Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]   Jeu 27 Avr - 19:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Un pas en avant, puis un autre et ainsi de suite. Ce mécanisme qui est si facile m’a été refusé pendant un mois. Du moins je ne pouvais plus avancer. Ma vie ? Un enfer, même Satan se moquait de moi, attendant que je tombe dans ses griffes. Et pourtant, au moment où il était prêt à me saisir et à m’emmener dans ce doux enfer… Je suis sortie. J’ai réussi à faire marche arrière car on m’a rattrapé. Plus jamais, non, plus jamais je ne reculerais devant rien !

Au départ c’est venue d’une idée à la con. Comme une petite graine qui germe doucement. Pourquoi ne pas prendre la peau de quelqu’un d’autre ? La où j’ai passé ma convalescence, j’étais une autre fille. Je n’étais plus la Pauline Hemson que tout le monde avait connu. Je n’étais plus qu’une marionnette qu’on maintenait en mouvement. Une fille perdue… Puis je suis sortie de ma torpeur, sans m’en rendre compte…La bonne ambiance chez les anglais, leurs manières de voir les choses, de surmonter ce genre d’épreuve. Petit à petit j’ai repris goût à la vie. Et c’est comme ça qu’Emma Hathaway est née. Dans l’histoire qu’elle s’est inventée, tout n’est pas faux. Elle a vraiment rencontré une bande de potes, ils m’ont même aidé à façonner ce personnage. Emma Hathaway était le nom de l’épouse de Shakespeare. Manière subtile de rendre hommage à la maison des Molière. Ma seule et unique maison.

Cela fait 4 jours que j’ai réellement fait tomber mon masque. J’ai arrêté de porter des lentilles permettant à mes yeux gris de revoir enfin le jour. Mais les habits qu’elle portée me manque parfois et même si je suis redevenue une vraie sainte nitouche par rapport à elle, je n’ai pas pu me refuser à jeter ses vêtements. Expliqué comme ça, on dirait une vraie psychopathe schizophrène. Ou un truc bien tordu. Mais dans ma tête tout est clair maintenant, je suis de nouveau apaisée.

Je longe les écuries de l’académie de manière discrète. Cela fait un an que je n’ai pas remis les pieds ici. J’ai abandonné l’idée de retrouver Isidore. Du moins la plus grande peur d’Emma, c’était qu’il ne la reconnaisse pas. La mienne maintenant c’est qu’il m’en veuille. Ce cheval est toute ma vie, il est ce qui m’a donné une raison de rester et de revenir. Valentin ne sait pas où je suis exactement, il sait juste que je vais bien. Mais Isidore… Personne ne lui a dit. Je l’ai abandonné comme une lâche. Bien sûr il avait Naia, je sais qu’elle s’en est occupé. Emma s’en est assuré. Mais j’ai honte…Tellement honte. Excuse-moi, accorde-moi ce pardon que personne ne me donne.

Un pas devant l’autre. Je me dirige vers la forêt. Il me faut être loin de tous ses gens qui me regarde sans comprendre. Sans comprendre depuis quand Emma à les yeux gris et ne s’habille plus comme avant. Pourquoi elle est devenue gentille et pourquoi elle sourit. Aujourd’hui j’avais un objectif simple…Dû moins c’est ce que je pensais… Avant que Naia entre dans la danse.


codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Naia Egan
Modératrice à l'essai Pear ♣
♣ Messages : 609
♣ Date d'inscription : 09/09/2012
♣ Age : 18


MessageSujet: Re: Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]   Sam 13 Mai - 17:03

L'odeur de la paille emplit ses narines, gonfle ses poumons. Depuis sa plus tendre enfance, cette senteur chaude et chaleureuse l'apaise. Elle la ramène à des moments heureux et gorgé de lumière, à des rires ou des sourires timides. Des longues séances de pansage avec la lumière du soleil filtrant par la petite fenêtre cassée, des batailles de foin dans les boxes. Des amitiés crées, des amitiés qu'elle avait bêtement cru éternelle. C'est le propre de la jeunesse, croire ainsi que tout ce qu'on a va durer, que tout est acquis. Le lycée, les amis, les flirts, le mariage de ses parents. Mais voilà Naia n'a plus quinze ans, elle en a dix-neuf et elle n'est plus l'adolescente naïve qu'elle était il y a maintenant presque cinq ans de cela. Le temps a fait son oeuvre, l'a marqué et façonné pour faire d'elle la jeune fille qui se tient là, assise dans la paille. Et même éclairée par la lumière du soleil filtrant part la vitre cassée, elle ne parvient plus à ressentir cette joie sourde qui fourmillait dans ses veines auparavant. Elle se contente de regarder pensivement les petites poussières volantes, presque posées en suspension dans l'air étouffant. Les bruis de mastication des chevaux autour d'elle la bercent, l'endorment presque. Assise ainsi sur le sol de ce box, elle se sent en sécurité. Un peu dans un cocon là ou rien ne pourra jamais l'atteindre.

En soupirant, elle se relève, passe la main par dessus la porte du box pour rouvrir le loquet. Dans son dos, elle sent les coups de museau de son cheval. En souriant doucement elle se retourne et caresse distraitement ses joues noires. Elle fixe les deux yeux intelligent qui la transperce, comme s'ils pouvaient lire dans ses pensées et se détourne. Refermant le battant derrière elle, elle se dirige vers la sellerie en trainant des pieds. L'odeur de cuir et de graisse lui saute au visage, et les larmes lui monte aux yeux. Avec précipitation, elle se saisit d'un filet et d'une selle et remonte le couloir de l'écurie à grands pas. Elle s'arrête devant la porte du box à la plaque d'Isidore. Elle passe sa main sur la plaque en laiton. Lorsque le cheval gris passe sa tête par dessus, c'est plus fort qu'elle, elle lance ses bras autour de son encolure et éclate en sanglot. Impassible, l'étalon reste stoïque, comme s'il comprenait que la jeune femme avait besoin d'être réconfortée. Et pendant plusieurs minutes ils restent ainsi blottis dans cet étrange étreinte, pleurant la même perte dont ils ne se sont tous les deux jamais remis. Essuyant ses yeux d'un revers de la main, la Baroque pénètre dans la stabulation et commence à brosser le pelage déjà luisant du deuxième cheval dont elle a la charge. Celui-ci se laisse sagement faire, s'agitant simplement quand elle passe l'étrille sur son ventre. N'importe qui passerait ici ne verrait qu'un couple cheval et cavalier comme les autres. Mais les choses n'ont pas toujours été aussi simples.

Isidore n'est pas son cheval, il ne le sera jamais Naia le sait. Mais ça ne l'empêche de ressentir pour l'animal un attachement farouche. Elle en a hérité après la disparition de sa meilleure amie de l'époque, Pauline. Dans son départ précipité, la blonde n'a laissé ni lettre d'aurevoir, ni de moyen de la contacter, simplement ce mot lui demandant de prendre soin de son propre cheval. Mais le cheval en question n'est pas connu pour son bon caractère, ni son obéissance. Pauline était la seule qu'il portait dans son coeur. Les premiers jours il ne la laissait même pas approcher, tentant de la mordre à chacune des tentatives rendues désespérées par le chagrin. Chacun luttait contre l'autre, tentant de masquer sa douleur dans un combat acharné, aveugle. Après des mois de fuites, de chutes, de cris tous deux sont tombés au sol, à bout de souffle. Toute sa vie elle se souviendra de la puissance avec laquelle il l'avait désarçonné ce jour là puis s'était enfui en sautant la barrière. Elle a passé plus de trois heures à le chercher sous la pluie, avant de le retrouver blessé, son filet empêtré dans dans des buissons. Elle l'a ramené, et a passé la nuit à s'occuper de lui en pleurant toutes les larmes de son corps. Leurs murs se sont cassés cette nuit là, alors qu'il l'écoutait cracher toute la douleur qu'elle portait sans son coeur. Il leur a fallu à tous deux du temps pour s'apprivoiser, arrêter de voir dans l'autre, le reflet de l'ami qu'ils avaient perdu. Mais il n'était pas idiot de dire que leur reconstruction a été mutuelle. Aujourd'hui, il existe entre eux un lien puissant qu'eux deux sont les seuls à comprendre.

Mais ce n'est pas parce qu'ils se tolèrent, se comprennent qu'Isidore a arrêté de lui en faire voir de toutes les couleurs. Très souvent il lui fait mordre la poussière pour ensuite la faire courir pendant des heures. Aujourd'hui, il semble dans de bonnes dispositions, prions pour que cela ça dure. Il accepte son filet et sa selle sans rechigner et semble même heureux de quitter sa stable. Le soleil est puissant, l'air tiède. La journée devrait être agréable. D'un bond gracieux elle se juche sur le dos de l'étalon au pelage cendré qui se met instinctivement en marche. Aussitôt elle oublie tout ce qui est autour d'elle pour se focaliser sur sa monture. Du fait de sa nature difficile, il lui demande toujours une grande concentration, des ordres de clairs et pas agressif au risque de se retrouver au sol. Ensembles ils dansent, enchainant voles, cercles et courbes. Ensembles ils dansant, dans une monde où ils ne sont plus que deux.

___________

« C'est comme de jouer au tetris,
c'est de plus en plus dur jusqu'à ce que tu crèves.
»
Nathanaël Von Arlex, 01h05 le 04  janvier 2013
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je n'aurai jamais assez de mots pour vous dire à quel point je vous aime. ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]   Dim 21 Mai - 21:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J’entends un bruit familier. Un bruit que tous cavaliers reconnaitraient entre mille. Celui d’un cheval qui marche sur un sol dur avec des fers. Cela me bloque immédiatement sur place. Telle une statue, j’hésite sur la conduite à suivre. Je sais qu’il me faut filer vite mais voici que le chemin est à nouveau bloqué par la cavalière. Et pour cause, je reconnais immédiatement la croupe de ce cheval. Mon premier coup de foudre. Alors qu’elle évolue sur le sable de la carrière, je me mets à reculer tout doucement. Un pas après l’autre. Je prends le chemin inverse en longeant l’écurie. Je fuis encore une fois telle une voleuse, c’est pathétique. Je le sais et je ne l’assume pas. Mais j’ai l’impression que je ne suis pas encore prête à faire face. Comme je n’ai pas été capable de certaines choses.

Je jette un coup d’œil furtif à l’intérieur des écuries de l’académie. Des chevaux me regardent l’air intriguée. Et soudain c’est plus fort que moi, il faut que je sache. Je pénètre dans ce lieu béni des cavaliers. L’odeur si familière du foin me monte au nez et à la tête. Certains chevaux renâclent, d’autres piétinent le sol. Je caresse le chanfrein de certains, un geste qui, je m’en rends compte maintenant, m’avait terriblement manqué. Ils finissent par se calmer et je reprends mon chemin. Je regarde chaque porte de box, chaque nom gravé jusqu’à trouver le sien. Je fais glisser mes doigts le long de la gravure parcourant chaque lettre. Une à une elle vienne me planter le cœur. Elles le pulvérisent, le réduisent en miettes. C’est tout ce que je mérite d’ailleurs. Je me laisse glisser le long de la porte de son box coupé par le choc de la réalité. Je n’aurais pas dû venir ici je le sais. Je reviens en arrière.

Isidore était à la base un cheval de mon club. Il était arrivé alors que j’étais stagiaire dans le cadre d’un stage découverte comme il appelle ça communément. Un fou. Il a trainé mon prof sur toute une longueur avant qu’on arrive à le stopper. Ses yeux injectés de sang montré un passé monstrueux. Il avait été sauvé de chez un propriétaire qui l’affamé car ne donnant pas de bons résultats en compétition. Frappé également, il était impossible pour les hommes de l’approcher. Car étant masculin comme son persécuteur. Cela nous l’avions découvert plus tard. Mais un cheval aussi dangereux ne pouvait être gardé, surtout dans un club pour tout public. J’avais été la seule à croire en lui, à voir ce qu’il pouvait être. Pure folie je le sais, mais j’avais réussi à convaincre ma mère de l’acheter. J’avais ensuite passé des heures et des heures, refaisant toute une éducation. Je l’avais sauvé d’un monstre puis en soit d’un futur encore moins glorieux se finissant sans aucun doute par… la mort.

Je me retrouve de nouveau adossée au box. Les larmes ont coulé sans que je les sente. Je suis revenue d’un passé douloureux pour lui comme pour moi. Je regrette à nouveau, de plus en plus je l’ai été mais aujourd’hui je suis faible. Le cheval de Naia me regarde, il semble me reconnaitre même si ce n’est peut-être qu’une impression. Je me redresse soudain. Cela n’a que trop trainé. Ne respectant aucunes règles de sécurité, je fais une chose interdit. Je me mets à courir dans les écuries. Comme une folle. Comme mon cheval. C’est mon cheval !

Je sors précipitamment de l’écurie donnant sur la carrière ou la cavalière évolue toujours.  Prenant mon courage à deux mains je me lance :

- Isidore !

Ma voix claque dans la carrière, forte et limpide. Naia n’a plus à être sur le dos ce cheval. Car c’est moi sa compagne de route, s’il arrive un jour à me pardonner, alors plus jamais je l’abandonnerais.


codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Me rendras-tu ce que je t'ai donné ? [Naia <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ANTONIO DIT TONIO EX UFO ADOPTE
» La salle du trône et le château
» profil des figurines pour SDA
» évaluation comparée des facteurs de l’insécurité
» Problèmes liés à la demande d'envoi d'informations du client DOFUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Les Ecuries-