haut, je la saisie par la taille et la repousse vers le siège passager, la soulevant presque. Retour à la case départ.  Je lui arrache mon pull des mains, et en fouille les poches avec empressement. Je prie pour y avoir abandonné un paquet de cigarettes. Victoire.
Je l’ouvre fébrilement et en extrait une clope que je cale entre mes lèvres. J’attrape le briquet que je garde dans la poche de mon jeans, et l’allume.

La première bouffée du poison est comme une résurrection. J’entrouvre la fenêtre de la voiture, recrachant la fumée dehors, alors que l'air frai s'engouffre dans l'habitacle. Je me tourne vers Fauve, et alors que je tire à nouveau sur la cigarette, je déclare un peu brusquement :

- Toi, tu la ferme.

Je pousse un léger soupir.

- Tu peux toujours rentrer à pied si ça ne te conviens pas.

Un rayon de soleil parvient à percer entre les nuages, tandis que la pluie s'arrête doucement de tomber.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fauve Evernight
Administratrice Sherlock ♣ Fauve, professeur de littérature.
♣ Messages : 370
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Dim 1 Juin - 19:30

||Joyeux anniversaire à ce RP, au fait||

L’incompréhension dans le regard d’Ethan face à la réaction de Fauve laissa place à de la colère. Et ils étaient là, à se regarder en chiens de faïence, la jeune femme ayant brusquement été repoussée sur le siège passager. Encore une fois manipulée contre son gré. Ils auraient pu commencer à se battre. C’est d’ailleurs probablement ce qui se serait produit si l’un ou l’autre avait décidé de déballer son sac. Mais ils restèrent muets. Parce qu’ils étaient trop fiers, ou alors trop cons, pour se dire ouvertement ce qui n’allait pas. Ils préféraient ravaler leur colère et leurs émotions, leurs souvenirs et leur rancœur.
Ethan, à nouveau torse nu malgré lui, dégaina un paquet de cigarettes – bien caché – de son pull et s’en alluma une. La jeune femme ne broncha pas, trop occupée à se calmer elle-même. Le « Toi, tu la ferme » du jeune homme manqua de la faire sortir de ses gonds une nouvelle fois. Parce qu’elle n’avait rien dit, pour le coup. Il commençait à l’emmerder sérieusement. Et puis pour qui il se prenait, à lui parler comme ça ? Il se croyait tout permis, il s’imaginait qu’il était plus intelligent, plus beau et plus malheureux que tout le monde, et que ça lui donnait le droit de faire et de dire ce qu’il voulait ?

- Tu peux toujours rentrer à pied si ça ne te convient pas.

Alors là, c’était la meilleure des choses. Elle était justement en train de poser la main sur la poignée de la portière, au moment où il parlait. Elle se retourna brusquement vers lui et vociféra :

- Je fais ce que je veux ! Putain de merde, t’es chiant à la fin ! Fous-moi la paix ! Tu comprends rien ! Merde !

Il fallait que ça sorte. Elle avait serré les poings, et il s’en fallut de peu pour qu’elle lui en colle une. Sans raison. C’était de sa faute si tout avait dérapé, mais elle était incapable de le reconnaître. Tout ce dont elle était capable, c’était de lui hurler dessus pour extérioriser ce qui pourrissait en elle depuis trop longtemps. Elle avait besoin d’une cible, d’un bouc émissaire d’un instant, et manque de bol pour Ethan, il fallait que ce soit lui. Il n’avait qu’à pas tenter de l’adoucir, sa tentative un peu trop cavalière avait eu l’effet parfaitement opposé. Et maintenant, il était énervé aussi, alors il était aussi responsable, un peu. Mais puisqu’il avait sa cigarette, tout allait bien pour lui, Fauve n’avait rien à faire là.
Elle ouvrit la porte avant même de lui laisser le temps de répondre et sortit en prenant soin de la claquer bien fort. Elle rentrerait en marchant, ça lui convenait très bien. Il ne pleuvait plus, de toute façon. Ca n’avait pas d’importance.
Rien n’avait d’importance.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1534
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   Lun 2 Juin - 12:59

Les yeux fixés sur elle. Les sourcils froncés. Les poings serrés. Les lèvres plissées. Tremblant de rage. Je ne sais même plus pourquoi. Parce que c’est juste une sale journée, comme il y en a tant. Le soleil chasse les nuages, mais pas les souvenirs. Je n’aurais peut-être pas dû me lever, ce matin.  J’observe la jeune femme ouvrir la portière de la voiture, s’apprêtant à sortir. Un courant d’air frais s’engouffre dans le véhicule, transportant avec lui l’odeur iodée de l’océan.

- T’es vraiment une emmerdeuse ! je feule.

Pour toute réponse, un claquement brutal de porte. Tant de haine contenue dans un seul geste. Je ne suis même pas sûr qu’elle m’ait entendu. Peu importe. Je pousse un soupir excédé et tire sur ma clope, avant de recracher la fumé. Et cette saloperie qui n’est même pas capable de me calmer. Ça me brûle la gorge et les poumons. J’ai le goût amer et désagréable de la nicotine sur les lèvres. Mais je continue, comme tous les autres cons, parce que ça fait garder les pieds sur terre. Tu parles. Comme si ça m’aidait à remonter la pente. On s’accroche à cette idée pour justifier le fait qu’on s’empoisonne la vie volontairement.

Finalement, je récupère mon pull et l’enfile à nouveau, avant d’enclencher la première et de démarrer violemment. Le moteur gronde un instant. Je regarde Fauve marcher sur le bord de la route dans mon rétroviseur. Je n’ai aucun scrupule à la laisser se débrouiller pour rentrer. Pour le moment. Je crois que je m’en fous. Je ne suis pas sûr que l’on se soit aidé de toute façon, aujourd’hui. Je crois que l’on mérite tous les deux ce qu’on s’est prit dans la figure. Je crois que je ne suis pas en état de réfléchir de manière intelligente. Au moins jusqu’à demain. Je tuerais le temps en attendant. Je ne suis pas à une journée près. Pour rester seul, je suis rodé.
Je roule jusqu’à l’académie et regagne ma chambre, m’écroulant sur le lit.
Les premiers rayons du soleil après l’orage commencent tout juste à filtrer à travers les volets.

|| j'avoue, c'est pas top comme réponse >< ||

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I ain't lost, just wandering. | Fauve   

Revenir en haut Aller en bas
 

I ain't lost, just wandering. | Fauve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» I ain't lost, just wandering. | Fauve
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Nuit Fauve [PV Sun-Rayzaka]
» FLAMME (EX FELIXE) PETITE PUCE GRIFFON FAUVE ARDENNES 08

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-