Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 610
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Dim 16 Fév - 22:32




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Souvenirs





Tristesse et solitude. Elle se sent vieille, elle se sent vide tels une coquille à laquelle on a enlevait son escargot. Elle est morte. Morte quand le coup de poignard a était porté dans le dos. Son visage à blanchi, toute vie est parti de son corps, elle n’a plus d’ambition. Seules les larmes en sortent pour ruisselaient le long de ses joues. Ses yeux non plus qu’une expression délavée de tous sentiments. Ils sont devenus gris sombre signe du tourment qui la traverse. D’une démarche mécanique elle arpente le chemin que malheureusement elle connait par cœur depuis quelques jours. Ses cheveux blonds lui tombent en cascade derrière son dos.  C’est bien la seule chose qui n’a pas changer chez elle. Le gravier sous ses pieds grince. Elle pousse la porte rouillait qui donne accès au cimetière. Elle s’y accroche un moment laissant peser de tout son poids sur les barreaux. Elle y pose sa tête un moment. Elle ferme les yeux et soupir. Elle n’a pas envie d’aller mais c’est le seul endroit ou on ne l’embête pas. Son frère c’est limite s’il la harcèle. Elle veut la paix, une paix qui lui a était refusé. Tout comme son bonheur. Sa joie de vivre à fondu comme neige au soleil. Pourquoi vivre  avec un cœur aussi meurtri.  Ses genoux sont encore sur le point de céder. Vu de l’extérieur elle fait pitié. Elle n’est plus celle qu’on aurait pu connaitre il y a quelques mois. A ce moment là elle était encore épanouie. Elle pousse rageusement la grille. Elle est vieille cette grille, il faut la ménager. Après tout elle s’en fou. Elle se fou de tout, de ses amis, de son avenir, de son frère. Elle ne veut que lui, lui qu’elle ne reverra jamais. Elle chérie les souvenirs qu’elle a de lui mais il la plonge dans un tourbillon de tristesse. Elle est en train de se noyer et personne ne peu l’en sortir. Ils n’ont pas compris. Elle est résignée. Avec cette même résignation elle parcoure les allées, geste mécanique automatique. Robot dont la batterie est dans le rouge. Il faut changer les piles si on veut que le robot marche sauf que voilà le robot a gardé un peu d’intelligence et il balancera les piles. Elle arrive, elle le sait. C’est fleuri à cet endroit. Les fleurs embaument l’air d’une délicate odeur de rose et autres mélanges de fleurs. Elle se tient droite devant la tombe, elle essaye de respirer mais très vite sa se transforme en sanglot silencieux. Et elle s’effondre c’est à chaque fois la même chose et ça le sera à jamais. Elle ne veut pas guérir, elle veut que sa la ronge et ça la ronge petit à petit. C’est comme un cancer qui grimpe vers son cœur.  Ses mains froides se posent au sol, elle ferme les yeux pour ne pas voir la réalité. Vous savez depuis quand elle n’a pas dormi ? Depuis qu’il n’est plus la. Enfin elle ne dort pas elle cauchemarde. Et c’est reparti pour un tour parce qu’en fait elle sombre de nouveau dans ses souvenirs terribles parce qu’elle dort. Sur la tombe l’écriture dorée : Edward S. Hadley. La mort la prit trop tôt. Dans ses rêves ou plutôt cauchemars défiles tout ce qu’elle aurait du faire.  Désolé Seven, pardonne-la. Pardonne là pour ce qu’elle va bientôt faire.
 

Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Emma Hathaway le Mar 2 Sep - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Ven 21 Fév - 19:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hello, I am a bad boy


Tugdual sort de sa chambre, les flocons dansent dehors, il neige. Il neige au printemps ? Mais non, tu fais un rêve, un joli rêve... Le garçon se réveille et sourit, jolie journée qui commence. les vacances vont bientôt se terminer. Hier il s'était rendu au cimetière, et pourquoi pas aujourd'hui ? Le jeune homme se tritura l'esprit pendant un quart d'heure, si il y recroisait des gens n'allaient ils pas le prendre pour un malade à force de trainer dans les cimetières là où seuls les morts et les personnes en deuils se trouvent ? Et lui qui y allait pour quoi ? Pour chanter la vie et valser entre les tombes le violon à la main ? Certains pourraient penser qu'il profane ce  lieu sacré, lui préfère dire qu'il rend hommage à tous ces gens à la fois. Et alors, n'a t-il pas raison de croire en quelque chose ? Quelque chose de différent pour une fois ? Pour une fois ? Ou comme d'habitude ? De toute ta vie Tugdual, n'as tu pas désiré être un peu normal mais différent pour ta famille ? Et oui tu es différent, si différent que tu préférerais en devenir banal. Mais la banalité se perd dans le monde de l'oubli. Attrape ce violon et court parmi les prés, évite les orages et les obstacles, retrouve ce cimetière qui apporte tant de paix à ton cœur blessé.

Tugdual n'écoute que ses pensées et non son âme en peine. Pour toujours et à jamais, aucune âme-sœur, aucune famille, que des amis, et peu, des conquêtes, et des ennemis. Voilà le monde tel qu'il est. Peint le monde, chante le monde et danse le monde, tu verras il ira mieux. Le beethoven sort de sa chambre en trombe, il passe devant les portes des autres chambres, tambourinent contre chacune d'elle. Il aime faire le con. Plus fort que lui je dirais. Il rigole, il court, il tourne sur lui-même. La vie est belle, faisons en profiter les autres. Qu'en penses-tu ? Belle journée ? Ouah il fait soleil. Allez, personne viendra te faire chier au cimetière, vas y. Tuc regarde droit devant lui, le portail est ouvert. Et merde, encore une fois il ne sera pas seul. Peut être est il encore temps de faire demi tour. Mais pourquoi cela ? Pourquoi faire demi tour si près du but. Elle est là, entre ces tombes, à pleurer son amour. Mais toi que vas tu faire ? Remonte la mécanique du cœur. Tugdual sort le violon de son étui, ajuste les cordes et joue un morceau mélancolique. Souviens toi de tout, et ta peine s'en ira mieux. Est il, est elle mieux là où il/elle se trouve maintenant ? Cette personne que tu pleures est elle partie trop tôt ? Ou alors est ce que cette personne a été rappelée auprès de ses ancêtres parce que la terre n'était pas faite pour elle.

Tugdual regarde la jeune fille. Les larmes roulent sur ses joues creusées, les cernes se forment sous ses yeux, ses cheveux démêlés lui donnent l'air d'une folle. Mais attends, elle est très jolie cette fille. Pourquoi pleure t-elle ? Qui a t-elle perdue ? Souris chérie, le soleil est haut dans le ciel et la vie continue son cours. Pourquoi pleurer sur son sort, cette personne est partie, ce qui est fait est fait et ne sera plus à faire. Chacun meurt un jour, pourquoi tu pleures ? Tu gâches un si beau visage ? Respire, respire la joie, respire le bonheur et cette personne ne pourra qu'en sourire. Pleure, toutes les larmes de ton corps, et cette personne fera de même où qu'elle soit. Le bonheur se partage, et le malheur aussi. Look at me. Je t'approche, regarde moi, je te souris, suis je le libérateur ? Veux tu mourir comme.... comme Edward Seven Hadley ? Pourquoi pleures-tu sur sa tombe.Il est mort jeune je le conçois, jolie tombe. Elle est très propre, à quand remonte sa mort, une semaine ? Lève les yeux, mon violon te parle.

Ses cheveux blonds projetés devant son visage, elle reste immobile et abattue. Alors il joue, il joue les plus beau de ces airs, il joue pour elle et pour lui, il joue pour eux, quelque soit le lien qu'ils aient pu avoir et qu'ils conserveront toujours. Alors il la regarde, elle relève la tête, ses larmes ne sont pas sèches, elles redoublent, elle te toise, qu'as tu fais !? Le brun regarde la pauvre inconnue et s'assoit sur la tombe voisine en fermant les yeux, il murmure :

"Dis moi que sont les larmes pour se permettre de ruiner un si beau visage ?"

Dit il pour une fois dans le but de lui remonter le moral et de l'empêcher de retomber dans la souffrance et non pour la draguer, même si la phrase pourrait laisser croire la deuxième option nous sommes dans un cimetière voyons, aucune drague ou toute autre forme d'amour physique n'est autorisé. Ici seul l'amour mental compte. Souviens toi, de tous ces beaux moments, souviens t-en et ils forgeront les plus beaux souvenirs, il forgeront la mémoire de cet Edward, et souvins t-en pour que toujours cette mémoire perdure.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be

Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 610
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Sam 15 Mar - 16:40




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dégage





Elle l’entend dans son sommeil sans rêve. Elle entend cette mélodie qu’elle trouve magnifique et qui soudain l’agace. Plus rien n’est beau dans ce monde et cette mélodie n’a rien à faire dans le sien. Pauline a fini de croire en la beauté, elle ne veut plus croire quand la mort et dans la sombre torpeur. Elle veut dormir à l’infini. Refaire des films de ce qu’il aurait pu ce passé, ce qu’il aurait du ce passer. L’ancienne actrice ne veut plus que dormir, réfléchir, mourir. Que des verbes en « ir », n’est pas magnifique ? Non car plus rien n’est magnifique.

Ses grands yeux gris sombre s’ouvrent, elle n’a que trop patientait, la mélodie est toujours là, persistante et entrainante. Elle semble vouloir rendre hommage et la jeune fille sert les poings. Elle râle intérieurement, non plutôt elle fulmine contre cet inconnu. Ses lèches blondes lui tombe dessus bordel, elle va les couper ceux là comme ça ils arrêteront de lui cacher la tête. Et en plus ils doivent être horrible, elle qui avant avait des magnifiques cheveux blonds qui lui tombaient au milieu du dos.

"Dis-moi que sont les larmes pour se permettre de ruiner un si beau visage ?"

Elle se redresse, madame n’a pas perdu toute sa dignité et ce petit fouineur va vite comprendre qu’ici on ne lui parle pas, on ne la dérange pas et surtout on ne fouine pas. Car ses histoires ne regardent qu’elle. Elle n’a pas envie de déballer sa vie, l’académie maintenant la connait assez. Et eux savent même avant elle ses petits secrets. Et aussi son imprudence, son manque de tact et pour finir sa sans gêne. Bref d’entré de jeu elle n’allait pas l’aimé, pas du tout du tout.

Quelqu’un à dit un jour : Les âmes des morts restent là où ils ont vécu. Lorsqu'il n'y a pas de bruit, pas de vent, on entend les esprits. Cette citation lui est revenu en tête, lui ou est-il ? Elle ou ira-t-elle ? Voici des questions dont finalement elle se moque, elles n’ont plus d’importance à ses yeux. La pour l’instant elle a quelqu’un a remettre en place, quelqu’un a qui elle a quelques mots à dire sur ce qu’il a fait.

- Ecoute-moi bien le nouveau ! Je m’en fou de ce que tu penses de mon visage, je m’en moque que les larmes ravagent le visage qui n’a que 17 ans à peine. Si tu veux savoir tu demande, demande à Valentin Hemson peu être qu’il se rappellera qu’il y a une jeune fille blonde qui a besoin de lui mais après tout on s’en fou. Demande.

Elle se relève, sa voix froide résonne dans le cimetière comme l’écho dans une montagne. Elle regarde le garçon qui se tient sur la pierre tombale. A vrai dire elle ne sait plus pourquoi elle a râlait. Pauline à prit un coup de vieux en quelques jours, vous l’auriez vu avant…mais ça c’était avant. Maintenant elle était la et elle ne bougeait plus. Restent de quelque chose qui avait existé mais qui était mort.
.

Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Sam 19 Avr - 7:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am who I am


Elle est immobile dans sa peine. Le garçon se rend bien compte qu'elle ne va pas bien. Il voudrait s'approcher pour la réconforter, pour l'aider à surmonter cette épreuve, mais il ne la connait pas. Et son approche avec les filles n'est jamais très fructueuse dans un cimetière, il devrait peut être se mettre à se soucier de la personne en premier, cela pourrait être pas mal, avant de savoir si oui ou non il peut l'avoir pour lui. Tugdual voudrait l'aider à se relever, pour qu'elle lui fasse face comme une femme, pour qu'elle recouvre un honneur bafoué, pour qu'elle surmonte cette mort qui semble la détruire. Pourtant il ne bouge pas. Il se contente de la regarder son violon dans la main. Il n'a pas l'ombre d'un doute, elle va répliquer. Personne ne se renfermerait dans un mutisme assez profond pour ne pas entendre les douces paroles réconfortantes d'une personne inconnue.

Il ne bouge toujours pas. La mort ensorcelant cet endroit, planant au dessus de lui comme une ombre. Avec toutes ses pensées, il avait oublié qu'il se trouvait dans un cimetière où reposaient en paix, ou non d'ailleurs, les corps de nombreuses personnes. Mais plus que tout, il voulait connaître leur histoire. Pourquoi et comment étaient ils tous morts ? Maladie, vieillesse, accident, meurtre, suicide ? Et combien d'entre eux n'auraient ils pas du mourir si jeune ? Combien auraient du continuer de vivre avec leurs amis, de rire et de pleurer pendant encore de longues années. Et pourquoi leur vie a t-elle été ôtée, dans quel but ? Mais y a t-il un but précis à la mort ? Tug n'en savait que trop rien.

Soudain elle se redresse. D'une manière plutôt théâtrale je vous l'avoue, mi dramatique mi majestueuse. Ses cheveux qui cachent son visage sont rejetés en arrière. Elle a les yeux rougis de larmes, le visage rongé par le remord et des cernes rouges qui entourent ses yeux. Le brun perçoit de la colère dans ce regard perdu :
"-Ecoute-moi bien le nouveau ! Je m’en fou de ce que tu penses de mon visage, je m’en moque que les larmes ravagent le visage qui n’a que 17 ans à peine. Si tu veux savoir tu demande, demande à Valentin Hemson peu être qu’il se rappellera qu’il y a une jeune fille blonde qui a besoin de lui mais après tout on s’en fou. Demande."

Tugdual la regarde. Un peu plus et il serait resté bouche-bée. Cette fille avait l'autorité dominante d'une prof, avec la beauté ravagée d'une personne triste. Il recula d'un pas. Histoire de famille ? De tromperies ? Cette jeune fille semblait rongée par le désespoir. 17 ans, c'est bien jeune pour perdre quelqu'un de proche. Et ce Valentin, qui était il pour elle ? Un ami, un frère, un cousin, un copain, un proche ? Un confident ? Quelqu'un en qui elle avait confiance ? Et puis maintenant, à qui peut elle se confier. Tugdual récupère son violon et recommence son morceau. Il reste debout à la fixer, en silence. Petit à petit, pas à pas, il se rapproche de la jeune demoiselle jusqu'à arriver à sa hauteur. Là, ne cessant de jouer, il répliqua :

"-Le mal est fait et pleurer fait du bien je te l'accorde. Je ne voulais pas te blesser ni heurter ta fierté et si je l'ai fait j'en suis désolé. Je ne veux pas m'apitoyer sur ton sort parce que je pense que t'en as strictement rien à foutre et que personne veut inspirer la pitié à quelqu'un. Je peux rester un peu avec toi ?"

Il la regarde. Le mal est il réparé ? Le Beethoven l'espère de tout cœur. Cette jeune fille n'avait pas l'air si méchante que ça. Elle avait surtout l'air perdue, seule dans cet endroit insalubre à pleurer toutes les larmes de son corps. Et elle avait besoin de quelqu'un pour parler. Dans ces cas là on a toujours besoin de quelqu'un. Et Tugdual voulait être cette personne. Il aurait préféré la voir sourire, mais cela semblait abstrait dans un tel endroit. La beauté de ce lieu en était sa tristesse infinie.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be

Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 610
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Dim 1 Juin - 21:19

Pauline Hemson



"-Le mal est fait et pleurer fait du bien je te l'accorde. Je ne voulais pas te blesser ni heurter ta fierté et si je l'ai fait j'en suis désolé. Je ne veux pas m'apitoyer sur ton sort parce que je pense que t'en as strictement rien à foutre et que personne ne veut inspirer la pitié à quelqu'un. Je peux rester un peu avec toi ?"

Cette personne lui faisait grincer des dents, avec ses manies et puis son violon, non en fait c’est plus que ça, c’est différent. La tristesse c’est comme une tumeur, elle te ronge, elle s’empare de toi, elle ravage ton âme, ton cœur, ta vie en devient souffrance. Et lui il se tient là, avec son air calme, placide et sur de lui. Il ne semble pas méchant, elle non plus d’en le fond elle ne l’est pas. Mais elle ne se reproche pas sa conduite car il à raison, elle ne veut pas de pitié sur elle. Si elle réagit comme ça c’est parce qu’elle ne veut plus, ne plus rien connaitre de la vie. Son désarroi est encore là, même si les larmes se sont taries pendant un moment, elles reviendront quand la jeune fille sera dans sa chambre ou alors qu’elle pausera les yeux sur ce qu’elle ne veut plus voir. Elle regarde le jeune homme droit dans les yeux. Tournant le dos à ce qu’elle essayera d’oublier s’en le pouvoir.

-J’accepte mais une autre fois. Adieu.

Elle n’attend pas sa réponse, elle s’en fiche. Qu’il la rattrape ou qu’il reste peu importe. Après tout elle n’a pas besoin de lui. Il n’est qu’une présence vacante qui finira par partir, par la quitter s’en rien avoir à faire d’elle. Tous les même, et elle s’en moque. La vie n’aura plus de saveur, c’est qu’une pièce de théâtre…Oubli le théâtre, ce n’est plus pour toi. Plus rien n’est pour toi. Pauline Hemson tu n’es qu’un fantôme maintenant dans la société, tu serviras plus jamais à rien tu es bonne pour la déchetterie. Mais tu ne perdras pas la face maintenant, pas devant lui. Elle s’attache les cheveux en un chignon très très brouillon avec l’élastique noir qu’elle avait à la main. Elle se faufile jusqu’à la grille. Quand elle là pousse c’est un grincement de rouille qui retentit dans le silence du moment. Maintenant elle reprend le chemin de l’académie chassant tous les éléments qu’elle vient de voir. Elle ferme ses yeux gris mais le regrette. Un couteau danse dans son esprit, des sirènes se répercutent contre les parois de son crâne. Elle ouvre les yeux pour chasser les images mais devant elle se tient Seven, les mains posaient sur le ventre. Elle crie, un crie strident qui résonne. Elle ne veut pas rester. Ses larmes coulent de nouveau. Elle fuit vers les écuries. Là, il y a son cheval. Elle y restera toute la nuit. Les bras entourant l’encolure du beau gris. Et les larmes roulant sur les joues de l’ancienne comédienne.
FIN

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Emma Hathaway le Mar 2 Sep - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   Mar 2 Sep - 10:27

Vu que Pauline a quitté l'académie le rp est clos.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Laisse la mélodie du violon accompagner la mort [Tuc][FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-