Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just go away, I don't need you ! - Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Lexy McKinon
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 221
♣ Date d'inscription : 10/07/2013
♣ Age : 20
♣ Localisation : Wuhan, China ♥


MessageSujet: Just go away, I don't need you ! - Alys   Lun 9 Sep - 16:46

Just go away, I don't need you !


« « Ne donnez pas votre confiance, prêtez-la. »
- François Proust

Deuxième séance de psy. Deuxième séance ! Cette grande brune me tape sur les nerfs. Ses yeux bleus me mettent mal à l'aise, me passant aux rayons X, me scannant comme si elle voulait me découper pour mieux m'analyser. Je n'aime pas ses manières, assise à son bureau, à fixer les gens en attendant qu'ils parlent. Je n'aime pas ses questions, sensées me mettre à l'aise, qui en réalité donnent envie que d'envoyer valser son bureau et ses affaires. Je n'aime pas ses mains qu'elle entrelacent en parlant. Je n'aime pas sa manière de croiser les jambes, et de s'appuyer contre le dossier de son fauteuil en écoutant. Je n'aime pas son sourire et sa voix qui semblent vouloir nous forcer à nous dévoiler entièrement.

Je dois avouer que notre première rencontre à été... exécrable. Déjà, trainée par la direction jusqu'à un rendez-vous, c'était mal parti. Ensuite, il était hors de question que je lui parle de quoi que ce soit à cette bonne femme, et surtout pas de mon enfance à Londres. Nan mais, pour qui elle se prend. Pendant qu'elle me parlait, je suis restée assise, les bras croisées, dans ma chaise, et je n'ai pas décroché un mot, les sourcils froncés. J'ai finalement lâché que c'était pas intéressant, et que j'avais pas besoin d'elle pour parler, que je me débrouillais seule avec ça. Et je suis partie, comme ça, sans un mot de plus. Welcome chez les doués !

C'est pour ça que je suis en train de pousser la porte de l'infirmerie. Elle a dû grimacer en voyant que je reprenais une séance. Bon, ok, je dois avouer que c'est pas le bonheur pour moi non plus, j'aurais préféré faire autre chose -no comment- mais c'était vraiment pas correct ce que j'ai fais. Je vais m'excuser rapidement, et je serai débarrassée des profs et des pions qui veulent me coller chez elle. Je vais pas me coltiner sa jolie petite face angélique tout une année, je dirais que je suis purifiée par deux séances et voilà, pas de quoi en faire une histoire ! J'arrive devant sa porte blanche, où est accrochée une petite pancarte. Dessus, il est inscrit : « Raven A. Luxor, psychologue ». Je soupire, et tape trois coups à la porte.

___________
« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. »
- William Shakespeare
J'vous aime les cornichons ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just go away, I don't need you ! - Alys   Mer 11 Sep - 17:37

"Lexy McKinon, élève molière de 1X années, photographie de l'élève ci-jointe.
Observations : Non déterminée à parler. S'enfuit en hâte du bureau en plein milieu du RDV"


Voilà ce que je sais de ma prochaine patiente. On pourrait croire que je ne fais pas correctement mon boulot et pourtant... J'ai essayé de la mettre à l'aise mais visiblement elle n'a ni voulu de mon thé ni des biscuits que je lui avais offerts. Ils ont bien sûr terminé dans mon estomac, pour ne pas faire de gaspillage. Non non je ne suis pas écolo mais j'étais trop tentée par l'odeur de menthe qu'il en émanait. Je crois d'ailleurs ne pas lui avoir demandé si elle en voulait avant de prendre la tasse. Je préfère le café, mais ce n'est pas grave, ça fait du bien un peu de changement.

Ah cette fameuse séance... c'était la première et j'ai bien cru que ça allait être la dernière. Surtout quand je l'ai vu s'enfuir pratiquement en courant de mon bureau. Pourtant c'est propre, aucune araignée... Mais on ne force pas les gens à parler. Et pourtant elle a repris un rendez-vous, ce qui m'a beaucoup étonné. Peut-être l'a-t-on forcée mais le plus important est qu'elle va venir, le moins : qu'elle s'enfuit encore. Je m'imagine déjà son visage fragile me regarder pendant une heure, alors que le mien n'attend qu'une chose, qu'elle s'ouvre à moi et qu'elle libère tout ce qui la tracasse. J'ai besoin de l'aider, je sais combien ça peut être dur de traverser des périodes toutes aussi farfelues les unes que les autres. Mais pour lui venir en aide j'ai besoin de savoir quel genre de personne elle est vraiment, besoin d'en savoir plus. En me souvenant de son visage, et surtout de son silence, j'aurais tendance à la voir comme une jeune fille qui a besoin de temps avant de se confier. Mais briser la glace n'est pas toujours évident...

*Alys ne pense même pas à faire quelque chose à cette patiente.*

Je rigole en mon for intérieur et fini par dévisager le bureau assez grand. Les fenêtres sont ouverts et les rideaux pratiquement clos, la tapisserie brune est éclairée d'un néon au plafond et de lampe de chevet, le sol sur lequel sont situés un sofa, mon bureau ainsi que deux chaises est de couleur beige qui vire à la rouille. Ce qui est plutôt étrange, je confirme ! Bien que je n'ai pas le temps de continuer une analyse détaillée de la pièce, ma patiente frappe à la porte. J'esquisse donc un sourire et me lève sans hésiter afin de lui ouvrir. Je la salue gentiment et lui propose de s'installer. Je ferme la porte et retourner m'asseoir, mais cette fois-ci sur le bord du bureau. Je la regarde, et demande :

-Souhaiterais-tu un thé, ou que j'installe de l'encens ?

Je la regarde en attendant bien sûr une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexy McKinon
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 221
♣ Date d'inscription : 10/07/2013
♣ Age : 20
♣ Localisation : Wuhan, China ♥


MessageSujet: Re: Just go away, I don't need you ! - Alys   Mer 11 Sep - 20:14



Not here to talk, sorry...


« Qui fait confiance au monde sera trahi. »
- Hazrat Ali

J'attends un moment, puis j'entends des bruits de pas, et la porte s'ouvre, dévoilant la brune et exubérante psychologue. Elle est toute souriante, l'air particulièrement heureuse de ce deuxième rendez-vous, comme une partie à remettre, une revanche. Magnifique. Je m'avance dans la pièce, et elle ferme doucement. Je n'aime pas cette pièce calfeutrée, qu'elle voudrait sûrement intime, propice aux confidences. Je déteste ça. Cette manie d'essayer absolument de tout connaître sur les gens, de penser qu'ils ont forcément des problèmes, besoin d'aide, ou quelque chose de ce genre. J'ai un passé difficile, je le sais, et je me débrouille très bien avec. Je n'ai besoin de personnes, si j'ai peur, si j'ai mal, ça me concerne, c'est tout. Mêlez-vous de vos oignons. D'ailleurs, en y repensant, les personnes auxquelles j'ai parlé n'ont jamais essayé de m'envoyer chez la psy, ou de me faire raconter de force ce qui s'était passé. Je dois avouer que j'ai dû faire peur aux quelques personnes avec qui j'ai dormi, en me réveillant la nuit en hurlant, le corps couvert de sueur. Ils se contentent de me rassurer et de me laisser tranquille. Cette Académie, c'est toute ma famille, et la famille ça saoule un peu des fois. Comme maintenant. Et pour l'instant, c'est leur faute si je suis coincée ici pendant une heure pour faire croire que j'irais bien après. J'hésite un instant, puis m'assois, mal à l'aise, sur le bord d'une fauteuil brun, en posant à peine les fesses. Je ne peux pas prétendre sortir au bout de cinq minutes et dire à la direction que je suis guérie, ils vont me rire au nez. C'est parti pour une heure à raconter mes faux problèmes et faire semblant de pleurer dans vieux mouchoir sale. Je suis une Molière après tout. Je berne qui je veux, quand je veux, c'est mon rôle ici. Nous, les acteurs, nous faisons ce que nous voulons des sentiments. D'ailleurs, je le demande si c'est pas dur pour elle de recevoir des gens de notre Maison, sachant qu'ils peuvent singer à la perfection toutes les émotions. Ou alors elle s'en fiche. La plupart des psy en général s'en fichent. On va pas leur en vouloir, écouter des pleurnicheries à longueur de temps, y'a mieux à faire. Le seul point positif, c'est que c'est sûrement la dernière fois que j'entre ici, et ce n'est pas pour me déplaire. La psy s'assoit sur le côté de son bureau, toujours souriante, comme si il ne s'était rien passé la dernière fois, et que nous allions recommencer sur de bonnes bases. Ça m'exaspère.

« Souhaiterais-tu un thé, ou que j'installe de l'encens ? »

Faites comme vous voulez ! C'est votre bureau, libre à vous ! J'aime pas sa question sur le thé. Je l'ai sentis la dernière fois, thé à la menthe. Je suis anglaise -traduisez par je suis très pointilleuse sur le thé- et je ne déguste qu'en présence d'herbes parfaitement infusées et de scones à la confiture de framboise, avec mes proches. Ou, je suis chiante sur la cérémonie du thé, je suis anglaise, faut pas chercher bien loin. Ça doit être écrit dans mon dossier, tiens. Ils ont des dossiers sur nous maintenant ! Ils marquent tout ce qu'ils ont pu extirper de nos têtes... Ça me glace le sang. Mais je souris, et prends ma voix de sympathique, celle que j'utilise pour les confidentes aux théâtre. J'ai toujours les gens avec ça.

« Comme vous voulez. Je suis ici en inconnue, seulement pour parler, si je suis trop mongue, dites-le moi, et mettez vous à l'aise, je suis désolée, je parle beaucoup. »

Allez, plus qu'une heure à jouer la comédie comme ça. C'est pas plus dure qu'une improvisation en cours en fait...

___________
« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. »
- William Shakespeare
J'vous aime les cornichons ♥:
 


Dernière édition par Lexy McKinon le Mer 23 Oct - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Just go away, I don't need you ! - Alys   Dim 6 Oct - 9:21


Elle ne me dévisage presque pas alors que moi, en tant que grande curieuse attirée par n'importe qui, je la regarde comme si j'étais un ogre qui allait la dévorer. Mais nous ne sommes pas dans le conte du Petit Poucet voyons ! Je ne dévore pas dans l'enceinte de mon bureau, ce serait mal vu. Il vaut mieux pour cela un endroit plus agité, histoire de semer la zizanie -mon but n'étant pas de me faire renvoyer dès le premier mois, bien entendu.

Je l'écoute dans les moindres détails. A moi de choisir avec quel produit l'empoissonner puisque ce n'est qu'une inconnue dans ce si petit espace -je comprends, j'avais la même sensation en arrivant-, et bla bla bla et bla bla bla. Que des mots qui m'insupportent et qui me font lâcher un pauvre soupire. Une heure avec elle. Elle doit me trouver barbante, comme la plupart des gens qui estiment ne pas avoir besoin d'aide. Car en effet, ce sont c eux qui disent pouvoir s'en sortir seuls qui sont le plus dépités dans leur coeur et leur corps. Comment leur en vouloir à ces pauvres gens dans le cas de Lexy ? Bien que cette jeune fille soit une des plus compliquées. Il faut que je me mette à l'aise ? Ah, elle n'a pas tort, mon fessier ne supporte pas le bois dur du bureau et je me lève aussitôt après avoir pensé cela. Je fais un tour dans la pièce, juge la poussière qui n'a pas été nettoyée. Bon sang elles sont où les femmes de ménage ?!

Bref ce n'est pas le moment de m'apitoyer sur mon sort, j'ai une cliente qui m'attend là, et si je fais les cent pas en attendant qu'elle dise ne serait-ce qu'un mot -en l'occurrence, "au revoir"-, je risque bien d'attendre longtemps. Je m'installe donc sur ma chaise en face d'elle, agrippe mon stylo et son dossier, puis je commence le questionnaire -j'aurais dû faire flic, j'le savais !- :

-Dis-moi Lexy, tu es anglaise ?

Je souris de mes dents blanches parfaitement alignées, mes yeux pétillants de curiosité. Savoir, connaître les gens et leur comportement, qu'est-ce que c'est ennuyeux à mourir je vous jure. Alors je pimente la séance, je la fais à ma sauce, j'essaie de mettre en confiance les gens pour qu'ils parlent et cette méthode fonctionne avec 75% des pensionnaires. En sera-t-il de même avec cette brunette aux cheveux courts ? Je me pose la question, j'ai un très mauvais pressentiment.

-J'ai entendu dire que oui, alors je voulais juste m'informer, en être sûre. Mais je ne t'oblige en rien à me répondre, parfois le silence est d'or.

Voilà, c'est parti, je démarre l'heure ennuyante qui va suivre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexy McKinon
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 221
♣ Date d'inscription : 10/07/2013
♣ Age : 20
♣ Localisation : Wuhan, China ♥


MessageSujet: Re: Just go away, I don't need you ! - Alys   Lun 14 Oct - 18:01

Just go away, I don't need you !


« Aidez-la. »
- Dédale

Alors que je l'ignore le plus possible, elle me bouffe littéralement du regard. J'évite son regard, ça va oui, je suis pas là pour faire joujou, gardez vos yeux pour vous. Sinon, vous allez pas faire long feu. Ou alors, vous allez avoir de la compétition. Avec le caractère de Evernight, ça va saigner dans la salle des profs... Mais bon, passons à autre chose, même si la vue des deux profs en train de se crêper le chignon danse dans mon esprit, et je me retiens de rire. Outch, mes abdos en prennent un sacré coup.

Elle m'écoute attentivement, tout en jetant de légers coups d’œil vers mon dossier posé sur le bureau. Je dois me retenir de l'attraper et de partir avec, de lire, de savoir, enfin, ce qu'ils disent sur moi, ce qu'ils savent sur moi, ce qu'elle a pu écrire. J'ai envie, j'ai besoin de savoir. Je suis perfectionniste, je veux toujours faire mieux, m'améliorer jusqu'à absolument tout contrôler. Et là, je suis concentré sur ce dossier, qui doit relater tout ce que j'ai fait depuis le début ici. Qu'est-ce qu'elle y a lu ?

« Dis-moi Lexy, tu es anglaise ? J'ai entendu dire que oui, alors je voulais juste m'informer, en être sûre. Mais je ne t'oblige en rien à me répondre, parfois le silence est d'or. »


Dans ma concentration, je n'ai pas remarqué qu'elle a saisi un carnet et un stylo, et qu'elle commence à me poser des questions, me fixant par-dessus sa feuille. Elle s'y croit trop là. L'interrogatoire... Tu l'as tué, où, quand, le colonel Moutarde dans la cuisine avec le chandelier ! Je soupire. Question bête. Réponse bête ? Nan, commençons facile, je la ferais tourner en bourrique plus tard.

« Je suis anglo-écossaise. »

___________
« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. »
- William Shakespeare
J'vous aime les cornichons ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Just go away, I don't need you ! - Alys   

Revenir en haut Aller en bas
 

Just go away, I don't need you ! - Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» ALYS ✿ c'est l'histoire d'un pingouin qui respirait par les fesses, il s'est assis... (a)
» Alys ~ Zombies shamble. I disapprove of shambling.
» [TERMINÉ] Parrainage d'Alys
» If you play, you play for keep. Take the gun and count to three. x Alys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-