Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Lun 13 Aoû - 23:42


Encore un matin ennuyeux du quel Will ne sait que faire. Il se lève, déjeune, squatte son iPhone un moment puis sort faire un tour. On dirait bien que l’ennui est devenu son meilleur ami. L'été c'est lourd et il a horreur de ça. Puis en marchant il réfléchit à toutes sortes de choses inintéressantes pour toute autre personne que lui. Tiens, d'ailleurs ça fait trop longtemps qu'il n'a pas chanté... Il se sent comme attiré par la salle de musique de la maison Beethoven. Il ouvre la porte, sans être discret, la place est libre et la pièce vide. Parfait. Ce n'est pas qu'il n'aime pas le publique, juste qu'aujourd'hui il a envie de chanter pour lui, pour se vider l'esprit. Il en a marre. Sa mère lui manque. Son père aussi. Enfin, il suppose. Éric n'a pas vraiment envie d'y penser en fait... Il veut uniquement chanter. Il s'approche du micro lentement. La tête vide, il cherche quelque chose à balancer comme ça. Il ignore totalement ce qu'il veut. Son regard se tourne vers la fenêtre. Le soleil brille dehors, encore une de ces fatigantes belles journées estivales. Et alors ? Tout le monde n'aime pas forcément cette saison. Lui particulièrement. L'été... C'est durant que cette saison que son père a disparu et qu'il est devenu l'homme de la maison. Lorsqu'il avait sept ans, il ne s'en était pas très bien rendu compte. C'est seulement lors de son adolescence qu'il constata l'importance qu'il avait pris dans sa propre famille. Le front appuyé contre le micro, Éric respire doucement pour se calmer. Ça lui prend la gorge à chaque fois. Un vide se fait sentir en lui. Il n'est que trop seul mais ne veut pas changer cette partie de sa vie. Pas tout de suite. Pas dans l'immédiat. Il se plait tellement dans la violence, du moins, il essaie de s'en persuader... Il n'y a que la chanson et son petit frère qui soignent vraisemblablement ses douleurs sans oublier la brutalité dont il fait preuve, pour le moment, ça lui suffit amplement. Il voudrait bien faire les choses autrement, vraiment, mais il n'y parvient pas. Il n'y a qu'avec la force brute qu'il parvient à exprimer son mal être... La violence et la chanson sont ses seuls échappatoires à sa réalité que trop prenante ces derniers temps. Non, il ne s'apitoiera pas sur son sort et de toute façon pleurer ne changera rien. Il n'en ressent ni le besoin, ni l'envie. Pas encore. Il relève la tête et branche son portable à la sono pour lancer une chanson, juste une mélodie. Et sa voix résonne. Elle vibre dans l'air.



Il enchaine les couplets, chante avec son cœur, avec passion. Si bien que c'est lorsqu'il eut fini qu'il remarque la petite brune dans la salle. Dans le fond, loin de lui. Elle l'a entendu ? Elle est là depuis longtemps ? Pourquoi elle n'a rien dit ? Éric se sent un peu bête de ne pas l'avoir vue plutôt... Mais il était tellement pris dans sa chanson qu'une météorite aurait pu chuter à dix mètres de lui, il ne l'aurait même pas remarquée. Il était dans son monde à lui. Un petit sourire maladroit se forme sur ses lèvres fines alors que le jeune homme lâche le micro pour passer l'une de ses mains dans ses cheveux blonds. Il faut qu'il dise quelque chose. Oui mais quoi ? Il ne sait pas. Il a oublié. Tout s'est envolé d'un seul coup à l'instant même où il a pris en main le micro. Mais il est d'un calme maintenant... Il se sent tellement bien, ayant relâcher la pression. Effacé pour une durée de temps limitée les souvenirs chauds et nostalgiques de ses parents. Il toussote finalement, sortant de ses pensées. Ses yeux bleus détaillant toujours la jeune fille, bien qu'elle soit trop loin pour qu'il puisse réellement la voir. Droit comme un poteau, le grand blond fait craquer sa mâchoire. Sans doute le léger stresse qui l'a envahi vicieusement.

« Tu es là depuis longtemps ? »

Ça ne le gêne pas plus que cela... C'est juste que lorsqu'il chante il se mets totalement à nu. C'est sans doute "mignon" le terme correcte pour expliquer sa façon de chanter quand il est à fond. Sa douceur prend le dessus... Il est guidé par toute la délicatesse qui l'habite en restant sauvage. Le jeune homme n'a que trop souvent l'air inaccessible et doux à la fois dès qu'il touche à son micro. Oui, quand il chante c'est son micro. Tant pis. Ce qui est fait est fait. Il n'a pas envie de se faire critiquer pour autant. Le jeune homme n'aime pas spécialement ça et sa voix ne plait pas forcément. Ni sa façon de chanter d'ailleurs. Mais ces choses lui appartiennent, cela fait partie de lui, entièrement. C'est aussi ce qui le rend complet. Il tire un peu sur sa chemise avant de descendre de l'estrade pour s'approcher. Son vis-à-vis est minuscule à côté de lui mais pas moins mignonne. Il attrape vivement une chaise et s'assoit face à elle, posant son menton sur ses bras croisés sur le dossier du mobilier en bois sur lequel il siège dorénavant. Éric est maintenant forcé de lever les yeux vers elle pour la regarder. Il fait un effort pour se souvenir de la demoiselle. Il l'avait croisée pendant un cours... Il n'en n'est pas sûr au point d'en mettre l'une de ses mains blanches au feu mais ce n'est pas loin de ça. Il soupire finalement, collant sa joue à son avant-bras découvert. La chaleur ne permettant malheureusement pas a l'Américain de laisser les manches de sa chemise à leurs places respectives. Will oublie presque la présence de sa compagne d'infortune pour la contemplation du paysage qu'il peut apercevoir depuis sa chaise. Seule la respiration de la jeune fille lui rappelle sa présence ainsi que le son de sa voix.

___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 



Dernière édition par Eric Northman le Dim 11 Nov - 10:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Mer 15 Aoû - 13:31

Chaleur. Douce sensation de bien être qui n'en est pas moins dérangeante. Cette journée s'annonçait rayonnante. L'été. La saison la plus appréciée de la plupart des personnes. Une jeune fille se balade dans l’Académie. Les cours sont tardifs ce matin-là. Autant en profiter. Mais aller crever de chaud dans les jardins, il n'en était pas question ! Les élèves avaient sûrement déjà pris toutes les places à l'ombre. En plus, elle n'aimait pas particulièrement le soleil. Quand on a vécu dans un temps plutôt maussade et pluvieux, on s'habitue et on finit par apprécier. Non, franchement, les couloirs frais de l'école étaient parfaits. Mégane aime les corridors silencieux du vieux bâtiments. Ils sont reposants, empreints d'histoire et de tranquillité. La Salle de Musique n'est pas loin. Pourquoi ne pas y faire un tour ? C'est calme et paisible et puis elle n'avait pas révisé son solfège depuis un bail. Elle se décide, pousse la porte et s'assoit dans une alcôve plus ou moins dissimulée. Un cahier sur les genoux, elle fredonne chaque note, chaque soupire. C'est une nouvelle partition. Un truc un peu funk, un peu rock. Depuis son entrée à Artistic Academy, la batteuse avait fait de nets progrès. Mais il fallait encore et toujours bosser pour atteindre les étoiles...
Un type entre. La jeune fille sursaute, alertée par le bruit de la porte. Elle lève les yeux vers le garçon. Il lui disait vaguement quelque chose. Sûrement l'avait-elle déjà vu en cours... Elle se replie un peu plus et replonge le nez dans son bouquin. Cette fois, elle chante les notes dans sa tête. La salle était à tout le monde et ce n'était pas surprenant qu'un élève veuille s'y entraîner. Mais elle, elle ne voulait ni déranger, ni être déranger. Alors autant se taire et se faire discrète.
Le jeune homme se met à chanter. La brune tend l'oreille. Il fallait le reconnaître, ce garçon avait une très jolie voix. Entraînante et vibrante. Il chante avec le cœur, ça se sent. Ça se ressent. Dans son coin, elle finit par laisser tomber ses révisions. Elle se laisse emporter par la musique.

La bande se termine. Le garçon s'arrête. Il repose son micro. Il tourne la tête et, à son air ahuri, Mégane comprend qu'il vient de se rendre compte de sa présence. La situation amuse énormément la jeune fille qui fait de gros efforts pour ne pas éclater de rire. *Ahah, je suis la reine de la discrétion !!* Le chanteur sourit, visiblement gêné. Il passe sa main dans les cheveux. Ce tic n'était pas inconnu à l'anglaise, mais où l'avait-elle vu ?... Le garçon semble observer l'intruse qui ne se gêne pas pour l'analyser à son tour. Il est grand, blond. C'est tout ce qu'elle peut conclure, à cette distance. Finalement, après un moment, il pose l'inévitable question à laquelle il fallait s'attendre :

« Tu es là depuis longtemps ? »

Elle ne répond pas tout de suite. L'inconnu tire nonchalamment un siège de bois vers elle et s'assoit dessus, les bras croisée sur le dossier. Il la fixe, la joue posée sur l'avant-bras. Les yeux bleus, pénétrants, du Beethoven finissent par rouler vers la fenêtre. Était-il gêné ? Ou simplement las ?
Mégane soupire. Elle se décide à répondre :

« Je suis arrivée avant que tu n'entres, si c'est ce que tu veux savoir... Ah, et si je te dérange, dis-le moi, je m'en irai. J'ai presque fini ce que j'avais à faire... »

Au moins, si le garçon avait envie de s'exercer seul, il n'aurait pas à passer par quatre chemins pour demander à la batteuse de partir. En temps normal, elle se serait amusée de voir quelqu'un s'enfoncer pour ce genre de petite chose qu'on ne peut néanmoins pas demander franchement, de peur de passer pour un malotru. Mais là, la jeune fille n'avait pas envie de s'amuser. Elle ne lâchait pas le blond de son regard vert feuille. Il semblait plongé dans ses pensées, admirant la majesté des alentours de l'école. Peut-être ferait-elle mieux de se glisser hors de la salle pour ne pas le gêner...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Mer 15 Aoû - 16:49



Il quitte le regard vert de la jeune fille pour la contemplation du paysage extérieur. La vitre propre lui laisse tout le loisir d'admirer la végétation auguste de l'académie. C'était donc cela... Elle est arrivée bien avant lui est s'est cachée dans son coin et lui ne l'a pas vue. Ce n'est pas bien grave en sois. Non, elle ne le dérange pas, c'est plutôt à lui de partir si on prend la chose telle qu'elle l'est. Il se détourne de sa contemplation pour la regarder derechef. Il hausse les épaules en se redressant. Un cahier sur les genoux, la jeune fille semble réviser du solfège, du moins avant qu'il ne l'interrompe. Sa soif de chansons n'est pas assouvie et ne le sera à l'évidence jamais. On peut assurément dire qu'elle a de la chance d'avoir croisé Éric alors qu'il a chanté. Elle affiche un air sérieux en lançant sa phrase. Mais lui à besoin de compagnie. Il a envie de lui dire de rester à ses côtés mais il ne parvient pas à voir l'intérêt de faire ce genre de proposition à une inconnue. Et malgré tout ses efforts ce genre de phrase ne sortira jamais de sa bouche pour une personne autre que son petit frère. C'est sur un ton incroyablement neutre qu'il lui répond.

« Non, tu ne me déranges pas... Par contre, si tu veux que je te foute la paix pour que tu puisses finir y a pas de problème, j'irai chanter ailleurs. »

Oui, il est prêt a partir si elle le souhaite. Le regard gris-vert troublant de son interlocutrice ne l'empêche pas de parcourir son visage fin. A considérer d'aussi pres elle pourrait susciter chez le jeune homme un quelconque intérêt mais ce qui le fascine n'est pas la beauté en elle même de la fille, non, c'est en réalité la couleur de ses iris. Éric réfléchit à la raison de la présence de cette créature ici. Il fait étonnamment beau aujourd'hui alors pourquoi n'est elle pas dehors comme tous les autres Beethoven à flâner dans le parc ou à draguer sur le bord de la piscine ? Pourquoi réviser dans la salle de musique plutôt que sur un banc juste ce qu'il faut à l'ombre du soleil ? A-t-elle, elle aussi, besoin de solitude ? Le problème est qu'il est difficile d'être seul à deux... Will se prépare mentalement devoir quitter les lieux pour aller chanter dans un autre endroit. Dans sa chambre par exemple. Et si tel est le cas, le jeune homme ne doit surtout pas abandonner son portable toujours branché à la sono. Il passe sa main sur son front, sous sa frange qui se soulève avec le geste puis il passe sa main dedans avant se secouer la tête pour se "recoiffer". Ça ne change rien à la situation et pour dire la vérité il est bien, assit sur sa chaise, à la regarder.


My mind is a warrior, 
My heart is a foreigner,
My eyes are the colour of red like a sunset...
I’ll never keep it bottled up...
Left to the hands of the coroner...
Be a true heart not a follower,
We're not done yet
And I see it in your movements tonight...
If we should ever do this right...
I'm never gonna let you down,
Oh I’ll never let you down...


Les paroles entêtées de la chanson qui lui brûle les lèvres viennent s'insinuer dans sa tête. Il faut qu'il se lève pour chanter mais il ne bronche pas. Il ne sait pas si elle accepte qu'il reste où si il doit partir. Sa langue passe sur ses lèvres, il ne tient plus tellement en place maintenant qu'il sait ce qu'il veut chanter. Ce n'est pas un grand compositeur mais quand il s'y met ses textes ont un sens plus ou moins profonds. Ses yeux passent de la jeune femme à la fenêtre. Il n'aime pas devoir attendre quelque chose de quelqu'un. Il a pour habitude de faire ce qu'il lui plait mais pas cette fois. Il réfléchit, oui cela lui arrive à lui aussi. Éric n'a pas envie d'empiéter sur le besoin de tranquillité de cette inconnue. Il n'aime pas quand les gens le dérangent dans ces moment-là et suppose que c'est réciproque pour la plupart des êtres vivants qui partagent son monde. Un soupire glisse entre ses lèvres. Quoi qu'il en soit, il a envie de chanter une dernière fois avec du bon matériel si il doit partir et même si il peut rester ici... Maintenant qu'il y songe, il pourrait en chanter une dernière pour remonter son moral puis il pourrait l'aider à réviser. Ça ne lui fera pas de mal de revoir lui aussi son solfège, même si il n'a pas la chance de savoir jouer d'un instrument, il aime bien apprendre ce genre de choses.


___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Mer 15 Aoû - 20:25

L'inconnu est plongé dans sa contemplation du paysage. Il semble comme absorbé, fasciné. La jeune fille pense à s'éclipser mais il se retourne soudainement. Il la regarde. Son regard est pénétrant, profond. Mais Mégane ne sourcille pas. Elle a l'habitude de regarder quiconque dans les yeux. Cependant, la gêne finit par l'envahir. D'habitude, les gens qui ne se connaissent pas ne soutiennent pas le regard de l'autre. C'est pareil avec le sien. La nature humaine veut qu'on ne se jette qu'un coup d’œil avant de se détourner pudiquement. Mais lui, il ne se gêne pas. L'anglaise est de plus en plus intriguée par le chanteur. Il semble timide et, en même temps, ne paraît pas avoir besoin le moins du monde de se confier. Elle n'a plus envie de partir. Elle se sent en sécurité. Et puis il y a décidément trop de monde à l'extérieur. On se croirait dans une fourmilière à voir les élèves faisant des aller-retours ou grouillant sur la pelouse immaculée. Finalement, la brune est tirée de ses pensées par la voix grave et neutre de son interlocuteur. Le silence pesant qui s'était installé est enfin brisé :

« Non, tu ne me déranges pas... Par contre, si tu veux que je te foute la paix pour que tu puisses finir y a pas de problème, j'irai chanter ailleurs. »

Il est impassible. Ce type savait vraiment contrôler ses émotions ! Rien ne se laisse transparaître sur ce pâle visage. La Beethoven n'arrive pas à déterminer ce qu'il ressent. Elle peut juste se contenter de le scruter, de le contempler, à la recherche du moindre signe d'émotion qui pourrait lui permettre de répondre ''correctement''. Mais impossible de savoir s'il voulait rester, s'il voulait partir... Alors elle observe. Il est plutôt mignon. Ses traits son fins et son visage agréable. Peut-être est-il un peu plus âgé qu'elle, allez savoir... Elle repense à ses amis, resté dans son pays natal. Ils lui manquaient, quelquefois. La mentalité à l'Académie l'avait beaucoup changé de ce à quoi elle était habituée. Non que ce soit mal, mais plutôt... différent. Elle repensait à sa mère. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas eu de nouvelles... Pas la moindre lettre, ni de message électronique. Pas le moindre écho. Et il ne fallait pas compter sur son père pour lui en parler. D'ailleurs, se souvenait-il qu'il avait un enfant ? Et plus les jours passaient, plus ses proches lui semblaient loin. Inaccessibles. Ce type ressentait-il la même chose ? Elle ne pouvait le savoir, chacun son histoire...

Il commence à s'agiter. Qu'a-t-il ? Il se met à bouger les lèvres. Il chante. Enfin, il chante en silence. Il est certainement habité par le besoin de chanter. Il ne tient pas en place. Elle comprend. Elle ressent exactement la même chose. Quand elle joue, plus rien ne compte. Plus rien n'a d'importance. Elle est là, elle et ceux qui l'accompagnent. Et ils se défoulent, ils vivent pour leur musique. Il vivent par leur musique. La seule et unique chose qui leur tient à cœur, dans c'est moments, c'est le partage. Partager leur passion, partager leurs sentiments. Rien qu'un instant. Même éphémère. Mais ces moments sont ancrés à jamais dans le cœur de ceux qui les ressentent. La jeune fille ne voulait pas que, par sa faute, le blond s'en aille. Cet endroit est la seule pièce qui possède le matériel adéquat pour pratiquer sa musique. Le garçon a tout autant le droit d'y être qu'elle. Et puis, c'était agréable d'avoir un peu de compagnie... Elle sourit. D'une voix tranquille, elle réplique :

« Ne t'inquiète pas, tu ne me gêne pas le moins du monde. Tu peux rester autant que tu veux, ça ne m'embête pas, au contraire ! A vrai dire, j'aime bien t'entendre chanter. »

C'était vrai. La voix du jeune homme était entraînante et puis il semblait tellement presser de chanter qu'elle n'allait pas l'enquiquiner encore plus. Elle se leva et se faufila entre le garçon et le mur afin d'aller chercher une autre chaise. Cela fait, elle ramena la chaise à côté de celle que le blond avait déjà déplacée et s'assit à côté de lui. Le menton enfoui dans ses bras croisés, elle reste comme ça, avachie, en attendant de voir s'il se déciderait à chanter...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Jeu 16 Aoû - 1:44



Un silence règne lors de cet échange. Les deux adolescents semblent s'examiner l'un l'autre avec la plus grande attention, comme si cela est vraiment important. Le regard inquisiteur du jeune homme finit par gêner l'inconnue. Il peut le lire au fond de ses prunelles vertes. Elle n'a pas tort. Fixer une personne ainsi est contre nature... Pourtant le jeune homme a la forte impression qu'elle ne désir nullement le voir partir. Un changement dans sa façon de se tenir peut-être..? Il le ressent étrangement... Il a le sentiment de lui envoyer une image rassurante... Éric a la folle envie de lui dire que ses yeux l'envoûtent.. Le charment. Il ne regarde jamais une fille d'aussi près d'habitude, mais peut-être le fera-t-il plus souvent maintenant qu'il voit à quel point celle-ci est captivante. Elle ne bouge pas. La jeune demoiselle cherche à savoir ce qui se cache sous le masque sans émotion qu'affiche Will... Elle peut toujours essayer mais il n'est pas ce que l'on appelle "un livre ouvert". Lorsqu'il se braque, c'est intégralement et rien ni personne ne semble avoir les moyens de le sortir de cette transe... Sauf ces yeux... Ceux de cette pure inconnue. Un vague voile de nostalgie les traverse. Il se demande pourquoi. Il se demande à quoi elle pense. Il se demande si cette fille a elle aussi des proches lui manque. Il se demande pourquoi elle le fascine autant... Pourquoi a-t-il si envie de savoir tant de choses à son sujet..? Quelque part en lui, Éric se dit qu'il vaut mieux l'ignorer pour le moment. Ils ont au moins un point en commun. La musique. Un éclair de paroles traverse son esprit et le voilà que trépigne d'envie. D'envie de faire vibrer à nouveau le son de sa voix dans cette salle. Au fond de lui, ça hurle. Si il aurait pu, il se serait volontiers mis à crier à pleins poumons qu'il va mal et qu'il a besoin d'aide mais à la place de ça, il reste sagement assis. Le paysage qu'il a devant lui ne ressemble en rien à celui de la végétation mais il est tout aussi passionnant. La jeune fille n'a pas détourné les yeux. Un demi-sourire se forme sur ses lèvrea en même temps que celui complet de son vis-à-vis. Elle répond de façon posée.

Éric va pouvoir rester et chanter ! Elle déplace une chaise et prend place juste à côté de lui. Il en sent presque la chaleur de son corps proche du sien. Il tourne la tête vers elle. Elle a dit qu'elle aimait bien l'écouter chanter..? Il se détourne vivement... Mal à l'aise ? Certainement pas ! Ou juste trop têtu pour se l'avoue. Oh que oui, il l'est mais le blondinet fait un effort surhumain pour ne rien laisser paraitre ! Il a un besoin pressant de pousser la chansonnette mais, malgré tout, il reste d'un calme désarçonnant. Il observe encore un peu le profile de la jeune fille et ses cheveux noirs avant de se lever. Trop dur pour lui d'admettre que sa proximité a quelque chose d'agréable. Bougre, il est bien trop borné ce jeune homme...

« Merci... Je t'aiderai pour ton solfège après, si tu veux. Il réfléchit. Cherche les bons mots pour s'exprimer puis finalement abandonne et le dit comme ça vient. Rapproche ta chaise de l'estrade. J'ai envie de voir tes yeux... quand je chanterai. »

Aussi idiot que cela puisse paraitre, c'est vrai. Éric a envie de chanter en la regardant. Il soupire légèrement avant de reprendre sa place là en haut. Il déverrouille son clavier et cherche l'accompagnement de la chanson qui le hante. Depuis quelque temps il n'écrit plus de texte. Il vient juste de trouver la fin de celui qu'il s'apprête à chanter. Il attrape rapidement une feuille et griffonne le en entier pour ne pas l'oublier. À croire que ses yeux l'inspirent... Il se masse la nuque, change quelque formulation... Éric écrit tous ses chants dans sa langue maternelle, c'est un réflexe. Il se prend à se questionner sur le fait qu'elle comprenne l'anglais ou pas mais finalement il s'en fout pas mal. Quoique..? Il tapote l'écran tactile de son portable et sélectionne l'accompagnement.



Les mots glissent avec une douceur accrue entre ses lèvres fines. Il tient le micro sans le prendre vraiment dans sa main gauche. Will chante le premier couplet de façon assez calme.


" My mind is a warrior,
My heart is a foreigner,
My eyes are the colour of red like a sunset...
I’ll never keep it bottled up...
Left to the hands of the coroner...
Be a true heart not a follower,
We're not done yet.
"


Puis son regard tombe dans celui de la jeune fille. Il attrape le micro d'un geste vif, un sourire aux lèvres alors qu'il se penche vers elle, enchainant sur la suite des paragraphes. Éric chante de façon soutenue mais avec une passion débordante... Il déverse une vague de plénitude sur ses auditeurs une fois qu'il a un micro en main.


" And I see it in your movements tonight..!
If we should ever do this right...
I'm never gonna let you down,
Oh... I’ll never let you down..!
Now keep it on the down low !
And I’ll keep you around so I’ll know,
That I’ll never let you down !
I’ll never let you down !
"


Les micros sans fil sont bien pratiques. Il se balade sur scène en lâchant enfin la pression. Il s'assoit finalement en face d'elle. Éric a toujours ce sourire charmeur accroché aux lèvres. Finalement, lorsqu'il chante ce garçon devient une toute autre personne. Souriant et doux... Il ne décroche du regard de la jeune fille que pour fermer les yeux est enchainer sur la fin du refrain.


" You’re strumming on my heart strings,
Like you were a grade 8 and I never felt this way,
I’ll pick your feet up off of the ground,
And never ever let you down !
You’re strumming on my heart strings,
Like you were a grade 8 and I never felt this way,
I’ll pick your feet up off of the ground,
And never ever let you down !
"


Il rouvre les yeux, la regarde, sourit en penchant la tête. Est-ce qu'il se rend bien compte de la chanson qu'il chante ? Non. Il chante parce qu'il en a besoin pas pour passer un quelconque message à qui que ce soit. Son regard bleu finit par se tourner vers les fenêtres, l'air rêveur mais sans se déconcentrer pour autant.


" My eyes are a river filler,
This drink is a liver killer...
My chest is a pillow for your weary head,
to lay to rest again !
Your body is my ballpoint pen !
And your mind is my new best friend !
Your eyes are the mirror,
to take me to the edge again..!
"


Il finit sa chanson en regardant sa seule spectatrice, fermant de temps à autre les yeux ou en faisant des mouvements avec sa main libre. Des sourires aussi. Il tient toujours son micro quand il pose ses deux mains sur l'estrade un peu derrière lui pour s'appuyer. Il regarde le plafond un moment. Tiens, comment s'appelle-t-elle sa muse du moment ? Will l'ignore. Il sourit encore, très légèrement à la vieille voute au-dessus de sa tête. Cette fois, il est totalement serein, la tête reposée et son coeur tranquille. Ça lui a fait un bien fou. Éric regarde la jeune fille aux yeux irrésistibles avant de se lever et de replacer le micro sur son manche puis il va récupérer son iPhone qu'il fourre dans sa poche. Bon, maintenant solfège ! Des mots s'échappent de sa bouche sans qu'il ne puisse les retenir lorsqu'il descend tranquillement de la scène. Trop bien pour s'en rende compte.

« Tu as eu le droit à une avant première d'une chanson que je n'aurais sans doute pas finie sans toi. Tu as un prénom je suppose, Demoiselle aux yeux incroyablement fascinants ? »


___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Jeu 16 Aoû - 16:12

Bleus. Merveilleusement bleus. Les yeux du garçons la fixent. Mais il se détourne rapidement. Mal à l'aise ? Était-ce le compliment qui lui faisait cet effet ? Peut-être n'avait-il pas l'habitude d'être jugé sur sa voix... Pourtant, il avait du déjà chanter devant quelqu'un ; ne serait-ce qu'en cours. Étrange... La chaise adjointe grince presque imperceptiblement. De ce bruit strident propre au vieux bois en mauvais état. Mégane ne bronche pas, elle reste tranquillement assise à sa place. Mais malgré tout, elle sent le regard furtif que le blond lui jette. Il finit par se lever. Elle ressent la légère tension qui s'est installée depuis un moment dans la pièce. Il déclare :

« Merci... Je t'aiderai pour ton solfège après, si tu veux. Sa voix s'arrête subitement. Il hésite. Qu'a-t-il à dire ? Peut-être n'arrive-t-il pas à l'exprimer... Finalement, il reprend, presque aussitôt. Rapproche ta chaise de l'estrade. J'ai envie de voir tes yeux... quand je chanterai. »

La brune en reste coi. Qu'est-ce qu'il a dit là ? Elle parvient à peine à se rendre compte. Jamais. Jamais on ne lui avait dit ça. Non, jamais. C'était la première fois que quelqu'un lui disait quelque chose d'aussi gentil. Comme tout le monde, on lui avait déjà fait des compliments, certes. Mais jamais de cette façon. Le cœur de la jeune fille s'affole. Elle le sent battre de plus en plus vite dans sa poitrine. Par instinct, elle porte les mains à sa bouche. Elle est en proie au stress. Ça faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas mise dans un tel état. Depuis... le divorce de ses parents. Mais était-ce réellement le stress ?... Elle n'avait jamais ressenti ce genre de chose. Un déchirement si agréable. Une amertume pourtant si douce. Elle n'ose pas parler. Elle ne veut pas parler. Et pourtant, ce n'était rien. Rien qu'une phrase...

Mégane était prise au dépourvu. Alors quitte à ne plus parler, elle obtempéra et ramena sa chaise en face de la scène. C'était... Bizarre. Elle était habituée à être au fond de la scène plutôt qu'au premier rang. Le batteur n'est ni plus ni moins le type interchangeable qui tape, au fond là-bas. On le voit à peine, on ne le connaît pas. On admire sa régularité ou sa puissance. Rarement plus. On le voit comme un métronome qui fait, parfois, le spectacle. Ou tout au plus comme un abruti tout juste bon à taper sur des fûts, et incapable de lire sa musique. Mais les batteurs ont une âme, un cœur, et ça, on a tendance à l'oublier.

En l’occurrence, ce cœur était un peu trop farouche au goût de l'anglaise. Elle reste là, plantée, comme une potiche, à observer les faits et gestes du chanteur. Il semble tripoter son téléphone. Sûrement compte-t-il lancer la bande son qui convient à la chanson. Quelle chanson d'ailleurs ? Mégane n'en avait aucune idée. Elle ne l'avait entendu chanter qu'une fois, quelques minutes auparavant. Quel était son style ? Elle le verrait bien. Des baguettes s'entrechoquent au rythme de la musique. Ça promet d'être plutôt calme. Le tempo est lancé. Musique, maestro ! Le garçon chante d'abord de façon soutenue. Comme si quelque chose entravait sa passion. Mais pourquoi ne se lâchait-il pas ? A peine la jeune fille avait-elle le temps d'avoir cette pensée qu'il attrapait le micro plus ardemment. Son regard lagon croisa celui malachite de Mégane. Mais elle s'était reprise en main. Elle soutenait calmement le regard du blond. Il avait un sourire en coin. Il bouge. Il occupe toute la scène. Il n'y a plus qu'eux deux, liés par un sens primitif : la vue. Il ferme les yeux. Elle, ne le lâche pas.

C'est dans sa nature. Une sorte de défi perpétuel qu'elle lance à autrui. Il recouvre la vue et ses yeux se baladent dans la pièce. D'un objet à l'autre. D'elle à la fenêtre donnant sur l'extérieur. Extérieur baigné dans l'oisiveté estival, baigné par les doux rayons du soleil.
La voix se tait, la sono ne balance plus de son. Seuls ses grésillements intempestifs trahissent qu'elle est encore allumée. Le blond descend de son estrade et continue de sourire en fixant la batteuse. Il est né avec cet air ensorceleur sur le visage ou quoi ! Soudain, sans que Mégane ait pu dire quoi que ce soit, il déclare :

« Tu as eu le droit à une avant première d'une chanson que je n'aurais sans doute pas fini sans toi. Tu as un prénom je suppose, Demoiselle aux yeux incroyablement fascinants ? »

Et voilà qu'il remettait ça ! Ce type était vraiment un incorrigible Don Juan ! Mais il fallait l'avouer, la flatterie ne passait pas au dessus de la tête de la jeune femme qui se senti rougir. Invisiblement. Au moins, elle avait la capacité de se remettre facilement et rapidement de ses émotions. En deux temps trois mouvements, elle avait effacé toute trace de malaise de son attitude, redevenant parfaitement impassible. Elle analysait la chose tranquillement. Déjà, ce mystérieux inconnu maîtrisait parfaitement l'anglais. Un bon point, elle même ne maîtrisant pas totalement le français et faisant des efforts considérables pour corriger son léger accent. Et puis, elle ne connaissait pas la plupart des termes techniques français de solfège. Ensuite elle venait de comprendre que le garçon était chanteur et compositeur de ses propres chansons. Et que, le cas échéant, elle avait été en quelque sorte sa source d'inspiration pour la fin de cet écrit-ci. Enfin, il venait de lui poser une question et elle avait vivement intérêt à y répondre vite si elle ne voulait pas passer pour une cruche. Mais au fond, était-ce vraiment si important ? En quoi cela avançait quiconque de savoir le prénom de l'autre ? Elle, elle n'y attachait pas grande importance. Elle rétorqua :

« Oui, j'ai un prénom, encore heureux ! Je m'appelle Mégane. Mégane Prescott, enchantée... Elle marque une pause et reprend. Et toi, quel est ton nom ? »

Pour elle, il resterait le type à la voix d'or, même avec un prénom. Elle se sentait bien ici. L'atmosphère de cette pièce lui réchauffait le cœur ; la mettait en sécurité. Elle aime cette salle. Ni trop vaste, ni trop étroite. Bien insonorisée et sèche. Les instruments étaient tellement différents de tout ceux qu'elle avait utilisés ou vus à ce jours. Et puis on y fait des rencontres, des amis, des passionnés.
Elle replonge son regard dans celui du jeune homme et tente une fois de plus de le cerner. En vain. Tout ce qu'elle y voit, c'est de la bienveillance et, paradoxalement, une sorte de violence. Pas la violence au sens auquel on l'utilise principalement. Une violence sauvage, indomptable. Comme un fauve en cage...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Ven 17 Aoû - 23:05



Sa déclaration trouble la jeune fille qui place une main devant sa bouche. Il a réussi à la toucher avec ses mots, tant mieux. Son cœur à un raté en sentant le regard de la jeune fille sur lui. Merde. Éric à quoi joues-tu ? Il chante. Finalement il chante pour elle. Pour ses yeux, ce regard qui le chamboule plus qu'il n'est encore capable de l'admettre. Il se sent plus fort sous son regard, capable de soulever des montages, de traverser l'océan à la nage, de vivre sans respirer. Faites que son regarde ne le quitte pas. Il finit de chanter et ne bouge plus. Il fixe le plafond. Il repense à son cœur fou, à ses paroles folles, à la sensation d'avoir des ailes parce qu'elle le fixe. Tout ça, c'est trop beau. Il n'a jamais chanté pour quelqu'un d'autre qu'un des membres de sa famille. Aujourd'hui, les choses ont changé. Il récupère ses affaires et descend de l'estrade. Mégane Prescott. Muse à ses heures perdues. Il tend la main pour prendre le cahier de solfège qu'il feuillette rapidement.

« Éric William Northman, enchanté. »

Il le pose sur la scène, se détourne du regarde de la brune pour aller chercher une chaise et s'assoit en face d'elle. Elle est belle. Il tend la main en direction de sa joue, mais finit par attraper le cahier et l'ouvre. Il observe les notes. Une batteuse. Plutôt cool. Il remonte un peu ses manches puis lève ses yeux clairs vers elle. Mh.. Ouais. Il tapote les notes avec son crayon sur sa cuisse. Elle le regarde. Il le sent. Éric fait semblant de ne pas le voir. Il vaut mieux faire semblant de ne pas être sensible pour le moment. Pour voir, pour la connaitre un peu plus. Savoir si elle en vaut vraiment la peine. Si un jour il pourra lui faire confiance. L'aimer peut-être ? Ces mots qui lui font si peur et qui restent souvent coincés idiotement au travers de sa gorge.

« Tu as besoin d'aide pour quoi exactement ? »

L'atmosphère est tendue. Pas de façon désagréable. Il y a quelque chose dans l'air qui les captives tout deux. Il laisse les notes de côté. Pendant un certain temps, il se demande pourquoi il ne l'agresse pas. Puis il se souvient que quand il chante après il se sent trop bien pour emmerder le monde. Et dans le fond, il n'a pas envie de lui être désagréable. La pièce est parfaite. Ni trop grand ni trop petite. Il s'y sent bien. Il vient souvent s'y asseoir en cherchant l'inspiration mais en y repensant. Son inspiration, c'est elle. Enfin, son regard étrange en fait. Les paroles de sa chanson tambourinent dans sa tête. Ouais... Si il la connaissait vraiment elle aurait peut-être eu un sens véritable. Mais pourquoi pas... La soulever du sol pour ne jamais plus lâcher Mégane n'est pas une idée déplaisante à ses yeux. Pense solfège imbécile. Cette fille ne te fait que trop divaguer. Étrange. Il ne l'imaginais pas batteuse. Il la voyait plus sur le devant de la scène que dans les inconnus d'un groupe. Les batteurs ne sont jamais vus à leurs justes valeurs. Ils sont souvent oubliés du publique qui craque souvent pour un chanteur ou un guitariste. Mais si elle était au devant de la scène... Elle éclipserait les autres membres du groupe avec ces yeux qui ressemble à deux pierres précieuse. Il n'a pas envie de réviser là. Il veut discuter avec elle. Faire connaissance, mais il peut faire ça en lui expliquant des choses qu'elle n'a pas comprises... Non ? Il sourit à demi au cahier puis ses yeux bleus parcourent la jeune fille. Il a l'impression d'être dans un monde parallèle. Sur une autre planète. Et ce n'est pas tous les jours que là salle sera rien que pour eux deux.

« Tu viens d'où ? Tu es ici depuis longtemps ? Question idiote, mais il doit la poser. On est dans la même classe, non ? »

Si c'est la cas... Comment a-t-il pu passer à côté d'un regard comme celui-ci. Il l'avoue, il pionce pendant les cours. Pas évident de faire attention à ses camarades si il passe son temps à hurler sur un prof, dehors (parce qu'on la sorti ou parce qu'il a séché) ou a dormir. Il se masse la nuque et joue avec son crayon. Oh ! Il pense à un début de chanson. Tournant le cahier à l'envers, il prend la dernière page devenue la première pour y écrire les paroles. C'est fou... Des fois rien ne lui vient mais aujourd'hui il bouillonne. Peut-être le beau temps... Où ses yeux. Il sourit encore. Qu'est-ce qu'il est idiot ce garçon. Éric n'a pas pour habitude de cacher ce qu'il pense. Et aujourd'hui n'est pas un jour qui fait exception. Il laisse tomber sa tête sur le dossier de la chaise et regarde encore le plafond. Il doit formuler ça comme un gentleman ? Nooon... C'est Will.

« Tes yeux m'empêchent de me concentrer. »

Il redresse très légèrement pour la regarder, un demi sourire aux lèvres. C'est sincère. Comme toujours. C'est ce qu'il pense vraiment. Il n'aime pas mentir et ne le fait jamais. Il dit TOUT. Que cela plaise... Ou pas.


___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Sam 18 Aoû - 14:54

Le garçon récupère ses affaires. Il descend de l'estrade. Tranquillement. La jeune fille ne bouge pas. Elle est calme. Incroyablement calme. Il s'approche et attrape vivement le bouquin de solfège qu'elle a gardé sur ses genoux. Il le feuillette rapidement. Comment pourrait-il y comprendre quelque chose ? Le solfège de batterie est totalement différent de celui d'un instrument classique ! Au mieux, les notes se ressemble. Mais au final, elles n'existent pas. Elle le regarde en coin. Il semble concentré sur sa lecture, ses cheveux blonds tombant délicatement autour de son visage penché. Il relève le menton, repose le cahier. Elle entend sa voix, douce:

« Éric William Northman, enchanté. »

Éric William Northman... Ce nom sonne comme un anglicisme. C'est donc pour cela qu'il parle si couramment anglais. Il n'est pas originaire de France...
Il se lève et va chercher une chaise près de la scène, avant de s'asseoir de nouveau en face de la brunette. Leurs regards se croisent. Un tourbillon d'émotion contradictoires déferle dans le cœur de la jeune anglaise. Elle le fixe toujours, inlassablement. Elle aimerait se perdre dans l'océan de ce regard. Elle aimerait voler dans le ciel de ses yeux...
Lui, a reprit le cahier. Il semble absorbé par l'étude de la page à laquelle Mégane avait pris soin de laisser un post-it. Ou fait-il semblant de ne pas la voir ? Elle, elle s'en fiche. Elle continue de le fixer, inexorablement. Au bout d'un court laps de temps qui parut éternel à la jeune femme, son interlocuteur reprit :

« Tu as besoin d'aide pour quoi exactement ? »

Elle sourit, amusée. Besoin d'aide ? Qui avait dit qu'elle avait besoin d'aide ? Elle n'avait jamais eu besoin d'aide. Enfin, pas de son point de vue. Et puis de toutes façons, elle était bien trop têtue pour l'admettre. Surtout quand il s'agissait de musique. Une seule et unique personne pouvait se permettre de lui faire des remarques concernant la batterie ou de la faire avouer quoi que ce soit. Même Hanna n'y arrivait pas... Mais lui, elle lui passait tout. Lui, il avait le droit de dire ce qui lui passait par la tête. C'était un peu comme un père. Non, non, pas un père. Plutôt, un frère. Un jumeau. Ils étaient toujours sur la même longueur d'onde. Il lui manquait, parfois. Ils lui manquaient tous... Un voile de nostalgie passe dans le regard malachite. Il passe, comme une ombre, comme un orage. Mais il s'en va au bout de quelques secondes. Il s'en ira toujours...
La brune ne répond pas. A quoi bon ? Un silence valait parfois mieux que des mots inutiles... Elle lit rapidement par dessus l'épaule du jeune homme. Les figures. S'il y comprenait quelque chose sans être batteur, elle lui tirait sa révérence. Mais il ne semblait pas trop dérangée. Au contraire, il avait plutôt l'air à l'aise. Elle retira enfin son regard du chanteur pour se concentrer sur ses baguettes qui dépassaient de son sac. Elles étaient gravées au canif. Gravées il y a si longtemps... Comme un pacte qu'ils avaient tous fait ce jour. L'avait-elle rompu en quittant l’Angleterre ? Le groupe lui manquait affreusement... Une chanson lui vint en tête. La dernière qu'ils avaient faite au café du coin de la rue... Avant, tout lui semblait si simple...

I'm at a payphone trying to call home
All of my change I spent on you
Where have the times gone, baby it's all wrong
Where are the plans we made for two?
If happy ever afters did exist
I would still be holding you like this
All those fairy tales are full of shit
One more stupid love song, I'll be sick

« Tu viens d'où ? Tu es ici depuis longtemps ? On est dans la même classe, non ? »

La voix d’Éric la sort de sa rêverie. Bon sang, va falloir qu'elle arrête de se laisser aller comme ça ! Elle va pas se mettre à chialer, pendant qu'elle y est ? Carpe Diem, il répétait toujours. Alors autant appliquer ses conseils pour une fois !
Elle agrandit son sourire et se lève. Elle attrape la chaise sur laquelle elle était assise quelques secondes plus tôt et la retourne avant de rasseoir à califourchon. Elle appuie ses bras sur le dossier et son menton dans ses bras. Le jeune homme en face d'elle la regarde toujours. Elle se perd dans la profondeur des iris qui la fixent. Le cahier de solfège n'existe plus. D'ailleurs, la salle n'existe plus. Juste... eux deux.
Elle secoue la tête pour revenir à la réalité. Pourtant, elle était bien. Là-bas. Dans Sa réalité. Oui, ils sont dans la même classe. Elle l'a déjà vu deux ou trois fois. Il s'était fait virer de cours dans les deux cas. Mais à vrai dire, elle n'avait jamais vraiment fait attention à ce type. Des adolescents turbulents, il y en a dans toutes les classes. Dans tous les lycée. Rien de bien original. Sa voix résonne une fois de plus dans la pièce :

« Tes yeux m'empêchent de me concentrer. »

Il est bien bavard, dites donc. Elle baisse la tête en riant. Ses cheveux de jais encadre son visage, lisse comme à l'habitude. Elle décide de rester ainsi, fixant les boutons de son blazer. Au moins, il ne pourrait plus dire qu'elle le déconcentre. A vrai dire, c'était aussi à l’avantage de la demoiselle. Au contraire du blond, elle se perdait plutôt dans le regard lagon de son vis-à-vis. Elle avait envie de rester ici une éternité. Elle appréciait de plus en plus son interlocuteur. Il était si... différent. Elle n'arrivait pas à le cerner. Ça lui plaisait. Elle soupire discrètement et se décide enfin à ouvrir la bouche :

« Dis-moi, tu n'arrêtes jamais de parler ?Elle rit et reprit. Au fait, tu remarqueras que je ne t'observe plus. Tu ne peux plus voir mes yeux désormais »

Elle souffla paresseusement sur une mèche noire qui lui tombait sur le visage. Elle souriait. Ça l'amusait de voir comment le Beethoven réagirait. Mais elle se rappela trop tard qu'il l'avait déjà ensevelie de questions. Et merde ! Elle pesa le pour et le contre. Passer outre, répondre. Bah, cela ne lui coûterait rien d'y répondre et ça lui permettrait d'en apprendre un peu plus au sujet de son énigmatique chanteur. Elle ne s'en rendait pas totalement compte mais plus les minutes passaient, plus elle avait envie de connaître celui qui, au fond, n'était qu'un inconnu.

« Et pour répondre à tes premières question, je viens de l'aristocratie anglaise. Je suis ici depuis cette année seulement. Disons juste que je ne m'entendais pas très bien avec mon père et son imbécile de copine. Et je crois bien qu'on est dans la même classe, en effet. J'ai du te voir quelques fois te faire jeter de cours... »

La batteuse ne relève pas la tête. Et dans l'ombre de sa chevelure, elle sourit toujours. Inlassable sourire de défi. Inlassable dérision continuelle...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Sam 1 Sep - 13:17



Mégane ne répond pas. Éric sourit de son silence. Il sent le regard pénétrant de la jeune femme sur lui. Sur sa nuque. Ses cheveux blonds glissent le long de son visage mais sa frange ne l'empêche pas de regarder les notes. Heureusement qu'il s'intéresse à plus de choses que ce qu'il laisse paraitre. La lecture du cahier comme excuse, il lui pose des questions de manière "distraite". Le jeune homme lève de temps en temps les yeux vers elle. C'est ainsi qu'il voit un deuxième voile de nostalgie traverser les prunelles vertes de son vis-à-vis. La batteuse se reprend presque immédiatement. Lui, il ne sait pas pourquoi il s'évertue à parler alors que son silence est délicieusement agréable. Réconfortant. Cette fille le rend étrange. Elle fait remonter des vagues de douceur qui ne le prend que rarement en temps normal. D'ailleurs, le temps semble avoir cessé d'avancer. 

Bloqué en cet instant privilégié. Eric se demande pourquoi il ressent ce genre de chose maintenant. Pourquoi elle ? Sa mère l'avait pourtant prévenu. Ce ne sont pas des événements prévisibles. Ils vous tombent dessus un beau jour sans que vous n'ayez rien demandé à personne et finalement ils vous plaisent. Qui n'a jamais rêvé de mettre en pause un moment magique de sa vie ? Will en rêve à la seconde même. Le mouvement de la jeune fille le fait relever une fois de plus la tête. Elle tourne rapidement sa chaise et s'assoit dessus de façon à pouvoir s'appuyer contre le dossier. Il admire son visage fin. Elle n'a rien de spécial. Elle n'est pas incroyablement belle ni extraordinairement laide. Elle n'est simplement pas comme les autres et le Beethoven la trouve sublime. Leurs yeux se croisent. Des heures sembles couler alors que cela n'a duré à peine quelques secondes. Ses iris malachites disparaissent, elle fixe son blazer alors que ces cheveux sombres se placent délicatement sur ses joues. 

Un petit rire amusé échappe au blond en entendant sa réplique. Rire avec quelqu'un est quelque chose qu'il fait rarement mais qu'il apprécie énormément. C'est vrai que Will est très bavard pour une fois. Il ne faut pas trop s'en plaindre, c'est tellement rare de le voir d'aussi bonne humeur ! Il regarde une mèche de cheveux se soulever lorsqu'elle souffle doucement dessus. Ce n'est pas faux, maintenant Eric peut se concentrer sur les notes mais ce n'est pas exactement ce qui retient son attention en cet instant.

Il se penche vers elle, lentement. Le Beethoven hésite un peu avant de frôler avec douceur la joue de la jeune fille, faisant glisser avec une certaine lenteur ses doigts jusqu'à son menton pour relever le visage de son interlocutrice à hauteur du sien. Le contact chaud avec la peau douce de la jeune femme procure une étrange décharge au jeune homme, imperceptible de l'extérieur. Il plonge ses yeux dans les siens. À quelle distance leurs visages se trouvent-ils ? Aucune idée mais celle qui les a séparé peu de temps auparavant a grandement réduit. Il pense à des millions de choses différentes en à peine une minute comme passer son pouce sur ses lèvres, uniquement pour savoir ce que cela fait. Eric ne le fera pas, non, pas sûr qu'il en a vraiment envie... Du moins c'est ce qu'il tente de se dire, de s'en persuader. Un demi sourire se forme sur ses lèvres. C'est sans aucun doute la première fois qu'il est aussi proche physiquement d'une fille mais il ne pense même pas à se moquer d'elle. Il la regarde. Qu'a-t-elle de si différemment des autres finalement ?

« Je ne suis pas aussi bavard en temps normal. Il relâche finalement le menton de la brune avant de sourire gentiment. Tu me déconcentres mais je n'ai pas dit que ça me dérangeait. »

Et c'est vrai. Elle, elle a le droit de contourner ses pensées. De l'empêcher de réfléchir correctement. De le rendre bizarrement joyeux. De le rendre plus doux qu'à son habitude. De lui coller ce sourire d'abruti sur le visage. Mégane réfléchit, elle semble hésiter. Puis sans savoir pourquoi, elle répond d'un seul coup à toutes ses questions.

Elle est donc Anglaise et de l'aristocratie, s'il vous plait. Elle vient d'arriver, un peu comme lui, ce qui explique le léger accent lorsqu'elle s'exprime. Eric n'en n'a pas... A cause de la position de PDG de sa mère il a appris le Français et le Russe... Deux langues inutiles à ses yeux. Et le jeune homme ne s'est pas trompé, il a bien vu Mégane lors de ses cours et elle l'a aussi vu, se faire sortir... Enfin, Will se sort tout seul de la classe pour dire la vérité. Le professeur qui le mettra dehors n'est pas encore né ou il est simplement suicidaire. Il l'observe avec attention. Une jeune fille de bonne famille... Un sourire amusé se forme (encore) sur ses lèvres et il se masse distraitement la nuque. Will regarde le cahier de solfège puis la jeune femme. Il n'a plus de question maintenant ou plutôt il en trop mais ne sait simplement pas comment les poser. Enfin bon, la Beethoven se plaint de la curiosité du blond, du coup il n'a plus tellement envie de parler. Bêtement pour ne pas la déranger. Mais... La déranger de quoi..? Elle le fixe sans rien dire et lui n'a même pas le droit de se poser des questions sur la muse qui se tient en face de lui ? La logique de ce dialogue ? Eric n'en trouve pas. Il hoche simplement la tête en l'écoutant, un demi sourire aux lèvres et ses yeux bleus ne décrochent pas de ceux de Mégane. Il ne va rien répondre. Quel sale gosse... Mais après tout, chacun son tour.


___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Dim 16 Sep - 14:02

Elle frémit. Imperceptible frémissement alors qu'elle sent les doigts de son interlocuteur frôler son visage. Pourquoi cela se produit-il ? En temps normal, elle aurait simplement attendu que les choses se produisent. Mais là non. Là, c'est comme si elle voulait aller au devant des événements. Comme si elle voulait goûter le délicieux moment ou la peau du jeune homme rentrerait e contact avec la sienne. Mais elle appréhendait aussi. Elle appréhendait ce qui se passerait. Son cœur s'accélérait. Elle le sentait battre dans un rythme effréné. Et ce qui devait arriver arriva. Mégane sent le contact chaud de la main d’Éric qui remonte doucement son menton. Il plonge l'azur de ses yeux dans les iris de la jeune femme. Et, pour la première fois depuis leur étrange rencontre, c'est elle qui se sent gênée par ces yeux. Elle sent le souffle chaud du blond sur son visage. Elle ne bouge pas, comme figée, absorbée par l'instant qu'elle vit.

En une fraction de seconde, des millions de pensées lui traversent l'esprit. C'est dans ce genre d'instants qu'on penses à des choses futiles. Comme ce qu'on va manger le soir ou encore si on a une sortie de prévue le week-end suivant. Mais elle, son esprit est omnibulé par lui. Lui, lui, lui, lui... Ce mot résonne encore et encore, des milliers de fois dans sa tête. Pourquoi son cœur l'a-t-il lâchement laissé tomber? De quelle perfidie a-t-il pu bien être frappé pour l'abandonner seule face à ses sentiments ?
Alors elle résiste. Tant bien que mal. Elle résiste à l'irrémédiable attirance qu'elle commence à ressentir pour ce garçon. Et puis elle rit intérieurement. Sait-il qu'il joue à un jeu dangereux ? A-t-il conscience qu'à cette distance, elle pouvait très bien lui mettre sa main dans la figure ? Et elle, a-t-elle conscience que ces idées ne servent à rien... Car de toute façon, ça lui plaît qu'il soit si proche. Se rend-elle compte qu'elle n'a pas envie qu'il parte... Pas tout de suite... Et s'il jouait ? S'il se foutait éperdument d'elle ? Quelques paroles lui revinrent en tête...

* What if I say I'm not like the others ?
What if I say I'm not just another one of your plays ?
You're the pretender
What if I say I will never surrender ? *

« Je ne suis pas aussi bavard en temps normal. Tu me déconcentres mais je n'ai pas dit que ça me dérangeait. »

Ses yeux rient. Il a relâché le menton de la brunette et désormais, un sourire mystérieux, gentil, étirent les fines lèvres du chanteur. Pas bavard ? Eh bien qu'il lui permette d'en douter... Il semble
comme absorbé par ses propres pensées après la tirade de l'anglaise. Sûrement est-il en train de peser les mots, de juger ces phrases...Un voile triste passe sur son visage neutre. Triste... Non, le mot exact était plutôt... dédaigneux. Mélancolique, certes, mais dédaigneux. Il sourit encore une fois. Mais pourquoi donc est-il de si bonne humeur ? La joie de vivre des autres était quelque chose qui dépassait la jeune fille. Mais en ce moment, elle avait envie de respirer. Envie de rester là, dans ce voluptueux silence, à ressentir la présence du jeune homme tout près d'elle. Si près...
Lui, il ne parle plus. Il se contente d'observer le cahier encore posé sur ses genoux, inutile. Puis Mégane. Encore il la fixe. L'a-t-elle vexé avec sa remarque ? C'est vrai qu'elle manque un peu de tact quelquefois... Elle se désole d'avoir, pense-t-elle, heurté l'amour propre de son interlocuteur. Mais le silence est si agréable, si tangible. L'atmosphère est gonflée d'électricité et ce silence est funambule. En équilibre sur un fil invisible... Le rompre. Ou pas. Dilemme... Finalement, la batteuse opte pour la seconde option :

« Je...suis désolée si je t'ai blessé. Ce n'était pas mon intention. Tu m'en vois... navrée... »

Elle baisse timidement les yeux. Ses joue s'empourprent, prenant une légère teinte rosée sur ce visage pâle. C'est tellement dur de s'excuser. La jeune fille n'a jamais aimé demander pardon. Encore cette foutue fierté... Mais parfois, il fallait admettre ses torts. Et, à vrai dire, le garçon la chamboulait tellement qu'elle n'avait pas envie d'entrer en froid avec lui. Elle le regardait, là, en face d'elle, et elle avait envie de tout savoir. De le connaître comme un ami d'enfance. Comme celui qu'elle n'oubliera jamais. Elle avait envie qu'il lui parle de lui, de sa vie, de sa famille. Mais elle sentait que ce n'était pas le moment de le questionner. Elle sentait qu'il ne fallait pas gâcher la magie de l'instant. En ce moment, elle avait juste envie de se blottir dans les bras de ce type qu'elle ne connaissait pas quelques minutes auparavant. Elle avait juste envie de se sentir protégée, de se recroquevillée contre lui et de ne plus jamais s'en aller... Mais ça, elle ne voulait pas se l'admettre. Elle ne voulait pas être contrôlée par ses émotions...

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Mer 7 Nov - 11:36



Elle est silencieuse, mais Eric sent qu'il se passe bel et bien quelque chose en elle... Le très léger frémissement de la demoiselle lorsqu'il touche sa peau, presque aussi discret que le sien. Sa peau... Maintenant que sa main en est loin il ressent l'envie de la toucher une fois encore, pour être sûr de ce qu'il a ressenti quelques secondes plus tôt. Secondes magiques de sa vie de brute. C'est qu'en y repensant être doux avec quelqu'un est quelque chose qu'il apprécie. Avoir envie de protéger quelqu'un ne lui était jamais arrivé avec une autre personne que son petit frère... Mais, désormais, c'est aussi Mégane qu'il souhaiterait garder au près de lui. Il penche la tête sur le côté et ses cheveux blonds suivent le mouvement. Persuadé qu'elle peu entendre les battements sourds de son coeur dans sa poitrine. Il observe le cahier quand il l'entend s'excuser. Chose qu'il fait si rarement... Mais elle, de quoi s'excuse-t-elle ? De l'avoir blessé ? Mais avec quel propos ? Il relève la tête, la fixant de ses yeux livides.

La Beethoven baisse les siens en rougissant. Le rouge sur les joues de la jeune fille le transperce d'une lame incroyablement agréable en plein coeur. Depuis quand est-il si mielleux..? Si doucereux avec les autres ? Non, ce n'est pas les autres qui le rend ainsi, non, c'est elle. Elle... Elle seule. Il ne sait pas pourquoi, mais il lâche le cahier et le crayon, se redressant de toute sa hauteur. Ses yeux perçant examinant chaque traits du visage de l'Anglaise. Il a une irrémédiable envie de la prendre dans ses bras. De lui dire que rien de ce qu'elle dira ne le blessera jamais... Qu'il a envie de la prendre contre lui sans jamais la lâcher. Que c'est une des rares personnes à qui il ne fera jamais de mal. Qu'avec elle, il apprendrait volontiers le sens du mot « aimer ». Ce mot qui lui fait si peur. Mais toutes ces belles choses restent coincées dans sa gorge qui s'est resserrée pour mieux le piéger. Incapable de dire le moindre mot. De toute façon, il n'a pas envie de briser ce nouveau silence, pourquoi répondrait-il alors ? Son regard vaut toutes les paroles du monde... Seulement, il sait que le genre humain communique entre eux avec des mots que lui n'a pas forcément.

Il approche une nouvelle fois sa main de la joue rougie de la demoiselle qu'il caresse du bout des doigts avant de s'arrêter non loin de ses lèvres. Il hésite. Pourquoi a-t-il envie de faire une chose aussi stupide à ses yeux ? Et pourtant, son pouce caresse délicatement le coin des lèvres de la Beethoven. En effet, elles sont presque aussi douces que ce qu'il imaginait, mieux encore. Maintenant il ne peut plus détacher ses yeux du regard malachite de Mégane. Il décale sa main sous son menton en se penchant vers elle, touchant à peine sa bouche de la sienne. La porte s'ouvre dans un boucan du diable accompagnée de rires. D'autres Beethoven en approche. Il se recule lentement d'elle pour regarder les perturbateurs entrer. Un brin gêné mais sans savoir pourquoi, il ressent plus de la fierté que de la gêne. Ils n'ont pas encore constater la présence de Mégane et Eric. Il relâche le menton de son interlocutrice avant de se lever de son siège, lui tendant le cahier. Il attend sagement qu'elle le reprenne avant de reposer sa chaise à sa place. Il lui sourit avec délicatesse. Will se penche doucement dans sa direction, se plaçant à la hauteur de son oreille pour murmurer.

« Excuse-moi. J'en avais envie. »

Il se redresse un demi sourire aux lèvres, passant le revers de sa main sur la joue de la demoiselle dans une caresse pleine de douceur. Il jette à peine un regard au débarquement de camardes de classe avant de sortir. Il reste un moment derrière la porte, songeur. Des fois, il ne peut pas s'empêcher de se trouver très con, mais après tout, ce sont des choses qui arrivent. Et une fois de plus, Will s'est prouvé qu'il ne fait que ce qu'il a envie de faire. Mais maintenant, il en est sûr. Il n'y a plus qu'une seule personne dans sa tête. Mégane Prescott. Il refuse même de s'égarer à penser qu'il puisse la perdre ou lui faire du mal. Pourtant, il ne sait pas tout à fait de quoi il est capable... Il traverse le couloir, prit dans ses pensées jusqu’à l'extérieur. Pour une fois, l'air "frai" et les rayons du soleil le font sourire. Ça, c'est qu'il appelle un bon début de journée.


___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Sam 10 Nov - 20:05

[Fin ?]

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Sam 10 Nov - 20:17

[Euh... As you want mais je pensais que tu répondrais... Sauf si tu veux partir sur le prochain Rp ?]

___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Megane Prescott
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 161
♣ Date d'inscription : 20/11/2011
♣ Age : 19


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Sam 10 Nov - 20:38

[Yep, je préfèrerais si ça ne te derrange pas...]

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eric Northman
Elève Connu ♪
♣ Messages : 431
♣ Date d'inscription : 12/08/2012
♣ Localisation : Euh... Dans mon lit ! o/


MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   Dim 11 Nov - 10:25

[C'est parti alors ! Honneur aux Dames ? *Sifflote.* On fait comme on avait dit où tu veux partir sur autre chose ? Maiiiiis tu sais quoi ma grande ----> MP, au pire. =)]

___________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Clike:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] On se connait, non..? [PV Mégane P.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Mais dis moi ? On se connait ? [PV Sophia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-