Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Ven 20 Juil - 20:38

Songeuse. Voilà l'état d'esprit de Rhine à ce moment, où elle joue au foot seule sur ce grand stade. Les gens n'étaient pas présents, pas même sur les gradins. Du moins, c'est ce que pensais Rhine avant qu'arrive une jeune fille brune très mystérieuse. Mais elle n'y prêtait pas attention puisqu'elle pensait sans arrêt à son meilleur ami. C'est d'ailleurs pour ça que Rhine, la fille aux cheveux bleus, avait voulu venir faire un peu de foot. Elle n'oublierais jamais les multiples fois où elle a joué avec ses amis et surtout son meilleur ami au foot. Elle rigolait tellement avec eux... Sa mère avait été cruelle en l'envoyant ici. Elle voulait les séparer et elle en était sûre. Maintenant qu'elle se remémorait tout ça elle marqua un but, les larmes coulant les unes comme les autres sur des joues blanches.

Elle s'arrêta alors et s'assit au sol, près du poteau de but pour faire une pause. Elle essuya sans attendre ses joues, honteuse de pleurer de telle sorte. Non, elle n'avait pas envie que quelqu'un arrive, et pourtant c'est que ce qui arriva.

Elle se leva et essuya les dernières gouttes sur ses pommettes en restant calme. Elle observait le merveilleux visage de la fille'inconnue qui avançait doucement vers elle, souriant tristement, compatissante alors qu'elle ne savait pas pourquoi Rhine pleurait. Bizarrement, ce geste la rassura.

-Salut.

Ce sont les paroles que Rhine avaient exactement dites pour saluer l'interlocutrice. Elle avait un peu honte de se présenter telle qu'elle était, c'est à dire avec un short, des baskets de foot et un simple débardeur qui à certains endroit était un peu couvert de terre suite à ses nombreuses chutes dans sa partie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Ven 3 Aoû - 22:40

Spoiler:
 


Je marchais de ça et là, sans but particulier. Je m'ennuyais un peu pour être honnête mais depuis l'affaire avec la directrice, je préférais me la jouer discrète. Je n'avais aucune envie de me retrouver consigner à l'académie, entre les quatre murs de la salle de permanence, pendant toute les vacances. Cette envie de violence, de coups, de mot plus pointus que des poignards que l'on se lance à la figure, de ses regards comme des balles de revolver... Tous ceci me manquaient. Pourquoi ne suis-je pas comme les filles de mon âge ? Discuter mode, garçons (enfin, filles pour ma part) et les derniers potins du coin ou d'autre connerie dans ce genre-là. Je préférais trainer avec les mecs, discuter autour d'une bierre, de meufs et des derniers matchs à la télévisions. C'était comme ça. J'étais assez masculine dans mon caractère, mais cela ne m'empêchait pas de vivre ma vie de femme comme toutes les autres. Donc, j'avais envie d'adrénaline en ce moment. C'était presque vital pour moi. Le sexe aurait été une solution mais je n'avais pas envie de me casser la tête à me mettre en couple ou avoir une amante. Quoi de mieux que le sport ? Le sport brute. Je me dirigeais donc d'un pas décidé vers le stade. Je décidais donc d'aller taper dans quelques ballons. Cela me changerais sans doute les idées.

[...]


Nerveuse. Voici l'état dans lequel je me trouvais à cet instant. Je voyais cette étrange fille au loin, agenouillée sur le sol et qui semblait pleurer. Un seul mot pouvait la définir : bleu. Ses cheveux étaient de cette couleur azur qui me fascinait. Cependant, je ne m'intéressais pas à elle pour sa bleutée mais pour ses larmes. Je ne console pas les gens. Je ne suis pas comme ça. D'une part parce que je pensais que personne ne le ferait pour moi et qu'il fallait se montrer forte, plutôt que de gémir sur son sort. C'était ce que j'avais fais depuis mon plus jeune âge. Je pensais avec colère pourtant que ces gosses de riche ne devaient pas connaître ni même soupçonner le mode des vies des enfants des bas quartiers. Après tout, eux ils avaient ce qu'ils voulaient, quand ils voulaient. Non ? Et pourtant, j'avais mal au coeur en la voyant faire même si j'étais intimement convaincu qu'elle était une autre princesse moderne parmi tant d'autre. Elle semblait plus jeune que moi et totalement désemparer. Je ne sais pas ce qui se passait mais ça avait l'air grave . Peine de cœur peut-être ? Quoi qu'il en soit, je voulais tenter de lui venir en aide.

Je m'approchai donc d'elle, affichant un grand sourire pour cacher mon inquiétude. Elle n'avait surement pas besoin que l'on s'apitoie sur son sort. Je décidai alors de la jouer cool, légèrement charmeuse. Rire lui ferait du bien. Elle me salua toutefois la première.

- Yo... C'est dommage qu'une aussi jolie fille pleurent, tu veux en parler ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Dim 5 Aoû - 20:39

Spoiler:
 

La jeune fille lui adressa la parole.

- Yo... C'est dommage qu'une aussi jolie fille pleure, tu veux en parler ?

Rhine ne su quoi dire. Elle se releva et essuya ses joues, puis respira doucement pour se calmer. A vrai dire la phrase de l'inconnue l'avait fait rire intérieurement.

-Jolie ? Non je pense pas à ce point. Non merci, je ne veux envahir personne avec mes problèmes... Personnels ou non de toute manière.

La canadienne continuait de fixer la brune. Elle savait à vu d’œil que la fille était plus âgée qu'elle mais elle ne dépassait pas les dix-huit ans, normalement... Et elle était étrange tout de même. Déjà elle souriait, sûrement pour lui remonter le moral. Par contre Rhine détestait le regard étrange qu'elle lui lançait. Mais à quoi jouait-elle ? Rhine en détourna rapidement le regard. Comme par hasard un flot de questions coulaient dans sa tête alors qu'elle aurait préféré ne pas penser du tout. Qu'est-ce qu'elle était censé dire maintenant, hein ? Bah rien, rien parce qu'elle n'avait absolument rien à dire ! D'ailleurs elle détacha la natte qu'elle avait fait de ses cheveux. Au moins eux étaient propres, contrairement aux vêtements de sport.

Elle en profita pour sortir une bouteille d'eau et en avaler quelques gorgées. Ses larmes avaient séché mais sa gorge également. Le regard de la Canadienne se porta à nouveau sur la jeune brune. Elle posa sa bouteille au sol avant de prendre la parole, histoire de faire dériver le cours de ses pensées et de tuer le silence.

-J'm'appelle Rhine.

Elle se força de faire un petit sourire chaleureux pour ne pas paraitre trop méchante à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Mar 7 Aoû - 22:02

J'avais envie de la bousculer un peu face à sa réplique. La bleutée était modeste en plus ? Il ne fallait pas. C'était son extravagance qui l'a rendait adorable. Je ne quittais pas mes regards de ses mèches bleus électriques qui jouaient avec la pâleur de sa peau. Je trouvais même que son nez minuscule avait du charme. Mais, cette tristesse qui dévorait ses yeux rendaient la chose différente. Ce n'était plus du charme qu'elle dégageait mais une certaine faiblesse, j'avais envie de la consoler. Je me plaçais près d'elle, m'appuyant d'un air détaché contre le poteau. Je fixais mon regard sur le ciel bleu. Pas un nuage pour tacher l’horizon et le soleil en profitait pour taper durement nos épaules dénudés. Je fermais les yeux, gémissant. Je donnerais sans doute n'importe quoi pour une simple brise. Je tournais mon regard brun vers mon inconnue qui semblait assez mal à l'aise face à moi. J'étais si effrayante que ça ? Pour un peu, je me vexerais ! (ironie, quand tu nous tiens.)

- Tu sais, c'est parfois cool d'avoir quelqu'un pour nous écouter. Et puis, nous ne nous connaissons pas. Tu n'aurais pas peur d'être jugé. Fis-je d'une voix douce.

Je lui offris un sourire alors qu'elle me donnait son nom. Rhine. je ne pouvais m'empêcher de relié ceci à un rhinocéros malgré qu'en dehors de cette ressemblance phonétique, physiquement ma bleutée n'avait rien de cet animal-là. Je lâchais un petit rire mais ne voulant nullement lui paraître insultante j'enchainais rapidement.

- Moi c'est Noa, enchanté. Je fais partie des cygnes. Et toi ?

Je lui tendais ma main, voulant l'a lui serrer. Un simple contacte physique mais qui pouvait lui permettre de se sentir plus en confiance. Je ne pouvais pas la forcer à se confier à moi mais si au moins elle pouvait penser à autre chose que ses soucis pendant une vingtaine de minutes, cela me suffisait.

- Et je ne t'ai pas menti.

Je m'attendais à une question sur la nature de ma déclaration, alors je la devançai :

- Tu es vraiment une jolie fille.

Je lui offris un sourire amusée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Mar 7 Aoû - 22:37

Rhine eut énormément de mal à capter les intentions de Noa en lui disant tout ça. Ouais, parce qu'elle lui avait dit qu'elle s'appelait Noa, un joli prénom qui lui allait à ravir. Qu'est-ce qu'elle voulait bon sang ?! Après tout elle avait raison en disant qu'elle devait se confier à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, juste le nom. Elle ne voulait pas se lancer mais pris son courage à deux mains. Elle était tout de même surprise de voir que Noa lui souriait et lui avait dit qu'elle était une jolie fille.

-A vrai dire je pensais à un mec, mon meilleur ami. (Rhine laissa échapper une petite grimace en repensant douloureusement à ça) Il me manque même si j'essaie de l'oublier. Du coup je suis venue faire un peu de foot pour me calmer et me focaliser sur autre chose mais c'est pire.

Elle s'assit alors sur la pelouse et en arracha des brins d'herbes. Elle n'avait rien d'autre à dire, c'est clair que ça lui tordait le cœur. Tout ce qu'elle voulait c'était se changer les idées, s'amuser et ne surtout pas pleurer. Elle ne souriait pas et évitait le regard de son interlocutrice. Tu parles d'une rencontre ! pensa t-elle. Je gâche tout, youhou ! En même temps Rhine avait mal d'être vue comme ça. Alors elle se releva et affronta le regard de la jeune fille.

-Mais c'est pas grave, changeons de sujet je ne veux pas en dire plus, ce n'est pas un sujet intéressant. Sinon je viens de la Maison Baudelaire.

Peut-être comprendrait-elle ou non ses paroles, ce n'était pas bien grave d'après le point de vue de la jeune Canadienne. Elle avait toujours été fière de ce qu'elle était: toujours souriante, rebelle, droguée de son meilleur ami, de la boxe et du foot. Ouais elle était pas réellement normal, et elle pensait que son interlocutrice avec quelque chose de particulier. Déjà la façon de se regarder toutes les deux, d'essayer de lui remonter le moral et de lui sourire... C'était dur à dire, parce qu'elle avait souvent trainé avec des garçons et n'avait jamais rien compris au comportement des filles, sauf du sien, étant donné que c'est une fille.
Ouais les garçons... Valentin, Alex, Robin et Bastien, des grands gamins qui riaient sans arrêt, et allaient seulement voir Rhine dès qu'ils pleuraient en cachette ou d'autres choses. Tous étaient célibataires depuis toujours et ne cherchaient pas de relations. Sauf Rhine qu avait gardé le secret de son amour caché avec Zachery, le frère de Zachary. Ils s'étaient tous trois rencontrés lors du voyage de Rhine en Australie. Ils avaient douze ans à l’époque.
Les pensées de la jeune fille divaguaient vite dis-donc, il fallait qu'elle se reprenne car elle détestait ça par dessus tout. Noa devait sûrement se demander pourquoi la Canadienne souriait sans rien dire, continuait d'arracher volontairement des brins d'herbes du terrain.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le Fantôme de l'Académie
PNJ ~ Fantôme de l'Académie
♣ Messages : 15
♣ Date d'inscription : 29/05/2012


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Jeu 9 Aoû - 19:06

INTERVENTION FANTOMATIQUE


Tout ceci était trop calme n'est-ce pas? Lors d'un coup d'oeil distrait, Rhin put apercevoir au loin une sorte de lumière lugubre, on aurai presque dit forme humaine, mais le temps de cligner des yeux, plus rien. Cependant une bourrasque de vent se mit à balayer le stade, et en moins d'une minute, une pluie torrentielle s’abattit sur tous les gens présent, poussant au repli à l'abri. Étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Jeu 16 Aoû - 20:02

Je ne me souviens pas d'un jour dans ma vie où mon regard s'est porté sur d'autre homme que mes demis-frères. La grand majorité de mes amis était des mecs mais ô grand jamais je ne les ai vu autrement que comme des bons copains et d'ailleurs, nos conversations tournaient essentiellement sur le beau sexe. Mes yeux se portaient tout naturellement sur les filles. La souplesse de leur corps, la générosité de leur physique, leur visage rond et avenant, la forme de leur sein, la mystérieuse luxure de leur hanche et cette douce pudeur que l'on peut apercevoir entre leurs cuisses. J'avais découvert tout ça, de mes yeux et de mes doigts et le concept masculin m'était totalement étranger. Si je devais trouver ma place auprès de quelqu'un se serrait automatiquement après d'une femme. Celle en face de moi était plutôt à mon goût mais je ne me voyais pas la draguer d'avantage alors qu'elle était si triste. Je me contentais de quelque compliment qui semblait plus l'intriguer qu'autre chose. Tant pis. Je la vis finalement ouvrir la bouche et me mettre dans la confidence. Je pus connaître ainsi son malheur même si elle se refusa de rentrer dans les détails. Elle versait des larmes pour une homme, pour son meilleur ami plus précisément. Il lui manquait. Une pensée traitre me fit me demander si elle confondait amour et amitié avec lui et qu'il l'avait donc rejeté ou si il était si loin que l'absence devenait trop lourde pour elle. Ne voulant pas poser d'avantage de question indiscrète, je me contentais de murmurer un simple et sincère « désolé ».

Je l'a vis s'assoir dans l'herbe mais je ne bougeais pas. J'enfonçai simplement mes mains dans mes poches, sentant l'air devenir chaque minutes un peu plus glacé. Je relevais mon regard et fut surprise que le ciel sans tache il y a un instant soit désormais parsemé de gros nuages d'orage. Les paroles de Rhine me firent revenir sur la terre ferme, je n'avais pas tout entendu et j'espérais n'avoir rien raté de crucial si nous devions créer entre nous une certaine relation.

- ...de sujet je ne veux pas en dire plus, ce n'est pas un sujet intéressant. Sinon je viens de la Maison Baudelaire.

Si elle ne souhaitait pas en parler d'avantage, que pouvais-je faire ? J'espérais simplement que le peu qu'elle venait de prononcer l'avait soulager et allait lui permettre de retrouver un beau sourire. Les belles filles qui pleuraient n'avaient vraiment pas ce charme attendrissant des grands sourires heureux. Baudelaire ? J'avais donc face à moi un auteur ? Intéressant. Je regrettais sincèrement de ne pas avoir ce talent de jouer avec les mots, les syllabes et les consonnes. Qui se souvient des danses de nos ancêtres ? Si peu de monde. Je ne serais qu'un rien dans l'histoire. Les mots et les phrases qui sont inscrit entre les pages de livre marquaient d'avantage le monde.

- Tu as de la chance. J'aimerais savoir mettre des mots sur ce que je vois, ce que j'écoute et ressens. Je me contente de la danse. Tu as un véritable talent, Rhine. J'pourrais un jour te lire ?

Je la regardai arracher l'herbe avec un regard quelque peu ennuyé. Créature verdoyante et innocente qu'elle s'amusait à tuer sans retenu. Hn, pour avoir une telle pensée, je devais être un poil écologiste moi... Brr, ça fait froid le dos. Alors que je pensais ses mots, une bourrasque de vent vient nous frapper tous deux. Le sable du terrain vient me bruler les yeux que je dus clore rapidement. Des gouttes de pluie tombaient à à foison et l'averse fut terrible. J'attrapai rapidement la main de la bleutée et courrai à vive allure pour échapper à la pluie. Le temps était devenu fou ; j'étais plus que surprise que le ciel passe du bleu tendre au gris fougueux. Je nous plaçai en dessous d'un abri, les vêtements trempés. Je sentais ma courte chemise qui me collait à la peau et j'en éprouvais une désagréable impression d'avoir une seconde peau. Je fixais les nuages avec rage et m'écriais vulgairement :

- Et merde, c'est quoi ce temps ? Tout l'été ça va être ainsi ?!

Je lâchai un profond soupire puis observait la bleutée. Je regardais sa charmante frimousse complètement gelée des pieds à la tête. Cela n'avait rien à voir avec une pluie d'été, les goutes d'eau étaient trop glacial. Je plaçai une main sur sa joue que je sentais glacer. Je gémissais doucement.

- T'as froid ?

Pourquoi éprouvais-je l'envie de la savoir en sécurité ? Cette même envie qui m'avait pousser à l'approcher pour faire disparaître ses larmes de son visage. Verrais-je en elle la vision de cet enfant que j'étais par le passé ? Voulais-je faire d'elle la première fille avec qui j'avais une chance d'être l'amie et non l'amante ? Je ne savais plus trop à quoi penser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Lun 20 Aoû - 14:52

- Tu as de la chance. J'aimerais savoir mettre des mots sur ce que je vois, ce que j'écoute et ressens. Je me contente de la danse. Tu as un véritable talent, Rhine. J'pourrais un jour te lire ?

Elle n’eut pas le réflexe de lui répondre. Rhine arrachait encore l’herbe lorsque le beau temps vira au vent et à la pluie. Pas une simple pluie, une violente pluie. Au point que la brune eut du sable dans les yeux. Rhine se leva et s’approcha d’elle. Celle-ci n’attendit pas pour lui prendre la main, bien au contraire. Elles se mirent à courir à travers le stade pour aller s’abriter sous les gradins le temps que la pluie passe. La fille aux cheveux bleus était vraiment pressée que le gris du ciel refasse de la place au joli bleu pour pouvoir se sentir mieux. Oui, car mademoiselle n’aimait pas les jours pluvieux en plein été. Par chance elle n’avait pas vu l’ombre humaine apparaitre sous la brume envahissante.
Elles étaient toutes deux trempées, et Noa s’écria :

- Et merde, c'est quoi ce temps ? Tout l'été ça va être ainsi ?!

Rhine avait gardé le silence, et la jeune brune lui lâcha la main. Elle se sentait mieux maintenant, car ce contact « spécial » d’après elle la dérangeait plus que la pluie qui collait ses vêtements à sa peau blanchâtre. La jeune fille dû remarquer que la Canadienne avait froid puisqu’elle passa sa main sur sa joue pour le vérifier et lui demanda. Rhine hocha doucement la tête et la tourna vers le stade. La pluie venait de répandre un air presque irrespirable tellement il était humide. Et son sac était resté là-bas, près des poteaux ! Elle en ressentit quelques remords car dedans il y avait une serviette sèche. Enfin, sèche avant le changement brutal de temps –et température. Ses cheveux gouttaient dans son dos, et son tee-shirt en était devenu presque transparent à cause de l’eau.

Ses fines jambes tremblaient en cœur et elle se laissa tomber lourdement sur un fauteuil derrière elle. Elle se demandait ce qu’allait faire Noa pour la rassurer ou la réchauffer, mais les solutions étaient minces vu qu’aucune d’entre elle n’avait un petit gilet ou un jean dans un sac.

Les jeunes filles étaient très pensives, se regardant à nouveau. La Baudelaire avait cette envie de fuir en courant, se sentant mal dans sa peau et cela s’était accentué avec la réaction de l’élève de la maison des Cygnes. Une danseuse… Les pensées de la Canadienne lui jouaient des tours… Se blottir l’une contre l’autre pour se réchauffer lui fit tourner à nouveau le regard vers le ciel nuageux. Elle n’aimait pas vraiment les « câlins » ou contacts quelconques avec des filles, qu’elles soient plus jeunes, plus vieilles, blondes, brunes ou rousses, des inconnues ou des amies. Avec les mecs ça ne la dérangeait pas, elle avait attrapé cette habitude étant un peu plus jeune, avec ses potes, forcément. Et voilà qu’une nouvelle fois elle s’était perdue dans son passé, mais elle n’avait versé aucune larme. Une de trop pourrait décevoir son « amie ».
*Pourquoi ai-je peur de la décevoir ?*
Elle fut vraiment surprise d’avoir peur de faire quelque chose de mal envers la brunette ou de dire une parole de travers. C’était la première fois que ça lui arrivait, et ça le perturbait bien plus qu’autre chose.

Elle se leva et fit face à la danseuse, observant son visage. Rhine n’arrivait pas à décrire la couleur des yeux de la fille en face d’elle mais elle les aimait bien, les trouvaient jolis.

-Tes yeux sont jolis. Et sinon, bien sûr que tu pourras lire un de mes écrits, ou plusieurs si tu le souhaites.

Cette phrase était sortie naturellement de sa bouche et elle n’en éprouva aucuns regrets étant donné qu’elle le pensait vraiment. D'ailleurs, Rhine avait retrouvé son sourire malgré le fait qu'elle tremblait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Dim 2 Sep - 21:53

Je crois que je pouvais faire d'elle mon amie. Oh, nous nous connaissions même pas depuis une heure mais je trouvais cette petite bouille bleutée fascinante. Oui, je crois que c'était le bon terme. Elle était un peu plus jeune que moi et ça tristesse m'avait touché malgré que je me refusais de le montrer excessivement. Je n'étais pas de ce genre-là. Lorsque je la voyais, je me souvenais de ce que j'étais enfant. Je me souvenais d'avoir été malheureuse et seule malgré ma petite bande qui me trainait au basque. Je me souviens de ma première année à l'Académie, Nina qui me manquait tellement. Elle n'avait pas été accepté ici malgré ses talents de danseuse, malheureusement pour moi. J'avais tellement espéré pouvoir retrouvé au moins son amitié malgré ses paroles très durs qui nous ont séparé. Cette violence dans ses paroles, ses mots qu'elle m'avait craché à la figure, un comportement que je n'imaginais pas d'elle. Mais, ça c'était le passé et j'avais aimé plus d'une fille après elle. Nina avait donc été ma meilleure amie, et elle m'avait beaucoup manqué, alors j'en déduisais que Rhine souffrait aussi en pensant à son meilleur ami. Je comprenais parfaitement son sentiment de manque, même si l'amour avait embrouillé mes rapports avec Nina.

Je regardais simplement Rhine, avec un petit sourire. Je me demandais si nous allions devoir attendre que la pluie s'arrête pour retourner à l'Académie. La pluie ne semblait pourtant pas prête de vouloir se terminer. J'avais l'impression qu'un dieu quelconque s'était décidé à faire un nouveau déluge sur ma planète bleu. Peut-être devrais-je m'assoir auprès de la bleutée, la prendre dans mes bras pour la réchauffer. Elle grelotait tellement. A peine ais-je eu cette pensée qu'elle se releva brutalement. Je la regardais dans les yeux, attendant qu'elle m'explique ce changement de situation.

- Tes yeux sont jolis. Et sinon, bien sûr que tu pourras lire un de mes écrits, ou plusieurs si tu le souhaites.

Hn, je ne m'attendais pas vraiment à ça mais j'étais ravis qu'elle dénoue sa langue. Je souriais doucement, glissant une mèche de mes cheveux rebelle -trempé sur ce coup- derrière mon oreille.

- Ils n'ont pourtant rien de spécial. Ils sont juste bruns, malgré que beaucoup les trouvent rouges au soleil. 'Sont fous les gens, hein ? Merci pour la lecture, je ne sais peut-être pas écrire comme toi mais j'adore lire. Enfin, ça dépend quoi hein !

Je rougis un peu, mal à l'aise. Moi qui gardait toujours ce rôle de fille de cité, n'aimant que se battre, je n'aimais pas la révélation que je venais de faire à Rhine.

- Bref, tu veux que l'on essaye de retourner à l'Académie ? Le temps n'a pas l'air de vouloir se calmer.

Je voulais changer de conversation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   Lun 3 Sep - 13:26

- Ils n'ont pourtant rien de spécial. Ils sont juste bruns, malgré que beaucoup les trouvent rouges au soleil. 'Sont fous les gens, hein ? Merci pour la lecture, je ne sais peut-être pas écrire comme toi mais j'adore lire. Enfin, ça dépend quoi hein !

Rhine sourit en voyant que Noa avait un peu rougit. Pour elle c’était quand même assez drôle, même si il n’y avait rien de drôle dans cela.

- Bref, tu veux que l'on essaye de retourner à l'Académie ? Le temps n'a pas l'air de vouloir se calmer.

En effet, le temps était mouvementé. Il n’y avait aucune amélioration depuis quelques minutes, ça se voyait au ciel. Peut-être allait-il pleuvoir encore une bonne heure ? Retourner à l’Académie serait pas mal, les deux jeunes filles n’avaient pas d’autre choix à part rester ici et finir congelées jusqu’à la fin de leurs jours. Détail non charmant mais presque réel allons-nous dire.
La fille aux cheveux bleus fixait le ciel, encore énormément pensive. Elle n’avait pas vraiment envie de courir et de finir pleine de boue, et puis elle aimait bien la compagnie de Noa à vrai dire. Sauf qu’elle a beaucoup de mal à refuser quelque chose, et du coup elle accepte sans même réfléchir aux conséquences.

-Oui, il vaut mieux. Sinon on va rester là encore deux petites heures à geler, et ce n’est pas une option hyper intéressante. Je pense que je vais me laver directement en arrivant.

Elle jeta un coup d’œil à son sac et soupira. Il fallait aller le chercher et ça allait les retarder, c’est sûr. En gros elles ne devraient pas aller vers les poteaux mais tant pis, Rhine attrapa la main de Noa et s’élança avec elle vers le stade. Elle prit de sa main libre son sac et continua de courir mais cette fois vers la sortie. Le problème était que le vent allait dans leur direction, du coup leurs cheveux volaient et s’emmêlaient, passant devant leurs visages. Les deux jeunes filles n’avaient pas atteint la barrière pour sortir et étaient déjà trempées jusqu’aux os. C’est clair, l’une d’elle finirait malade dans pas longtemps. Elles courraient toujours, essayant irrémédiablement d’atteindre un autre abri près de la sortie.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» L’énigme des narcodollars
» Visite chez les indiens pour la première fois ! (Pv: Penny-Black)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-