Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I am tired of beeing put off.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Intha Dyreliv
Elève Discret ♪
♣ Messages : 44
♣ Date d'inscription : 05/07/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : /


MessageSujet: I am tired of beeing put off.   Lun 3 Mar - 19:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars"
Oscar Wild
I AM TIRED OF BEEING PUT OFF.


La journée touche à sa fin. L'académie se retrouve plus sereine que jamais, les cours sont terminés, ainsi que le repas. Quasiment tout les élèves sont dans leurs salles communes ou bien dans le bâtiment central. Les professeurs, à l'instar des élèves ne sont plus dans la périphérie des salles d'enseignement, eux aussi ont rejoint leurs quartiers pour s'y délasser en toute tranquillité. Personne ne se soucis de ce qui se passe près des salles de classes une fois l'horaire de fin passée et les responsables ferment les yeux, quitte à se faire morigéner par leurs supérieurs. Ce qu'il s'y passe ? Oh que bien des choses s'y passent, entre les échauffourées, les petites groupes de délinquants cherchant à échapper aux autorités, et bien d'autres qui apprécient simplement s'établir dans un coin pour se détendre et finissent la plupart du temps par coller des chewing-gum sur les murs, ou encrasser les vitres et les sols. Mais à quoi d'autre s'attendre dans une académie ? Des élèves restent des élèves et sont bien connus pour leurs non-respect de ces lieux. De toute manière, tant qu'ils passent inaperçus ils n'ont aucune raison pour appréhender une quelconque sanction. En bref, une fois les cours terminés, il en reste toujours quelques-un pour rôder dans les couloirs. Aussi rare cette espèce, elle persévère néanmoins dans son existence. Intha, elle, fait parti de ces solitaires. Ceux qui une fois le travail aboutit, s'installent non loin d'une fenêtre, à guetter le crépuscule. Pouvoir le contempler, s'exalter de sa beauté, se libérer l'esprit, s'adonner à des réflexions plus profondes, peut-être même un peu d'entendement pour les plus pragmatiques ? Mais aujourd'hui, il n'y aura pas de coucher de soleil. Pas d'astre coruscant s'effaçant derrière le firmament couvert d'étoiles. Pourquoi ?  Parce qu'il pleut.

Assise dans un coin sur les dalles froides dans le couloir des salles d'éducation musicale, Intha avait fermé les yeux. Sa tempe reposait contre la vitre froide et couverte de buée. Il faisait froid, voilà pourquoi elle portait un grand manteau d'un bleu prusse voire plus sombre, et un bonnet noir. Ses mains étaient enfouis dans ses poches car des gants, elle n'en avait pas pris. À côté d'elle, déposé sans grande attention, deux de ses instruments, ses partitions et son sac à main. La journée l'avait complètement harassée, tellement qu'elle ne parvenais même plus à garder ses yeux ouverts. Les heures de cours interminables, les moqueries, le regard malsain de l'agent d'entretient, le comportement indolent de son professeur de piano, toutes ces pensées s'amoncelaient à l'arrière de sa tête en, compagnie d'un fatras d'idées indécises allant d'actes rancuniers à des lointaines pulsions au dolorisme. De la quiétude, voilà ce qu'elle était venue chercher. Que lui importait le coucher du soleil ? Elle ne cherchait qu'à respirer.
Au dehors, la bruine c'était transformé en averse et tambourinait contre les vitres. Un clapotis régulier, apaisant sur lequel il suffisait de se focaliser pendant un instant pour rendre oiseux le reste de l'humanité. Pourtant, la jeune fille n'y parvenait pas. Se sentant mal à l'aise dans cette position, elle se mit à se tortiller, pour s'installer plus confortablement. La lutte fut longue. Elle finit par renoncer, et entrouvrit les yeux. La lumière blafarde lui déroba la vue sur quelques secondes mais ensuite très rapidement, un monde flou réapparût. Se frottant diligemment les paupières, un bâillement lui échappa. Il était temps pour elle de se remettre en chemin, elle avait bien assez traîné. Elle secoua sa tête et se remit sur pied. Rien d'élégant, plutôt maladroit. Sans s'en soucier, elle se pencha en avant, posant ses mains sur la vitre et scruta l'au-dehors. La pluie la fascinait. Résolue, elle attrapa ses affaires et se hâta vers une porte donnant sur l'extérieur. Ne restant dans le couloir que la vitre embuée et la trace des ses doigts.

Avant de sortir, Intha pris soin de déposer ses affaires et d'enserrer son manteau autour d'elle. Ensuite, elle sorti. La pluie la frappa au visage dès lors la porte passée, néanmoins elle poursuivit sa progression, comme fascinée par quelque chose d'invisible au bout de l'allée. Une forte bourrasque secouait les arbres et laissait sonner encore plus le bruissement des feuilles mortes brunes de l'automne, remplacent les vertes glauques du printemps. S'arrêtant soudain la jeune fille devint immobile, comme ankylosée par trop de froideur. Elle avait à nouveau fermée les yeux. Elle gambergeait. S'interrogeait sur tout, et sur rien. Ce qu'elle faisait là, ce qu'elle allait faire, si elle pouvait continuer sa vie comme elle le faisait. Pourquoi ne pas s'enfuir ? Pourquoi rester ici à travailler alors que tant d'autres partent ? Trop de choses lui traversaient l'esprit. Elle était exténuée. Et puis, de toute manière elle n'aurait jamais pu se décider à partir. Désappointé par sa propre langueur, elle finit par se forcer à agir. Si elle n'avait rien à faire, autant en profiter pour s'avancer dans son devoir. Aller à la bibliothèque ? Cela lui semblait bien.
La jeune fille se mit en mouvement et fit demi-tour. En marchant, elle rejeta ses cheveux blonds en arrière. Drôle de sensation. Ils étaient bien plus courts à présent, qu'elle les avaient coupés. Pendant bien longtemps ils lui arrivaient aux hanches, presque au bas du dos. Maintenant elle les avait seulement un peu au dessous des épaules. Très curieux comme ressenti. Une poignée de légèreté ? Couper la moitié d'une chevelure telle la sienne n'avait pas été facile. Mais en fin de compte cela avait été comme se séparer d'une ancienne peau, une partie d'elle même un peu ternie. Elle se sentait renaître peu à peu. Doucement mais sûrement.

Trempée, elle s'engouffra dans le bâtiment, refermant vivement la porte derrière elle. Frissonnante, elle égoutta ses cheveux tout en essuyant ses chaussures noires sur le paillasson. Sans même se soucier de son manteau dégoulinant elle saisit ses sacs et s'engagea dans un couloir en direction de la bibliothèque. Mais il lui faudrait encore monter trois escaliers et traverser deux autres couloirs avant de s'y trouver. L'académie n'avait décidément pas que du bon. Et encore une fois n'y avait il pas derrière tous cela une cage d'or ? Un endroit égayant mais surveillé ? Songeant à ce qu'elle allait faire, elle faillit passer à côté de l'entrée. Décontenancée, elle retourna sur ses pas, à présent sortie de sa transe. Indécise, elle parcourus la salle du regard. Au fond, des tables, comme toujours, mais ce n'était pas ce qu'elle quêtait. Distraite, elle se glissa dans le rayon "Musique". Passant les livres historiques et les aides au solfège et à l'instrument, elle finit par se pencher sur une partie dédiée à la musique modale. Elle ne savait trop quoi prendre. Un explicatif, parlant de ce système médiéval qu'elle connaissait sur le bout des doigts mais qu'elle était incapable d'appliquer pour composer ? Un autre qui ne faisait que donner quelques aides pour le reconnaître ? Une histoire de la naissance de ce style ? Rien, absolument rien ne lui convenait. Tout cela commençait à lui déplaire et devenait extrêmement pénible, elle ne trouvait jamais rien ici ! Toujours et encore lui fallait il commander ces livres pour pouvoir travailler avec du matériel convenable. La jeune fille en avait plus qu'assez d'avoir à implorer ses parents de lui procurer ce dont elle avait besoin. De mauvaise foie, elle se décida pour un petit livre ne regroupant que des gammes, et s'en dirigea vers une table. Tellement qu'elle était occupée à maugréer dans un premier temps, elle ne remarqua pas que à la table ou elle s'apprêtait à s'assoir, était déjà prise. Quand elle dénota la présence d'une autre, elle en fut déconcertée. Méfiante, elle déposa son livre et ses affaires à côté d'une chaise. Se sentant coupable, elle s'efforça donc à adresser la parole à la fille déjà installée. Sa propre intonation lui parût vidé de tout ressenti, mais ses yeux ne l'étaient probablement pas. Ils étaient probablement froid, comme bien souvent.

"Hm, excuse moi, je peux m'assoir là ou tu as besoin de toute la place ?"

___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mercii Wiwie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Arizona Manel
Elève Discret ♪
♣ Messages : 78
♣ Date d'inscription : 17/10/2013
♣ Age : 18
♣ Localisation : Pas si loin que ça si on y réflechis bien :3


MessageSujet: Re: I am tired of beeing put off.   Sam 5 Avr - 19:51

ARIZONA & INTHA
I am tired of beeing put off.



Le soleil doucement décline. Les élèves peu à peu affluent dans la bibliothèque. Une nouvelle soirée pluvieuse se profile. Au dessus de nos têtes, la pluie tambourine violemment contre le toit de l’académie. La salle se remplie vite et une sourde rumeur de chuchotis ne tarde pas à envahir celle-ci. Excédé, je plaque plus fort encore mes écouteurs contre mes oreilles et pousse au maximum le volume de mon ipod. Je ne veux pas les entendre. Je veux être seule. Comme toujours depuis que tu es parti.


Je jette un coup d’œil inquiet vers la pile de devoirs qui m'attend. Commençons par l'urgent. L'histoire. Je crois que je devais le rendre la semaine dernière déjà. Bon, ben mieux vaut tard que jamais. « Le culte malgache ». Quelle surprise ! Ce n'est pas comme si mon professeur d'histoire était passionné par les religions et surtout les plus insolites. N'empêche que jusqu'ici, les sujets avaient tout de même tournés autours de religions plus connu. Nous avons déjà eu droit à l'Islam, au Bouddhisme et à l’hindouisme, mais là, il visait encore plus haut ! Le culte malgache... Encore un cours inutile que je suis obligé de suivre sans sourciller. Voyons au moins ce que nous avons à rendre. « Comment la mort est elle célébrer dans le culte malgache ? ». La mort, la mort et encore la mort... Elle le suit ce n'est pas possible. Partout ou je passe les gens n'ont que ce mot à la bouche ! A croire qu'ils le font exprès. Il faut vingt-cinq lignes. Pff... Il n'y a sûrement pas vingt-cinq lignes à écrire sur cela. Tout juste cinq pour décrire l'enterrement, les prières et les pleurs. C'est partout pareil.


Je fouille tout de même dans mon sac à la recherche de mon livre. C'est un livre que nous avons dû acheter spécialement pour être sûre de connaître toutes les religions qui existent au monde. Quoi de plus normal... Tout naturellement, une double page entière est consacré au culte malgache, religion très connu... En regardant mieux, je suis frappé de stupeur.


Les gens rient et dansent sur les images. Les gens sont heureux et aucune femme ne pleurs tandis que les légendes indiquent qu'ils fêtent la mort de l'un d'entre eux. Je suis piquée par la curiosité et mes yeux se mettent à courir le long des explications : « Le rhum coulera à flot.... durant trois jours...la familles organisent des banquets » On dirait plus un prétexte pour faire la fête qu'un hommage... « Nul ne doit pleurer et se montrer triste... » Doit-on alors rire de la perte d'un être cher ? Comme si on l'avait souhaiter ? « Tous les cinq ans... » Tout les cinq ans, cela n'as pas de sens ! Pourquoi rouvrir une plaie causée par un décès tous les cinq ans ?


Une petite phrase attire mon attention :  « Les morts ne le sont vraiment lorsqu'on les a oubliés. » Cela explique beaucoup de choses. Leur joie de ne pas le perdre et de leur faire vivre en eux. Si ces gens ne pensent pas que leur proches sont réellement morts, alors pourquoi les pleurer ? Pourquoi ne pas rire et chanter ? C'est une si belle façon de voir la chose. J’inscris cette phrase au plus profond de mon esprit et tache de toujours m'en souvenir. Un sourire naît sur mon visage. Un beau sourire , un vrai car je le voit à présent. Tu n'es pas mort, mon amour et jamais, je te le promet, ce ne sera le cas. Tu vivras en moi. Pour toujours.


Les mots s'inscrivent d'eux même sur ma feuille de cours. Le sujet me passionne et soudain je me prends à remercier le ciel d’avoir donné cette fascination pour les religions à mon professeur. Bientôt, ma feuille est noire d'encre. J'ai depuis longtemps dépassé les vingt-cinq lignes lorsque tu m'interromps :


"Hum, excuse-moi, je peux m’asseoir là où tu as besoin de toute la place ?"



Le charme est rompu. Ma main se crispe et les mots se tarissent. Je lève les yeux vers toi. Tu n'es pas très grande et je dirais que tu es plus jeune que moi. Tu n'as pas l'air méchante et tu me fixes avec tes grands yeux bleus océan. Je suis sur que nous aurions pu être amies. Il aurait fallu que l'on se rencontre ailleurs à un autre moment. Mais à ce jour, je te déteste. Tu es arrivé dans ma vie au mauvais endroit et surtout au mauvais moment. Comment aurais-tu pu le savoir ? Je n'en ai rien a cirer. Le fait est que tu es là, toi et tes putains yeux bleus à me rappeler que je suis seule. Une colère insensé s'empare de moi, rhhaaa ! Je sentais presque sa présence à mes côtés. Je décide de ne pas te répondre. Je baisse les yeux et me replonge dans mon travail, bien que l'inspiration ne soit lus là et que la magie est brisée. Je fulmine en silence. Vas-t'en ! Je veux que tu partes. Je veux être seule.



Hors RP:
 

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Thanks Ethan, it's perfect [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: I am tired of beeing put off.   Mar 22 Juil - 11:09

|| UP ||

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intha Dyreliv
Elève Discret ♪
♣ Messages : 44
♣ Date d'inscription : 05/07/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : /


MessageSujet: Re: I am tired of beeing put off.   Ven 8 Aoû - 13:52

[Je suis en vacances et j'ai quasiment pas de temps pour écrire. Donc pour l'instant ça risque d'être difficile pour moi de répondre. Merci.]

___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mercii Wiwie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nathanaël Von Arlex
Administratrice Sherlock
♣ Messages : 1366
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: I am tired of beeing put off.   Dim 4 Jan - 23:05

|| RP abandonné. C'est ici pour venir le récupérer : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ||

___________
C'est facile d'être plus logique que l'univers - Gryfi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Parce que vous êtes vraiment trop géniaux ♥:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/ArtisticAcademy.rpg

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I am tired of beeing put off.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I am tired of beeing put off.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Danticat: Yes, Haitians are tired, but they are not defeated
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» (terminé) + a friend never gets tired of listening to your dramas over and over again ◈ alvawick
» I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian
» I don't care, I love it!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-