Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Sam 15 Mar - 22:24




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Retrouvaille





Aujourd’hui plus que jamais la jeune Beethoven avait les nerfs à vifs. Elle avait passé une nuit entière à travailler dans la salle de musique à cause d’un librettiste du nom de Lorenzo Da Ponte qui avait prêté sa plume à Mozart lors de l’écriture d’un libretto. D’accord on ne comprenait rien à ses idées ce qu’elle voulait dire par la c’est qu’elle devait travailler un morceau de Mozart pour une représentation qui avait lieu quelques jours à peine après aujourd’hui et que sa prof déjà qu’elle lui cassait les pieds lui avait demandé de présenter un exposé sur le pourquoi du comment ce morceau avait été crée. Heureusement Amanda n’était pas la seule à avoir subi cette sentence. La jeune fille brune de 16 ans  était en proie pour la première fois à la sédition, un état de révolte qui s’aggravait au fur et à mesure quel avancer vers la salle de sport. Sédition contre sa prof et contre l’établissement qui avait eu l’idée de faire passer ce concert alors qu’il y avait le bac blanc juste après encore. Mais qu’est ce qu’ils pensaient ? Que les élèves n’avaient que sa à faire ? On n’est pas que des robots, on a une vie, des amies, de la famille. Ok ses deux sujets étaient sensibles chez la jeune fille. Mais mieux valait ne pas trop s’attarder. La salle de sport se dresse fièrement du moins c’est ce qu’elle suppose. Elle pousse la porte du gymnase comme quelqu’un de déterminé. Elle chercha avec beaucoup de minutie un prof qui pourrait accomplir sa demande. Et d’ailleurs elle le trouva même si le problème c’est que c’est le prof le plus têtue qu’il existe et qu’il n’avait pas beaucoup de gentillesse. Un débat s’ensuit alors dans le couloir prêt des vestiaires des filles. Et quelques haussements de voix surtout de sa part. Ce n’était pas si dur de lui prêter une épée. Ils en avaient ici elle le savait car il y avait un club. Amanda n’avait jamais pu y rentrer, non pas qu’elle ne le souhaitait pas, c’est sa mère qui était contre. Et du coup le prof était réticent à lui en fournir une et lui proposa plutôt si elle voulait se dépenser une partie de ping pong. Ça la mit hors de rage :

-Monsieur je ne suis pas pongiste moi ! Je suis championne en escrime !

N’essayer pas de lui faire faire du ping pong alors que son sport de prédilection s’était l’escrime faut pas pousser mémé dans les orties. Il lui fallut montrer des photos de concours qu'elle gardait sur son téléphone et après moult arguments elle finit par le convaincre. Elle quitta la salle, l'épée à la main. Ce n'était pas une épée d'escrime qu'elle avait comme arme mais une bonne épée digne de celle qui avait croisé sa route à la chapelle. Pourquoi partir alors qu’il y avait une salle avec des partenaires de jeux. Non, elle préféré la caresse du vent froid sur son visage. Elle préférait la nature au mur de brique. D’un pas franc elle partit vers le lac. Pourquoi le lac ? C’était une bonne question. Dorénavant elle longeait la rivière qui jouxtait le lac, un albatros se laissé dérivé par l’eau liquidienne en compagnie d’autres de ses compatriotes mais aussi des canards. Elle laisse l’épée frôler le sol, butant sur de la terre fraichement retourné, elle n’y prend pas garde occupé à regarder se qui vient d’apparaitre à l’autre bout du lac. Tient donc…Il est temps de réglé les compte très cher…

-Gabriel S.O’Angels !!!

Code by BlueBerry



___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Dim 23 Mar - 12:20

Le sang coula le long de sa joue, sous le regard vide d'expression du garçon. Son visage pâle et ses cheveux en tresse lui donnait l'air d'une poupée et en même temps d'un être spectral qui tentait d'agripper sa petite main vers le jeune homme. Elle n'était pas responsable de ce qui arrivait mais les dommages collatéraux existait. Et de toute manière, sinon, elle n'aurait plus eu de famille. Lui n'en avait jamais eu.

Gabriel ouvrit les yeux et la scène qui se déroulait se retrouva plonger dans le noir. Un rêve. Ou un cauchemar. Ou aucun des deux. Il ne savait pas trop. En tout cas, il était maintenant sortit des bras de Morphée. Il resta immobile, le regard vide de sa demi-soeur encore bien là, derrière ses yeux noir. Sa gorge serré lui donnait l'impression d'avoir les ganglions gonflés et un goût amer semblait tout droit remonter de sa trachée. Il se redressa et posa sa tête entre ses mains. Un sentiment de dégoût et de haine s'insinuant en lui comme un serpent. Etait ce donc de sa faute ? Sa mâchoire se serra. Cette académie... ça avait été une très mauvaise idée. Ca le rendait moins sur de lui. Bien sur que ce n'était pas de sa faute. Il n'était qu'un monstre, c'était la faute de ses créateurs. Il n'était qu'un outil. C'était ce qu'il s'était toujours dit. Ce qu'il avait toujours cru. Alors pourquoi douter maintenant ?

Peut être était ce dû à cette lettre qu'il avait reçu d'Allemagne. Un mémorandum retraçant tout les événements des 24h avant le soi-disant suicide du père de Gabriel. Pour quoi envoyait il ce document maintenant ? Il avait été transborder de l'Allemagne vers l'Angleterre avant d'être appareillé par bateau et cela mettait Gabriel mal à l'aise. Pourquoi ce document avait il dû passé par là auparavant ? Est ce que les enquêteurs se doutaient de quelque chose ? S'il trouvait un nouvel élément, le garçon risquait de se faire pécho, et pas par une fille. Il devrait redoubler de prudence dorénavant. Sinon, il finirait au fond d'un trou et tout ce qu'il pourrait voir par le soupirail de sa cellule ça serait des murs de briques de l'édifice qui serait dressé tel les statues du jugement dernier, pour le voir enfin brûler en enfer. Il se leva et ferma le paravent qui se trouvait devant sa porte. C'était sensé permettre d'isoler les démons. Il préférait prendre ses précautions au cas où. Pas qu'il avait peur qu'il y en ai un qui rentre mais plutôt que le sien s'en aille avant qu'il n'ait le temps d'occir cette femme qui prétendait être sa mère. Dans le mémorentum qu'il avait reçu, on parlait d'un voyage prévu par son père et d'un hydroglisseur qu'il aurait commandé et loué pour peu après, une histoire louche qui aurait mit aux enquêteurs la puce à l'oreille. Pourquoi se suicider alors qu'on prévoyait de partir ? Il demandait sa permission pour rouvrir l'enquête. C'était clairement pour eux une manière de le tester.

Il alla prendre une douche brûlante, comme pour essayer de se remettre les idées en place, s'habilla et sortit sans sa cape étant donné qu'il faisait si beau. Accroché dans son dos, son sabre qu'il ne quittait pas. Il se dirigea vers le lac, comptant s'asseoir sur un banc et continuer à réfléchir à son plan pour se venger au mieux de sa mère. Il n'avait pas encore répondu à sa dernière lettre hésitant sur la meilleur façon de lui faire croire qu'il pourrait se revoir, de manière à pouvoir se débarrasser d'elle discrètement. Il n'avait pas encore trouvé l'endroit idéal. Il marcha donc sur le petit chemin irrégulier qui menait jusqu'au lac, lac qui déjà scintillait, caressé par le soleil de printemps qui cette année n'avait pas l'air timide au grand plaisir du Beethoven. Les brins d'herbe étaient maintenant velus et bien portant, disparut les engelures de l'hiver. Il n'aurait pas eut ces cicatrices violacés et boursouflés sur les bras, il aurait volontiers troqué sa chemise pour un T-shirt. Mais malheureusement, elles resteraient là pour toujours comme pour lui rappeler qu'il n'aurait de répis que lorsque ces être détestables irait pourrir en enfer avant que lui même ne s'y retrouve. Il failli faire un détour par l'écurie pour voir son étalon qui avait du subir un vermifuge. Lui qui détestait le vétérinaire allait lui râler dessus encore longtemps. Du coup, il préféra remettre sa visite à Nord pour le lendemain dans le courant de l'après midi.

Il en profiterai pour composer maintenant qu'il avait vraiment  appris le solfège et ces choses là. Il aimait bien composer. Il avait l'impression dans ces moments qu'il pouvait construire quelque chose une fois, au lieu de détruire. Ou alors il lirait le livre qu'il devait achever pour français, un poème étrange qu'il n'appréciait guère, d'un certain Francis Picabia. Il détestait ce poème qui parlait de Jésus d'une manière que le Beethoven trouvait trop légère ayant lui même été élevé dans un milieu très pratiquant. Cela s'appelait « Jésus-Christ Rastaquouère. Il avait déjà auparavant été obligé de lire « Rateliers platoniques » du même auteur qu'il ne trouvait pas non plus à son goût. Et forcément, les points que le professeurs lui donnait pour des critiques si négatives étaient assez bas ce qui énervait le garçon.

-Gabriel S.O’Angels !!!


Le garçon sursauta et sa main, par réflexe, se posa sur la poignée de son arme. C'est là qu'il aperçu de l'autre côté du lac Amanda. Elle lui faisait signe d'une main, l'autre tenant une épée qu'elle avait du avoir à prêter de la salle de gym vu qu'elle semblait particulièrement simple et un peu abimée. Le jeune Beethoven se surprit à sourire avant de vite effacer cette preuve d'humanité de son visage et se dirigea vers la Beethoven. Il savait que la dernière fois qu'il s'était vu, le garçon avait commis erreur sur erreur et c'était très mal conduit. Enfin... c'était un euphémisme, il s'était conduit comme un crétin infini. Il se dirigea donc vers la jeune fille, une boule au ventre. Elle était là, c'est yeux bleus fixé sur lui. Une fois qu'il fut près d'elle, il s'approcha doucement. Pris la jeune fille par la taille et l'embrassa délicatement sur les lèvres.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 


Dernière édition par Gabriel S. O'Angels le Dim 23 Mar - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nathanaël Von Arlex
Administratrice Sherlock
♣ Messages : 1366
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Dim 23 Mar - 19:02

|| *un Sherlock sauvage apparaît* Gaaaab bravo c'est toi qui a utilisé le mot magique, qui était ganglion ! Cela signifie que tu as l'immense privilège de pouvoir refiler un des mots que tu n'as pas encore placés à Amanda 8D

Outre ceci (car ce n'est pas tout !) je conteste deux mots (eh oui ce n'est pas si facile que ça !) à savoir : velu et boursoufler. Velu car tu l'as employé de manière approximative (l'herbe, tout ça) et boursoufler car tu l'as transformé en adjectif alors que c'est un verbe. Voilà, try again =p *Sherlock disparaît* ||

[EDIT : suite à un problème technique, Amanda n'avait pas le mot ganglion dans sa liste, par conséquent le coup du mot magique tombe à l'eau. En revanche, comme Gab tu t'es retrouvée avec un mot de plus suite à ce léger incident, pour compenser nous fermons les yeux sur l'utilisation approximative d'un des deux mots pointés du doigt ci-dessus (velu et boursoufler). A toi donc de choisir lequel de ces deux mots tu souhaites rayer (merci de l'indiquer au début de ton prochain post. Désolée du dérangement mes petites kinder ♥]

___________
C'est facile d'être plus logique que l'univers - Gryfi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Parce que vous êtes vraiment trop géniaux ♥:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/ArtisticAcademy.rpg
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Dim 30 Mar - 15:00




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Préparation





Il s’approcha d’elle tel un enfant insouciant du danger imminent, la prenant par la taille et l’embrassant avec une délicatesse qu’on n’aurait pu imaginer de la part du garçon quelques semaines auparavant. Mais il faudrait qu’il se méfie car  oui qui aurait peur de la si douce Amanda, qui fait preuve d’obligeance pour son prochain. Celle qui on le pense n’est pas capable de se battre, de se défendre, ne connait pas le langage de la bagarre et de l’attaque tels que rififi, mot qu’elle trouve particulièrement inutile ou encore bourre-pif, règlement de compte, baston. Il faut en citer d’autre ou cela vous suffi ? En parlant de règlement de compte, elle en a un a réglé dans l’immédiat.  Et c’est Gabriel qui est en première ligne de mire. Cet idiot, pensé maïeutique qu’elle n’aurait jamais pu imaginer émettre dans son esprit avant aujourd’hui, lui avait menti, elle le savait car elle avait vu, vécu, appris. Certes d’une manière peu orthodoxe mais elle n’en avait rien à faire. C’était le fait, le principe. N’avait-il pas promis de ne pas s’occuper de sa mère, ne plus jamais y repenser ? Certes elle avait été horrible avec lui mais ce n’était pas une raison de vouloir sa mort. Cette femme avait changé…On saura plus tard comment la jeune pianiste le savait. Pour l’instant elle poussa le garçon loin d’elle. Son visage fermé, preuve de stoïcisme face à celui qu’elle est censé aimé. Sauf que là ce n’est que de la colère qui enflamme son cœur, il l’embrasse et le consume. La colère qui provoque chez elle une inhibition de la parole. Elle ne sait pas quoi dire en fait si elle sait quoi dire mais tout ce bloque dans sa gorge. Sa main dont les phalanges blanchissent, sert avec énergie l’épée. C’est l’épée ou la gifle. C’est ça qu’il fallait ce dire. Un peu cru c’est fort vrai mais rien à faire.  Elle rage, elle ne sait pas par ou commencer. Elle hésite, doute sur ce qu’elle doit dire, si elle doit dire la vérité d’ailleurs. Il sera en rage, hors de lui si c’est possible. Mais elle s’en moque à vrai dire. Regarde Gabriel  il n’y a personne, n’y même de paparazzis, ce qu’elle va t’annoncer ne sera pas une victime de la mondialisation. Donc elle pouvait lui annoncer…Elle se pinça légèrement la lèvre gênée maintenant, elle fit un pas en arrière pour prendre un peu de recule. Prenant une grande bouffée, elle allait se lancé vers un grand saut. La colère lançant place au peu de jugeote qu’elle avait encore. L’intersubjectivité allait commencer entre ses deux personnes, l’amour sera t’il plus fort que ce qui allait suivre ? Peu être qu’elle allait tout gâcher. Le semblant de résistance dans leur couple pouvait lâcher. Elle aurait du dormir aujourd’hui, prendre des somnifères hier soir après son boulot dans la salle de musique ça  l’aurait fait dormir très longtemps alors peu être qu’elle ne serait pas venu dans ce lieux à la base enchanteur. Peu être qu’elle aurait été à la grotte, un lieu reposant ou l’eau coule dans un bruit relaxant. Ou les gouttes qui tombent finissent par former des stalactites et des stalagmites, l’eau y est chaude en été et beaucoup s’y mettent en dessous. Mais non elle est la dans ce lieux plutôt romantique avec le cygne et les albatros. Avec le banc posté à coté du vieille arbre, avec l’herbe verte qui grimpe jusqu’aux chevilles lorsqu’elle n’est pas tondu. Mais elle ne cherchait pas à se faire pardonné, elle voulait qu’ils s’expliquent et que lui il soit cristallin, qu’il soit transparent.

-Tu as toujours en tête cette idée n’est ce pas ?  Tu veux absolument te venger ? Ne me ment pas s’il te plait…Je l’ai promis à Alastar…



Code by BlueBerry



___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nathanaël Von Arlex
Administratrice Sherlock
♣ Messages : 1366
♣ Date d'inscription : 02/12/2011
♣ Age : 21


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Dim 30 Mar - 21:48

||*Natou, le retour* Je conteste maïeutique, mal utilisé (j'ai même pas compris la phrase en fait...) courage courage ! ||

___________
C'est facile d'être plus logique que l'univers - Gryfi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Parce que vous êtes vraiment trop géniaux ♥:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/ArtisticAcademy.rpg
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Ven 4 Avr - 16:35

//Okok:3 J'enlève boursoufler :PJ'ai pas envie de faire subir des choses étrange à Amandy 8DDD Mufufu //

Lorsqu'Amanda repoussa Gabriel ce dernier su tout de suite que quelque chose n'allait pas. Dans le regard de la jeune fille, flambait une colère sourde. Aie. Le Beethoven qui s'était promis d'apprendre à être un petit copain un peu plus normal à l'avenir se heurtait à un mur d'incompréhension. Qu'avait il encore fait ? Pourtant, cette fois ci, il ne pointait pas de sabre sur la jeune fille. Elle regarde le garçon d'un air menaçant. L'insouciance qu'avait essayé de feindre le blond se transforma en cet air qu'il avait toujours avec elle, mi-effrayé, mi-inquiet. Un mélange assez spécial qui en aurait fait rire plus d'un étant donné les antécédent du garçon et pourtant cette peur qu'il avait pour la frêle Amanda était réelle. Le monde disparut autour de lui tandis que la jeune fille plongeait ses yeux d'un bleu si intense dans les sien, noir de jais. Le lac scintillait doucement touché par les rayons du soleil. Les arbres dont les branches restait immobile, sans ce vent qui les secouait et les insectes voletait de fleur en fleur pour butiné tandis que le printemps reprenait peu à peu ses droits. Un jour, le Beethoven avait vu un reportage sur des insectes aussi dangereux que l'était la mouche tsé-tsé ou encore les guêpes tueuses, on y parlait entre autre des punaises, ces petits insectes à la carapace en forme d'ovale ou même des fourmis d'Amérique du Sud qui dévorait des carcasses et des animaux entier. Rien que d'y penser, le jeune homme frissonna. Ce n'était pas un grand amateur d'insecte depuis cette époque. A quelques mètres d'eux, une araignée tissait une toile de ses pattes velues tandis que sur le lac, un albatros secouait ses ailes hésitant à prendre son envol. Amanda aussi semblait hésité à parler. Mais après avoir pris sa respiration, lançant comme si ce n'était qu'une phrase en l'air :

-Tu as toujours en tête cette idée n’est ce pas ?  Tu veux absolument te venger ?

Gabriel se doutait qu'il ne pourrait garder ses secrets éternellement. Pas à Amanda. Elle était bien trop maligne et le comprenait trop bien. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle le sache si vite. Il avait pris ses précautions pour qu'elle ne sache rien de ses complots. Alors comment... ? Il jeta un bref coup d'oeil autour de lui, comme si quelqu'un risquait de surgir à tout moment et de tenter de l'égorger ou de l'emmener en prison. Si on avait pris les battements de son coeur à cet instant, les résultats auraient surement été intéressant. C'était toujours pareil en présence de la Beethoven. Le garçon ne contrôlait plus rien. Il se sentait comme dans un téléphérique ou un ascenseur. Ces engins là le rendait complètement malade, lui donnait mal au coeur, le faisait vraiment stressé. Imaginé si le câble de l'un comme de l'autre se rompait. L'horrible possibilité de chute tournait toujours en boucle dans la tête du garçon dans ses cas là. Ou comme de faire du saut en parachute, du rappel ou un truc du genre. Etre amoureux, c'était bien plus dangereux que le plus dangereux des sports extrêmes. Le garçon se concentra sur sa petite amie. Il s'apprêtait à nier tout en bloc, près à trouver des excuses, étant très doué pour cela lorsqu'elle ajouta quelque chose qui eut pour effet de le clouer sur place :

-Ne me ment pas s’il te plait…Je l’ai promis à Alastar…

Ce fut comme un coup de poing dans l'estomac. Alastar. Alastar ? Comment ... ? Il fallut quelques secondes au blond pour se remettre du choc. Un nouveau fantôme du passé de Gabriel venait le hanter. Comme Amanda pouvait savoir, que racontait elle ? Promesse ? A Alastar ? Il fallut quelques seconde supplémentaires au garçon pour se souvenir que son meilleur ami était mort. Brûler dans l'incendie de son village. Elle ne pouvait pas parler de lui. Il devait s'en persuader. Dans un premier temps, il pensa qu'il avait mal entendu. Tenta de se persuader. Echoua. La douleur qui naquit dans le ventre de Gabriel lui prouva une fois de plus qu'il n'était pas si fort qu'il tentait de le faire croire. Il n'avait jamais tout à fait accepter sa mort. Il serra ses poings, vacillant.
La carapace qui l'avait retenu prisonnier si longtemps et qui commençait juste à s'ouvrir se referma, comme le garçon était en train de le faire. Son regard se durcit, ses yeux noir brillant. Tout son corps se crispa. De quel droit ? De quel droit se permettait elle de parler en son nom ? Il lui avait fait confiance depuis le début. Quel idiot il avait été. Il fit 2 pas en arrière. Pourquoi n'avait il pas écouté cette petite voix prudente qui lui martelait depuis le début de se méfier et de garder ces distances. Les graviers crissèrent sous ses chaussures. Il balaya d'un revers de la main les sentiments qui manquaient de l'ensevelir, laissant contrôle au plus fort d'entre eux. La colère. Celle qui le rongeait depuis temps de temps. Qui l'avait suivi tandis qu'il faisait plus de pas sur le chemin de la vengeance qu'un podomètre aurait pu en compter. Alors qu'il avait parcouru tant de chemin et se retrouvait maintenant exactement au même point qu'au départ. Il tournait en rond et ça commençait à le rendre fou. Plus qu'il ne l'était déjà en tout cas. Et les pensées sombres qui si souvent se nichaient dans les recoins de son esprit semblait vouloir l'ensevelir. Il ne parvenait même plus à s'avoir qui il était. Ce qu'il était. Cet amour qu'il avait pour Amanda allait le perdre. Il fallait que ce petit jeu s'arrête


___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Dim 27 Avr - 20:26




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'histoire






Vacance de février



Elle marche, marche à la recherche de quelque chose, d’un lieu plus précisément.  Il lui en a parlé quelques fois quand il lui comptait son histoire. La jeune fille à ce moment la n’avait jamais été aussi à l’écoute de ce qui l’entourait. Deux semaines, elle restait deux longues semaines dans ce pays qui n’était pas le sien. Ses cheveux brun soulevé par le vent de l’Irlande. Car oui c’est la qu’elle était.  Et ce qu’elle cherchait ce tenait maintenant sous ses yeux. Dans un petit faubourg de Hamish se trouvait une église, un lieu plein de haine et de souffrance.
Voici la présentation de la jeune fille : Mademoiselle Edgecomb spécialiste dans l’histoire de l’Irlande et amatrice d’architecture ancienne au niveau des églises. Apparence physique : étudiante d’une vingtaine d’année.   Ça c’était si jamais on posé des questions à la jeune fille.  Ici elle n’avait confiance en personne et justement elle ne connaissait personne.  Elle pénétra dans l’église après avoir forcé un peu sur la poignet de la porte en bois massif. Un vieux grincement suivi le glissement et les bruits de talons retentirent. Ses talons. La jeune fille n’était pas croyante, du moins elle ne l’était plus depuis la mort de son grand frère. Déniant le signe de croix de d’habitude elle s’avança jusqu’à l’autel. Sa blanche main se posa dessus avec un frisson. Non pas qu’il faisait froid, c’était à cause de ces souvenirs, pas les siens justement mais ceux de Gabriel. Sa motivation première. Celui pour qui elle avait passé des nuits blanches à se documenter sur l’Irlande.  Elle sert le poing sur cet autel, une flamme froide de colère danse dans ses yeux bleus.

-Qui êtes-vous ? Vous n’êtes pas d’ici…

Elle se retourne brusquement, ses yeux encadraient par des lunettes repèrent celui qui à parlé. C’était un jeune homme de son âge, qui semblait d’ici, de part son accent mais aussi son attitude. Elle était méfiante, très méfiante. Mais elle avait besoin de renseignement pur retrouver quelqu’un, quelqu’un qui pourrait l’aider à aider une personne qui leurs étaient chères en commun. S’ensuit donc une discussion assez intéressante. C’est la jeune fille qui commença :

- Je m’appelle Amanda Edgecomb, historienne et grande amatrice d’église ancienne et je suis en visite ici dans le but dans étudier son histoire. Vous êtes d’ici ?
- Oui je suis d’ici, c’est mon village d’enfance…


La discussion semblait partir vers une bonne voix, maintenant pour approfondir il faut le faire parler.
-Est-ce que vous pourriez me parler de ce petit village… Autour d’un café peu être ?
- Vous êtes journaliste ou quoi ?


Aie ! Doucement Amanda tu vas griller ta couverture. En plus ce mec est méfiant, vachement méfiant et plutôt très froid. C’est typique du village pas possible sinon ! Gabriel est exactement pareil.

- Non, je vous ai dis, je suis historienne. S’il vous plait vous me rendriez un grand service…
-Pfff si ce n’est pas moi ce sera un autre, mais rapide je n’ai pas que ça a faire madame….
-Mademoiselle, mais appelé moi Amanda ! Merci beaucoup !
-Très bien Amanda, moi c’est Alastar, le café se tro…
-Pardon ?!Vous vous appelé comment ?
-Alastar, mon prénom vous gêne ?
-Mais… Tu n’es pas mort ?


La phrase était sortie comme ça, sans vraiment réfléchir. Et la couverture un temps soit peu plausible venait d’exploser. Ce qu’elle remarqua très vite quand le dénommé Alastar la plaqua contre un mur de l’église. Comme quoi les églises lui portait la puasse : son frère, Gabriel et maintenant lui.

-Je suis bien vivant et celui qui dit ça est un c*n n'est ce pas ?

De retour au  présent


Il avait raison pour sur, là Gabriel se comportait comme un c*n . Un gros d’ailleurs parce qu’il la jugeait d’un œil mauvais. Petit raisonnement maïeutique, elle n’y aurait jamais pensé si Alastar ne lui avait pas mit la puce à l’oreille. Gabriel avait un sale œil, l’œil de quelqu’un qui allait sauter sur l’ennemi, l’attaquer jusqu’à la mort d’un des deux. Mais voilà elle n’était pas un ennemi comme les autres, comme ceux à qui il avait eu affaire : son village, sa mère, Alastar (qui était devenu plus qu’un ami) et sa bande de pote stupide, idiot et tout. Elle, elle souhaitait qu’il soit en paix avec lui-même. Même si monsieur rechigné à apporter son aide. Alors qu’il reculé de deux pas, elle, elle s’avançait de deux. Gardant ainsi la même distance. Elle garde l’épée pas loin d’elle, lui il est armé et en colère et elle elle lui en veut pour ses mensonges et son manque de confiance.

-Arrête ! a chaque fois que je te dis un truc tu fais : grrr alors moi aussi je vais faire : grrr si tu continu à me mentir comme ça et tu sais très bien qui des deux va gagner !!!


Code by BlueBerry



___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Ven 2 Mai - 7:16

Gabriel regarda autour de lui à la recherche de quoi que ce soit pour le soutenir. Mais autour du lac, seul quelques arbres se dressaient, leurs feuillages aux couleurs de printemps. Et le Beethoven n'étant ni un ..., ni un bonobo, il ne comptait pas aller grimper à un de ses arbres pour s'y abriter et échapper au regard menaçant d'Amanda. Il resta donc droit, ses yeux noir fixe, tourner vers ceux bleus de la jeune fille. Elle le rendait toujours comme ça... sur la défensive. Il grinça des dents, car en réalité, il savait que ce n'était pas vrai. Il avait toujours été sur la défensive. La vérité était qu'avec la Beethoven, ce comportement qu'il avait lui pesait sur la conscience. Il détestait ce qu'il était depuis longtemps mais avec Amanda, cela c'était encore pire. Et lui avoir révélé ces secrets ne les avaient pas rendus plus proches comme on aurait pu le croire. Il avait l'impression qu'il étaient tous les deux sur des longueurs d'ondes bien différentes, voir opposées. Mais cela n'éteignait pas le feu qui s'allumait dans le coeur du garçon lorsqu'il posait son regard sombre sur la jeune fille. Bien au contraire. Il ne parvenait plus à dormir, l'image de la jeune fille dans la tête, d'elle et de sa vengeance. Il ne parvenait pas à faire le choix. Etait-il forcément obliger ? Les deux cohabitait pour l'instant.
Son regard se perdit l'espace d'un instant dans les souvenirs. Il avait l'impression de s'enfoncer dans un marais boueux ou il risquait à chaque instant sa vie. Parviendrait il jamais à se débarrasser des démons qui le hantaient ? Ses ténèbres qui se répandaient au plus profond de son âme était en train de le dévorer. Il s'auto détruisais. Depuis le début. Mais au fond, il le savait bien. C'est ce qu'il désirait. Un relent de dégoût envahi la bouche du Beethoven, dégoût de lui même, dégoût des autres, dégoût en la condition humaine. Etre condamné à traîner dans la poussière, était ce donc le pitoyable destin des hommes ? Son destin ? Comment aurait il pu l'accepter ? Il ne s'abaisserait pas à attendre et vivre uniquement pour des lendemains inutile.

-Arrête ! a chaque fois que je te dis un truc tu fais : grrr alors moi aussi je vais faire : grrr si tu continu à me mentir comme ça et tu sais très bien qui des deux va gagner !!!

La colère dans son regard révolta d'avantage Gabriel. De quel droit ? De quel droit se permettait elle de lui dire ça ? Elle qui avait autrefois ressenti de la douleur, pourquoi ne comprenait elle pas la sienne. Il la regard, le regard brillant de colère. Toutes ses nuits sans dormir à chercher à savoir comment aimer. Tout ça pour quoi ? Pour être traiter comme on l'avait toujours fait. Le traiter de menteur, de monstre. Pour elle, il n'était bon qu'à aboyer et à mordre. Il était fatigué de ce rôle. Il était fatigué de jouer les méchants à longueur de journée. Fatigué aussi de devoir balayer d'un revers de main le regard vide de sa demi-soeur. Hanté par les souvenirs  d'un passé qu'il avait choisi de suivre uniquement parce que les autres lui avaient dit de le faire. Car il n'était finalement que leur esclave, les assurant dans cette vérité à laquelle il avait toujours cru. Il décrivait le garçon comme un monstre, alors il était devenu ce monstre qu'il décrivait. Etait ce aussi simple que ça ? Certainement pas. Mais trop longtemps Gabriel c'était forcé à le croire. Et dorénavant, revenir en arrière serait nié son existence entière et endosser la responsabilité de tout ce qu'il avait commis. Et à ça, il n'était pas près. Pas encore. Sans doute jamais. C'était cela qui épuisait le jeune homme, se déni, cette tentation de croire qu'il n'était pas responsable. Qu'il n'était qu'un monstre. Que ça. La seule parenthèse à cette vie qu'il faisait croire être la sienne était la musique. C'était le seul moment ou il pouvait avouer sa culpabilité à travers ses morceaux. Ou il pouvait être lui même sans risquer de devenir fou.

Bien sur Gabriel perdrait. Quoi qu'il arrive. S'il continuait à mentir il perdrait Amanda. Il perdrait l'amour comme il ne l'avait jamais connu. Il perdrait tout ce qui comptait à ses yeux désormais. Il perdrait son humanité aussi, enfin... le peu qui lui en restait Mais dans l'autre cas... il perdrait la face, sans doute perdrait il aussi la tête. Il perdrait l'équilibre fragile et précaire dans lequel il se maintenait pour des eaux troubles et dangereuses. Jamais il ne pourrait prendre ce risque. Il avait bien trop peur de ce qui lui arriverait. Il avait bien trop peur de renier ce qu'il était devenu au fil du temps. Alors oui, quoi qu'il arrive, il ne gagnerait pas. Le garçon regarda avec désespoir Amanda. Si il ne parvenait à lui mentir alors il la perdrait. C'était une évidence.

« - Tu croyais vraiment que je serais capable de laisser tout ce pour quoi je vis seulement parce que tu me le demandais ?

Il avait haussé la voix, énervé avant de se rendre compte de ou il se trouvait et de tourner la tête pour s'assurer que personne ne fasse attention. Heureusement, les disputes de couple semblait quotidienne et les gens ignorait tout simplement Amanda et Gabriel.

« - Et laisse Alastar en dehors de ça, il est mort, laisse au moins son âme tranquille.

Le garçon ferma les yeux avec tristesse. Lorsqu'on lui avait annoncé cet incendie et qu'on avait déclaré son ami dans les victimes, il avait eu un choc. Il s'en voudrait toute sa vie pour ce camarade qui l'avait tiré de l'enfer dans lequel il avait vécu. Il aurait voulu le retrouver, il c'était promis de donner une partie des richesses dont il avait hérité au garçon, pour lui permettre de quitter son village comme il en avait toujours rêvé. Et il était mort... dans ce village qu'il détestait autant que Gabriel même si ces raisons étaient différentes.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Ven 2 Mai - 17:23

|| *Tanou, l'intervention, en live pour vous mesdames et messieurs 8D* Je tiens à féliciter Amanda pour avoir réussi à placer la totalité de ses mots dans ses réponses au RP, ainsi que Gaby, qui est lui aussi parvenu à mettre tous ses mots. Certes, Gaby y est parvenu un post après Amanda, mais comme c'est Amanda qui a commencé le RP, je pense que l'on peut considérer qu'il y a égalité (oui parce que du coup elle avait un post d'avance, m'voyez ?) Voilà voilà, peut-être qu'on vous proposera quelque chose pour vous départager (à voir) en attendant, vous pouvez continuer ce petit RP normalement =p||

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Sam 3 Mai - 16:23




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'histoire





Présent


Remord, beaucoup de remord. Elle s’en veut de le torturer ainsi. Elle est injuste avec lui et elle le sait très bien. Elle lui en demande trop  après tout on ne peut pas renier ses objectifs mais non elle n’arrive pas, elle se sentirait encore plus  coupable que lui. De l’avoir laissait faire ça ferait mal à Amanda, la jeune Beethoven ne voulait pas de mort, elle n’en voulait plus et même si leur couple ne durait pas ce serait comme une mission pour elle. Un devoir de. Le protéger, s’il faisait ça un jour ou l’autre il se ferait choper. Certes ce ne serait pas elle qui le dénoncerait, elle lui avait promis la toute première fois, autour de ce verre qui a fait que leurs destins se sont réunis même si c’est pour une courte durée peut être.  Elle le regarde, se pince ses délicates lèvres avec ses dents dans un signe de gêne…Son regard vient de croiser le regard de son petit ami. Enfin petit ami pour plus très longtemps vu comment sa part en cacahuète.  Gabriel la regarde avec une certaine pointe de désespoir…Elle le regarde avec aussi plutôt du désarroi.

« - Tu croyais vraiment que je serais capable de laisser tout ce pour quoi je vis seulement parce que tu me le demandais ?

Elle n’est pas stupide très cher mais l’espoir fait vivre et même si depuis longtemps elle avait renié l’espérance. Gabriel !! Elle a envie qu’il comprenne, qu’il comprenne que c’est dans la nature de la jeune fille de vouloir protéger ceux qu’elle aime. C’est aussi une bienveillante, une fille qui a besoin d’aider son prochain, de le protéger.  Même s’il n’allait pas respecter sa demande c’était dans ses obligations de lui dire.

« - Et laisse Alastar en dehors de ça, il est mort, laisse au moins son âme tranquille.

Ouille, il en est toujours sur, vraiment sur. Mais voilà ça allait faire mal, très mal. Elle s’en voulait d’avance de la blessure qu’elle allait lui infligé. Il ne savait pas comment lui surtout il allait réagir…C’est bien pour ça d’ailleurs qu’elle venait juste de s’approcher de lui et de lui prendre les mains. Les siennes un peu froide, elle avait laissé la pauvre arme de l’école derrière elle, elle gisait par terre et puis c’est tout. Revenons aux mains de la jeune fille qui serrait toujours celle de Gabriel. Beaucoup de questions se chamboulaient dans sa tête notamment : comment il allait réagir ? Ce qu’il allait dire ? S’il allait refuser d’y croire…C’était fort possible vu son caractère il faut le dire c’est ce qu’elle pensé : borné.

-Gabriel… Les morts ne plaquent pas les vivants contre les murs. Il est toujours vivant Gabriel : en chair et en os je confirme…

Vacance


Elle le pousse, la pierre froide avait défoncé son dos et la jeun fille avait bien l’intention de comprendre. Il est dit que le cher et tendre Alastar est mort lors de l’incendie et qu’il n’a pas survécu c’est sur. Alors qu’est ce qu’il fou la ? Elle le regarde, un air a la fois complètement paumé et aussi résolu. Qu’est ce qu’il fou ici ? Mais déjà tout revient dans son esprit…Gabriel, un co*…Non pas dans la même phrase. Elle ne le tolère pas, pas du tout même. Et puis faut l’avouer ils avaient un problème tout les deux.

-Tu me connais pas mais je peux te certifié qu’il n’est pas ce que tu dis… On peut parler ailleurs s’il te plait ?

Elle avait abandonné son numéro de petite étudiante qui bosse, cette église maintenant qu’elle avait fini son petit numéro lui donné froid dans le dos. Déjà qu’elle n’aimait pas ça mais si en plus c’était un lieu tragique il est normal qu’elle fuit. Mais heureusement monsieur est du genre curieux enfin du moins c’est ce qu’elle pensait vu qu’il sortit, enfin il la laissa passer d’abord. Elle ne se fit pas prier et le vent la cueilli sans trop de mal faisant un peu décoiffé sa chevelure. Elle le suit sans trop poser de question. A vrai dire elle avait peur qu’il change de comportement, d’opinion et si elle se fait balancée. Finalement il bifurque et l’emmène prêt d’une rivière…Rivière. C’est celle la ? Celle de l’histoire…La ou tout a commencé…Elle lui en veut, elle le déteste un peu quand même alors elle reste méfiante. Il prend place sur un banc et lui fait une place. Elle n’hésite pas et s’installe, une preuve du doute et peut être qu’il se fermera comme une huître. Elle ne connait pas son caractère, ça se trouve il est semblable a Gabriel ou pas.

- C’est bon, c’est tranquille ici alors raconte moi : qu’est ce que tu fais là ?

Devait-elle lui faire confiance ? Après tout Gabriel l’avait fait alors pourquoi pas elle…Sauf que voilà il la connaissait pas alors elle devait tout lui dire. Peut être qu’il comprendrait…. Elle doutait quand même de ce qu’elle affirmé.

-Je suis étudiante…Etudiante en musique dans une académie qui se situe en Bretagne. Je m’appelle Amanda…Slam et je suis ici par ce que je recherche quelqu’un. Je ne pensais pas que j’allais tombé sur toi, il ma dit que tu été mort dans un incendie.
-J’ai survécu à cet incendie…Qui ta dit tout ça ?
-Meilleure question : c’est comment l’Allemagne au clair de lune ?


Une douche froide aurait pas eu plus d’effet que ce qu’elle venait d’annoncer. Elle y avait été un peu fort sur la déclaration mais peu importe elle était bien contente car il a l’air de bien comprendre, de très bien comprendre de quoi elle veut parler. L’Allemagne, il avait accompagné Gabriel là-bas dans le but que celui-ci retrouve son père. Alors il devait bien comprendre ce qui se passé.

-Gabriel ?
-Je ne sais pas quoi faire pour l’aider…J’ai besoin de ton aide…


Code by BlueBerry



___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Ven 9 Mai - 16:42

Gabriel peut lire dans le regard de sa bien aimée une teinte d'amour aux contours amers. Il aurait voulu pouvoir arrêter cette catastrophe dans laquelle il se précipitait chaque fois qu'il rencontrait Amanda. Que le couple cesse pour une fois leurs disputes. Qu'il cesse de jouer à ce stupide jeu ou il ne font que se repousser à tour de rôle. Sauf que le garçon sait bien que leurs fortes personnalités et leurs caractères très marqués ne leurs laisseront jamais cette joie là. Il sait aussi qu'ils n'arrêteront pas tant qu'un d'entre ne gagnera pas la bataille. Il regarda Amanda avec regret. Leur couple serait il jamais stable ? Tout ça c'était sa faute. Jamais il n'aurait du lui parler de son passé. Il lui avait fait bien du mal... Lorsque la jeune fille s'approcha pour lui prendre les mains, il aurait voulu enrouler ses bras autour de la jeune fille et l'attirer contre lui. Lui murmurer des mots doux et s'asseoir à son côté sur un banc où elle aurait déposée sa tête sur son épaule et où il la dévorerait du regard. Bien évidemment, les mots prononcés par la jeune fille brisèrent l'idylle bien avant qu'elle ne débute :

-Gabriel… Les morts ne plaquent pas les vivants contre les murs. Il est toujours vivant Gabriel : en chair et en os je confirme…

Gabriel regarda Amanda sans la voir, sous le choc. Ses mains s'agrippèrent à celle de la jeune fille comme si elle était son seul point d'encrage avec le sol ferme. Ce qu'elle était en quelque sorte. Son regard sombre semblait perdu dans le vide, un vide qui s'engouffrait d'ailleurs en lui, glacé. Il se demanda même pendant un instant si elle lui mentait. Si elle tentait par n'importe quels subterfuge de l'empêcher d'accomplir sa vengeance. Mais il savait que la jeune fille ne lui ferait jamais de mal si elle n'y était pas forcée. Cependant, une pensée déplaisante s'insinua, déversant son poison sur le Beethoven. Peut être était ce la mère du garçon qui avait ligué la musicienne contre lui ? Son cœur s'emballa. Si elle avait rencontré Alastar, peut être aussi sa mère. Qui sait qu'elle horreur elle avait encore raconté sur Gabriel. Peut être même qu'Amanda ne l'aimait plus. Quelque chose au fond de lui se brisa rien que de penser à ce qu'il ferait sans elle. Avant de la connaître, il avait l'impression d'être à peine plus qu'un insecte. Mais depuis qu'il sortait avec elle, il savait que la vérité était que sans elle, il n'était rien.

Son regard s'embruma tandis qu'un flot de pensées incohérentes se déversaient dans sa tête. Il ne savait plus si la jeune fille mentait ou non, qui elle avait rencontré ou pas, Ces sentiments lui paraissait tout aussi inaccessible. Et si finalement elle changeait d'avis et décidait de parler à la police, à l'école. La peau du garçon pâlit tandis qu'il lâchait les mains de la jeune fille, brusquement.

– Qu'est ce qu'elle t'a racontée ?

Il avait prononcé ces propos incohérents avec véhémence, son regard noir opaque luisant de rage. De qu'elle droit sa mère se permettait elle de continuer à lui gâcher la vie alors qu'elle n'était même pas là. Parce que ce ne pouvait être qu'elle. Il n'y avait qu'elle qui pouvait insinuer le doute en quelqu'un. Il recula, blessé. Il se retient de ne pas s'enfuit en courant, de trouver un coin où il serait seul et pourrait se rouler en boule et se laisser aller à son désespoir. Mais il savait qu'Amanda ne le laisserait pas en paix tant qu'elle n'aurait pas sa réponse. Il continua, s'adressant plus au ciel qu'à Amanda :

- Ne m'as tu donc pas assez puni ?Tu ne me fais pas peur !

Sa voix se brisa et il se tourna vers le lac qui scintillait, le soleil posant ses rayons sur sa surface aux imperfections sublimes. Il faisait beau. Mais au fond, cela ne fit que rendre le cœur du garçon plus lourd. Il payait pour ses crimes. Quoi de plus normal ? Cependant, il n'avait jamais cru que cela lui ferrait si mal.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Sam 7 Juin - 21:54




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un missile ?





D’abord il semblait bien prendre là situation. Enfin si bien prendre là situation c’est pas s’effondrer comme un mur de mikado. Il se soutient, serrant de plus en plus les mains de la jeune fille jusqu’à ce qu’elles blanchissent. Elle ne dit pas qu’il lui fait mal car elle lui pardonne tout. Cette réalité qu’elle lui annonce cru sur un plateau d’argent, il fallait qu’elle lui dise. Elle ne pouvait pas cacher tout ça. Excès de curiosité qui lui a fait avoir la pire chose, celle de devoir faire tomber toutes les frondaisons sur lequel Gabriel avait reconstruit sa vie. Comment elle pouvait lui infliger ça, sans broncher. Juste à cause d’un excès de colère, elle explose et lui lance tout ça à la figure. Mais elle ne bronche pas elle attend. Car si elle a bien appris une chose de Gabriel c’est qu’il est comme un épisode de Game of Thrones : on ne sait jamais comment ça va se passer, il y a toujours un élément perturbateur. Il est comme une bombe, elle explosera un jour mais on ne sait pas quand. Amanda sera juste là pour essayer de la désamorcer ou alors pour que ça fasse le moins de dégât possible. Il la lâche brusquement et cela signifie une chose pour la jeune fille : Mesdames et messieurs le missile Gabriel va bientôt éclater sur la terre Amanda qui ne résistera pas cette fois-ci à la déferlante de violence.

– Qu'est ce qu'elle t'a raconté ?

C’est parti, le missile fonce et pour être désamorcé il faudrait une bonne parole bien placé mais non attendait…Il y a du changement, un regard noir de jais, opaque impossible de distinguer le garçon derrière ce regard. Pourtant elle le chercher quand même, elle ne voulait pas être détruite, c’était comme un combat perdu d’avance mais elle allait s’assurer que si elle devait souffrir, lui non. L’amour rend c*n en voici bien la preuve. Il parle de nouveau, elle ne prend pas sa réflexion pour elle, le jeune homme à le nez levé vers le ciel, son regard brille d’un éclat qu’elle ne sait comment prendre. Puis il se tourne vers le lac, fuyant à peu prêt tout. Pas encore le lieu c’est sur mais ça ne saurait tarder. Malgré ce qui se passe aujourd’hui elle l’aime. Elle l’aime oui plus que tout, elle veut que ça dure, qu’ils restent ensemble. Certes c’est bien beau de rêver car personne ne peut prévenir l’avenir et déjà il faudrait que le couple résiste à ce qu’on appelle couramment : une dispute. Plutôt défini comme un échange verbal mouvementé dans cette situation. Elle ne sait pas comment il va bien pouvoir réagie maintenant mais elle passe ses mains autour de sa taille et pose sa tête contre son dos.

-Rien, tu sais très bien que je serais toujours de ton coté, on n’a pas parlé de toi un seul instant.

Etait-ce un mensonge ou bien une vérité. Il faudra encore attendre un moment et la réponse du jeune homme pour savoir la réponse en attendent il devait juste ce contentait d’un véritable :

-Je t’aime



Code by BlueBerry


[/quote]

___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Jeu 19 Juin - 15:25

Le lac semble si calme... Gabriel tente de calquer tant bien que mal son attitude sur cette façon détaché que l'eau à de bouger sans faire de remous. Il faut qu'il reste calme. Comme il était avant d'arriver ici. Avant que tout ne déraille. Calme et distant. Fait comme si elle n'était plus rien Même si c'est faux. Même si ça fait mal. La blesser autrement que par la violence. Juste en étant froid. Le blond sait qu'il en est capable. Il peut y parvenir. En tout cas, c'est ce dont il tente de se persuader. Sauf que lorsque ces mains se posent sur le garçon, il a l'impression que son cœur va exploser. Comment rester calme lorsqu'une tempête fond sur vous ? La gorge sèche, il la laisse poser sa tête sur son dos. Il retient ses larmes même si elle ne peut le voir. Il s'est promis de retenir pour une fois le flot de sentiment qui se dégage de lui pour le moment. Il les a trop longtemps enfui au fond de lui et maintenant se laisse submerger.

-Rien, tu sais très bien que je serais toujours de ton coté, on n’a pas parlé de toi un seul instant.

Un instant. Ca peut représenter quelques minutes comme des heures. Son regard sombre se posa sur la surface plane de l'eau. Il se souvenait de l'élément déclencheur de sa délivrance comme si c'était hier. Même s'il ne savait plus si ça avait été un accident ou non. Un noyé ou un accidenté. Il ne se souvenait que de ses yeux vides tournés vers le ciel, comme pour crier un unique appel au monde entier. Un frisson parcours le garçon malgré la chaleur d'Amanda contre lui. Savoir qu'elle ait pu revoir les membres de son village en cher en en os donnait la nausée à Gabriel. Il savait que pour eux, il n'était qu'un fou. Qu'il n'était qu'un danger permanent pour les siens et pour les autres. C'est ce qu'il avait toujours été.

- Je t'aime

Il ne savait même plus s'il devait être en colère ou non. Si ces mots étaient vrai ou faux. Si il aimait aimer ou détestait aimer la jeune fille. Pourtant, comment ignorer ces mots qui se déversaient dans le ciel comme une nuée d'oiseaux ? Les yeux du garçon brillèrent. Rien ne peut prédire une tempête n'est ce pas. C'est ce que Zachary a toujours pensé. Jusqu'à aujourd'hui. Parce qu'il a découvert l'existence de ce 6ème sens qui permet de savoir l'impossible. Le ciel a beau être bleu. Lorsqu'il se retourne vers elle aussi brusquement que rapidement il sait que cette tempête est en train de le submerger.

– Ne me touche pas.

Sa voix vient de vibrer, empli de colère mais aussi, plus discrète, une touche de terreur. Il ne parvient plus à croiser son regard sans douter. Douter de ce qu'il aurait pu être tous les deux. Mais si elle avait vraiment été voir sa famille, alors, ils lui avaient aussi raconter leurs mensonges. Ca avait toujours été pareil. Faire passer Gabriel pour fou avait toujours été leur passe temps favoris. Le garçon serra les poings, cherchant dans les yeux claires d'Amanda une réponse. Que lui avait on dit ?

- Tu ne leur as pas parlé de ce qui est arrivé chez mon père...

Il la dévisageait avec nervosité. Elle devait savoir que personne n'était au courant, seul Alastar savait qu'il avait rejoint son père mais il était sur que ce dernier ne se doutait pas de ce qui était arrivé ensuite. Il espérait qu'Alastar n'avait pas appris qu'il était devenu un tueur, il l'espérait de tout cœur. Il n'aurait jamais du donner suffisamment d'indice à Amanda pour qu'elle découvre son lieu de naissance. Aller fuiner dans les affaires de l'Irlandais n'était franchement pas conseillé. Surtout que sa famille...enfin, sa mère était la meilleure menteuse de tous les temps. Et la Beethoven avait beau dire qu'elle serait toujours de son côté, cela ne voulait pas dire pour autant qu'ils pouvaient encore se faire confiance. Cette confiance c'était rompu. Définitivement. Il avait cru pouvoir se confier mais il aurait du se méfier. Parce que l'être humain dans sa soif de vérité finit toujours par écrasé les autres. Parfois sans le vouloir évidemment. Mais, alors qu'il regardait Amanda, il se rendit compte que, quoi qu'elle sache, elle allait bel et bien le détruire. Et rien ne pourrait arrêter cette destruction.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Lun 28 Juil - 12:56

La vérité sur ton histoire


« La raison se compose de vérités qu'il faut dire et de vérités qu'il faut taire.  »
de Rivarol


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


En Irlande


Elle a discuté longuement avec ce garçon, apprenant à le découvrir, à le comprendre et à lui accorder sa confiance. Elle a surtout compris pourquoi Gabriel tenait temps à lui, c’est quelqu’un de bien et il n’a pas oublié le Beethoven. Qui pourrait l’oublier en même temps. Elle croise les bras pour se réchauffer, le vent de l’Irlande est mordant, elle commence à grelotter. Mais elle se doit de continuer. Après tout, le sujet est plus important pour elle que sa santé. Depuis le début de la rencontre entre les deux jeunes gens, ils n’ont plus parlé de Gabriel. Amanda s’était très bien renseignée  sur le pays et surtout sur la région, ils ont discuté religion, temps et de la vie de chacun. Amanda a raconté son histoire, son frère décédé dans un incendie. Ce fut un moment plutôt douloureux, mais elle a tenue le coup. Ensuite elle a raconté sa rencontre avec Gabriel, dans un bar. Le regard d’Alastar c’était assombri quand elle mentionna une partie de l’histoire de Gabriel. Et maintenant c’est le silence. Personne n’ose parler et seul le rugissement du vent met du son.  Elle regarde le paysage avec un intérêt tout aussi feint que le jeune homme.

-Pourquoi tu es venu ?

Amanda se tourne vers lui, cela faisait un moment qu’il n’avait pas parlé et c’est comme si elle avait entendu le même ton que Gabriel. Ce ton qui veut dire : tu n’as rien à faire là, à la base. Oui, mais à la base Amanda ne pensait pas qu’elle allait tomber dans un truc aussi complexe que tout ça. A  la base Amanda pensé que Gabriel était un associable, d’ailleurs il l’est toujours. Ensuite malgré son histoire elle l’a quand même aimé. Vrai sentiment ou alors juste pour pourrir la vie de ses parents ? Elle n’y a jamais vraiment réfléchi. Mais maintenant qu’elle est sur de l’aimer, elle veut juste l’aider…Toute cette histoire le ronge de l’intérieur. Elle ne peut pas tomber sur un petit ami normal dont la seule préoccupation est d’arriver à temps pour regarder un match de foot. Certes, elle n’aurait pas tenue longtemps mais…C'est sympa aussi comme programme.

-Je veux connaitre la vérité Alastar…Il va mal et c’est de ma faute j’en suis persuadée…J’aurais du me taire, ne pas m’en mêler. Mais…

Sa voix se brise, non pas de chagrin mais parce qu’elle se rend compte qu’elle n’aurait pas du venir, elle n’aurait pas du mettre les pieds dans ce village. Parce que maintenant quand elle retournera à l’académie, elle ne pourra pas ne pas le dire à Gabriel, Alastar vivant, ce serait dégeulasse de pas lui dire. Elle ne peut pas lui mentir, il le découvrirait. Le couple serait foutu. Adieu la confiance et elle réalise que maintenant, que c’est horrible ce qu’elle vient de faire. Elle se lève brusquement.

-Excuse moi, je n’aurais pas du venir…Adieu Alastar.

Comme Gabriel avant, elle avait prévu de fuir ce garçon. Pas pour les mêmes raisons certes. Elle jette un regard bleu angoissé sur l’église et se prépare à filer à l’Anglaise. Mais le garçon la rejoint. Non c’est bon elle ne veut plus rien entendre. Trop de secrets sont cachés ici, elle ne veut pas les découvrir, elle ne veut plus les découvrir. Ça va la ronger à son tour comme ça ronge Gabriel. Qu’adviendra-t-il du couple après ce passage ? Rien le néant total. Les mains de la jeune fille sont glacées, elle s’en rend compte quand Alastar l’attrape par les bras. Elle ne se débat pas, elle fait la sourde oreille. Comme un enfant qui ne veut pas croire que le père Noel n’existe pas.  Mais la voix du jeune homme pénètre finalement jusqu’à son cerveau, d’abord par bride puis en un flot continu. Et c’est comme ça qu’elle apprit la véritable histoire de Gabriel.

En France



– Ne me touche pas.

Elle arrête de se remémorer des passages en Irlande quand cette voix froide vient la percuter. Le pire c’est qu’elle le regarde et qu’il la fuit alors dans un geste devenu naturel pour elle dés qu’elle est en état de stress elle se mord la lèvre. Sauf qu’aujourd’hui le stress devient plus profond et si elle ne fait pas attention bientôt sa bouche va se remplir d’un gout métallique tellement caractéristique du sang. La jeune fille aura beau essayer de garder son calme ce n’est pas possible. Avant avec son caractère timide sous le regarde dur de Gabriel elle aurait fondu en larme, craquant sous tout ce poids et ce ne serait qu’une pauvre petite chose devant lui. Mais là, elle se dresse et même si elle panique énormément elle ne le montre presque pas, à part sa lèvre.

- Tu ne leur as pas parlé de ce qui est arrivé chez mon père...

Nouvelle vague de reproches qui l’agace fortement là. La jeune fille douce et délicate en a marre de se prendre des reproches dans la figure depuis le début. Et elle ne peut même plus attaquer ? C’est une injustice qu’elle se doit de réparer. Elle se place devant Gabriel, ses yeux bleus étincelant d’amour mais aussi d’une colère renouvelée. Gabriel a dans le dos, le lac. De loin on pourrait croire que le couple ne se dispute pas et qu’ils causent bien gentiment. Enfin c’est de loin car le couple ne sait jamais une seule fois tenue tranquille niveau dispute. Elle s’avance vers lui et Gabriel recule,  comme pour tenir une distance genre faut pas qu’elle m’approche elle porte malheur. Il a pas tort à vrai dire. Elle va le secouer un bon coup surement.

-Déjà de une, tu crois vraiment que je vais révéler tes secrets au monde entier ! Je te l’ai promis, je ne dirais jamais rien alors arrête d’être terrorisé à chaque fois que tu me vois. Ensuite, faut que tu te sortes de la tête que je suis une petite créature fragile et manipulable ok ? Tu crois vraiment que je laisserais ta mère m’embobiner ? J’ai aussi une mère, il ne t’est jamais venu à l’esprit qu’elle pouvait être bien pire que la tienne parfois? De plus, oui j’ai été en Irlande, oui j’ai rencontré des gens, certes j’ai été dans ton village mais pas une seule fois tu aurais puis me dire : le voyage c’est bien passé mon cœur ? Non c’est trop dur de penser ça et tu sais pourquoi ? Parce que Monsieur se laisse ronger de l’intérieure alors qu’il pourrait profiter un peu de la vie ! Si Monsieur arrêté de jouer son associable de peur qu’on découvre son secret alors il n’aura plus peur des autres. Car ici, tout le monde ne pense pas à te pourrir la vie malgré ce que tu penses. Et enfin…

Chaque fois qu’il recule, Amanda s’avance de nouveau, son regard bleu plongé dans le regard noir du garçon. L’œil incrédule devant le réveil d’Amanda. Mais Amanda avait mal jugé le nombre d’arguments par rapport à la distance qui les séparent du lac. Et alors qu’elle s’apprête à lancer la dernière parole Gabriel fit un pas en arrière. Heureusement qu’il fait beau et que le soleil chauffe. Pourquoi ? Le Beethoven part radicalement vers le lac à l’horizontal.

-Gabriel !

Elle se précipite en deux pas vers le Beethoven qui à déjà commencé sa course folle pour atteindre l’eau froide du lac et tenir compagnie aux poissons et aux cygnes.

En Irlande


-Amanda tu m’écoutes ? Sort de ta rêverie ma grande ! Je suis désolé d’avance pour ce que je vais te dire , vraiment. Mais dans le fond c’est préférable que tu le saches.

Amanda hoche la tête mécaniquement, ses yeux bleu non plus rien de ceux d’avant, ils ont perdu leurs éclats quand Alastar à prononcé cette phrase : tout n’est que mensonge Amanda, un mensonge de la part de Gabriel. Elle ne sait plus ou se mettre et se laisse guider quelque part par Alastar tels un robot à talon.

-Je te le fais dans les grandes lignes, les détails ont va se les épargner à tout les deux. Gabriel n’a pas toujours été très commode et il est vrai que je les martyrisé étant petit…Me tape pas c’est bon je regrette, arrête avec ton regard assassin ! Le village ignoré profondément Gabriel, c’est comme s’il était invisible. Puis un jour, il y a eu l’accident dans la rivière. Il te l’a raconté tu me l’as dis, ce n’était pas de sa faute. Un accident des plus tragiques. Mais ça ma ouvert les yeux, on a été trop loin avec ma bande de potes. Eux, ils n’ont pas comprit mais du jour au lendemain j’ai arrêté. La mère de Gabriel lui a ordonné d’aller à l’église pour se faire pardonner. Tu vois dans ce village on est très pratiquant alors c’était un peu comme une évidence. Gabriel, il y a été. Et il y est retourné. Le père Erwan ne l’avait jamais vu autant de fois. Un jour, il devait faire un truc important et il m’avait demandé de fermer l’église. Ce jour là, quand je suis arrivé il y avait la mère de mon ami, celui qui nous à quitté. Elle était folle depuis la mort de son enfant et c’est bien compréhensible. Je suis resté à regarder la scène voir ce que Gabriel allait faire mais quand elle a voulu le sacrifier sur l’autel je suis intervenu. Je ne savais pas ou l’emmené, alors j’ai été voir sa mère avec lui. C’était l’endroit le plus évident ! Mais sa mère, elle, ne voulait pas, elle avait honte de lui à cause de la mort…Et il s’est retrouvé sans toit alors j’ai retrouvé son paternel et on est parti en Allemagne. Le voyage c’est passé comme il te l’a raconté. Notre séparation aussi… Et puis un jour le père de Gabriel m’a appelé paniqué au plus haut point. Gabriel venait de tenter de les assassiner. Sa fille était terrorisée, je l’entendais pleurer à l’autre bout du combiné. Et moi aussi, j’en avais des sueurs froides. Du coup, le père de Gabriel la envoyé dans plusieurs endroits puis à l’académie ou Gabriel semblait se stabiliser.

Amanda qui jusque là avait réussi à se montrer brave, tangua un moment avant de carrément s’effondrer tels une poupée de chiffons. Alastar assez prévoyant (contrairement à Gabriel) la rattrapa avant qu’elle finisse au sol. Tout n’était que mensonge, mensonge et mensonge. Elle n’arrivait juste pas à s’en remettre. Le père de Gabriel vivant…Pas mort vivant. Elle éclata en pleure s’en pouvoir se retenir. C’était trop pour ses nerfs. Pendant 20 bonnes minutes elle resta là, tenue par Alastar. En larme, car tout s’effondrait autour d’elle. L’histoire de Gabriel l’avait détruite, ravagée, sans épargné une partie d’elle. Et c’est étrange mais elle faisait plus confiance soudain à Alastar qu’à Gabriel. Pourtant saurait du être l’inverse mais non. Il l’a conduisit jusque chez lui, mais impossible de tirer la moindre parole de la jeune fille pendant toute la journée. Elle restait assise sur sa chaise, devant sa tasse de thé brulante et elle ne bougeait pas. Alastar ne disait rien lui non plus. Heureusement d’ailleurs car il se serait retrouver à refaire le mouchoir vivant. Ce n’est que tard le soir qu’elle parla :

-Je veux voir son père Alastar…Je veux…

Elle ne put poursuivre. Le soir même les billets étaient achetés par Amanda. Les billets car Alastar avait décidé de la suivre. Impossible de la laisser dans un pays qu’elle ne connaissait pas, avec des gens inconnus et en plus elle ne parle pas un mot d’allemand. L’anglais sa roule mais l’allemand c’est mort. Et voilà comment le lendemain après une rencontre avec la mère de Gabriel, elle parti pour l’Allemagne en compagnie d’Alastar.






___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Lun 28 Juil - 17:23

Douce espérance... Désolé de n'avoir pu croire en toi.

Gabriel avait l'impression d'être passé sous un tracteur. A moins que ce n'est ce qu'il aurait préféré. Quoi de plus dur que d'entendre ces quatres vérités tous droit sortie de la bouche de sa petite copine qui ressemblait à s'y méprendre à un dragon furieux sur le point de le carboniser.

-Déjà de une, tu crois vraiment que je vais révéler tes secrets au monde entier ! Je te l’ai promis, je ne dirais jamais rien alors arrête d’être terrorisé à chaque fois que tu me vois.

Lui qui n'avait jamais pu faire confiance à qui que se soit en dehors d'Alastar ne parvenait à être tranquillisé à l'idée d'avoir parlé avec Amanda. Mais pire encore, s'il avait lui même du mal à tenir sa langue, comment pouvait il faire confiance à 100 % à la jeune fille. C'était tellement difficile pour lui. Il aurait préféré mourir que de s'avouer à quel point la peur le prenait au ventre rien que de penser à l'élément déclencheur de l'enfer dans lequel il s'était fourré. Qui pouvait il si il craignait son passé ? Il avait peur et il trouvait cela tout à fait justifié. Il ne pouvait que fixé la brune qu'il chérissait tant lui déverser un flot de paroles acide sur la tête. Tête qui avait d'ailleurs prit une teinte particulièrement pâle.

- Ensuite, faut que tu te sortes de la tête que je suis une petite créature fragile et manipulable ok ? Tu crois vraiment que je laisserais ta mère m’embobiner ? J’ai aussi une mère, il ne t’est jamais venu à l’esprit qu’elle pouvait être bien pire que la tienne parfois?

Les paroles d'Amanda le percutaient avec force, tel des couteaux lancés par un tireur et le garçon ne parvenait qu'à subir cette assaut permanent, titubant en arrière, essayant de s'éloigner de la tempête qui était née dans le regard de la Beethoven. Gabriel trouvait sa réaction injuste. Il n'aurait jamais du lui révéler qui il était. Il aurait du garder tout ça pour lui. La protéger. Elle avait beau dire n'être pas fragile, il savait que l'histoire qu'était sa vie rongeait la jeune fille. Mais il ne pouvait s'empêcher d'être affligé. Parce que sa mère n'était pas juste horrible. Sa mère était la raison même de sa douleur. La source même de tout ce qu'il avait vécu jusqu'ici. Comme la douleur de la perte de son frère avait guidé les pas d'Amanda, la douleur de la ségrégation qu'il avait vécu avait permit à Gabriel de faire ce qui avait été l'erreur de sa vie. Il ne se sentait maître de ce qu'il avait accompli. Il avait juste l'impression d'être la poupée inanimée dont une de ces petites filles se servait pour refaire le monde.

- De plus, oui j’ai été en Irlande, oui j’ai rencontré des gens, certes j’ai été dans ton village mais pas une seule fois tu aurais puis me dire : le voyage c’est bien passé mon cœur ? Non c’est trop dur de penser ça et tu sais pourquoi ? Parce que Monsieur se laisse ronger de l’intérieure alors qu’il pourrait profiter un peu de la vie !

Profiter de la vie ? Les larmes qui parlaient dans les yeux de Gabriel faillir lui échapper. Sa respiration se fit plus sifflante. Profiter de la vie ? Après avoir détruit celle de ce garçon. Comment aurait il pu. Se vider l'esprit de ses idées noires, il ne le pourrait jamais. C'était comme de lui demander de respirer sans poumons. Personne ne l'avait guidé lorsque c'était arrivé. On lui avait dit de s'en remettre au ciel mais il n'y avait pas de place pour des gens comme lui là haut. Pas une seule journée ne s'écoulait sans que ces pensées tournants en rond ne percute ce souvenir. Cela c'était un peu atténué après sa rencontre avec Amanda. Parce qu'elle était la plus belle chose qui lui soit jamais arrivé. Parce qu'avec elle, il avait pu oublier de se cacher derrière un rempart. Savait elle seulement ce qu'il avait si maladroitement tenté de lui offrir ? Ses pieds dérapaient dans l'herbe bordant le lac mais la proximité d'Amanda le faisait fuir.

Jamais il ne profiterait de la vie pour la simple et bonne raison qu'il n'avait fait que des erreurs dans cette vie dont elle lui parlait. Les problèmes dont étaient victime n'importe qui étaient pour le garçon de simple futilité par rapport au dilemme qui le hantait jour comme nuit. La seule raison pour laquelle il n'avait pas mit fin à ces jours venait de sa rencontre avec Amanda et de sa lâcheté. Sa vie était un enchaînements absurdes de journées tout aussi absurde. La brune avait touchée si juste que le garçon cru que son estomac s'était définitivement retourné dans son ventre. Il se tenait la tête avec les mains, la mâchoire serrée. Il voulait qu'elle arrête. Qu'elle se taise. Son geste vers son sabre fut interrompu par un vide sous ses pieds.

- Si Monsieur arrêté de jouer son associable de peur qu’on découvre son secret alors il n’aura plus peur des autres. Car ici, tout le monde ne pense pas à te pourrir la vie malgré ce que tu penses. Et enfin…

Le garçon n'eut pas le temps de réfléchir à ses paroles, ni même de sortir son arme. Son corps entier fut victime de la pesanteur et ses vêtements s'alourdir considérablement lorsqu'ils touchèrent la surface du lac, créant une gerbe d'eau. Son nez s'emplit d'un liquide qu'il ne pouvait oublier, son corps étant traîner vers le bas du lac. Il poussa un hurlement effrayé mais cela ne fit qu'accélérer l'entrée de l'eau dans ses poumons. Ces derniers le brûlait et ce paradoxe le rendit amère. L'eau, s'était la fraîcheur, la vie. Et en même temps...

Il se rappelait avoir été traîné contre le courant, on lui avait enfoncé la tête sous l'eau sans la moindre difficulté. Pourquoi se défendre quand on sait que l'eau finira par vous laissez sur le bord de la rive, inerte mais vivant ? Il ne voulait se débattre contre quelque chose qu'il ne pouvait vaincre. Alors, il attendit que ce soit terminé.

L'eau brûlait les yeux de Gabriel mais avait l'avantage de masquer le sanglot dont il fut victime. Sa tête s'était mise à tourné et son corps faiblissait, il finit par se décider à battre des bras vers la surface et lorsqu'il eut percer la surface remuer de vaguelettes du lac, il eut l'impression que l'air était encore plus douloureux a respiré que l'eau. Il s'accrocha au bord du lac, les yeux fermés, comme pour éviter de ne voir la vérité en face. Ce n'était pas juste un hasard s'il venait de sombrer. Il se traîna sur l'herbe maintenant humide et toussa violemment. Il vomit l'eau qui lui était rentré dans les poumons de manière peu glamour et passa une main tremblante dans ses cheveux humides, les repoussant en arrière. Il ressemblait maintenant à un chien mouillé, trempé et grelottant.

Ses conversations avec Amanda prenait des tournures de plus en plus saugrenues. De plus en plus violentes. Comme s'il leur était impossible de rester calme. Comme s'il leur était impossible de vivre ensemble et en même temps incapable de rester seul. Cette amour était en train de faire perdre le peu de pensée sensé que le garçon avait pu converser. La vie n'était pas le conte de fée qu'il avait espéré vivre. Mais il se rendait compte seulement maintenant qu'il était l'unique raison de ce problème. Il eut un sourire désolé. Tout ça, ça venait de lui. Ils avaient peut être eu raison finalement dans le centre pour jeune perturbé dans lequel il avait passé de longs mois, calfeutré dans une chambre exiguë à trembler comme une feuille. Peut être qu'il ne pourrait jamais être comme les autres. Vivre comme les autres. Au fond, il était peut être réellement fou. Dangereux. Pour elle. Il était peut être préférable qu'il disparaisse d'une manière ou d'une autre. Il ne parvenait même pas à se souvenir de la manière dont il s'était retrouvé là bas.

Il regarda le ciel, couché dans l'herbe, incapable de faire le moindre geste. Il n'aurait pas du se débattre. Il aurait du laisser l'eau l'attirée à elle. Se serrer dans ses bras translucides tel un enfant pour faire taire les bruits qui l'entourait. Il ressentit le besoin pressant de tirer sur une cigarette mais son paquet était tombé dans l'eau avec lui et il était certain qu'elles étaient toutes trempées. Il souffla, le regard affolé sans parvenir à savoir si elle pouvait l'entendre.

- Je n'y arriverai pas Amanda. Au fond, je dois être fou. Ce qui est cassé à l'intérieur ne guérira jamais... il vaut mieux que je disparaisse.

Il ne pouvait faire semblant d'être comme les autres. Il ne pouvait jouer la comédie plus longtemps. Par respect pour elle, il devait s'en aller. N'importe ou mais loin d'elle. Il allait finir par lui faire vraiment du mal. Il était trop instable. Qu'aurait il fait s'il n'était tombé dans l'eau ? Qu'aurait il été capable d'accomplir pour l'empêcher de continuer de parler ? Il tenta de se relever maladroitement, ses mains glissants dans la boue qui s'était formée sur le sol, mélange de terre et de l'eau qui coulait des vêtements du garçon. Ces manches étaient collées contre la peau de ses bras, le mettant mal à l'aise. Autour de lui, quelque curieux s'étaient rapprochés. Il ne supportait plus d'être traité comme un animal de foire. Cela avait duré trop longtemps. Sa décision était prise, il s'en allait. Il fit un pas chancelant vers le bâtiment principal qui donnait accès au chambre des Beethovens.

– Notre amour, tout ça.... Ca ne peut pas marcher Amanda, j'ai été stupide. Tu as raison. J'ai peur. Peur des regards de tous ces gens qui m'entourent.

Il avait tourné vers elle son visage, les yeux brillants. Il faillit rire de cette situation d'un ridicule si grotesque. Il secoua la tête, éparpillant autour de lui une pluie de fines gouttelettes. Elle avait bien ciblé ces pensées sur le point faible du garçon. La vérité était que cette peur l'avait dévorée comme un vulgaire parasite. Il s'était bercé d'illusions et de rêves enfantins et l’atterrissage n'en était que plus douloureux. Il n'était pas le garçon invincible qu'il s'était toujours laissé croire être. Il lança son bras circulairement pointant de manière aléatoire un des groupes qui s'étaient formés.

- J'ai peur d'eux. J'ai peur de vous, vous entendez ! Sa phrase était teintée d'un rire amer et trempé ainsi, on aurait dit un dément.

Il aurait pu révéler à tout le monde ce qu'il était, en ce moment même. Cela n'avait plus du tout d'importance. Il se fichait de ce que pouvait penser ces curieux. Il se fichait de la peur. Il riait devant elle. Parce que sur sa droite, il pouvait sentir la présence de la mort. Il espérait juste que c'était lui qu'elle prendrait pour son allée simple direction les enfers. Il se mit en marche, fendant la foule qui n'osa pas le suivre, encore sous le choc de ses paroles dont le sens leur échappait et qui devait se demander s'il n'avait pas prit un coup sur la tête en tombant. Mais non, ce n'était pas un coup qu'il avait reçu, il était juste fou. Fou de douleur et fou d'amour. Et cette folie était en train de le mener sur des sentiers dangereux. Des routes si étroites qu'il ne pourrait rebrousser chemin. Plus maintenant qu'il s'y était engagé.


___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Mar 5 Aoû - 16:25

Le choix


Il faut se montrer fort dans la vie du moins c'est ce qu'on essaye de faire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


En Irlande



Je me suis levé tôt ce matin pour découvrir un jardin embrumé, sans soleil. Il faisait à peine jour mais on sentait qu’aujourd’hui la pluie serait reine. Tans mieux, au moins ça suivra avec mon humeur maussade. Je me traine jusque dans le salon ou Alastar m’attend déjà. Devant lui un œuf et une tasse de thé. Du pain grille timidement dans un coin et moi je reste planté là, sans bouger. Le pauvre, cela fait exactement 18 heures que je n’ai pas échangé un seul mot avec lui. Mon regard doit être rempli de peine. Je connais le sentiment que j’éprouve en ce moment. La dernière fois c’était avec mon frère… Je le fixe dans les yeux comme pour savoir le programme d’aujourd’hui même si je le connais très bien.  Ces yeux semblables aux miens me regardent puis ce détournent. Il me fait signe de m’assoir. Dans le fond je sais qu’il est sympa mais au début il est assez froid je trouve. Devant moi se pose une tasse de thé fumante et un œuf ainsi que les tartines qui viennent de finir la petite bronzette. Mes pâles mains se saisissent de la tasse et la chaleur brulante se repent. Je m’en moque de me brûler, je m’en moque de me faire mal. Ce n’est rien comparé à ce que je ressens. Après le petit déjeuné nous allons nous préparer. Pour moi aujourd’hui, ce sera un simple jean et un sweet. Rien à voir avec ma petite tenue d’étudiante modèle. A vrai dire je m’en fou, plus envie de faire plaisir ou bonne figure. Je fourre mes mains dans mon sweet mais long cheveux bruns tombant tristement dans mon dos. Je m’assois dans la jeep s’en faire attention. Je sais qu’Alastar est inquiet pour moi, je sens son regard se poser régulièrement. C’est possible qu’il s’en foute et que je me fais des films. J’aimerais que Gabriel soit là, qu’il m’explique. Mais c’est impossible. Il stationne à l’arrache la voiture devant une petite maison en brique dans les tons gris et noir. La route ma donné mal au crâne et je m’empresse de descendre. A l’entrée une femme se tient là, enrouler dans un châle, de petite taille avec une tignasse blonde. Ses yeux verts se fixent sur moi dans un geste de chaleureux. Comme si le fait qu’elle me regarde allait me réconforter. Je grince des dents tellement elle me fait penser à ma mère.
Alastar me précède et je marche jusqu’à la porte. L’accueil est chaleureux, elle me prend dans ses bras comme si elle me connaissait mais dans le fond,  je le sais, je ne suis pas la bienvenue. Est-ce que ça a de l’importance ? Cette femme je la reverrais jamais après tout ce n’est pas comme si j’allais me marier avec Gabriel quoi ! Elle nous emmène dans son salon. La déco est fait avec un assez bon gout coquet mais rustique. Je n’aime pas. Surement que c’est agréable mais la personne qui y vit….

-Alors c’est toi qu’il a choisi… Ou toi qu’il la choisit. Bien bien… Installez-vous…Alastar tu vas chercher le thé et les gâteaux.

Je lance un regard plein de détresse à celui qui se lève tout obéissant. Je n’ai pas envie de rester avec elle. Elle est remplit de mal. Elle n’est pas ce qu’elle semble être j’en suis sur. Maman ! Sort de ce corps. Je sais que tu ne te caches pas loin d’ici.

-Et donc tu supportes Gabriel depuis combien de temps ? Au je suppose qu’il n’a pas changé, il doit être resté le même. Tu ne trouves pas qu’il est bizarre parfois ? Avoue voir flippant.

Je n’écoute plus son flot de paroles, je répond des oui et des non, l’après midi passe, elle envoie toujours des piques sur son fils. Intérieurement je m’énerve, je suis comme la bouilloire sur le poêle, je chauffe.  J’en ai mal au crâne. Encore. Mais rien ne viendra d’elle pas d’aspirine je ne veux pas. On a du rester une heure et demi là-bas. Pendant tout ce temps, elle caché sa haine pour son fils mais elle la montré. Juste une fois quand je suis partie. Dans ses yeux verts, la haine est passé quand elle m’a dit je cite : bonne chance jeune fille. Toi tu es mieux que lui.Merci merci, c’est gentil le compliment. Je souris genre trop : merci c’est trop gentille ce que vous dite. Alors quand fait c’est plutôt Alastar retient moi je fais la noyer dans la rivière. Je m’empresse de regagner la voiture.  Dans six heures notre avion décolle. Autrement dit pas de temps à perdre. Nous valises déjà dans le coffre on prend direct la direction de l’aéroport.

-Je l’aime pas cette femme, elle est fausse.

Je dis ça comme ça pour combler le gros blanc mais il ne relève pas. De toute façon j’en ai bientôt fini avec cette histoire. Le reste de l’histoire en Irlande n’a pas d’importance. On a attendu dans l’aéroport, je me suis juste endormi sur lui le pauvre mais bon. Il m’en a fait baver alors c’est un juste retour des choses.

En Bretagne


Je ne sais pas quoi faire, tout ceci c’est passé si vite. Il y a deux minutes je lui parlé et maintenant il est dans le lac. Je sais qu’il sait nager mais je suis paniqué de ne pas le voir remonter. Je n’ai pas l’intention d’allé le chercher du moins pas pour l’instant. La colère qui m’habite à encore une fois disparu subitement. Je ne tiens plus en place, mes yeux bleu pâles sondent encore l’eau mais rien. Et puis soudain il réapparait, se laissant retomber sur la berge crachant l’eau qu’il a avalée. Je m’en veux quand même c’est de ma faute maintenant.  Il reste immobile, ses cheveux dégoulinants, son regard noir plongé vers le ciel. Je ne bouge pas, j’aurais pu m’accroupir et faire un truc genre le prendre dans mes bras ou un truc stupide. Bref quelque chose mais les paroles qu’il prononce me glace le sang plus qu’autre chose.

- Je n'y arriverai pas Amanda. Au fond, je dois être fou. Ce qui est cassé à l'intérieur ne guérira jamais... il vaut mieux que je disparaisse.

Ce n’est pas la voix de Gabriel que j’entends mais celle de son père, je me souviens  de ces paroles et c’est horrible. Je ne bouge plus soudain pâle. S’il n’avait pas regardé le ciel il aurait vu pendant un moment tout le stratagème qui se met en place chez moi, jeune Beethoven. Et il en aurait eu peur, il aurait aussi pu prévoir les événements suivant tout comme moi j’aurais du prévoir toute cette scène. Quelques élèves sont passés par là, attiré comme des guêpes avec le miel. C’est limite je les sens bourdonner à coté de moi. Je recommence à chauffer, devenu d’humeur très changeante en ce moment, ce n’est plus l’ancienne Amanda. Que diraient mes amis s’ils me voyaient ? Je pense surtout à Nate qui à toujours été très calme avec moi. Il est reposant, quand je suis avec lui c’est comme si toutes les situations étaient simple. J’aurais pu me confié à lui mais j’ai promis à Gabriel de me taire. Et même Nate n’aurait pas pu briser ce secret. Du moins venant de moi.  

– Notre amour, tout ça.... Ca ne peut pas marcher Amanda, j'ai été stupide. Tu as raison. J'ai peur. Peur des regards de tous ces gens qui m'entourent.

Bien j’ai gagné voilà je peux être contente, je l’ai poussé à bout. Il s’est relevé maladroitement et me regarde maintenant désolé pour tout ça alors que c’est de ma faute. J’imagine la relation qu’on aurait pu avoir s’il n’y avait pas eu cette histoire, ça aurait été fun ou pas. Mais maintenant c’est juste électrique et rien d’autre. Rien. Il fait un pas vers le bâtiment des Beethoven, mais je n’ose bouger. Je sais ce qu’il va se passé ensuite. Il me semble que je connais l’histoire. Je n’ai jamais vécu ça mais ça y ressemble grandement. Je ne suis jamais sorti avec un mec avant lui, d’où mon espoir d’une relation normal, surement que je l’ai trop idéalisé maintenant je me rends compte de ma naïveté. Un seul mec dans cette académie m’avait fait me sentir aussi bien mais je tarais son nom, de toute façon il est parti. Comme Gabriel est en train de partir. Je me rends compte que j’ai provoqué la chute. Le père de Gabriel à raison finalement.

- J'ai peur d'eux. J'ai peur de vous, vous entendez !

Je ne lui cours pas après, je n’en ai pas l’énergie. J’étais à la base venue pour m’entrainer à l’escrime, à tester mes mouvements et m’assurer que je n’avais rien perdu. Finalement je me retrouvé seule, avec une foule de regard tourné vers moi maintenant. C’est sur vu que Gabriel vient de faire sa disparation fracassante je suis censé moi aussi faire de même. Mais je n’en fais rien, je récupère juste mon « épée » toujours silencieuse. On s’attend à ce que je parle, je n’ai pas envie de leurs donner satisfaction mais c’est comme un besoin.

-C’est bon vous avez bien profité du spectacle ? Maintenant allez tous vous faire fo*tre !!!

Je ne l’ai pas crié comme Gabriel mais je l’ai dis assez fort pour qu’ils m’entendent tous sans exception. Je le sais car même le dernier me regard bizarre moi, tendre et délicate petite Amanda, je viens peut être voir surement de me faire plaquer. Mes cheveux bruns cachent un visage qui se rempli de tristesse et de froideur. Une chose est sur, ça fait mal, très mal. Mais dans le fond ne lui ai-je pas fais encore plus de mal. Le père de Gabriel à raison je dois le faire pour lui. Et c’est sur cette décision que je marche vers la salle de sport et non vers le bâtiment des Beethoven.

En Allemagne


L’avion connait des turbulences et je déteste ça. Mes mains se cramponnent aux deux choses qui m’entourent, mon accoudoir et le bras d’Alastar, celui-ci doit obligatoirement ce dire qu’il regrette de m’avoir rencontré. Pendant tout le vol j’étais stressé et je lui ai posé des tonnes de questions. Comment était le père de Gabriel, sa famille, la maison. Les coutumes en Allemagne, toutes ses choses qui sont essentiels pour moi. Enfin je le suppose. On prend ensemble un taxi, c’est moi qui règle la course. Maman n’est pas du genre à laisser sa pauvre petite fille chérie sans argent. Qu’est ce qu’elle m’énerve, comme si je n’étais pas capable de me débrouiller seule. Je regarde les gens dans la rue, ils ne sont pas très différent, dans le fond tout le monde se ressemble c’est ça qu’il faut ce dire. Aujourd’hui j’ai fais un peu plus attention à moi, je porte un pantalon noir moulant, des baskets grises et un tee-shirt gris dont les manches sont noirs. Mes yeux bleus soulignés d’un trait noir. Ma cascade de cheveux bruns attachés en une tresse sur le coté. C’est fou comme je fais un effort pour le père de Gabriel alors que pour sa mère c’était un vieux sweet prune.  

Le taxi nous conduit dans un endroit à l’écart, je m’attend à tomber sur une maison simple, Gabriel ne m’a jamais vraiment parlé de son paternel.  C’est bien une maison simple, c’est vrai quoi tout le monde vie dans un genre de palace, avec trois étages. Ça me rappelle ma toute première maison, en moins vieux, en moins cendrées…Encore debout. Le mec du taxi me fais payer une fortune sa course mais je ne connais pas le mot en Allemand pour lui dire que c’est un arnaqueur. Nos valises descendues, il file sans demander son reste celui-là. Je parle à moi-même sur un ton rageur.

-Je hais ces allemands !
-Bonjour Mademoiselle, bonjour Alastar, le voyage à était bon ? Mise à part que vous n’aimez pas les allemands.


Je me retourne vivement pour me retrouvé face au père de Gabriel. Je sais que c’est lui, je n’ai pas besoin de poser la question. Il a le même regard, ce regard noir et imposant. Il pourrait être intimidant mais voyait je suis la petite amie de son fils et l’expression tel père tel fils ici va à merveille. Il est grand, plus grand que moi c’est sur. Sanglé dans un costume cravate cela lui donne un aspect autoritaire. Je reste quand même complètement stupide là, parce que le père de Gabriel à entendu ce que j’ai dis, je pensais ne l’avoir que murmuré mais en fait non.

-Bonjour Monsieur, à vrai dire celui là vient de me faire payer le double de ce qu’il aurait du donc oui je suis un peu en colère. Le voyage à été horrible, éreintant et pleins de violence.
-En gros on a eut une petite turbulence.

C’est Alastar qui à parlé sur un ton emprunt de rire, je me retourne et le frappe gentiment sur l’épaule. Je sais qu’il se fou de moi. Et ce n’était pas non plus une petite turbulence, c’était un vrai cauchemar !

- Ne fait pas ton macho c’était un truc terrifiant !

Le père de Gabriel toussote légèrement, histoire de nous rappeler tous les deux à l’ordre. J’attrape ma valise et Alastar la sienne puis nous le suivons tout en continuant à nous défier du regard pour savoir qui en reparlera le premier.  Un employé vient nous ouvrir la porte alors qu’on vient à peine de commencer l’ascension des marches. Je regard partout avec beaucoup d’intérêt. Me dire qu’ici Gabriel à vécu pendant une période c’est très étrange. Tout parait si calme, si paisible. C’est comme un genre d’ensemble. Nos affaires sont posés dans un coin et nous entrons directement dans un grand salon, top design j’aime beaucoup plus cette déco. Je ne sais pas comment j’ai pu comparer cette endroit à ma maison. Mon ancienne maison…

-Ma fille va vous accompagné jusqu’à votre chambre pour vous reposer, on parlera après…

Okay d’accord, même pas le temps d’arrivé déjà reparti. Je regarde le père de Gabriel puis Alastar celui-ci me fait un signe d’encouragement et donc je repars au pied de l’escalier pour attendre la petite fille en question. Je me sens un peu comme dans un jeu vidéo, on me balade partout sans que je puisse vraiment faire grand-chose à part attendre. Une petite fille arrive bientôt ses cheveux châtain sont laissés, ses yeux noisettes se fixent sur moi avec une certaine appréhension. Je connais ce regard pour l’avoir moi-même porté pendant des années : la timidité. Elle ne doit pas être très vieille genre 7 ou 8 ans. C’est vraiment une petite fille qui à l’air adorable.

-Bonjour, je m’appelle Amanda et toi tu t’appelles ?

Elle ne bouge pas pour le moment, comme si elle me détaillait lentement. Ce n’est pas grave, à vrai dire je connais tellement ça qu’elle pourrait ne pas me répondre, ce n’est pas un problème.  Elle s’avance vers moi et me tend sa main que je sers en même temps qu’elle me répond :

-Je m’appelle Ludivine, tu veux venir jouer avec moi à la balançoire ?

Euh…Je n’ai pas l’habitude des enfants à vrai dire. Mais je me dois de faire un effort après tout c’est la petite sœur de Gabriel. Pourtant je croyais que son père souhaité que j’aille dans la chambre d’amis pour me « reposer ». Tans pis, je préfère passer du temps avec cette jeune fille plutôt que de rester dans une chambre à ne rien faire. J’hoche donc la tête et elle me fait signe discrètement de la suivre. Je me prête donc au jeu et avance avec  souplesse, le jardin dehors est superbe. Toutes ses plantes si bien entretenue.  Mais je ne vois pas de balançoire au bord, pourtant la jeune fille connait mieux son jardin que moi.  Je la suis toujours, maintenant nous sommes à l’écart et effectivement il y a une balançoire. Elle semble un peu ancienne, genre maximum 5 ans d’ancienneté. Ludivine s’assoit gentiment sur la balançoire et me demande avec sa voix un peu réservé : tu me pousses ?

Je m’exécute tout en prenant soin qu’elle n’aille pas trop vite. Comme je vous dis, moi et les enfants ce n’est pas trop mon style.  Nous restons là, pendant une quinzaine de minutes sans parler, puis soudain un flot de parole de sa part :

-C’est mon cousin  qui a fabriqué cette balançoire. Mais il est parti. Moi je l’aimais bien mais papa veut plus qu’on en parle. Un jour, cousin Gab’ à fait une bêtise…et j’ai plus revue cousin gab.

Je sais de qu’elle bêtise elle parle, cette balançoire à donc été fait par Gabriel. Elle est sympa finalement. Un appel, un prénom : Ludivine. La concernée lève la tête. Elle me regarde et puis bouge de la balançoire :

-Suis moi, maman à préparé une spécialité de son pays : la Belgique.

Je la suis gentiment, un peu sur le plan secondaire c’est bien vrai. Le repas se passe avec des banalités, genre depuis quand je suis à Artistic Académie, qu’est ce que j’y fais, mon âge, bref des questions sur moi et puis des questions sur eux, une fois que la petite sœur est partie au lit. J’apprends donc les événements réels mais ils m’affaiblissent moins que l’annonce d’Alastar. Après tout j’ai réussi à me préparer au choc. On parle beaucoup, de tout et de n’importe quoi. Cette famille semble tellement plus heureuse que la mère de Gabriel et il faut dire que je préfère être ici. Très vite je comprends que le père de Gabriel est du genre imposant et très « puissant » j’entends part là, qu’il sait faire en sorte qu’on soit de son avis. Mais voilà, moi je suis plus du genre à jouer dans le sens inverse comme j’ai toujours fais avec Gabriel. Tels père, tels fils.  

Je ne suis pas resté longtemps en Allemagne, car les vacances étaient bientôt  finies, une semaine en Irlande et 5 jours en Allemagne. Pendant ses cinq jours avec Alastar on a fait le tour, j’ai découvert beaucoup de monuments, la cuisine et ma relation avec Ludivine à beaucoup évolué. Tout comme cella avec Alastar. Mais dois-je m’étendre sur certains souvenirs que je préfère finalement garder pour moi ? Est-ce que je dois annoncer qu’un soir autour d’un verre il a essayé de m’embrasser ou alors qu’il a finalement réussi alors que je reprenais l’avion pour la Bretagne. Non ça personne ne le saura. C’est mes souvenirs après tout.

En Bretagne


Je me dirige vers la salle de sport avec l’épée en main pour la rendre. Mais finalement je ne le fais pas. Une fois dans la salle de sport, j’observe d’autres gens pratiquer ce sport que j’adore. Le prof à qui j’ai demandé ça me lance un regard puis me désigne une tenue avec une simple phrase :

-Voyons ce que la "non pongiste" sait faire !

Bien maintenant que je me suis mis un prof sur le dos je vais devoir jouer. Non pas que ça me dérange en fait j’en suis ravie. Enfin une occasion de me défouler dans les règles. Je n’irais pas voir Gabriel aujourd’hui, je vais d’abord essayer d’oublier les vacances en Allemagne même si j’y retourne une semaine aux débuts des grandes vacances et je vais me concentrer sur mon jeu et sur l’idée qui à germé dans ma tête. Moscou c’est sympa non ? Ou encore Venise ? La Grèce aussi c’est stylé. Faut que je l’appelle ! Ce soir surement oui, je l’appellerais ce soir je suis sur qu’il sera d’accord. J’enfile la tenue et attend sagement qu’on me dise quoi faire. Je me mets en position et murmure pour moi-même :

-Un voyage à deux si c’est encore possible ne peux pas nous faire de mal…

En garde.

Spoiler:
 




___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   Lun 11 Aoû - 11:13


La lumière était éteinte. La chambre plongée dans le noir. Dans un coin, contre la fenêtre aux rideaux fermés, une silhouette tremblante et recroquevillée, prise de soubresauts. Sur le sol, un bruit de goutte à goutte.

Suis je encore vivant ou plus que le fantôme de ce que je fus ? J'ai beau dire que je ne suis pas effrayer, je ne suis pas assez brave pour m'en convaincre totalement. J'avais besoin d'elle. Je le sais. Et en même temps j'étais en train de la détruire. Le passé n'est pas mort. Il m'a rattrapé finalement. Il y est parvenu. J'ai froid. Hanté. Pas sur de pouvoir tenir le choc. J'ai l'impression de me noyer. Je n'arrive même pas à pleurer. Je peux à peine respirer, perdu dans mes mensonges. Perdu et seul. A nouveau.

Dans le silence, on ne peut entendre que sa respiration sifflante. On ne peut distinguer les battements irrégulier de son cœur ou le cri de douleur et de rage qu'il pousse intérieurement.

Je me force à croire que je le devais. Que je me sacrifie pour elle mais je sais que ce n'est pas ça. Je suis juste incapable de me regarder à travers les yeux de quelqu'un qui sait ce que je suis. Qui sais que pour moi, il n'existe pas de monde meilleur. Qui sait que je ne devrais même pas exister. Le regard de quelqu'un qui m'aime et que j'ai blessé par une réalité que je n'ai fait qu'imaginer. Amanda a beau avoir essayer de me guérir de ce qui pourri au fond de moi, rien ne fonctionnera jamais. Fou ? Je suis un fou perdu dans un monde imaginaire dont il ne veut pas être tiré. La douleur de cette conclusion me brise. Littéralement.

La silhouette ne fait même plus de bruit. On pourrait croire que la pièce est vide. On pourrait croire qu'il n'est pas là. Qu'il ne s'est rien passé. Qu'il est encore dehors avec elle. Mais ni Gabriel, ni Amanda n'oublieront jamais. Et ni l'un, ni l'autre n'est prêt pour une prochaine confrontation. Prêt à comprendre. Ils ne peuvent stopper ce qui semble inévitable. Ils n'ont plus de pouvoir sur l'avenir.

La fin... je crois que c'est la fin de notre histoire. Les erreurs que j'ai faites me donne le vertige alors que je sens le vide se creuser en moi. La fin...

END ~

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Combat pour l'amour [Zacky <3][DEFI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour l'amour d'une blonde... [Pv Aaron]
» Combat pour l'amour du Feu [ Nuage en Feu et Nuage d'Éclipse]
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)
» [Rang 2]Wanted Water - Combat pour le troisième badge ! [Terminé]
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés :: Défis terminés-