Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Ven 19 Déc - 22:43

Gabriel jeta un regard noir à la fenêtre. Le genre de regard assassin qu'on adresse à une personne qu'on déteste. En cet instant même, il détestait réellement sa fenêtre. Il inspira profondément dans l'espoir de faire dégager cette rage qui montait en lui. Maîtriser son taux d'énervement était de plus en plus compliqué. Mais peut être que le faite de dormir dans une pièce gelée depuis des jours y était pour quelque chose. Peut être...Il aurait du aller voir quelqu'un et lui demander de réparer la fermeture de la fenêtre qu'il avait malencontreusement cassé en s’entraînant au sabre mais il détestait l'idée qu'une personne autre que lui ne pénètre dans sa chambre. Son sanctuaire. Il préférait de loin mourir de froid. De plus, si Amanda apprenait qu'il avait repris l'entraînement martial, elle risquait de se douter de quelque chose, et là, il aurait de véritables ennuis.

Dehors, l'aube commençait à se lever, et Gabriel sentait qu'il était temps pour lui d'en faire de même avant de rester geler sur place. De toute manière, il n'avait pas intérêt à traîner, il trouvait que ces derniers temps, il se laissait un peu trop aller à trop de choses futiles. Il était temps qu'il reprenne le cours de sa vie en mains. Il revêtit un des t-shirt offert par Amanda et un pull pour couvrir ses cicatrices. Elle était parvenu à ce qu'il les montre, mais ça ne le mettait pas moins mal à l'aise. Lorsque ces bras étaient découverts, il se sentait sans défense. Et puis il détestait leurs vues. Elles lui rappelaient certaines choses qu'on préfère oublier. Après s'être tranquillement habillé et avoir fourré quelques affaires dans son sac, le garçon sortit de sa chambre. Tant qu' à avoir froid autant que ce soit dehors.

Il entreprit de marché le long des murs de l'école, ces doigts engourdis par le froid frôlant la surface rugueuse des briques abîmés par le temps. L'esprit en perdition, il regarda à peine la direction qu'il prenait. Il ne pouvait pas être bien plus perdu que cela après tout. Un sourire ironique se peignit sur ses lèvres tandis que ces yeux détaillaient les arbres autour de lui sans vraiment chercher à les voir.

Il s'installa contre un arbre et sortit de sa besace un carnet et un crayon. Il se mit à dessiner derrière sa clé de sol des notes serrés sur sa partition. Il avait commencé à composer ce morceau près d'un mois auparavant et il était loin d'être fini, cette partition le plongeait toujours plus loin dans ses pensées, comme s'il glissait dans des abysses inexplorées. Il ne savait pas si le fait de le continuer le plongeait plus bas ou l'aidait à tenir. Tout était une question de point de vue. Il n'avait jamais sentit une telle volonté d'arriver au résultat voulu, ce qu'il écrivait, n'était pas juste un essai. Pas juste une ébauche. Lorsque son crayon noircissait les lignes de son carnet de notes rondes, il n'avait plus l'impression d'être une erreur.

Son regard sombre s'éloigna un instant du carnet aux pages blanches et noires et se tourna vers le ciel. Il pensa d'abord au passé, puis le présent le rattrapa. Mer... Il devait au moins être midi... Il avait déjà raté la moitié de la journée, ses professeurs allaient être furieux. Sa main se crispa sur son crayon et ses yeux retournèrent au carnet. Allez... de toute manière, il était déjà trop tard... autant finir sa page. Il retourna se réfugier entre les bémols et les dièses, laissant au silence le monde qui l'entourait.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Mar 23 Déc - 15:12

La chambre est plongée dans l’obscurité. La seule source de lumière est celle du soleil qui filtre à travers les volets, striant le sol de longues lignes jaune. Nos deux respirations troublent le silence de la pièce. La mienne, régulière et posée, la sienne, plus profonde, celle d’un sommeil sans rêve. Je fixe le plafond, étendu sur le dos, un bras le long du corps et l’autre posé sur mon ventre, se soulevant au même rythme que mon souffle. Je tourne légèrement la tête dans sa direction. Elle dort. Je pousse un léger soupir et me redresse en position assise. Je passe une main dans mes cheveux et chasse le drap qui me recouvre de l’autre avant de me lever. Tout en gardant un œil sur elle pour m’assurer qu’elle ne se réveille pas, je traverse la chambre sur la pointe des pieds et entreprend de repêcher mes vêtements étendus sur le sol. Je me rhabille rapidement, récupère mon téléphone, mes clés et mon paquet de clopes posés sur une étagère et me glisse aussi furtivement que possible vers la porte. Je heurte un meuble dont le coin s’enfonce dans ma hanche. Je retiens un juron entre mes dents, mord ma lèvre inférieure et continue ma progression. Enfin, j’atteins la sortie, actionne la poignée et m’extirpe à l’extérieur de la pièce. Je referme la porte derrière moi avec précaution puis dévale les escaliers qui mènent au rez-de-chaussée. J’attrape ma veste suspendue au porte-mentaux que je ne prends même pas la peine d’enfiler et sors de la maison. Le vent glacial de ce début de mois de décembre me frigorifie presque instantanément. Quelques flocons volettent de ci de la, assombrissant le soleil. Je me dirige vers ma voiture garée sur le trottoir pas très loin, les mains enfoncées dans les poches de mon sweat. Je monte au volant, claque la portière, tourne les clés dans le contact, allume le chauffage. Lorsque le vieux moteur vrombit et que je démarre, je vois les volets de la chambre que je viens de quitter s’entrouvrir, laissant apparaître son visage encore endormi qui me regarde partir.

Direction l’Académie. De la buée s’échappe de ma bouche à chacune de mes expirations, malgré mes tentatives pour réchauffer l’habitacle. Il est grand temps que je change de voiture. Arrivé à destination, je me gare sur le parking du personnel et rejoins la salle d’étude où trois élèves m’attendent déjà. 9 heure moins cinq. Ces gamins-là ont l’air pressés de recopier autant de fois que possibles les vingt pages qui composent le règlement intérieur. J’ouvre la porte de la salle, les laisse s’installer tandis que je m’assois sur la chaise du bureau, me préparant psychologiquement à « surveiller » ces élèves pendants deux heures consécutives. Les minutes s’égrènent, toutes à la même vitesse, lentes et silencieuses. Au bout d’une demi-heure, je sors mon carnet de partitions pour continuer certains morceaux restés inachevés depuis des mois. Mon emploi du temps chargé ne me permet pas de beaucoup continuer à composer. J’ai même rarement le temps de jouer du piano, sauf lorsqu’il me permet de gagner de l’argent. Et, bien souvent, je suis obligé de jouer des morceaux qui ne sont pas de ma composition, mais plutôt des morceaux impressionnants, connus et rapides pour intéresser un public qui de toutes façons n’est pas venu pour m’écouter. Lorsqu’enfin, la sonnerie retentit pour libérer les trois élèves conscients qu’ils ont gaspillé deux heures de leur vie à cause d’un maudit cours de maths qu’ils se sont plusieurs fois autorisés à rater, je me redresse, récupère leur travail et quitte la salle.

J’ai à présent l’après-midi pour moi – l’avantage du travail à mi-temps. Je décide d’aller courir un petit peu avant midi, histoire de me dérouiller les muscles et les articulations. Je marche donc d’un pas vif jusqu’au gymnase où je troque mon jeans et mon sweat pour un jogging et un t-shirt à manches longues. Après quelques étirements, je pars en trottinant, direction le petit bois qui borde l’académie. Je décide de faire le tour du lac. Me connaissant, cela ne devrait pas me prendre plus d’une heure et demie. Je m’engage sur le petit sentier de terre, heureusement resté sec. Au bout de quelques minutes, j’aperçois une ombre adossée contre un arbre. Je ralentis un peu et m’arrête à son niveau. Je regarde ma montre.

- Tu ne devrais pas être en cours à cette heure-ci ? je demande en reconnaissant un élève.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Mar 23 Déc - 21:00

La voix qui sort Gabriel de ses partitions à pour effet de le faire sursauter. Dans un premier temps, c'est la panique.  Il sèche rarement pour éviter d'attirer l'attention sur lui mais en plus, si on le prend sur le fait... Il ferme vivement son carnet, évitant de grimacer à la vue de la feuille sur laqueille il gribouillait, pliée en deux tandis que les pages redeviennent compact, écrasé par la couverture foncé du garçon. Il prend encore une poignée de seconde pour se construire un masque de sérénité feinte et laisse naître sur ses fines lèvres un sourire pleins de défis. Ensuite le Beethoven se retourne vers le surveillant, ses yeux sombres luisant dans la pénombre provoquer par l'arbre.

Evidemment ce devait être lui. Ethan. Sinon, ce n'aurait pas été aussi drôle. Gabriel reste calme malgré le souvenir désagréable de leur conversation à Melbourne. Il sait qu'il doit se méfier. Il se rappelle de certaines brides de leur échange verbal mais il se doute qu'il lui manque quelques phrases. Et il sait pertinemment qu'après avoir picoler, il a tendance à laisser s'échapper de ses lèvres des souvenirs dont il évite en règle général de parler. Quoi que le surveillant ait apprit, le garçon aux yeux noir doit prendre garde. Et surtout, il doit empêcher Ethan de s'en servir pour le blesser. Ne rien laisser paraître. Le calme qui l'avait envahit tandis qu'il noircissait son carnet se dissipait pour laisser place à une tension plus familière. N'y avait il donc aucun moyen de se trouver un coin tranquille dans cette académie ?  

Il se leva avec peu d'entrain, fourrant son carnet dans sa besace. Ces jambes engourdies par le froid et trop longtemps restées dans la même position le picotait. Bien sur qu'il devait être en cours. Ou d'autre sinon ? Ce surveillant n'avait pas inventé la poudre vu les questions totalement inutile qu'il semblait avoir l'habitude de poser. Etait il idiot ou juste borné ? Le Beethoven ne chercha pas à le savoir, il était possible que ce soit surtout lui qui soit de mauvaise humeur. Il prit le temps de frotter son jean avant de lui dire, d'un air effronté :

– Pas moyen d'être tranquille avec toi...

Lors de leur premier rencontre, Gabriel n'avait pas hésité un instant à tutoyer son surveillant même quand ce dernier lui avait appris son job, aucunes raisons que les choses changent. Surtout qu'il essayait de ne vouvoyer que les personnes pour qui il avait du respect ou de l'estime, ce qui n''était certainement pas le cas d'Ethan. Enfin du moins pour l'instant. Il détailla l'ex Beethoven de pied en cape, s'attardant sur sa tenue sportive. La bonne nouvelle, c'est qu'il ne semblait pas être venu dans le cadre de son travail donc il ficherait peut être la paix au blond. Peut être...

– Alors l'ex-Beethoven, tu te sens toujours aussi responsable de moi ? Pourtant là, tu n'es pas en train de bosser.

Gabriel lança un regard appuyé au jogging du surveillant. L'ironie dans sa voix n'est pas masquée et le Beethoven regarda Ethan avec détachement, sans une once d'inquiétude sur le visage. Que pourrait il lui arriver dans le pire des cas de toutes manières ? Sa plus grande peur étant de voir ses révélations involontaires lui porter préjudice. S'il restait calme en apparence, Gabriel restait tout à fait près à se défendre si le brun tentait de jouer sur ce terrain glissant.

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Ven 9 Jan - 23:59

L’élève referme vivement le carnet dans lequel il gribouillait, attend quelques instants et se tourne vers moi. L’arbre auquel il est adossé projette son ombre sur le visage du garçon, et il me faut une poignée de secondes pour le reconnaître. Malgré la relative obscurité, ses yeux s’enfoncent sans peine dans les miens, comme lors de notre première rencontre. Gabriel. Cet élève un peu rebelle sur les bords, torturé, avec lequel j’avais malgré moi passé la soirée à boire pendant les vacances d’été à Melbourne. Et on avait, malgré moi, parlé de nous. Parlé de ce genre de choses dont on ne parle que lorsqu’on a bu. Ce genre de choses que l’on regrette d’avoir dites à la mauvaise personne. Et je suis encore moins excusable que lui. Je m’étais montré faible, une fois de plus. Emporté par ce qui avait refait surface à ce moment-là, ces éléments que je ne pourrais définir. Une forme de faiblesse passagère, qui m’oblige à une conversation désagréable avec cet élève. C’était la première fois que je parlais de mon passé avec des gens que je connais peu, et qui plus est sont les élèves dont je suis sensé m’occuper. Je me suis détesté de longues semaines après notre retour à l’Académie, puis j’avais espéré qu’il ait oublié. Je ne suis pas sûr que ce soit des choses qu’on oublie, tout comme je n’ai pas oublié, malgré mon été d’ébriété à ce moment-là, les choses qu’il m’avait dites.
Lui non plus ne semble pas ravi d’être tombé sur moi, probablement plus que par le fait que je sois surveillant et donc tout à fait en droit de le coller une ou deux heures et de le dénoncer à ses profs. En réalité, ni lui ni moi ne voulons aborder le sujet qui nous a mis en position de faiblesse l’un par rapport à l’autre. Lancer les hostilités est la dernière chose à faire. Le jeune homme se relève lentement, quitte la zone d’ombre, m’observe. Je déteste la manière dont il me parle, et encore plus la manière dont il me détaille des pieds à la tête, comme si un simple coup d’œil sur ma tenue lui suffit à estimer qu’il n’a pas grand-chose à craindre.

– Alors l'ex-Beethoven, tu te sens toujours aussi responsable de moi ? Pourtant là, tu n'es pas en train de bosser.

Je lui passerai bien l’envie de me prendre de haut. Un léger sourire étire mes lèvres.

- C’est vrai.

Je jette un coup d’œil à son sac.

- Toi non plus tu ne fais pas tellement le boulot que tu es supposé faire.

Je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ces histoires. Pas maintenant, ni avec lui. Encore moins avec lui. Je pousse un soupir exaspéré, me rend compte à quel point je devais être insupportable lorsque je me trouvais dans la même situation que lui. Même un « j’appelle tes parents » ne pouvait fonctionner. Me virer, c’était me foutre à la rue, appeler chez-moi, c’était tomber sur le répondeur pour laisser un message après le « bip ». Répondeur que j’appelais pendant des heures,  inlassablement  pour entendre le son de la voix de ma mère. Elle devait avoir des centaines d’appels manqués. Ce n’était il n’y a pas si longtemps.

- Vive la discrétion. Retourne en cours, Sunrise, je lâche dans un soupir.


Spoiler:
 

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Dim 11 Jan - 12:06

Le surveillant semble le prendre plutôt bien, mais Gabriel est sur ces gardes. Il sait que la riposte va finir par arriver. Le regard qu'il jette au sac du garçon en dit long sur ce qu'il pense. Gabriel ne va pas échapper à la conversation désagréable qu'il aurait préféré éviter. Parce qu'il sait qu'Ethan ne va pas le laisser tranquille de si tôt.

- Toi non plus tu ne fais pas tellement le boulot que tu es supposé faire.

Le boulot que je suis supposé faire....Gabriel à un léger sourire plein d'ironie. Le seul cours qui l'intéresse vraiment, c'est la musique. C'est par elle qu'il vit. Le reste... Il ne s'agit que d'un prétexte pour occuper les élèves le reste de la journée. Pour qu'ils restent sagement assis derrière un banc, là ou il n'embêtera pas tout le monde. Gabriel pourrait presque ressentir la frustration dans le soupir d'Ethan. Lui qui pensait profiter d'une après midi moins froide que les autres pour courir se retrouvait à tenter de faire comprendre à un de ses sales gosses de l'académie qu'il était temps qu'il retourne en cours. « Mais il pouvait toujours courir pour y parvenir » se dit Gabriel avec ironie.

- Vive la discrétion. Retourne en cours, Sunrise.

Il sait pertinemment bien que son effort est vain. Gabriel ne pourrait pas retourner en cours maintenant. Ce n'est pas le moment. Il a besoin d'être seul. Comme il était avant. Comme il avait si longtemps été. Une solitude qui lui pesait mais qui le protégeait. Ses yeux noir se plantèrent dans ceux d'Ethan avec force.

– Non.

Il s'agissait là d'un « non » définitif. Il ne voulait pas rentrer. Il voulait continuer à écrire, des blanches, des noires sur son carnet. Il voulait continuer à sentir se former quelque chose de ses doigts. Il voulait continuer à créer. Pour une fois qu'il en était capable. Ethan avait déjà brisé sa tranquillité et il savait qu'il ne saurait pas continuer à écrire sa partition aujourd'hui. Pourtant, il ne se voyait pas retourner en cours. Il aurait pu faire semblant, entamer quelque pas vers l'école avant de se trouver un autre coin tranquille. Faire croire à l'ex-Beethoven qu'il n'était qu'un brave petit toutou près à rentrer dans sa niche. Mais il avait trop de fierté. Ca le perdrait un jour.

– Je n'ai pas d'ordre à recevoir de quelqu'un comme toi, Collins.

Il ne tenta pas de masquer le mépris dans sa voix, il ne voulait pas que le surveillant reste. Il voulait le voir partir. Mais il n'était pas sur que le provoquer était la solution, au contraire. Sauf qu'il ne pouvait s'en empêcher. Peut être que pour lui, la phrase « la meilleure défense est l'attaque » ne s'effacerait plus jamais de sa mémoire malgré qu'elle était d'une stupidité délirante. Parce qu'il était bien connu que l'attaque était le pire moyen de défense de quelqu'un, surtout dans le cas ou il aurait mieux fallu ne rien faire du tout. Et peut être aussi aurait il fallu ne pas enfoncer le clou un peu plus en parlant de chose dont on ne doit pas. En évitant d'ouvrir un sujet aussi sensible que celui dont on parle seulement quand on est ivre mort.

– Mais j'imagine ne pas être le premier à te le faire remarquer...

« La meilleure défense est l'attaque ». Mais malgré tout, Gabriel avait minimiser son allusion si bien qu'on aurait pu croire qu'il ne s'agissait là que d'une phrase anodine. Peut être trop subtile même. Mais Ethan comprendrait. Il comprendrait que les ordres n'étaient pas de son rayon tout simplement car il n'était parvenu à les faire respecter étant plus petit. Ce qui était normal, ce qu'on ne pouvait lui reprocher. Mais ce que, malgré tout, il devait se reprocher. Car c'est bien connu, on est toujours plus dur avec soi même que les autres ne le sont avec nous.

Spoiler:
 

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Dim 15 Fév - 0:49

Sa réponse claque, sans appel. « Non ». Rien que ça. Le genre de réponse capable de me faire sortir de mes gonds en un instant. Ce n’est vraiment pas le moment Sunrise, pas le moment de me chercher. Et ce n’est pas non plus le meilleur moyen pour le garçon d’atteindre ses fins. Il voulait certainement rester seul, mais il vient de me décider à lui pourrir le reste de sa journée puisqu’il a l’air en forme pour gâcher la mienne. L’insolence de cet élève suffit à me convaincre d’abandonner mon petit footing pour lui remettre les idées en place. La voix du Beethoven claque encore, méprisante, profondément blasée. Pas d’ordre à recevoir de quelqu’un comme moi. Quelqu’un comme moi. Un sourire amusé étire mon visage. Quelqu'un comme moi.
Non seulement ce garçon a un gros problème avec l’autorité, mais il lance les hostilités en prime. J’ai cru à tord qu’il était préférable d’éviter les sujets qui fâchent, mais il semblerait que le Beethoven ait vu les choses autrement.

- Tu fais une grave erreur Sunrise.
- Mais j'imagine ne pas être le premier à te le faire remarquer... il ajoute.

Mon sourire s’élargit. Mieux vaut en rire. Que ce garçon me déteste m’importe peu, et la raison de cette haine est le cadet de mes soucis. Mais cette manière d’user de certaines choses m’agace particulièrement. Cette situation me rappel ce soir passé avec Fauve, chez moi. Elle avait lancé les piques la première. Nous avions tout deux utilisé ce que l’on savait de l’autre dans le seul but de le blesser. Et évidemment, tout avait dégénéré, parce que elle comme moi étions susceptibles et incapables d’agir en adulte en la présence de l’autre. C’était presque pareil. Ce petit merdeux utilise ce que je lui aie malencontreusement confié lors de cette regrettable soirée à Melbourne pour me provoquer. Malheureusement pour lui, ce n’est pas la bonne manière à employer avec moi.

- En effet, tout comme je ne dois pas être le premier à remarquer que tu t’appliques à recouvrir tes bras même en été.

Moi aussi, je peux être très con. Pas de tour de chauffe non plus. On peut aller très loin comme ça.
Lassé par cette conversation sans queue ni tête et désireux d’y mettre fin le plus vite possible, je fais quelques pas dans la direction de Gabriel et le saisit violemment par le bras. Je plante mes yeux dans les siens et crache :

- Arrête ton petit jeu, Sunrise.


Spoiler:
 

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Lun 23 Fév - 7:56


Gabriel reconnaît dans le rictus d'Ethan que sa réplique a fait mouche. Il n'aurait pas du défier le surveillant. Sauf que l'Irlandais est en colère. En colère contre Ethan et son intrusion brutale, contre sa mère comme d'habitude, mais surtout contre lui même. Et il ne connait qu'un seul moyen pour évacuer cette émotion vorace avant qu'elle ne le consume. En l'exteriorisant sur la première personne venue. Le surveillant ouvre la bouche, dévisagé avec intensité par le blond :

- Tu fais une grave erreur Sunrise.
Mais j'imagine ne pas être le premier à te le faire remarquer


Il est doué. Suffisamment pour que Gabriel sente son rythme cardiaque légèrement s'emballer et le sang dans sa tempe battre furieusement. Il semblerait qu'Ethan ait le don d'énerver l'Irlandais. L'élève trouve son regard suffisant terriblement provocateur. Mais est ce ça où l'entièreté du surveillant qui lui tape sur les nerfs ? Cette manière de sembler dire qu'il vaut bien mieux que le jeune. Il est casse pied dans le rôle du pion moralisateur, alors qu'il était sûrement le premier a enfreindre les règlements de l'académie.

Gabriel aurait voulu que les choses se passent autrement. Qu'il ne soit jamais allé à ce café, qu'ils ne se soient jamais aperçu au pied de cet arbre. En même temps, c'est de sa faute. Fait être con pour s'assoir si près du chemin.

- En effet, tout comme je ne dois pas être le premier à remarquer que tu t’appliques à recouvrir tes bras même en été.

Comment ose t'il ? Un léger fourmillement traverse le bras du garçon, cheminant le long de ces cicatrices. Mais loin d'être déstabilisé, Gabriel affiche un sourire ironique. Ce n'est plus un secret pour beaucoup de monde. Plus depuis la rentrée du moins. Ça aurait pu en rester la. Sauf que la main d'Ethan se referme sur le bras dont il vient de faire allusion. Ce contact direct contracte Gabriel, qui manque d' abattre son poing sur le nez du surveillant.

-Arrête ton petit jeu, Sunrise.

La tentation de lui casser le nez est forte, mais Gabriel sait reconnaître quand un adversaire est plus costaud et plus grand que lui. Il sait que dans cet posture, Ethan ne manquera pas de vite le bloquer. Malgré tout, l'Irlandais est à deux doigts de céder.

S'il est rationnel, cela n'empêche pas le garçon d'être con, très con. Il se dégage, mettant toute sa force dans son geste, recule d'un pas pour retrouver l'équilibre et foudroie Ethan du regard. Il cherche la guerre ? Il va l'avoir. Gabriel se remet à sa hauteur, toute intégrité physique retrouvée. Il lui crache avec véhémence :

- Ne me touche pas. C'est quoi ton problème ? C'est génétique dans ta famille de tout résoudre par la violence ?

Ça y est, certaine limites ont été dépassée. Certes, elles étaient invisibles mais on évite de trop s'en approcher. Gabriel le sait, il sait aussi qu'il aurait du s'abstenir dès le début. Mais il ne regrette pas. Le plus grand danger maintenant, ce n'est plus Ethan, c'est le passé...

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethan Collins
Administratrice Spark
♣ Messages : 1535
♣ Date d'inscription : 28/11/2011


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Dim 12 Juil - 15:21

Gabriel se débat, parvient à se libérer de mon emprise sans trop de difficultés et s’éloigne d’un pas. Même si je m’y attendais, je caressais tout de même l’espoir que le garçon revienne à la raison et se décide, bon gré mal gré, à m’obéir, au moins pour mettre fin à cette situation des plus étranges qui commence à devenir dangereuse, autant pour lui que pour moi. Chacun de nous sait que les connaissances de l’autre peuvent être utilisées à mauvais escient dans le seul but de nous blesser. Et pourtant, on glisse inexorablement sur la pente de la méchanceté gratuite pour faire payer l’autre, pour se faire payer soi-même.

- Ne me touche pas. C'est quoi ton problème ? C'est génétique dans ta famille de tout résoudre par la violence ?

Les mots avaient été crachés avec colère. Il en connait le poids, c’est indéniable. Et je reconnais non sans amertume qu’il utilise à merveille mon passé pour frapper là où ça fait mal. Mieux que moi-même je ne le fait pour lui. Mais je commence à avoir l’habitude de ce genre d’utilisation des révélations offertes par manque de lucidité. Fauve avait fait pareil, et réagir par la violence n’avait, pour le coup, pas aidé. Du tout.
Je sais qu’il faut tempérer la situation. Redevenir deux adultes responsables capables de mener une conversation normale. Tout avait mal commencé, juste parce qu’il semblait que Gab venait de trouver un endroit tranquille pour composer, que j’étais venu troubler son repos. Il faut calmer le jeu.
J’éclate d’un rire mauvais.

- Probablement ! Mais ça m’étonne que ces mots sortent de la bouche de celui qui a été rejeté par sa propre famille et qui se trimbalait avec un sabre il n’y a pas si longtemps.

Je hausse les épaules, fatigué par la tournure des événements. Je tourne le dos au garçon sans attendre de réponse à la pique que je viens de lui lancer. Je dis par-dessus mon épaule tout en commençant à trottiner :

- Après tout, fait comme tu veux, Sunrise. Je ne suis effectivement pas responsable de toi ni de tes actes. Alors fais-toi plaisir.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je vous aimeuuuh ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Paige
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1235
♣ Date d'inscription : 26/05/2012
♣ Age : 20
♣ Localisation : Je suis sur la planète Terre, en mission pour découvrir le caractère complexe de l'être humain. Moi, THE extraterrestre ^^


MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    Lun 27 Juil - 16:42

L'air est saturé de la tension que dégage le garçon. Le Beethoven hésite sur la démarche a suivre mais on peut voir dans son regard qu'il caresse l'espoir d'avoir suffisamment énervé le surveillant pour en venir aux mains. Il sait qu'il ferait mieux de l'éviter mais une pression sur son ventre l'empêche de réfléchir correctement, et ce depuis le début de la matinée.

C'est pourquoi lorsque le rire d'Ethan résonne entre les arbres Gabriel ne peut qu'être déstabilisé. Le garçon ne sait plus sur quel pied danser. C'est comme si la réplique qu'il avait trouvé avec difficulté pour toucher l'ex Beethoven ne l'avait même pas effleurée. Il était bien plus fort que l'Irlandais et ce même sur le plan psychologique. C'était pour le garçon une véritable douche froide.

- Probablement ! Mais ça m’étonne que ces mots sortent de la bouche de celui qui a été rejeté par sa propre famille et qui se trimbalait avec un  sabre il n’y a pas si longtemps.

Gabriel serra la mâchoire et son poing fit de même par un automatisme qu'il ne contrôlait pas.
Sa famille... Il n'avait pas de famille. Plus maintenant. Il ne voulait jamais plus les revoir. Le garçon fit un effort surhumain pour que ces nerfs a vifs ne craquent pas.

C'est alors que se produisit la dernière chose a laquelle s'attendait me garçon. Ethan s'éloignant avec détachement. Il le regarda, tandis que la tension dans son corps se muait en colère. Il comprenait seulement maintenant qu'il était le seul des deux a chercher les ennuis et le seul aussi a être touché par ce qui se disait. Le surveillant lui donna le coup de grâce :

- Après tout, fait comme tu veux, Sunrise. Je ne suis effectivement pas responsable de toi ni de tes actes. Alors fais-toi plaisir.

Il réprima la honte de s'être emporté et regarda Ethan s'éloigner, son regard sombre planté dans le dos de ce dernier. Il semblait totalement inévitable que cette conversation ne s'achève ainsi mais l'Irlandais se fit la promesse qu'il règlerait ces comptes.
Trop de gens connaissaient ces secrets et trop d'autres commençaient à compter dans sa vie pour qu'il ne sente en lui monter la peur de perdre tout ce qu'il avait découvert sur un coup de tête. Il se laissa glisser le long d'un tronc et fixa l'endroit d'ou venait de disparaître Ethan un long moment encore.
End ?

___________
JE VOUS AIME TOUS BANDE DE T'ITES CACAHUETES AMBULANTES 8D !!!!!!!!!!!!!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//    

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenons-nous dans les bois, tant qu'Ethan n'y est pas... //feat TATANE 8D//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-