Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Aramis de Bomant
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 122
♣ Date d'inscription : 23/11/2011


MessageSujet: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Dim 4 Déc - 12:38

La Noyade



12h15
La sonnerie retentit. Enfin j’ai finit mes cours et je suis en Week-end !
Nous sommes Vendredi, cette année j’apprécie ce jour car je n’ai cours que le matin et j’’ai mon après-midi de libre. Les chaises raclent le sol, les cahiers sont mis en hâte dans le sac et tout le monde se précipite vers le self. J’attend ma meilleure amie qui discute avec notre professeur, en sortant elle n’a pas une bonne mine, apparament elle a un problème mais elle me demande de ne pas lui poser de questions, je respecte sa demande.

12h25
Maintenant que nous sommes attablées avec des amies elle a meilleure mine, sourit, rigole, je suis contente pour elle. De plus, à midi ce sont des frites avec du steack haché, le repas préféré de presque tous les élèves, rien de mieux que ça pour fêter son début de week-end.
« Qui voudra venir à la piscine avec moi cette après-midi ? »
Tout le monde déclina mon offre.
« Faute de temps. » Elle le savait mais elle s’était avancée exprès.

13h
Malheureusement la piscine n’est pas ouvert avec 14h15 alors je finit rapidement mes devoirs.

14h
Je quitte notre salle commune, me balade un peu dans les jardins puis entre dans la piscine couvert de l’internat.

14h15
Je viens de finir de mettre mon nouveau maillot, il est bleu à deux pièces, je mets mon bonnet de piscine blanc et mes lunettes sinon je vais avoir des yeux gros comme je ne sais pas quoi.
Il est obligatoire que nous passions sous les douches avant de pouvoir nous baigner. A mon grand-désespoir d’ailleurs. L’eau est vraiment glacée aujourd’hui.

14h20
Je rentre tranquillement dans le petit bassin, cela fait un contraste de chaleur, ici l’eau est bien chaude. Je me dirige à travers les petits couloirs d’eau jusqu’au grand bassin. C’est agréable car à cette heure-ci il y a très peu de monde.

15h
Cela fait maintenant 50minutes que je nage sans interruption, alors que je faisais mon avant dernière longueur avant de rejoindre le jacuzzi je me cogne violemment la tête contre le bord et commence à couler à l’endroit le plus profond. J’essaye de remonter mais mon esprit se ferme, dans un dernier claquement de bras sur l’eau je coule vers le fond.

___________
-J’arrangerai ça demain-

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pétale J. Answer.
Fondatrice Iris
♣ Messages : 2154
♣ Date d'inscription : 05/11/2011
♣ Age : 19
♣ Localisation : Trapped in this fucking life ~


MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Dim 4 Déc - 19:08

PERSONNE NE S'APPARTIENT ENTIÈREMENT,
LA LIBERTÉ N'EST QU'UNE ILLUSION



J'ai voulu mourir, maman. Mais est-ce que ça aurait fait mal aux autres ? Je ne sais pas. Mais qui sont les autres ? Je ne sais pas. Personne ? Sûrement. Non, il n'y a personne. Personne. Il n'y avait personne, personne. Personne. Qui aurait pleuré ? A qui auras-je manqué ? Qui sais encore qui je suis ? Je ne sais pas. Personne sans doute. Je ne suis plus rien. Je n'ai jamais été quelqu'un. Ne suis-je donc qu'un grain de poussière ? Oui, je crois. J'aurais du sans doute ! Te rattraper quand il en était encore temps ! Pourquoi ? Le destin m'a gardé en vie, ai-je poursuis le chemin qu'il m'avait tracé ? Tu es partie. Où es-tu ? Qui es-tu a présent ? Tu étais bien plus que moi. Tu avais de l'importance. Je ne suis rien. Oui, je suis en vie, je suis là. Pour combien de temps encore ? La vie me permettra t-elle d'exister ? Je ne veux pas survivre. Je ne veux pas vivre. Je ne veux pas mourir. je veux te rejoindre. Tu me manques tellement.

Pourquoi es-tu partie ? Je suis encore là. Pourtant, personne n'est là. Personne n'aurait remarqué ma disparition. Aurais-je été heureuse ? Je ne sais pas. Non, oui. Oui, non? Peut-être, peut-être pas. Tu me manques ! Je ne suis à personne. Mais toi tu n'étais pas entièrement libre. Parce que moi, j'étais là. Et je t'aimais. Tu n'avais pas le droit de partir, de me laisser. Non, tu n'en avais pas le droit. Parce que partir m'a blesser. Serais-je donc heureuse un jour ? Non, tu n'étais pas libre, tu m'appartenais à moi aussi. Tu étais entravé par les sentiments qui jadis nous unissaient. As-tu rompu le fil ? Oui. Moi je suis libre de mourir, parce qu'aucune chaîne ne m'entrave. Personne ne tenais à moi, ne tiens à moi. Je ne suis qu'un fantôme. Qu'est-ce qui me retient encore ici ? Le fait de chercher ta fierté ? Je ne sais pas. Tu n'avais pas le droit.. Tu as rompu le fil, tu m'a blessé, serais-je heureuse un jour ?


La sonnerie retentit. De surprise, tu laisses échapper un petit cri de surprise, ton stylo t'échappant de tes doigts fins, roulant sur le sol. Tu le ramasses prestement. Tous les élèves se lèvent, rangent rapidement leur affaires et s'en vont. Ah oui, c'est vrai, c'est le week end. Tu te lèves avec lenteur, range tes affaires en prenant le plus de temps possible. Tu penses déjà à ce que tu vas faire cet après midi. Tu regardes les élèves par la fenêtres. Ils vont tous manger. Mais toi Lilieth, tu n'as pas très faim. En plus ce midi, c'est steak-frites. Le repas préféré d'a peu près tous les élèves. Désolé, mais toi, tu n'aimes pas. Tu regrettes la cuisine de maman. Tu fermes les yeux un instant. Les frites sont toujours trop salées, et puis, le steak toujours trop saignant. Tu hausses les épaules et sors du cours. La dernière, comme toujours. Tu déambules dans les couloirs, sans faire attention aux adolescents agités qui se pressent dans les couloirs. Tu vas dans les dortoirs déserts. Tu poses tes affaires de classes. Après tout, tu feras tes devoirs plus tard. Tu saisis ton sac, remplie de matériel, contenant ton appareil photo ainsi que tes affaires de natation. Pas le temps de les enlever. Tant pis, tu repars, te dirigeant vers un endroit précis.

Tu t'installes à la salle d'art plastique où il n'y a personne. Tu imprime quelque clichés pour les peindre, installe une toile, des pinceaux, un récipient d'eau et ton aquarelle. Tu restes comme cela un certain temps, naviguant entre rêve et peinture. Tu peints encore, mais ton esprit est ailleurs. Ton regard est comme attiré par la fenêtre. Tu regardes au dehors. Les arbres n'ont déjà plus aucune feuille. Les gel se dépose dès à présent sur le monde, déposant de ses lèvres givrées un baser frigorifiant l'atmosphère. Le ciel par ailleurs n'est pas tellement clair aujourd'hui. Il est plutôt laiteux. Tu languis qu'il neige. Pourtant, tout cela te rends tellement nostalgique. Un an.. Deux ans.. Quand est-ce que ça s'arrêtera ? Jamais je suppose. Tu laisses tomber ton pinceau a sol. Tu sursautes, le carrelage est à présent tâchés de noir. Beaucoup de noir. Plein de noir. Du noir partout.

Tu le ramasses, laissant quelques larmes couler le long de tes joues. Tu ne les avais même pas remarqué. Tu les chasses d'un revers de la main. Aujourd'hui, tu n'arriveras à rien, autant t'y résoudre. Tu enlèves ton tablier, lave la tâche sombre sur le sol. Tu laisses ta peinture pour plus tard, nettoies tes pinceaux tout en observant ton oeuvre. Elle est sombre. Très sombre. Trop sombre. A vrai dire il y a du noir partout. Tu soupires. Non, tu n'arriveras à rien aujourd'hui, ce n'est pas une bonne journée. Tu sors de la salle. Tu t'en vas. Tu refais le trajet inverse, de la salle d'art plastique tu vas jusqu'à la salle à manger. Encore à cette heure ci, l'endroit grouille de vie. Tu saisis un fruit sans demander ton restes. Trop de gens te perturbes. Tu as comme qui dirait la peur des ' foules ' . A grandes enjambées, tu t'en va. Que vas-tu faire maintenant ? Tu regardes ton sac.

Il est ouvert à son extrémité. Ton maillot de bain dépasse. Tu as toujours aimé nager. Autant aller à la piscine, tu as toutes la journée devant toi. D'un pas nonchalant tu sors du bâtiment central. Tu grelottes. Il fait froid. Tu regarde a montre, 14h03. La piscine ouvre à et quart. Tu te mets à courir, courir, courir encore à vive allure. Tu as hâte de plonger dans l'eau chaude. Les arbres défilent autour de toi, tu ne les regardes pas, ces feuilles mortes qui tapissent le sol, s'envolent dans le lointain. Elles sont mortes en cette saison, renaîtront-elles un jour ? Tu ne sais pas. Toi aussi tu es morte, enterré dans cet éternel hiver. Il y a bien longtemps. L'hiver monstrueux a saisis l'été et va le mettre en terre. Comme ton enfance. Perdue à jamais.. Bientôt tu ralentis le pas. Et tu te mets à sautiller. L'air vivifiant aura finalement eu raison de ta tristesse. Tu tournoies. Tu te rappelles ton enfance, tes hivers en famille, tes noëls remplies de cadeaux et d'amour. Pourquoi tout parait si loin.. Les souvenirs. Eux aussi sont perdus à jamais.

Tu arrives à la piscine, elle ouvre tout juste. Il n'y a pas beaucoup de monde. Tu vas dans les cabines pour femmes et te changes. Tu enfiles ton maillot de bain bleu/gris. Il est composé de deux pièces, une petite culotte et une espèce de débardeur. Tu aimes bien ce genre de maillot de bain. Tu n'en portes que des comme ça d'ailleurs. Tu défaits tes petites couettes et mets ton bonnet couleur argenté. Tu prends tes lunettes à la main, poses tes affaires dans un casiers. Une jeune fille sors en même temps que toi des cabines. Elle est de taille moyenne, elle est fine, a de belles et longues jambes. Tu ne la reconnait pas. Mais en même temps, avec ce bonnet et ces lunettes.. Tu hausses les épaules. Tu ne peux pas connaître tout le monde. Tu te prélasses dans l'eau du petit bassin. Tu ne nages pas beaucoup, préférant prendre du bon temps pour te reposer. Tu restes dans l'eau chaud un bon moment, longtemps, très longtemps.. ça fait tellement de bien.

Tu sors de l'eau. Tu étales ta serviette et t'allonges, te laissant sécher. Tu va chercher le livre qu'il y a dans ton sac et t'installe pour bouquiner. Il se nomme ' Mission Iceberg ' le nouveau roman d'un de tes auteurs favoris. Tu l'a acheté il y a quelques jours et tu n'avais pas encore eu le temps de l'entamer. Voila une merveilleuse occasion. Tu te plonges dans ta lecture, passionnée.. Quand soudain, un bruit, un cognement pour être lus précis, attire ton attention. Tu regardes vers le grand bassin, levant le nez de ton livre. Tu vois un bras qui remues l'eau en quête d'une aide quelconque. Il coule tout au fond de la piscine. Elle fait 2m80 de profondeur à cet endroit. Vite, sans pour autant perdre ton sang froid, tu balances ton livre et te lèves, courant sans précautions sur le sol plus que glissant. Arrivée au bord de l'eau, tu prends ton inspiration et sans tergiverser, plonge. Tu ne vois pas bien, tu n'as pas eu le temps de mettre tes lunettes.. Tu nages vers le bas, attrapant le bras de la jeune fille. Puis, la relevant vers toi, tu lui saisis le buste. Tu crèves la surface. Et reprends ta respiration. Tu tires la jeune fille vers toi, son visage émerge enfin de la surface. C'est la jeune fille de toute à l'heure. Celle au maillot bleu deux pièces et aux magnifiques yeux assorties. Tu la hisses sur hors de l'eau. Tu te penches vers elle. Elle commence à tousser, crachotant de l'eau. Ne savant que faire, tu attends..


___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aramis de Bomant
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 122
♣ Date d'inscription : 23/11/2011


MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Lun 19 Déc - 11:48

Je continue inlassablement mes longueurs, du coin de l'oeil je vois une persone qui s'installe sur sa serviette. dasn deux minutes je serai dans le jaccuzi, tu es fatiguée mais tu veux battre ton record. alors que tu arrivait à quelques dizaines de centinmètres du bords et que tu arrêtais de battre des bras tu tecognes violemment la tête.
je lève le bras et essaye de pousser un cri mais aucun son ne sors de ma bouche. un dernier mouvement de bras et mon esprit se ferme, je sombres.
mon esprit se ferme mais des images défilent dans ma tête, les visages de tous mes proches, mon père, beau et musclé avec les même cheveux que moi. ma mère avec ce regard bleu et profond, mon petit frère mort à la naissance, ma grand mère toujours souriante et sa fameuse robe à fleur et son chapeau de paille, mon grand père, la pipe et la bêche à la main! ma tante, les yeux bridés, les cheveux noirs, les talons, le tailleur, une femme d'affaire en gros.
Tout d'un coup un remous me sors de ces rêveries et mes poumons me crient de remonter à l'air libre, en ai je vraiment envie ? Je pourrai aller au paradis avec ma maman et mon petit frère, il y a peut être une piscine la-bas. De toutemznière mon corps refuse de faire un quelconque mouvement. Alors que j'abandonnais la bataille pour la vie deux bras fins mais vigoureux me saisissent et me sortent de l'eau. On m'amène sur le bord, deux doigts fins et timides semblent toucher l'endroit où se trouve mon cœur. J'essaye de prendre une goulée d'air mais il y a encore de l'eau dans mes poumons, je tousses j'ai l'impression que mes poumons sont en flamme. Un raton de soleil sur mon visage m'apaise et je remarque que je grelote. j'en trouve les yeux à la recherche de quelque chose qui pourrait me couvrir et je vois le regard d'une jeune fille qui à l'air inquiète se poser sur moi.
Ma première réaction est d'aller lui demanderourquoi elle a ce visage inquiet mais les choses passées quelques minutes plus tôt envahirent mon cerveau. La choc de la tête contre le bord, ces visages, ces bras, et ce feu dans mes poumons.
J'essaye de lui dire que tout va mieux mais seul un son roc sors de la bouche.

___________
-J’arrangerai ça demain-

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pétale J. Answer.
Fondatrice Iris
♣ Messages : 2154
♣ Date d'inscription : 05/11/2011
♣ Age : 19
♣ Localisation : Trapped in this fucking life ~


MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Dim 22 Jan - 19:34

Elle te regarde. Grelottante, stupéfaite. Elle semble perdue, tu ne sais plus quoi faire, tu amène vers elle une serviette et essaye vainement de la rassurer, de la réchauffer. Toi aussi, tu es perdue. Elle te regarde avec insistance, entre elle et toi, on se demande bien qui a le plus peur. Alors, ne voulant laisser aucun sentiment paraître sur ton visage, tu durci tes traits, ternis tes yeux. Jusqu'à ce que ton visage reprenne son impassible beauté. Elle semble vouloir te rassurer. Une moue dédaigneuse se colle sur ton visage. Tu n'aime pas ça, no, tu n'aime pas ça. Et puis, cette fille doit être réellement sotte pour avoir presque - et je dis bien presque ! - réussie a se noyer dans une piscine. Intérieure. Couverte. D'une profondeur moyenne. Oui, définitivement, il ne faut pas être très très futée. Tu pose de nouveaux tes yeux couleurs de bourrasques sur elle. Elle essaye de parler, mais seul un son rauque et guttural sort d'entre ses lèvres. Soudain tu comprend. Ta bouche se tort, mais au fond de tes yeux, au fond de ton coeur et de ton âme, tu le sais. Oui, tu le sais. Tu la comprend. Oh oui, tu la comprend.

" Je ne te demande pas si tu vas bien, ce serai inutile. " lui dis-tu, acerbe.

Tu lui laisses ta serviette et te détourne, autant partir. Oui, cette jeune fille n'avait pas tellement l'air d'être effrayé. D'avoir peur, peur humaine que n'importe qui aurait ressenti. Oui, cette peur fatale, viscérale et cruelle. La peur de mourir. Non, elle, elle te regardait avec étonnement. De ce regard qui veut dire ' pourquoi suis-je encore ici ? ' et plus tard, un autre regard ' pourquoi ? hein, pourquoi ? ' Oui, pourquoi l'as-tu sauvé d'une noyade certaine, d'une mort si près. Oui, si près du but. Elle n'avait pas l'air de vouloir revenir. Est-ce qu'elle voulait tant mourir ? Se tuer inconsciemment, cette douleur, ce chagrin, ce besoin et se désire. Ce sombre souhait. Se supprimer. Tu te retourne vers elle, le regard éteint. D'une voix monocorde, en total contradiction avec tes paroles, tu lui dis :

" Je méprise profondément les gens comme toi. "

Tu n'aurais peut-être pas du la rattraper, si ? Après tout, tu t'en fous de la laisser crever, seule. Tu 'aurais eu aucun remord. Mais au fond, tu te dis que tu as bien fais de l'aider. Oui. Tu t'en vas, ramasse tes quelques affaires, tu regarde ton livres que tu as prestement jeté. Tu l'observe, puis délicatement tu le ranges dans ton sac. Tu n'aimes pas quand tes livres sont abîmés. Tu déteste ça. Pourtant u es satisfaite et ne fais plus attention aux éraflures sur la couvertures. Oui, tu es contente d'avoir sauvée quelqu'un qui ne le voulait pas. Juste pour la faire chier, comme diraient les jeunes d'aujourd'hui. Même si, toi aussi tu es jeune Lil. Trop jeune justement. Tu l'as sauvée, comme ils t'ont sauvés toi. Tu ne le voulais pas. Tu voulais fuir, être en quel que sorte libre. Puis mourir. Seule, son sang séché sur tes mains. Une larme coule. Tu veux être heureuse. Tu t'en vas.

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aramis de Bomant
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 122
♣ Date d'inscription : 23/11/2011


MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Ven 17 Fév - 8:28

|Je réponds, désolée du retard-_-|

Alors que je fais des efforts vains pour parler à ma sauveuse mais rien ne sors de ma bouche. Elle m'observe et puis dit :

" Je ne te demande pas si tu vas bien, ce serai inutile. "

Ce ton acerbe, j'ai horreur de ça. Je regarde son visage, quelques minutes plus tôt il était presque inquiet et maintenant il est neutre, mais avec un regard rempli de dédain. Elle doit se dire : "comment cette fille a pu se noyer dans une piscine aussi peu profonde."
J'ai horreur quand les gens ne me dises pas les choses clairement, ce qu'ils pensent. Cette fille me prends pour une imbécile. Si jamais elle a vu que d'un côté j'aurai voulu mourir elle va me méprisé pour ma "faiblesse".

" Je méprise profondément les gens comme toi. "

Elle m'énerve, j'ai envie de lui crier que tout le monde a des hauts, des bas dans la vie. Elle ? peut être qu'elle a déja essayé de se tuer. J'en sais rien je n'ai pas envie de le savoir.
Elle se retourne brusquement et va chercher son livre qu'elle avait fait tombé en me sauvant. Elle le prend délicatement, vérifie qu'aucune page ne soit tordue et le range dans son sac. Puis elle s'en va sans un mot.
Je reste assise encore un peu avant de prendre sa serviette, qu'elle m'a laissé et retourne dans les vestiaire. Je n'ai plus envie de me baigner pour le moment. Je medouche, quitte mon maillot et m'habille. Lorsque je vais me sécher les cheveux je remarque qu'une bosse s'est formée sur ma tête.
"Journée de Merd* finalement "

___________
-J’arrangerai ça demain-

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pétale J. Answer.
Fondatrice Iris
♣ Messages : 2154
♣ Date d'inscription : 05/11/2011
♣ Age : 19
♣ Localisation : Trapped in this fucking life ~


MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   Ven 17 Fév - 10:26

|| Nya, RP clos. =D ||

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Noyade (PV Lilieth L. O'Brien)
» Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]
» Noyade
» [ Toutes les eaux sont couleur de noyade ] - [ PV ]
» La noyade, un chaton ne dois pas pas sortir seul. {Pv Lac de Givre} EN PAUSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-