Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let me lead you//feat Hope Hellens//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Let me lead you//feat Hope Hellens//   Mer 30 Avr - 17:40

//// LE RP SE DEROULE DANS L'HOPITAL DES ENVIRONS ////


Le noir. C'était une couleur qui lui avait toujours paru rassurante. Calme. Souvent, les gens n'étaient pas du même avis. Pour eux c'était comme le néant, un trou géant qui menaçait de les dévorer. Comme si c'était la raison de leur malheur. Foutaise. Lui savait bien sous quelle forme se profilait en général la pire des douleurs jamais existé. Il la sentait encore au fond de lui,  comme une lame fine enfoncée en plein dans son coeur.  Il se releva avec un sourire et ferma les yeux comme pour chasser ses idées sombres. Geindre sur son sort était quelque chose qu'il avait bien trop souvent fait par le passé. Mais plus maintenant. Il devait apprendre à vivre sans se trainer. Depuis qu'il avait découvert que dans l'académie, il pouvait trouver des personnes sur qui compter, cela lui semblait bien plus simple. Il eut une esquisse de sourire tandis qu'il rangeait les copies qu'il devait corriger pour demain. Il ne parvenait pas à se concentrer sur la correction et depuis qu'il avait vu la feuille blanche d'un de ses élèves, il était un peu inquiet. Oui, James était un peu protecteur envers ses jeunes élèves. Mais que voulez vous, il n'était pas aussi détaché que ses professeurs qui faisaient ça uniquement pour gagner leur salaire. Il s'étira nonchalamment se levant après avoir déposé son bic dans l'alignement de ses autres outils de travail. Le professeur de math était un étonnant mélange de maniaquerie mêlé d'un brin de désinvolture et de manque de réflexion claire. Il glissa les clés de sa chambre dans sa poche, ravi de ne pas les oublier pour une fois. Repasser par le bureau de la directrice presque tous les jours devenait un peu pesant. Il passa une main dans ses cheveux d'où dépassait une mèche blanche se mêlant au autre noir de jais. Il sortit ensuite de sa chambre et quitta l'académie, le soleil posant sa douce chaleur sur la peau pâle du mathématicien.

Il se dirigea d'un pas mesuré vers un endroit qu'il aurait préféré éviter. Mais il se devait d'assumer ses responsabilités. Il n'était plus cet adolescent impétueux qu'il avait été. Sur le moment, la seule solution qui lui avait traversé l'esprit en se réveillant de l'hôpital après ce coup qu'il avait reçu sans doute par accident était de fuir ce lieu au souvenir trop douloureux. Bien évidemment, il avait de bonne raison de l'avoir fait, sinon, il n'aurait risqué sa santé, mais la peur et la douleur qui avait naquit en lui l'avait poussé à prendre la fuite. Encore. Il secoua la tête, chassant ses pensées, s'ordonnant pour lui même de cessé de penser à ce qu'il aurait pu faire mais plutôt de s'atteler à ne plus commettre les même erreurs dans l'avenir. La rue en descente débouchait sur un pont traversé par un filet d'eau. Un peu plus loin, un bâtiment en béton, assez haut profilait son ombre menaçante.  Les yeux bleus pâle du professeur s'écarquillèrent tandis qu'il levait la tête pour en apercevoir la fin. Il n'était pas bien grand mais impressionna tout de même le mathématicien qui ne le voyait pas comme ça dans son souvenir. Il s'encouragea, ses doigts glissant dans sa poche où, à côté des clés, un objet sphérique le fit frissonner. Il s'abstient à grand peine de passer son alliance -car c'était bien de cela qu'il s'agissait- et poussa la porte battante de l'endroit aussi fort qu'il ne le put. Tout de suite, une odeur d'éther et une chaleur désagréable l'assaillit ainsi que des souvenirs dont il se serait passé.

« Le coeur battant, je pleure. Il y a ce médecin qui tente de me relever, je le repousse faiblement. Va t'en ! Va t'en ! Laisse moi seul. Laisse moi mourir. Je n'en peux plus de m'entendre répéter cette phrase entre deux sanglots. Elle est morte. Cela passe en boucle dans ma tête. Comment ai je pu laisser faire ça ? Pourquoi elle ? Puis mon regard tombe sur cette alliance qu'elle m'a passée le matin même. Le hurlement que je pousse à ce moment là me déchire la gorge. Je ne comprends plus rien. Que me reste t'il maintenant ? »

James s'ébroua pour chasser les dernières brides de son souvenir et se rendit compte qu'il était planté dans l'entrée, empêchant un jeune couple de sortir avec leur poussette. Il s'écarta hâtivement manquant de bousculer une vieille dame qui attendait quand a elle pour rentrer. Le maladroit s'excusa avant de s'éloigner dans le couloir d'entrée, vers un comptoir d'acceuil. Il se perdit dans le regard d'un garçon qu'une dame âgée déplaçait en chaise roulante dans le couloir et après dan le regard plein de fierté d'une femme au ventre arrondie par une vie qui ne tarderait pas à faire son apparition. Un peu déboussolé et ne sachant plus trop ce qu'il venait faire, James s'avança jusqu'à une demoiselle aux yeux vert qui le regardait avec un sourire à peine forcé. Il posa ses mains moites sur la surface en bois qui le séparait de l'infirmière qui lui demanda d'une voix douce et calme :

« Bonjour monsieur, en quoi puis je vous aider ? »

Intimidé, le mathématicien regarda ses pieds tandis qu'il lui répondait, tentant d'éviter de bafouiller :

«  Je suis un proche d'un certain James MacBond qui à séjourner ici quelques temps au début de l'année, je suis venu récupérer ses effets personnels ».
«  Ah, vous parlez sans doute du fugueur. Vous lui direz de ma part qu'il aurait pu prévenir de son départ, tous le monde était inquiet et il n'a réglé aucun détail administratif ! Si tous nos patients était comme lui, cela ferait longtemps qu'on aurait mit la clé sous la porte, si cela ne tenait qu'à moi je l'aurait ramené par la peau des.. enfin, on se comprend quoi ! »

Penaud, le professeur régla tout ce qu'il avait laissé en suspens depuis plusieurs mois, remplissant des documents dont il ne comprenait pas l'intérêt. Il y passa une grande partie de la matinée, grimaçant. Jamais il n'aurai cru devoir rester si longtemps. De temps à autre, une agitation dû à une urgence faisait courir le personnel en tout sens mais en général tout était calme. Cela pesait sur le professeur qui avait l'impression que tout était mort. La mort. Cela planait sur le lieux comme un charognard tourne autour de sa proie. Il dû se retenir de ne pas repartir en courant, réaction irraisonné qui le touchait toujours lorsqu'il se trouvait à proximité d'un hôpital. Alors qu'il s'apprêtait à quitter les lieux sans demander son reste, un homme d'une trentaine d'année déboula en criant que sa femme avait eu un accident, deux brancardiers  vinrent à sa rescousse, sortant à sa suite. James se figea, comme gelé sur place, les yeux rivés sur cette porte. Les deux hommes réapparurent, la femme au long cheveux blonds cendré se tordant de douleur sur le lit à roulette avec lequel on la déplaçait. Une tache de sang s'écoulait d'une plaie sur son ventre. Le mathématicien eut un haut le coeur, se retenant de ne pas vomir. Il tenta d'avaler une grande goulée d'air tandis qu'il avait l'impression de suffoquer. Est ce qu'elle avait souffert avant de mourir ? Il s'était tant de fois posée cette question.  Il s'en voudrait toute sa vie. Comment avancer alors qu'on sait que le jour suivant, on fera  trois pas en arrière. Le professeur à la santé fragile se laissa tomber lourdement dans un des siège en plastique de la rangée qui se trouvait à l'entrée d'un couloir menant à certaines chambres du bâtiment. Il resta là, les yeux fermés, tentant de réguler sa respiration sifflante, un peu étourdis. Ce n'était pas vraiment comme ça qu'il allait changé comme il se l'était promis.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Let me lead you//feat Hope Hellens//   Mar 22 Juil - 18:17

|| UP ||

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Let me lead you//feat Hope Hellens//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let me lead you//feat Hope Hellens//
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-