Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]   Dim 4 Déc - 14:26



"Danse, danse les étoiles. Ecoute la musique, regarde la lune, admire le paysage éclairé de cette lumière si pure. Il parait tellement différent. Pourtant, c'est le même. Regarde, ne vois tu pas, là bas, notre petite cabane ? Et là, l'étang, qui reflète l'astre de la nuit … "

Oui maman, je le vois, je l'ai vu … A cette époque, il avait encore l'air si beau … Tout avait l'air beau … Parce que c'est toi qui me le montrais. Mais maintenant … La petite cabane est-elle encore là ? L'étang reflète-il toujours la lune ? J'en doute. La glace va bientôt le prendre. Ou alors il a déjà disparut, si Père n'en a pas vu l'utilité.

Je soupire. C'est ainsi. J'aurai beau ruminer autant que je veux, tout ça ne reviendra plus. Je l'ai abandonné, alors que l'espoir pouvait encore renaitre. Je l'ai enterré. J'ai tout abandonné ce jour si froid … Comment va-t-elle ? Elle a du grandir … S'affirmer … M'oublier …

Je n'en peux plus, j'étouffe. Il faut que j'arrête d'y penser ! C'est mauvais pour moi, et je le sais … Mais malgré tout ça reviens, encore et encore ! Ça me prends totalement, me décroche de la réalité … Et quant je reviens, je me retrouve souvent dans des endroits bizarre, sans savoir comment j'y suis arrivée … Comme en ce moment. Je rouvre les yeux, me reprenant. Je regarder autour de moi, je cherche un repère. Une image. Un son. Trouvé. J'entends un bruit sourd, grave, que je connais depuis pas mal de temps maintenant … Un bruit fluide, continu, qui m'indique de suite où je suis. Je me dirige vers lui, m'y attaque, m'y accroche. Comme une bouée. La réalité. Ma réalité. Celle à laquelle je suis attachée depuis un an. Souvenir réelle, qui me font sortir d'un passé agité … Souvenir qui me permette d'oublier …De L'oublier.

Enfin, je la vois, elle est là, à dix mètres, même pas, son bruit devenant tellement plus fort … L'air semble plus frais, et les dernier rayon de soleil de la journée l'illumine de mille reflet: La cascade. Le soleil couchant lui donne une teinte orange, doré … L'écume vole dans les airs au niveau du point d'impacts encore la cascade et le lac dans lequel elle se jette. Des gerbes d'eau partent de tout coté, dans un fracas étonnant. Un instant, je crus voir un arc-en-ciel, mais le soleil disparut complètement.

Les étoiles s'allumèrent une à une, laissant la lune éclairer à son tour l'eau. Je me suis assise sur la berge, genoux replier contre moi, et j'ai commencé à fredonner distraitement la berceuse que chanter maman. Peu d'élèves se baladent à cette heures, j'étais donc tranquille pour un moment, m'abandonnant à mes envies. Je pouvais abandonner mon attitude désinvolte. Je pouvais oublier mes soucis. Je pouvais …

Un bruit, pas la cascade. J'ai tournais la tête. Qui cela pouvait-il être ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pétale J. Answer.
Fondatrice Iris
♣ Messages : 2154
♣ Date d'inscription : 05/11/2011
♣ Age : 19
♣ Localisation : Trapped in this fucking life ~


MessageSujet: Re: In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]   Lun 5 Déc - 20:53

LA VIE EST AMUSANTE, TRISTE. PRECIEUSE.



Tu étais quelqu'un. Je ne suis plus personne. Tu étais bien plus importante que moi. Ne suis-je qu'un grain de poussière ? Oui, sûrement. Je t'ai aimé, tu m'as manqué. Qui étais-je pour toi ? Est-ce que tu m'aimais au moins ? Je ne suis plus sur de rien. Je ne sais pas. Tu as rompu le fil. Je t'aimais, j'étais la chaîne qui te retenais encore ici. Mais tu es partie. Personne ne s'appartient entièrement. Il y a toujours des fils appelé sentiments qui les font appartenir aux autres. La liberté n'existe pas. Si tu es aimé, que tu aime, tu n'es pas libre. A quoi bon être libre si c'est sans amour ? Celui qui est libre fait ce qu'il veut. Ici, quoi que l'on fasse, tu pleures. Je te blesses n'est-ce pas ? Sûrement. Je ne suis pas libre. Tu ne l'étais pas, mais tu es partie. Mais bien plus grande est la douleur de ceux qui reste que celle de ceux qui partent. J'ai mal, tu m'a blessé. J'ai payé ta lâcheté, tu n'auras pas su rester auprès de moi. Au fond, c'est de ta faute. Est-ce que je t'aime ? Oui, je crois. Est-ce que je te hais ? Oui, parfois.

A présent, je suis plus importante que toi. Je suis libre. Je n'aime personne, personne ne m'aime. Oui et alors ? Je suis libre. Oui, la seule personne que je n'ai jamais aimé est partie. Je n'ai plus de chaînes, plus d'entraves, grâce à toi. Je ne peux plus t'aimer, tu es partie.. Suis-je réellement libre ? Sans amour.. Je t'aime toujours.. Pourquoi pleurer chaque nuit, toi que je hais, toi que j'aime tant. Si j'étais libre, t'aurais-je oublié ? Oui sûrement. Je ne t'ai pas oublié. Je ne suis plus rien. Ma chaîne est un souvenir. Mon entrave est le passé. Je ne peux plus vivre. Aujourd'hui je pleure ta mort. Et toi que fais-tu ? Tu as retrouvé la paix. Tu es heureuse et tranquille. J'ai mal, je cries. Et toi ? Non, toi tu est sereine, tu ne sais plus rien de la vie et des mes souffrances. Tu t'en fous. Tu ne sais plus rien de la vie. Ignorante. Moi je suis encore là. Et je sais. J'effleures la vie du bout de mes doigts, au moins. Moi je ries parfois, je pleure beaucoup. Voila pourquoi je suis quelqu'un, même si je ne suis pas grand chose, voila pourquoi moi je suis plus importante. Parce que je suis en vie. Et que la vie est amusante, triste. Précieuse. Je suis encore là, moi.. Comme quoi, maman, je t'ai enfin dépassé.


Ton souffle chaud se pose lentement sur la vitre. Il se propage lentement sur le verre froid, créant sur son passage un sillon de buée. Son souffle caressait l'air, fendant la chaleur, se posant avec délicatesse, laissant les gouttelettes d'eau glisser le long de son corps, comme quelques larmes éparses et désordonnées. Tu laisses encore un instant l'eau chaude couler le long de ton corps, chassant avec lui la tristesse et la mélancolie. Tu es assistes dans le bac de la douche, les genoux ramenés contre ta poitrine, entourés des tes bras. Ta tête posées sur le tout. Tu fredonnes une mélodie douce et légèrement triste. La musique d'un film.. Lequel ? Tu ne sais plus. Tu restes encore ainsi un long et tendre moment. Tu aimes prendre de longues douche bien chaudes. C'est une des choses qui t'apaise. La journée à été longue, tu es fatiguée. Mais grâce à cette bonne douche, la fatigue s'en va, tu te sens de nouveau vivifiée. Tu sors de la douche avec regret. N'ayant pas tellement envie de t'en aller, tu ouvres la porte un instant et saisis une petit serviette pour tes cheveux. Tu refermes prestement, ne voulant pas laisser s’échapper l'exquise chaleur. Tu essors tes beau cheveux blonds aux reflets lunaires et sors enfin de la douche. Tu prends la grande serviette éponge de couleur vert d'eau et t'enroules dedans.

Tu farfouilles un instant dans tes vêtements, pour finalement opter pour un sous pull gris perle aux manches en dentelles et un jean slim. Tu mets également un long gilet en laine bleu lavande et enfiles des bottes à pompon. D'habite, à cette heure ci, tu préfère te mettre en pyjama, regarder un film, des animes, lire un bouquin, regarder la télé ou encore surfer sur internet, confortablement installée sous tes couvertures. Pourtant, ce soir, tu préfères sortir et faire un tour.. Pas pour dessiner, non, seulement pour te promener. Alors tu sèches machinalement tes cheveux et les noues en deux petites couettes. Tu enfiles un long manteau anthracite et lance une écharpe autour de ton cou. Tu prends ton sac contenant tes affaires, plus par habitude que par réel besoin. Tu sors ton Ipod, l'allume et enfiles tes écouteurs. Tu sors du bâtiment. L'air est froid, vivifiant. Tu frissonnes un instant, puis laisse ton corps à l'apaisante fraîcheur. Tu aimes sentir ce frisson glacé glisser le long de la moindre parcelle de peau. Tu avances, suivant le crépuscule. Étrangement, la musique que tu écoutes est celle que tu chantonnais sous la douche. Tu regardes l'écran. Elle se nomme Épilogue.. Ah oui ! Le musique de ce film japonais ou coréens, tu ne sais plus. En tout cas, même si le film ne t'a pas tellement marqué, tu aime bien la musique. Alors, murmurant l'air, tu commences à avancer, sautillant en rythme.

Tu suis le crépuscule rougeoyant, crépuscule qui déjà s'enfuit au loin. Tu regardes les arbres dénués de leur feuillage, leur ramages tendant leur doigts fins et nus vers les cieux devenus à présent écarlate. Tu frissonnes, continues d'avancer au gré de la musique. Tu arrives à présent près de la cascade. Tu enlèves tes écouteurs, les rangeant dans ton sac. Le bruit de l'eau qui s'enfuit, emplit tes oreilles, l'odeur assaille tes narines, tous tes sens sont en alertes. Tu te laisses bercer par cet instant merveilleux, ce son que tu as la joie d'entendre, d'écouter. Ce chant, cette mélodie abstraite et précieuse. Tu continues d'avancer, tu veux longer la berge, t’asseoir un instant, regarder le ciel qui peu à peu se pare d'étoiles étincelantes, se revêt de son manteau aussi sombre que de l'encre. Mais il y a une jeune fille, assise, tu entends sa vois qui chantonne une sorte de berceuse. Elle a l'air rêveuse, ses jambes rempliés contre sa poitrine. Intriguée, heureuse, tu t'approches à pas de loup. Pourtant, la jeune fille aux longs cheveux d'ébène, se retourne vers toi. Tu ne vois pas grand chose de son physique, ni de ses vêtements. La seule chose que tu voies clairement sont ses deux yeux gris, étincelants, semblant resplendir dans le noir. Pourtant, ils sembles porter en eux une douloureuse tristesse. Pourtant tu t'avances, penchant la tête de côté, lançant d'une voix joyeuse, mêlée à un filet de mystère.
    " Le ciel est beau ce soir, n'est-ce pas ? "



___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pétale J. Answer.
Fondatrice Iris
♣ Messages : 2154
♣ Date d'inscription : 05/11/2011
♣ Age : 19
♣ Localisation : Trapped in this fucking life ~


MessageSujet: Re: In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]   Dim 22 Jan - 21:43

|| UP ||

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]   

Revenir en haut Aller en bas
 

In the moonligth, I cry, I sing, I hope [ Pv: Lilieth L. O'brien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. [Appartement Robertson] Let's sing together.
» 03. Sing if you can...!
» Who can sing for me ? [30/01 21h10]
» 05. Sing !
» (Idée à la c—) Mission 1000% Sparking : Please sing with me!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-