Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tristan & Iseult /pv Pauline/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Mer 26 Sep - 19:34

Inconnu ? Plus maintenant


J'observais les alentours. Oui j'aime bien observer les choses, est ce un crime ? Je ne pense pas. Edwar...Je veux dire Seven...Voila à cause de son changement de prénom j'étais perdu. Bref il poussa la porte. Je souris car je savais qu'il fallait la tiré la porte de la cantine. Dans mon ancien établissement la porte se poussé dans les deux sens. C'étais plus facile je trouve, mais on fini par si faire. Enfin lui n'avait pas vraiment l'air de si habituer. Je lui tenais toujours la main. Il finit par réussir à ouvrir la porte de la restauration. Je le suivais comme un petit chien. J'aime pas ça mais tans que j'étais avec lui sa ne me dérangeais pas. Je pris un plateau et le suivait. J’observais la carte... Pâtes carbonnara, tomate farcis... Je ne savais pas quoi prendre. Je pris tomate farcis et suivait mon petit copain. Nous nous installâmes sur une table dans un coin tranquille. Certains regard convergèrent vers nous. Je m'en moquais, préféré les ignorer. Comment dire la nourriture devant moi n'avait pas vraiment l'air des plus comestible. En faite la viande n'avait pas l'air cuite. Le riz sans savoir mais au moins les tomates avaient l'air cuite et même bonne. Oui je sais je râle tout le temps. Mais il faut savoir que je ne suis pas trop amie avec la viande. Je suis plutôt genre 5 fruits et légumes par jour. Oui sa sa me convient mieux.

"-C'est bizarre. Ce matin je ne te connaissais pas. Cet après-midi j'ai deut t'embrasser contre mon gré, et maintenant tu es ma petite amie. "

Je le regardais. Mes yeux plongé dans les siens. Il est vrai que c'était bizarre. Moi sa remonter à plus longtemps. Je lui souris d'un sourire rayonnant, éclatant, éblouissant. J'étais heureuse. Je ne voulais plus faire demi-tour. Il posa sa main sur la mienne. Je ne savait pas vraiment quoi penser de tout ça. Je l'observais. Ces yeux bleu comme la mer m'attirais comme des aimants. Je me rappelle se que j'avais ressentit lorsqu'il m'avait embrasser, lorsque la prof venait de lui faire la morale. Je me rappelle que de ma main j'avais voulu lui mettre une gifle mémorable. Et maintenant j'étais la. Et je ne voulais qu'une chose me blottir contre lui comme tout à l'heure dans mon lit ou encore dans le théâtre.

-Tu aurais du voir ma tête quand elle m'a dit que je jouerais Iseult et toi Tristan. Quand tu es arrivé dans la salle j'étais sur qu'elle allait te faire un sale coup et quand tu m'as embrassé je dois dire que la gifle elle aurait put partir toute seule. Enfin bref tout est passé si vite. En tout cas je me rappellerais de cette journée et je sais une chose: je t'aime.

Je lui sourit de nouveau. Je regarder mon assiette, mon appétit était partit. Pourtant on dit que l’appétit viens en mangeant ba moi je trouvais pas. Je regardais la salle. J'avais l'impression que la salle se remplissaient de plus en plus. Je retirer ma main de sous la sienne et couper un petit morceau de tomate. J'hésitais à lui poser la question mais après tout c'était tout simple comme question. Je n’espérais qu'une chose, ne pas le vexer, n'y le décevoir. Je l'avais fais une fois je ne voulais plus. Je voulais le voir sourire pas éviter mon regard. Je pris mon petit morceau de tomate et bu un peu d'eau. Ensuite je le regardais et lui pris sa main.

-Ma question va paraître bizarre mais pourquoi seven ?


___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anna Wall' Stood
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1268
♣ Date d'inscription : 04/02/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'académie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Jeu 27 Sep - 20:43

Surement.
Pauline me regardait. De ses yeux gris tendre, gris cendre, exprimant en moi des idées un peu flou et une bourrasque de sentiments indéfinis. Des yeux puissants, capable de faire détourner le regard au plus fort, capable de faire fléchir la personne qui tient bon devant chaque visage, irrésistiblement beau. Un regard, c'est comme un coffre fort, le sien renferme trois portes infranchissable, et son code m'est resté caché. Je souris. Je sais, c'est mal, mais je ne peut m'empêcher de jeter un coup d'oeil à ses lèvres. Non je ne suis pas un mec qui ne pense qu'à embrasser ma petite copine mais là, j'avoue que j'en avais vraiment envie. Ses petites lèvres qui avaient éffleurés les miennes cet après-midi, s'en était imprégné ce soir... Je pourrais rester ici des heures, à la contempler, les yeux dans les yeux, un sourire aux lèvres, ne pensant qu'à nous. Je continuais à manger, tout en réfléchissant bien sur, je ne cesse jamais de réfléchir. Je crois bien que mon cerveau ne se repose jamais, jamais. Même quand je dors, mon subconscient travaille donc...

"-Tu aurais du voir ma tête quand elle m'a dit que je jouerais Iseult et toi Tristan. Quand tu es arrivé dans la salle j'étais sur qu'elle allait te faire un sale coup et quand tu m'as embrassé je dois dire que la gifle elle aurait put partir toute seule. Enfin bref tout est passé si vite. En tout cas je me rappellerais de cette journée et je sais une chose: je t'aime. "

Je rie. Ah oui, je l'imagine bien tirer une gueule de trois mètres de long avec des yeux grands comme des melons. Oui, j'ai trouvé que ça pour dire qu'ils étaient exorbités, excusez moi de cette métaphore, du degré débutant. Je préfère les proses. Et bien, moi je ne savais même pas avec qui j'allais jouer ce rôle alors, stress total. En plus je savais que cette prof allait me faire ça. Elle est tellement sadique, tellement contente quand je foire tout en beauté, je me demande ce qui lui donne autant de plaisir. C'est peut être que moi je lui tiens tête qui la rend folle, en fait non, c'est ça. Mince, j'ai manqué la gifle alors, je veux bien avoir la marque e ta main sur ma joue aussi longtemps que tu le voudras, mais évite de taper trop fort ma chérie, sinon je risque, de... m'énerver un peu. J'aime pas trop les baffes en fait. J'espère bien que tu m'aimes oui, que tu ne joues pas avec moi comme toutes ces filles qui jouent avec le cœur des garçons ignorants. Mais tu n'es pas comme elle, Pauline, je sais qu'elle est différente des autres. Ce n'est pas le genre de fille à faire ça. Si même elle le faisait, nous ne ferions plus confiance à personne, en tout cas pas aux filles. Je ne sais pas ce qui les amuse dans tout ça, mais elles paraissent s'en délecter au plus haut point. Personnellement, ça me dégoute. Je les trouve pathétique de s'amuser avec un beau garçon alors que celui-ci est raid digue de vous. C'est sadique, encore pire que la prof d'art dramatique. Je l'observais toujours, elle buvait, elle mangeait par petite bouchée et moi, je la regardais de mon regard océan, comme bouche bée devant la plus belle créature que dieu (s'il existe) ait créé. Pauline prit ma main dans la sienne. Elle y rentrait parfaitement, comme Cendrillon et son chausson de ver, la main de Pauline se callait dans la mienne, comme si c'est ici qu'elle y avait été formée, comme un bijou dans sa boite. Comme une pièce coulée dans son moule, où aucune partie ne manque à un puzzle terminé.

"-Ma question va paraître bizarre mais pourquoi seven ?"


Pourquoi Seven hein ? Bah tout simplement parce que c'est mon prénom. A la base je m'appelle Seven. C'est tout ce que je sais de mes parents. Lorsqu'ils m'ont abandonné, j'avais sur moi un doudou avec écrit je m'appelle Seven. Ca ne m'a pas permis de déterminer la nationalité de mes parents puisque, étant en France, le doudou était français, mais le nom anglais. Donc je m'appelais Seven, enfin c'est toujours mon nom, mais Steph m'a rebaptisé Edward, c'est pourquoi j'ai décidé que seule les personnes que j'aimais vraiment et qui m'aimaient vraiment pouvaient m'appeler Seven. C'est pour moi comme s'ils faisaient partie de ma famille. Parfois Steph m'appelait Seven, mais c'était rare, elle préférait Edward ou Ed, surnom que je déteste. Katie, elle, m'appelle Seven. Et maintenant, Pauline aussi, c'est aussi, simple, non pas simple en fait, c'est aussi compliqué que ça.

"-Bah, c'est mon prénom."


Je devais avoir l'ai tellement penaud d'un coup. Rien que cette pensée me mit de bonne humeur. Ah, mais que de plus simple que de répondre à une question simple, qui possède un résonnement compliqué, par une phrase d'autant plus simple. Parfois je trouve que mes résonnements tiennent la route, c'est tout simple pour moi lorsque c'est compliqué pour les autres, je n'ai jamais compris pourquoi d'ailleurs.

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci ma Teny <3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be/
avatar
Amanda Slam
Romi ~ Celle qui a une affinité avec le vent, vu le nombre de vents qu'elle se prend !
♣ Messages : 866
♣ Date d'inscription : 03/06/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'espace


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Dim 7 Oct - 15:20

J'ai plus faim


Je me demandé ce qu'il allait me répondre. C'est vrai il était assez discret sans l'être. Je ne sais pas comme le décrire. Il est magnifique j'aime tout en lui. Son caractère...Tout. Dire que ce matin je ne voulais qu'une chose, ne jamais allait à ce cour et maintenant j'étais avec lui. Comment était-ce possible ? Un miracle je pense... Je l'observe et lui sourit. Je regarder mon assiette. Non je n'ai plus faim pourtant je vais s'en doute me forcer à manger une dernière petite cuillère histoire d'avoir un truc dans l'estomac. Mais d’abord sa réponse. Je veux sa réponse. Je veux savoir pourquoi ? Mais il n'y a pas que ça. Je me pose plein de question. Mais je ne veux pas le presser. Je n'ai pas envie qu'il me fasse la tête. Je veux le voir sourire. Pas qu'il soit triste. Mon dieu je deviens folle.

"-Bah, c'est mon prénom."

Je retiré ma main de la sienne. Il fallait peut être que je sois plus précise. Genre: "pourquoi tu t'appel Seven, avec des détails please". D'accord c'est bête de se vexer sur ça. Mais c'est moi, mon caractère. Je n'y peux rien. Mes amis le savaient et ils le vivaient très bien. Je m'égare. Repenser à ma vie d'avant n'est pas bon pour ma santé. Je reprend un morceau de tomate et écarte l’assiette définitivement. Plus faim. Je veux sortir, j'étouffe maintenant. Cette salle est trop bruyante. Ce n'est pas de sa faute. Peut être l'a t-il mal prit. Le fait que après sa réponse je retire ma main aussi rapidement. Je regarde mes ongles pour ne pas affronter ces yeux. Puis mince alors je vais pas me rabaisser devant lui. Je l'affronte de mes yeux gris. Si il a un truc à dire qu'il le dise maintenant.

-Est ce qu'on pourra sortir après ?

J'attendais sa réponse. Un peu incertaine. Après tout s'il n'avait pas fini de manger. Je n'allais pas l'en empêcher. J'observe les gens de la cantine. Certains sont dans ma classe et aussi dans celle d'Edward. J'imagine que les nouvelles irons vite. C'est toujours comme ça dans les lycées. Tu es toujours au courant des dernières nouvelles très rapidement.

___________
Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Ven 12 Oct - 19:18

Est ce moi ?


Elle retira vivement sa main de la mienne. Oh non, l'ais je blessée ? Oh ma douce, ma belle, ma dulcinée, élue de mon coeur, regarde moi encore et sourit moi. Je ne voulais pas lui faire de mal. Mais qu'aurais je put répondre ? Alors, je suis un enfant abandonné, j'ai vu un meurtre, l'on a tenté de m'assassiner, j'ai été adopté environ quatre fois et je m'en suis toujours pas remis. Toutes les personnes que j'aime meurent, c'est gai comme vie non ? C'est pour ça que je m'appelle Seven, non en fait c'était quand j'étais petit, mais ça on s'en fou. Baissant son regard sur son plat, elle le repoussa avec un air de dégout. Ma petite colombe n'a plus faim ? Oh, j'espère que ce n'est pas moi qui la déprime comme ça, je m'en voudrais à mort sinon. J'ai l'impression que tout est de ma faute en ce moment, c'est fort déprimant. Relevant son petit menton, elle plaça son beau regard gris dans le mien et affronta un regard plus doux qu'elle ne semblait le penser. Je me détendis, on va bientôt partir si tu veux.

"-Est ce qu'on pourra sortir après ?"


Après. Après quoi ? Après ton dîner ? Tu sembles déjà l'avoir terminé. Après le mien, je ne compte pas te faire attendre plus longtemps. Oui on pourra sortir, ensemble, aller où tu veux, tu choisis, je t'emmène. Au bout de la terre, je partirai sur l'heure s'il était question d'elle. Ma Pauline, oui ma, je suis très possessif. Elle est ma Pauline et je suis son Seven, c'est comme ça que ça marche chez moi. Je lui sourit. J'ai soudain l'impression d'être, dans ma bulle. Seul avec elle, n'écoutant que mon coeur, sans le brouhaha qui tourne autour de nous. les regards qui se tournent, les mots dit à voix basse en nous regardant. J'ai envie de monter sur ma table, de hurler et de dire, cette fille est ma petite copine OK ! Mais je ne le fait pas, et je ne le ferais pas. J'ai bien vu que Pauline est timide et qu'elle ne supporterai pas trop le choc. M'enfin, ce n'est pas le genre de fille à s'affirmer et à dire, regardez moi je suis la plus belle. Alors qu'elle peut très facilement rivaliser avec tant d'autres. Toutes ces filles qui font tourner la tête des garçons avec leurs décolletés plongeant et leurs shorts trop courts. Sans oublier leurs échasses, plus que des talons. J'ai envie de leur dire mais vous êtes pathétiques, seuls les mecs complètement cons sont derrière vous, la beauté se trouve ailleurs. Ma Pauline en plus d'être splendide, à une beauté intérieure que les autres damoiselles ne semblent pas posséder. Je me décidais enfin à lui répondre, la pauvre je ne voulais pas lui foutre un vent.

"-On sort quand tu veux ma belle."


J'aime bien l'appeler ma belle, je me sens fier, et elle aussi je pense. Disant ceci, je me dépêchais d'engloutir un max de bouche histoire de passer la nuit sans avoir à me relever parce que je crève la dalle. J'ai toujours faim, c'est pas de ma faute si je suis gourmand tout de même. Si ? Je la regardais avec passion mes yeux brillants de fierté d'être son petit copain.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 13 Oct - 14:42

Innocent


Tic-Tac. Je l'observe, je s'en que je l'ai un peu beaucoup blessé en retirant ma main aussi vivement. C'est de ma faute. Je sais que j'ai mal agi. Je ne veux pas le voir triste, n'y même qu'il soit vexé. Allez mon Seven, répond qu'on sort et je t'expliquerai que je suis navré. Faire des excuse sa m'arrive pas souvent faut l'avouer et faire des excuse en publique c'est hors de question. Si j'avais vraiment fais une grosse bêtise je l'aurais fais, je ferais tout pour toi même si j'en devenais ridicule. Je m'en fou rien que pour te voir sourire je serais capable de tout. J'aimerais bien savoir à quoi il pense. Car oui j'arrive pas à lire en lui enfin si j'y arrive comment expliquer ce que je ressent. En faite j'arrive à lire en lui, je vois quand il est blessé mais je ne sais jamais à quoi il pense. C'est logique faut que je me reprenne et que je l'écoute. Bon en attendant faut que je me réveille de ma "transe". Et que je réplique aux filles qui vont essayer de me le piquer qu'elles savent pas sur qui elles vont tomber.

"-On sort quand tu veux ma belle."

Mouais j'en étais pas si sur en voyant qu'il se grouiller de manger. Sa ne me déranger pas d'attendre qu'il est fini. Après tout c'est pas parce que je n'est plus faim que lui sa doit être le cas. Pour lui je serais prête à attendre des années. Il m'observa ces grands yeux bleus plongé dans les miens. Je fini par me lever et alla ranger mon plateau. Je savais qu'il me suivait. Je l'attendais et une fois qu'il eut déposé son plateau je lui pris la main. NA il est a moi pas touche. J'écartais la porte et sortis dehors. Quand je dis dehors c'est dehors dehors quoi. L'air était assez frais mais c'était supportable pour l'instant. Je tenais toujours sa main. Une fois assez éloigne. Je le regardais est déclaré, vraiment navré.

-Je suis désolé pour tout à l'heure, quand je t'ai demandé pour ton prénom..

Il parut un peu inquiet puis ce sentiment disparu lorsqu'il entendit ce que j'avais dis. C'est vrai que vu mon air on aurait put penser à un truc très grave mais non pas vraiment en faite si c'était grave pour moi personnellement. J'observe le tapis de feuilles morte délicatement posait sur l'herbe. L'automne comment le résumé: le vent ce fait plus glacial, les feuilles tombent et dénude les arbres. J'en frissonne légèrement. L'hiver arrive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 13 Oct - 17:32

Oublié.


Pauline se leva calmement et sans précipitation et se dirigea vers l'endroit où nous posions nos plateaux, vides pour certains, pleins pour d'autres ou encore si bien récuré que la machine serait inutile. Non mais sérieux, il y en a qui vont limite lécher leurs assiettes, c'est grave. Non mais, les pires c'est ceux qui prennent une entrée genre salade juste pour les morceaux de gruyère dedans, j'ai envie de leur dire qu'ils sont inutiles. Mais je ne me rabaisserai jamais à un tel niveau. Je suivais Pauline et encastrais mon plateau entre ses barres métalliques à multiples étages, ou, endroit où on pète le plus de truc au monde en poussant son plateau trop fort et où tout se casse la gueule. Ma Pauline me prit la main et entrelaçaient ses doigts avec les miens. Je savais qu'elle tentait de se rassurer devant toutes les bombes présentent dans la salle. Mais aucune ne m'intéressait et aucune ne lui arrivait ne serait ce qu'à la cheville. Nulle personne ne l'égale en beauté, elle est une perle rare au fond de l'océan. Nous sortîmes de la salle bruyante pour s'éloigner un peu dans le grand parc bordant l'académie. L'air frais entra en contact avec ma peau à température corporelle. Le choc fut léger, mais je ressenti un frissonnement me parcourir. Il ne venait pas de moi mais de la main de Pauline, elle devait avoir un peu froid. Je la pris entre mes bras pour la réchauffer. On continua de marcher. On était maintenant assez loin du bâtiment assourdissant et le silence se fit autour de nous petit à petit. Pauline me regarda et dit :

"-Je suis désolé pour tout à l'heure, quand je t'ai demandé pour ton prénom..."

Han ça, c'est tout oublié ma belle, en plus, je ne peux pas t'en vouloir, tu ne savais pas. Tu ne pouvais pas savoir... Je lui souris, nous restâmes ainsi quelques instants, l'un dans les bras de l'autre, se regardant tendrement, avec tant d'amour dans nos yeux, dans nos regards brûlant d'un promesse d'aimer. Je déposais un baiser sur ses lèvres. Je sentis la fraicheur des siennes, devenant limite violette au fur et à mesure que la nuit tombait. Je fermais les yeux pour ancrer ce message dans ma mémoire, pour toujours. Jamais je ne voudrais oublier ce moment parfait, juste nous deux, enlacés, dans un baiser plein de passion.

-Tu savais pas.

La pauvre, elle avait dut se sentir si coupable. La pression que j'avais ressenti lors de cette question était dès à présent retombé. J'étais euphorique, à l'idée d'être seul avec la fille que j'aimais de tout mon coeur, de toute mon âme et de tout mon être. Je regardais la nuit noire, scrutant les dernières lumières allumées dans les chambres occupées par des élèves lisant, travaillant, dormant, ou même jouant à n'importe quoi.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Dim 14 Oct - 18:10

Devinette


J'étais bien dans ces bras. Sa me fessais du bien. Je ne sais pas trop pourquoi mais quand il n'était pas près de moi je me sentais vide. Nous étions là en train de nous regarder dans les yeux. Cette journée allait être la plus belle de mon arrivé je peux vous le dire. Et toute celle en sa compagnie. Il m'embrassa, tendrement, doucement. C'était délicieux super. Génial. Bref je vais arrêter les adjectifs. Je l'observais, il était rayonnant. J'aimais ce moment là. On était tranquille, pas de bruit n'y rien. Pas de personne . Trop bien. Enfin au calme.

-Tu savais pas.

J'avais oublié ce que j'avais dis. Oui ba j'aurais du, au moins faire attention. Ne pas poser de question. Me taire. Qui c'est ce qu'il aurait put me dire. J'en suis vraiment navré. C'est du passé ? Je l'espère. Maintenant je ferais attention. Je posais ma tête contre son torse. Il commençait à faire froid. J'étais gelé. Comment il fessait lui ? Je sentais qu'il avait chaud. Moi j'étais gelé. Sa m'apprendra à sortir dehors s'en rien. Enfin si avec mes habits...C'est pas grave...Je divague légèrement. Je relevais la tête et lui sourit.

-Finalement moi je l'aime bien cette prof de théâtre.

Il me regarda comme si j'étais folle. J'éclatais de rire. C'est vrai que sans cette prof ba j'aurais jamais joué Iseult et lui Tristan. Et rien ne se serais passé. Je sais pas comment sa se serait passé mais en tout cas maintenant c'est maintenant. Je l'embrassais doucement.Il avait l'air de pas très bien comprendre pourquoi j'avais dis que j'appréciais la prof. Tans pis finira par trouver. Je lui sourie malicieusement. Allé mon chou cherche un peu c'est pas si difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 20 Oct - 19:08

Mouai.


Pauline posa sa tête contre mon torse. Je passais mes bras autour de sa taille et appuyait ma tête sur ses épaules, joue contre joue. Je souris. Elle était tellement super cette fille, si parfaite, si géniale, si.. ouhaou ! Je passais ma veste sur ses bras, tremblant de froid. Je caressais sa peau douce du bout de mes doigts. Elle posa un doux baiser sur mes lèvres, je la regardais tendrement, mes yeux plongés dans les siens.

"-Finalement moi je l'aime bien cette prof de théâtre."

Au début je la regardais interloqué. Comment pouvoir ne serait ce qu'un instant songer à aimer, ou même à apprécier cette prof de théâtre ? Impensable, impossible, irréalisable. Toute chose dans le domaine de l'incompréhension totale devant cette phrase qui ne franchira jamais mes lèvres. Phrase bannie à tout jamais de mon vocabulaire. Prof de Théâtre et aimer dans la même phrase n'est pas possible, à part peut être le premier avril, et encore non, même pas pour rire, et même pas dans les rêves les plus fous de la personne la plus folle. Puis je compris, elle l'aimait finalement bien parce que si elle ne m'avait pas choisi Tristan, et si elle n'avait pas été Iseult, si je ne l'avais pas embrassée, tout ceci n'aurait peut être pas été. Pauline aurait été encore la jeune fille timide et qui ne se montre pas, discrète en tout point. Peut être que je ne serais pas resté, furieux, après les cours, tout seul, assis sur la scène. Tout seul ? Peut être ne serait elle pas restée non plus, elle ne se serait pas enfuie dans les coulisses morte de honte et emplie de haine. Bon d'accords, grâce à elle je sors avec la fille la plus merveilleuse qu'il soit. Et qu n'ai jamais été, mais de là à l'aimer. Non, je ne peux pas. Je ne m'avouerai jamais que cette prof peut, par hasard ou sans le faire exprès, être gentille. Tout en elle n'est que sadisme. Rien ne lui fait plus plaisir que de nous voir souffrir.

"-Viens on rentre, tu as trop froid."


Même avec ma veste sur ses épaules, elle grelottait toujours. Ses lèvres avaient viré au violet et étaient devenu froides. Je frictionnais ses bras avec mes mains et l'enlaçais. Pauvre petite créature dévorée par le froid de l'automne, et bientôt, les premiers flocons viendront se poser sur nos corps chaud, de nos bouches s'échappera la fumée, nous aurons froid, et ce sera l'hiver. Mais, je ne la lâcherai pas, je continuerai de la tenir serrée contre moi, se servant de ma chaleur corporelle. Je sais que, même si elle n'oserait jamais l'avouer, de peur de bafouer sa fierté, Pauline est transie de froid. Je vois dans son regard le remerciement. Elle ne m'aurait pas demandé de rentrer car c'est elle qui voulait sortir. Nous marchons en direction du Dortoir des Molière.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Dim 21 Oct - 14:20

Froid


Froid. Qu'est ce qu'il fait froid. J'ai froid. Je crois bien que mes lèvres sont violettes. Je ne claque pas des dents, je ne grelotte pas. Je frissonne. J'aime bien la nuit, j'aime bien l'automne mais j'aime par dessus tout être couverte. Car la je peux dire que niveau couverte je ne le suis point. J'observe attentivement sa réaction. Petit à petit je vois que son incompréhension disparaître. Je le vois clairement, il n'a plus cet air de "mon dieu ma petite amie à le cerveau congelé " maintenant c'est plutôt " oui tu as raison mais rêve pour que je le dise à voix haute même s'il n'y à personne dans les parages". Peu m'importe, il à compris mon raisonnement même si je dois l'avoue et complètement idiot. Je ne serais jamais redevable à cette femme mais une chose est sur c'est que quoi qu'il arrive elle me le payera. Sa veste me réchauffer mais j'avais quand même froid. Néanmoins je lui en était reconnaissante.

"-Viens on rentre, tu as trop froid."

J'allais protester. Plutôt mourir que d'avouer que j'avais froid. Oui c'est idiot. J'ai pris une teinte violette au niveau des lèvres, je frissonne toutes les deux secondes. Et malgré sa veste je continu. Mais que voulez vous...Je suis comme ça. Il essaya de me réchauffer, je le remercié d'un simple regard. Nous nous dirigeâmes vers notre bâtiment. Je me serrer contre lui. Glaçon. Je ne désirer que deux choses. Lui et un chocolat chaud. Très chaud même si possible. Je m’arrêtais un instant. L'académie était devenu, enfin l'entrée principale. Grande et imposante au milieu de cette verdure. Les lumières allumé par ci par là. Tout était paisible. C'était étrange comme la journée tout n'était que bruit et chahut et le soir réservé au silence et à la tranquillité. Je prend sa main. Je ne veux pas le lâcher. Je veux pas qu'il me lâche ne serais ce qu'un instant. C'est tellement bien comme ça. J'en arrête de frissonner. Je reprend ma marche vers notre escalier. Je sais qu'il me suit. Qu'il est à coté de moi. Et je sais que je l'aime. Pour moi c'est le principale. Je sais qu'il est là prêt de moi. Qu'il ferait n'importe quoi pour moi. Que je suis en sécurité avec lui. Cela me rassure. Nous arrivons prêt de la porte, je déclare d'un voix vachement moins sonore que d'habitude à cause du froid:

-Que fessons-nous maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Dim 21 Oct - 16:40

As you want.

Pauline tremblotte, elle frissonne et tout son corps ne demande que la chaleur d'un radiateur et la douceur des draps chauds sur sa peau. Han les filles, comment comprendre ses cerveaux développés, ces personnes si mystérieuses drapées dans leur fierté et que nul ne peut atteindre. La femme est une créature de Dieu fort bizarre. Oui, vraiment, elle change de caractère toutes les deux minutes, elles nous séduisent avec leur charme et lorsqu'elle se sont bien amusée, elles nous lâchent. Tant de femmes brisent le coeur de ces hommes fous d'amour qui ne peuvent leur dire non, qui disent oui à tout leur désir, tout leurs caprices... Ils ne font que céder aux caprices et aux demandes incessantes du je veux ci, je veux ça... Rhha les femmes, décidément, on n'y peut rien, elles sont toutes les mêmes... Pauline attrape ma main dans la sienne, sa petite main fraiche, dont es doigts s'engourdissent dans le froid glacé de la nuit d'automne. Je me resserre un peu plus contre elle pour la réchauffer de mon mieux alors que nous arrivons devant la porte du dortoir. Elle prononce à mi mots, la voix brisé par la fraicheur. Elle va attraper une angine cette pauvre fille.

"-Que fessons-nous maintenant ? "


Euh on dort ? Non je rigole. Je sais pas, il y a milles choses à faire. On peut, sortir de l'académie et trainer dans les ruelles sombres de la ville en sirotant un verre de whisky, mais ce n'est pas très féminin. On peut aller à la cafet chercher un bon truc chaud qui lui réchauffe la gorge en descendant le long de la trachée obstruée par l'air froid. Ensuite on peut encore aller chacun dans notre chambre, prendre notre douche et nous coucher dans les draps fins en pensant l'un à l'autre, la tête sur l'oreiller et la couverture remontée jusqu'aux oreilles. Ou encore je ne sais pas moi, j'irais où elle voudra , je ferais ce qu'elle voudra, tant que nous sommes ensemble... Et s'il faut se séparer pour se retrouver après, dans un meilleur avenir, alors je le ferais, car maintenant je dépends d'elle, elle est une moitié de moi, une moitié de mon cœur, l'autre poumon qui me fait vivre, la pression qui fait battre mon cœur chétif. Je répondis d'une voix calme, posée, et tout ce qu' il y a de plus naturel.

"-On fait ce que tu veux."


Bien, la meilleure chose à faire lorsqu'on nous pose cette question est de la renvoyer à autrui. On fait quoi ? Je sais pas, ce que tu veux. Je crois que cette phrase mérite la palme d'or de la connerie, si la personne nous demande c'est qu'elle s'en fou, ou alors qu'elle ne sait pas. Enfin bref, de toutes les manières elle ne pourra pas me dire, on fait ce que toi tu veux, cela ferait un peu bizarre quand même. Je restais là devant la porte, main dans la main de celle que j'aimais, les yeux rivés sur un lointain paysage se dessinant derrière tout ces murs, attendant une réponse.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Dim 21 Oct - 18:06

Sérieux ?


Quand j'avais posé cette question je m'attendais à une réponse. Vous savez celle du genre, ou on répond "mouais sa me parait être une bonne idée ".. En tout cas s'il voulait continué à se balader une chose était sur j'allais chercher un pull. Je visualisé les endroits ou on pouvait aller. Ce baladé en ville, oui moi sa me plait. En tout cas je veux pas qu'on ce sépare, pas maintenant. Je suis scotché à lui, je ne veux pas me défaire de son étreinte. Mais ou en ville ? Bonne question. On verra sur place au pire. Mais surement qu'il a une idée. Je suis sur qu'il ne me forcera pas à chercher moi même.

"-On fait ce que tu veux."

Je manque d'ouvrir la bouche. Il l'a fait. Il m'a vraiment retourné la question. Je l'observe, mes yeux gris plongé dans les siens. Je retire mes mains et les poses sur mes hanches. Je le vois regardé au loin. Oui regarde pas mon regard car la tu aurais la palme d'or de je suis un nigot. Mais bon je n'allais pas m'énerver pour si peux. Bon autant dire un truc par ce que...Et puis non tiens. Je le plante la sur les marche de l'escalier et monte les marches quatre à quatre. Je sort la clé de ma poche et l'enfourne dans la serrure. La chambre est t-elle que je l'ai laissé. Bref, je m'empare d'une veste. Un instant devant le miroir. Mouais c'est bon. Je souris et redescend les escalier. Le pauvre, il doit se demandé quoi. Je fini par atteindre le bas de l'escalier. Il me regarde un peu surpris. Va falloir qu'il s'habitue, elle fait toujours pleins de truc qui peuvent surprendre.

-Bon tu viens, on part en ville.

Je lui sourit et lui pris la main. Toi que j'aimais temps des le début je te fais tourner en bourrique, je ne te préviens pas de ce que je fais. Je me rends compte de mes erreurs après. Je ne suis pas ouverte. Enfin je ne sais pas comment l'expliquer. Mais toi mon amour tu subi sans comprend et je suis qu'une idiote. Je te prends la main, je suis navré. Je me presse contre toi. Excuse moi. Que vas tu faire ? Vas tu partir ? Me laisser ? Ou encore vas tu me pardonner ? Je ne sais pas, je n'en suis pas sur. Tout ce mélange dans ma texte en excuse et en pardonne moi. Je reste contre toi. Immobile, attendant ta réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Jeu 1 Nov - 21:57

Sérieux.


La belle blonde tourna la clef, entra dans la chambre et en ressortit quelque temps plus tard une veste jetée sur ses épaules. Je la regarde, non je la contemple, je la dévore des yeux. Elle me prends la main, je la serre dans la mienne et l'embrasse sur la joue. Elle se pose sur mon torax et se presse contre moi. Je passe un bras autour de sa taille fine et l'entend me dire qu'on va en ville. Tant mieux, ça ne dois pas être mal de se balader seul avec sa copine dans la ville, la nuit, faiblement éclairé par les lumières bordant le trottoir. Pleins de choses se promènent dans mon esprit, je pense à elle, je pense à nous, je me dis que c'est bien la fille de mes rêves, la fille dont tous les garçons sont raide dingue, mais elle, elle, Pauline est juste pour moi, je suis juste pour elle et ça s'arrête là. Je ne désirerai en aucun cas voir un garçon tourner autour d'elle. En attendant il n'aurait pas le temps de faire un tour que je l'aurais déjà envoyé à l'hôpital.

Nous nous dirigeons tous les deux d'un pas décidé vers la grille rouillée de l'établissement. Je la pousse, la grande porte s'ouvre en un grincement sinistre. Nous passons tous les deux et elle se referme derrière nous, au loin se dessine la silhouette noire du manoir qui nous sert d'établissement. Je souris en pensant à tous les secrets que renferme cette bâtisse, tous les baisers volés dans les placards, toutes les lettres cachées dans des tiroirs...
Je laisse mon bras autour de sa taille et avance dans la ruelle sombre et tourne au coin de la rue. Le café encore allumé du bout de la rue laisse fuser des cris de joies et des paroles en l'air, des hommes bourrés une bouteille à la main nous croisent. Ils sentent l'alcool à plein nez. Je resserre mon bras autour d'elle. On ne sait pas ce que peut faire un homme sous l'emprise de l'alcool, même un homme à la base sain d'esprit.

"-Viens ma chérie, on va aller par là."


Je me décalle sur l'autre trottoir, je pense que mis à part le bar et la superrette, d'autres magasins doivent encore être ouverts. Pauline me jette un regard en coin, bah quoi, j'allais pas rester avec eux à dix mètres de nous, surtout qu'ils venaient de faire demi tour pour nous suivre et que je ne comptais pas me taper un sprint avec elle dans les bras pour échapper à des mecs bourrés et probablement choutés.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Ven 2 Nov - 1:03

Pas de panique


Il passe un bras autour de ma taille. J'aime bien savoir qu'il est prêt de moi. Que s'il y a un problème il me soutiendra. Je l'aime plus que tout. Je ne veux pas qu'il me lâche, qu'il s'écarte de moi ne serai-ce que pour deux secondes. Je souris. J'ai l'impression d'être un aimant. Je suis attiré par lui et je pense que c'est impossible de m'en détacher. Et pareille pour lui. On ne se détache plus. On reste ensemble. Son bras entourant ma taille. Je comprend pourquoi les filles tournent autour de lui. C'est le mec idéal. Et elles auront pas in terré à s'approcher. Je peut être sympa mais il y a des limites. Et la limite elles la connaîtront bien assez vite je crois. Je soupir rien qu'a l'idée de tout ces vautours. Mais il ne faut pas penser à sa. Chaque moment avec lui et un pur délice dont je ne me plus me passé. Comment peut-on devenir à ce point accro à quelqu'un? C'est complètement insensé, impossible, inimaginable...Tellement réel. Il m’entraîna jusqu'à la vielle grille de l'établissement. Normalement nous n'avons pas le droit de sortir mais je m'en moquais tans que j'étais prêt de lui. Il aurait put m'emmener n'importe ou, tans que je le sentais prêt de moi je l'aurais suivi. Nous passons la grille. Derrière nous notre grande Académie...

Seven laissais son bras autour de ma taille. J'avais l'étrange impression que sa fessait un peu genre "pas touche elle est à moi". Sa me plaisait. Au moins avec lui j'étais en sécurité, je pouvais en être certaine. Nous arrivâmes au bout d'un moment prêt du café. je crois y être passé un jour comme ça, j'étais passé devant la bâtisse. Elle était plutôt calme contrairement à maintenant ou sorte de la porte des hommes ne marchant pas droit, bouteille à la main. Ils nous croissent. Je manque d'étouffer, ces hommes sont complètement bourré ma parole. Ce sont lavé avec de la bière ou quoi ? Ces hommes me font penser à mon père. Ivre, bourré, sentant l'alcool, le même pas hésitant, le même ton bourru. Je pense que c'est pour ça qu'ils ne me font pas peur. J'ai déjà connu ça. Je sais de quoi est capable un homme bourré. C'est pour sa que j'ai pas peur. Je sens une pression du coté de ma taille. Seven à resserre son étreinte je le sens.

"-Viens ma chérie, on va aller par là."

Je le laisse me guider vers le trottoir dans face. Je lui jettais un regard en coin. Pourquoi donc avait-il changé d trottoir ? Certes ces mecs étaient inquiétants et sous l'emprise de l'alcool on ne savait jamais ce qu'il ce passait dans leurs têtes mais de là a changer de trottoir...Je ne lui fis pas la réflexion. J'avais remarqué que les hommes avaient fait demi-tour. J’espérais une chose c'est que cette histoire ne tourne pas mal. On pouvait rentrer à l'académie en douce mais si jamais il se passait un truc ici je donne pas cher de notre peau à tout les deux. Je pense que ce serait : Good Bye Académie et pour ma part retourne illico à la case : Papa Alcoolique. Ce qui était hors de question. Bien sur il y avait ma mère et je sais qu'elle s'inquiète mais si je devais aller chez elle se serait pas pour elle mais pour mon frère. Je vais arrête de me raconter ce genre d'histoire après tout il ne va rien ce passer...Malgré moi je me rapproche un peu plus de mon petit ami. Son étreinte me réconforte, me rassure. Alors que les paroles des bourrées se font plus forte. Je ne sais pas de quoi ils parlent mais je n'ai pas envie de m'arrêter, d'aller les voir et leurs dire :Salut, vous parlez de quoi ?. Je soufflais à l'oreille de Seven.

-A ton avis ils vont nous lâcher quand ?

Je le sentais légèrement crisper. Et je ne savais pas quoi faire pour qu'il se détende. De nous deux je crois bien que c'était lui qui était le plus tendu mais pas de peur, non je pense plutôt à de la colère. Oui je crois que c'est ça. De la colère.

-Détend toi un peu mon chou

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 3 Nov - 16:21

Bagarre.

Je les sentais pas trop ces deux bourrés qui nous suivaient. D'autant plus que lorsque j'avais changé de trottoir, Pauline à mes côtés, j'avais vu le plus grand froncer les sourcils. Maintenant je m'efforce de ne pas me retourner. Il ne faut surtout pas les interpeller, leur parler, ni même les écouter ou les regarder. Je me contente de marcher, d'un pas un peu trop rapide peut être. Je ne voudrais pas que ces deux gaillards nous causent des ennuis. S'ils venaient vers nous, alors je serais obligé de m'expliquer avec eux, mais pour leur dire quoi ? Ils veulent Pauline pas moi, enfin une baston ne doit pas les déranger non plus. En attendant je ne les laisserai en aucun cas ne serait ce que frôler Pauline avec leurs haleines de porcs.

"-A ton avis ils vont nous lâcher quand ?"


Tu veux vraiment mon avis ? Ils ne nous lâcheront pas, en tout cas pas de si tôt. Je me mis à réfléchir à toute vitesse. Pour rentrer à l'académie il nous faudrait faire demi tour, et ainsi les croiser de nouveau. C'est mort. Quand au fait de les semer, je n'y crois pas trop, c'est limite s'ils ne courent pas pour nous rejoindre. Je ne veux pas lâcher Pauline, si quelque chose lui arrivait je me sentirais tellement coupable. Et pire, si nous arrivions à l'académie en lambeau, alors s'en était fini de nous, renvoyés pour ne pas avoir respécté l'extinction des feux. Et là, si je gâche son futur, ce sera entièrement ma faute, juste moi qui n'aurait pû la protéger lorsqu'elle en avait besoin. Je sens le claquement de leurs talons plus proche de nous. L'odeur de l'alcool emplie mes narines, j'ai envie d'éternuer. Je veux me réveiller, ouvrir les yeux et me retrouver dans ma chambre d'académie en me disant que tout ceci est impossible. Mais non, j'ai beau cligner des yeux, je suis toujours là, dans cette ruelle sombre, avec Pauline qui marche le regard fixé devant, sans oser se retourner sur le grand maigre et le petit maigre aussi qui nous poursuivent tels des corbeaux sur leurs proies. La jeune fille se penche à mon oreille et sussure d'une voix non rassurée :

"-Détend toi un peu mon chou."


Ma détendre, mais comment veux tu que je me détende avec eux derrière nous ? Je suis tendu bien sur, mais non je dirais même carrément crispé. Je n'ai pas peur d'eux, je veux les taper. Je sens monter en moi une force enfouie depuis longtemps, une folie meurtrière, l'envie de les taper, tous les deux, de les réduire en cendre et de continuer notre route comme si de rien n'était. Je m'apprêtais à lui répondre lorsque je sentis une main posée sur mon épaule. Une main, froide, fripée, et qui empeste autant l'alcool que son propriétaire. D'un bond je fais volte face et me place devant Pauline, lui faisant une barrière de mon corps. Perdu dans mes sombres pensées, je ne les avais pas entendu venir. Ils avaient finalement réussi à nous rejoindre. Leurs rictus déformant leurs visages faisaient peine à voir. Ces hommes devaient être des habitués des bistrots, de la drogue et des boissons alcoolisées car on voyait leurs cernes sous les yeux, leurs regards vides et leurs bouffes sèches, leurs mains tendues vers nous, comme nous suppliant de quelque chose. Mais le pire, celui qui faisait le plus peur dans tout ça, c'était le grand. Grand, squelettique, et qui dévorait Pauline des yeux, mais pas du même amour que le mien.

"-Bonssssoiiiir.... jeunes hip, gens !"


Ce n'était même pas de la parole, il hurlait presque des propos incompréhensibles. Je reculais un peu plus, mettant un ou deux mètres d'écart entre eux et nous. Limite si il ne nous disait pas qu'il ne nous ferait aucun mal si on les suivait gentiment. Si c'est ça ils pouvaient toujours mourir, et retourner boire comme des trous dans un bistrot surement mal fréquenté. Lorsqu'il ouvrait la bouche, son odeur inalait l'alcool et empestait la crasse. Depuis combien de temps n'avait il pas pris de douche. L'homme fronça les sourcils et tenta de me contourner pour concentrer son attention sur Pauline. Sans réfléchir, je lui envoyais mon poing dans sa gueule. L'homme porta un main à son visage et la damoiselle poussa un petit hurlement quand, voyant du sang couler de son nez, l'homme se jeta sur moi. Son compagnon nous regardait, se rapprochant peu à peu de Pauline.
Il pesait plus lourd que je ne le pensais.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 3 Nov - 18:50

Me touche pas


Je savais qu'ils étaient proche, mais je ne disais rien. Je sentais que mon petit ami ce crispé. Et je sentit sa main se durcir. Mais je ne disais plus rien. Il accéléra le pas, une marche rapide. Je voulais qu'il arrête de paniqué. Leurs odeurs me semblait familière. J'avais l'impression de retrouver mon père dans ces deux hommes. Je ne pus m’empêcher de frissonnais un peu. J’espérais seulement qu'il n'allait rien ce passer. Je sais j'ai des rêves qui ne se réaliseront jamais. Je vois une main se poser sur l'épaule de Seven, presque immédiatement celui-ci se retourne et se met devant moi. Je sais qu'il veut me protéger mais la je me sens juste bonne à rien. C'est un peu idiot mais je n'aime pas trop qu'on me prenne pour une faible surtout quand il y a un potentiel danger. J'observe les deux hommes, ils empeste l'alcool, bière ou autre. Je dirais qu'ils n'ont pas pris une douche depuis longtemps. Il y avait un homme de taille moyenne et maigre. Il doit être de la même taille que moi à peut prêt. Le grand me regard avec insistance. Un conseil pour lui qu'il s'approche pas de moi. Car si c'est pas Edward qui s'en occupe se sera moi. Et je peux me montrer très méchante quand je veux.

"-Bonssssoiiiir.... jeunes hip, gens !"

Il sait parler le français lui ou pas, parce que là je me pose la question. Bien sur j'ai compris ce qu'il voulait dire, je suis pas non plus nul en déchiffrage de parole d'un homme bourré. Seven m'obligea à reculais mettant de plus en plus d'écart entre nous et les deux hommes. Sauf qu'ils ne semblaient pas vouloir nous lâcher. Je pensais à ce qui arriverait si cette bagarre s'ébruitait jusqu'à l'académie. Je ne pourrais pas supportais d'être re-expédie chez moi avec mon père, tellement semblable à ces deux types. Le grand essaya de contourner mon petit-copain. Je ne put retenir un petit cri lorsque le poing de Seven s'écrasa sur la figure du type et que celui si retira sa main de son nez, plein de sang. Il se jeta de nouveau sur lui. L'autre s'approchant de moi petit à petit. Viens un coup que je te montre que c'est pas bien de s'attaquer à une fille. Je ne m'occuper plus du "mini" combat à coté. Si ce mec s'approchai je me défendrais point. Le mec m'attrapa le bras si fort que je risquais d'avoir une trace. Super je vais devoir porté des tee-shirt manche longue s'il continu. Voyons mon père il était devenu très sensible au niveau du ventre. Je peux toujours essayer. Après si ce passe un truc je sais pas ce qui va se passer. Je lui tordit le bras et lui mit un coup de pied dans le ventre. Ne me demande pas comment j'ai fais. Peut être le coup de la peur de retourner chez moi, ou alors le besoin de rester "intacte". En tout cas le résultat était le même le mec était plié en deux. Je jetais un coup d’oeil à Seven. J'espère qu'il s'en tire...

-Seven sa va ?

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 3 Nov - 23:12

La touche pas.

Je continuais de me battre, enchainant coup de poings et de genoux. Je savais pas trop ce que je faisais. J'étais comme entrée dans une sorte de transe, un état euphorique qui me disait de ne pas m'arrêter. Je continuais de le démolir, ne pensant qu'à en finir avec lui. Je jetais un coup d'oeil à Pauline. Ma petite copine venait de donner un coup dans le ventre de l'homme qui se plia en deux. Sur le coup j'ai carrément cru qu'il allait gerber tout ce qu'il avait bu sur le sol. Pas une mauvaise idée le ventre. Mais mon gaillard avait l'air plus rationnel que son compagnon d'infortune. Je tentais quand même le coup. Opération raté. L'homme me refila la même. Ouche, même sans avoir bu, les coups dans l'estomac c'est jamais ce que l'on préfère. Pauline articula ces quelques mots :

"-Seven ça va ?"


Disons que je pourrais aller mieux étant donné qu'elle et moi sommes en train de nous faire taper par des mecs bourrés qui parle pas correctement le français et qui ressemblent plus à des albanais qu'à autre chose. Alors que je m'aprettais à lui donner la correction de sa vie, l'alcoolo sorti de sa poche quelque chose qui pourrait peut être m'arrêter dans mon élan. Je ne bougeais plus en un instant. La lame brilla au clair de lune. L'homme commença à manier son canif en faisant des arcs de cercles avec la lame argentée. Je reculais un peu, me mettant à l'abri des mouvements du couteau tranchant. Alors là non, il ne fallait pas jouer à ce jeu là, je ne devais pas entrer dans son jeu. L'homme me regarda, me fit signe d'avancer. Alors là j'avais un peu peur oui. Je fis un cercle avec mes jambes et continuais de le toiser du regard. Il plongea en avant. Je roulais sur le côté mais pas assez rapidement, son poignard erraffla mon cou. Le sang coula le long de l'entaille. Le sang chaud se déplaça sur mon épaule et vint tacher ma chemise bleu claire. Génial, j'ai foutu une chemise en l'air maintenant.

"-Ca va et toi ?"


Je voudrais bien lui demander si elle a besoin de mon aide mais cela ne servirait à rien. Dans mon cas il m'est actuellement impossible de venir la secourir. L'homme fait changer le couteau de main en main, comme s'il jouait avec. Il me sourit, des dents dorées, enfin une moitié de machoire avec une lèvre retroussée en affreux rictus. Je passais ma main à mon front et me rapprochais le plus possible de Pauline qui regardait l'homme à terre. Dans un élan non contrôlé, non sans mettre passé la main à la tête avant, je sautais sur l'homme. Je pris sa main et la mordit, le forçant à lâcher le couteau. Il hurla de douleur en voyant sur sa main, l'entaille que mes dents lui avait. De grosses traces rouges lui encerclait le poignet. Je crachais à terre. Pff dégueulasse. Je plaquais l'homme au sol, tout ceci assez rapidement. Le couteau glissa au sol pour aller s'arrêter devant Pauline. Je pris la tête de l'homme à deux main et la plaquais contre le trottoir en béton sans trop réfléchir à ce que je faisais. Je ne savais pas ce qui se passait dans ma tête mais je savais que ça ne pouvais être plus mal que ce qu'il avait tenté de nous faire. Une fois l'homme assommé, je courais jusqu'à Pauline, ramassant au passage l'opinel tombé pendant ma lutte avec l'autre homme. Nous voyant ainsi armé, l'homme prit ses jambes à son cou, nous laissant seul.
Je regardais Pauline, mon dieu, elle n'était pas blessée, je vous en remercie. Je la regardais puis la pris dans mes bras et la serrais contre moi.

"-J'ai eu tellement peur, peur de te perdre."


Bien sur je savais qu'elle ne pouvait pas mourir, mais même. Si elle était mal tombée sur le bitume, elle aurait pû se briser la nuque et j'aurais été un meurtrier et, et... je ne préfère pas y penser, elle est en bonne santé et c'est tout ce qui compte.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Mer 7 Nov - 23:45

Rentrons


Genre question à ne pas poser disons que je suis la meilleure. Je voyais bien que Seven allait lui en mettre une mais il s’arrêta. Un truc l'avait empêcher, l'avait stopper. Je me retournais vivement, mes cheveux blonds suivant mon geste. Je me pétrifiais sur place. Mince rigolais pas l'alcoolique. Il lui fis un signe d'avancer. j'avais peur pour Seven, j'étais terrifié, s'il lui arrivait quelque chose je m'en voudrais c'était de ma faute s'il serait blessé. Oui entièrement de ma faute. Je ne sais pas ce qui ce passer , je ne compris pas, tout ce que je vis fut le sang coulant le long de cou de mon petit ami tachant au passage sa chemise bleu.Je poussais un minuscule crie. Mince, mince,mince. Sa dégénérais, je ne le voulais pas qu'il soit d'avantage blessé. Mais qu'est ce que je pouvais bien faire...

"-Ça va et toi ?"

Bon ba je vois qu'on va bien ensemble toujours à dire des trucs qui n'ont rien a voir dans la situation. Je pouvais regarder. A chaque fois que le gars change de main son couteau, je sursauté. Complètement tendu. L'homme lui avait l'air ravi de se battre contre Seven. Et moi je sentais que s'il s'ne prenait de nouveau à lui, c'est moi qui allait trouver une solution. L'autre imbécile à qui j'avais donné un coup dans le ventre ce mis à réagir. Pfff. Peut pas me laisser tranquille lui. Un hurlement retentit, je me retourne de nouveau. L'homme avait de grosse marque rouge sur sa main. Bien fait pour toi. Plein de mot me venait à l'esprit pour traiter celui là. Il avait oser blessé mon petit copain. Seven le plaqua au sol et l’assomma. Il ramassa le couteau. L'autre imbécile se barrant. Non mais qu'elle lâche lui. Je sens un regard posé sur moi, à peine je me retourne qu'il me prend dans ces bras. Je l'entoure de mes bras et pose ma tête contre son torse. J'ai eux peur, peur pour lui, ce qu'il allait lui arrivait. Je connaissais que trop bien les dégâts de l'alcool. J'arrivais pas à retenir mais larmes. C'est rare sa pour moi de pleurer. Mais j'avais été tellement terrifié. Peur pour lui. Si j'avais il avait faire pire cet homme. Je fini par m'écarte et à regarder son cou. L'entaille n'était pas profonde mais sa saigné quand même et puis on ne sait pas à quoi le couteau avait servi auparavant. Et puis bientôt d'autres personnes sortiraient. Enfin bref il fallait partir.

-Viens il faut rentrer à l'académie. Dans ma chambre j'ai une trousse de premier secours.

Je l'embrasser doucement et lui prit la main avant de partir en direction de l'académie. Je voulais plus le lâcher. j'avais eux trop peur pour lui. Je sécher discrètement mes larmes. Vous savez ce que c'est d'avoir l'impression quand on s'attaque à un proche de recevoir aussi le coup ba moi c'est ce que je ressentais à cette instant précis. J'étais sur mes gardes maintenant.

-Les ballades le soir ça craint. J'ai eux tellement peur.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Ven 9 Nov - 13:12

Bonne Idée


Pauline se retourna vers moi, alors que son agresseur fuyait dans la nuit, sans doute pour aller encore se bourrer et boire jusqu'à la fin de la nuit : pathétique. La jeune fille avait les larmes aux yeux. Je l'attirais contre moi, l'entourant de mes bras musclés. Elle passa ses bras autour de ma taille et posa sa tête sur mon torse, comme tout à l'heure dans la salle de théâtre, sur la scène. Je ne voulais pas qu'elle pleure, ces sanglots entrechoqués de hoquet ne cessaient pas. Si je retrouvais l'homme qui l'avait fait pleurer, je vous jure qu'il finira de faire pleurer les jeunes femmes qu'il croise le soir sur le champ. Enfin lorsqu'il pourra sortir de l'hôpital, si je ne lui fait pas un procès.

"-Viens il faut rentrer à l'académie. Dans ma chambre j'ai une trousse de premier secours."

Ouai rentrons, ça vaut mieux pour tout le monde. Si on se fait choper en rentrant, si on nous surprend à être allé dehors, ce sera moi et seulement moi le fautif. Je ne voudrais pas qu'elle se fasse virer par ma faute, j'assumerai toutes les conséquences de mes actes et j'en subirai les punitions. Pauline m'embrassa tendrement, je lui rendis son baiser. Elle prit ma main dans la sienne, sa petite main tremblante d'une peur ancienne. Je lui sourit. En attendant je n'avais pas le droit d'aller dans le couloir où si situaient les dortoirs des filles, et encore moins de pénétrer dans la chambre de l'une d'entre elle. Alors là pour le coup, si on me retrouve dans sa chambre, avec une blessure légère au cou, mais quand même entaillée par un couteau, avec une élève qui s'occupe de moi, je suis pire que mort, et Pauline aussi. Je crois que les enfers n'ont rien à voir avec ce que l'on peut nous faire. Mais sinon ça ne me dérange pas d'aller dans la chambre de Pauline, sans arrière pensée je vous prie.

"-Les ballades le soir ça craint. J'ai eux tellement peur."


Il ne faut pas avoir peur ma douce, je t'aurais protégé, ne serait qu'en perdant la vie, bon d'accords la vie c'est un peu éxagéré mais un doigt ou encore une main entière. M'enfin cet homme n'aurait pas eut le courage de me faire du mal, il était juste bourré, mais bon au fond, je le voyais dans son regard perdu lorsqu'il était désarmé, il cherchait juste du réconfort en se sentant puissant, bien qu'il ne l'était que très peu. C'est sur que les balades comme ça ça craint. Bon d'accords là on était deux, la prochaine fois j'engage un garde du corps lorsque je veux me promener en soirée avec ma copine, peut être même deux. Non mais sans blague, c'est pas parce qu'on est des adolescents qu'on a pas de force, ils se prenaient pour qui ces deux là ? Heureusement que je fais de la musculation en fait, sinon il m'aurait tout simplement démolit, en beauté pour lui, mais pas pour moi. J'entrelace mes doigts avec ceux de Pauline. Pendant tout le chemin du retour, nous demeurons silencieux, comme deux âmes en peine, cherchant refuge dans le plus profond silence de la nuit. Sans un bruit, sans une parole, sans un mot nous atteignons le portail gris, portail qui nous a permis de nous échapper une heure plus tôt. Mon cour se resserre, personne n'est dans les parages. Nous pénétrons dans l'enceinte de l'établissement. Les lumières sont éteintes et seules la faible lueur des chambres nous montre que l'extinction des feux n'a pas encore eut lieu. Je regarde ma montre, 9h35. Mon surveillant de nuit passe dans vingt cinq minutes. J'ai encore un peu de temps pour moi. Nous courons presque sur l'herbe du parc, notre bâtiment est situé à droite. Relié à celui des Beethoven, notre bâtiment est plus à l'est du domaine. Nous traversons la cour sans bruit, faudrait pas qu'on nous remarque. Jetant notre regard un peu partout, nous arrêtant au moindre bruit, à la moindre brindille qui craque. Comme deux fugitifs en cavale. Bientôt nous atteignons notre bâtiment. Les dortoirs des filles sont à droites, les notre à gauche. Pauline m'entraine de son côté, après avoir "sécurisé" le périmètre.

La blonde pousse la porte de sa chambre, me tenant toujours la main. J'entre à sa suite et referme la porte derrière moi. Edward, ou comment faire prendre une attaque cardiaque à la coloc de sa petite copine. Ah euh salut. Je lui adresse un regard, planté derrière la porte, elle assise sur son lit pendant que Pauline va chercher sa "trousse de premiers secours". Elle doit être choquée la fille, vu comment elle me dévisage. Je lui jette un de mes sourires qui font rougir. Elle détourne les yeux et se replonge dans sa lecture, ouf. Un peu plus et je devais lui faire la causette, oh non pitié pas ça.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Ven 9 Nov - 21:28

Sa pique ?



Je réfléchissais à ce qui ce passer. Enfin ce qui c'était passé. Une fois calmé je réfléchissais à ce qui aller ce passer. Si on nous chopé j'étais morte. Adieu l'académie, adieu mes ami(e)s, mon petit ami...Enfin bref tout le monde que j'aime. Et puis si on nous surprend dans ma chambre mais...On nous assassine. Mort à moi. Mince mince mince. Bon tans pis de toute façon on avait pas le choix. On sait pas à quoi avait servi le couteau auparavant, mieux valait désinfecter. La rue était déserte et le silence ce faisait pesant. Mais je m'en moqué. La je voulais juste être dans mes pensées, tranquille. Je comprend maintenant ce que ressentais mon frère lorsqu'il revenait complètement défoncé parce qu'il c'était battu avec des mecs bourré. Un grand respect pour lui, bien sur ce respect je l'avais déjà avant mais encore plus maintenant. Nous passons la grille en silence. Les chambres sont encore allumé. Ouf...Tans mieux au moins sa fera plus discret de le soigner Je suis au aguets, toujours prête à reculer. J'aime pas ça. Nous grimpons rapidement. Plusieurs fois je pars devant et regarde si il n'y a pas des surveillant. Qu'elle galère je vous jure. mais c'est nécessaire alors je le fais. Hors de question qu'il rentre dans sa chambre blessé comme il est. Nous arrivons devant ma chambre, heureusement elle n'est pas très haute mais il a fallu faire des détours monter, redescendre. Finalement je pousse la porte de ma chambre et lâchais Seven une fois rentré. J'avais oublié ce petit détail, un petit détail un peu trop gênant. Ma colocataire me fixai, ces grands yeux étonnés devant l'apparition d'Edward. Je lui souris gentiment et lui souffla au passage:

-Je t'expliquerais.

Je prends ma trousse de premier secours et indique à Seven de s'asseoir sur mon lit. La présence de ma coloc' me stress un peu je n'aime pas être épier comme ça. Je nettoie la plaie avec le désinfectant. Désolé Seven si sa pique. Je lui souris. La plaie n'est pas très profonde heureusement.

-Tu as gardé le couteau ?

Je regarde si j'ai un pansement assez discret dans ma trousse, j'en ai un ou deux enfin sa fera l'affaire. Après avoir de nouveau bien désinfecté, j'ouvre le pansement et l'applique sur le cou de mon petit ami. J'avais un peu oublier ma coloc' et Seven trop concentrée dans ce que je faisais.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Mer 21 Nov - 16:13

Je fixais la jeune fille du regard, incapable de m'en détacher. Elle, pétrifiée, avait arrêté sa lecture et ses yeux ronds exprimait son incompréhension et son étonnement. Bon c'est pas grave, retourne à la lecture du petit chaperon rouge, t'as jamais vu un mec dans ta chambre ou quoi ? Bon j'avoue c'est peut être vrai, mais ta colocataire est belle et géniale c'est normale qu'elle ait un petit copain. Pauline revint un instant plus tard avec une mini trousse d'infirmière, comme celle des enfants quand elles s'amusent, une trousse de premiers secours de poche limite. Je reposais mon regard sur elle et lui désignait son amie de la tête, genre, bizarre celle là, mais je n'ajoutais rien, ne voulant pas que sa colocataire aille voir la pionne, traumatisée par le garçon qui n'est pas censé être dans sa chambre mais qui s'y trouve en compagnie de sa coloc. Elle passa au près d'elle et lui susurra une phrase inaudible de ma place, de mon statut de spectateur. En général je tourne la pièce, c'est à moi qu'on dit les trucs, je les regarde pas comme une crétin qui comprend rien. Bon d'accords j'arrête.

Pauline applique soigneusement le désinfectant sur la plaie, presque refermée. Ca cicatrice vite ces trucs là. Je tressaille au contact du liquide froid et piquant sur ma peau faiblement arraché sur les bords. Elle recherche un pansement dans sa trousse, farfouille dedans comme à la recherche de quelque chose d'important. Faudrait pas laisser à l'air ? Bon ok j'y connais rien en tout ça, je me tais et je la laisse faire. Elle s'applique tellement, elle met tout son amour dans sa manière de soigner. Elle semble profondément perdue dans ses pensées et ne remarque presque plus notre présence. Pauline, comme si nous étions que tous les deux, me sort une phrase où, si je n'avais pas été en présence de Pauline, j'aurais éclaté de rire.

"-Tu as gardé le couteau ?"

Alors comment t'expliquer ça euh, voyons. Déjà ta coloc vient de manquer de s'évanouir. Je la fixe, troublée elle détourne le regard. Bizarre, vraiment bizarre. Au mot couteau j'ai vraiment cru qu'elle allait tomber dans les pommes. Non mais, bon je la comprends un peu j'avoue. Si j'étais tranquillement en train de lire dans ma chambre, qu'une fille rentrait avec son petit copain, ouvert au niveau du cou, et qu'ils discutent de couteau, oui j'aurais flippé, si j'avais été une fille. Tu peux t'imaginer de ces trucs à ce moment là, genre ils ont fait un meurtre, ils sont complètement tordus ces deux là, mais je crois qu'il faudrait avoir lu trop de romans policiers pour ça. On est rationnel tout de même. Désolé Line, je me voyais mal me trimballer dans ma chambre avec un couteau trouvé dans la rue, perdu par un agresseur nocturne, si on le trouvait, j'expliquais comment les traces de sang imbibés sur le manche en cuir de ce truc ? Décidément, heureusement que je l'avais pas gardé. Je m'imagine bien dire que c'est pas moi, dire la phrase qui tue : je vais vous expliquer. Puis en fait tu peux rien expliquer du tout parce que les gens te défoncent. Une fois le pansement accolé, je prends Pauline par la taille et l'amène contre moi. J'aillais l'embrasser lorsque j'entendis la voix d'une personne qui n'est pas dans la salle :

"-Mademoiselle Hemson, Mademoiselle Glikger, extinction des feux."

Je n'eux que le temps de me jeter sous le lit de Pauline, en diagonale pour tenir que la porte s'ouvrait sur des chaussures vernis de noire et des bas de laine assez affreux, assez cliché. Et c'est dans ces moments là qu'on se dit, et merde, ils vérifient si on est dans nos chambres et mon surveillant passe dans dix minutes, espérons qu'elle va pas leur taper la causette ni rien. Je retiens ma respiration, putain, va t'en, pars, mais pars je te dis. Je pouvais pas savoir moi qu'elle passait plus tôt chez les filles. Maintenant elle va faire sa ronde et restera dans le couloir pendant que "mon" surveillant fera notre ronde, s'il rentre dans ma chambre, je compte sur mon coloc pour me couvrir avec une vieille excuse qu'il pourra trouver, de toutes les manières il a toujours l'habitude de se mettre dans la merde il saura bien se dépatouiller un peu, enfin je l'espère, ma survie ici en dépend.

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Ven 23 Nov - 22:22

Mal de tête


Il est vraiment que j'exagère pour le couteau. Et j'avais enfin remarquer que ma coloc' était sur le bord du malaise. Génial si on pouvait éviter que la chambre devienne l'infirmerie sa me ferait fortement plaisir. Je sentais déjà la migraine pointé à l'idée du récit que j'allais devoir raconter. Oui alors en faite on était juste partit se balader, et puis après ba on c'est fais en quelque sorte attaquer, il y avait une couteau et puis enfin je t'expliquerais plus tard parce que là je ne veux qu'une seule chose dormir. Oui dans ce lit, dormir d'un sommeil profond sans rien qui puisse me dérange. Je serais rouler dans mes couvertures et rien que le silence et le souffle de ma camarade me bercerait...Je n'avais pas remarquer que Seven avait "repris ces esprits. Il m'avait attraper par la taille et aller m'embrasser lorsqu'une voix cassante s'éleva derrière notre porte.

"-Mademoiselle Hemson, Mademoiselle Glikger, extinction des feux."

Mince, je n'avais pas prévue ça. Mais alors pas du tout. Mon petit ami se jette sous mon lit. Je vois au regard de ma coloc' que sa va mal se finir qu'elle le sentais. Je lui fais un geste apaisant, il ne faut pas panique. Elle reprend sa lecture mine de rien. Je planque la trousse de secours. Ce qui est bien avec ce qui savent joué la comédie c'est qu'on les croit facilement. J'affiche un visage de fille qui ce sent pas bien. Je passe ma main sur mon front. Mes yeux gris voilaient par une douleur imaginaire...Quoi que...Vu le récit que je vais devoir expliquer oui je me sens pas bien. La surveillante entre ne prenant même pas le soin de regardé si elle nous dérange pas. Elle me regarde, ces yeux se plissent un instant. Ma coloc' me regarde. Elle parait inquiète. Bien elle semble m'aider pour le moment. Je regarde la surveillante et déclare d'une voix faible:

-Madame je ne me sent pas bien est ce que je pourrais aller prendre un peu l'air s'il vous plait ?

Elle hésite, je le vois dans ces yeux. Puis finalement elle fait signe de la suivre. J'hésite un instant c'est vrai quoi, j'ai mon petit ami en dessous de mon lit. Et ma colloc' n'a pas l'air de vraiment l'apprécier. Et puis zut je peux pas faire demi-tour. Je me lève et suis la surveillante, un denier regard vers mon lit et je referme la porte. La surveillante m'amène dans sa chambre et me donne un médicament. Elle prend ma température. Tout ceci prend un petit moment. J'espère juste qu'il a put sortir. Elle me demande si je veux rester ici, je lui réponds que je vais aller dans ma chambre pour me reposer. Le couloir est désert. Je m'avance jusqu'à ma chambre et toque tranquillement à ma porte, un peu faiblement peut être. J'attends une réponse de la part de ma colloc'. Espérons seulement que Seven est put sortir. J'entre finalement car rester à la porte de sa chambre c'est pas trop cool. Je reste sur le pas de la porte après avoir fermé derrière moi.




___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 1 Déc - 18:50

Raté.


Les secondes me paraissent des heures, tandis ce que, indécise, la pionne reste sur le pas de la porte, inspectant surement la pièce du regard pour voir si tout est en ordre. Pauline et sa coloc ne disent rien, surement sous le choc, bon, nous sommes des Molière non vous pourriez au moins feindre qu'il ne se passe rien d'anormal dans cette pièce non ? Je ne bougeais pas, retenant ma respiration du mieux possible, pour ne pas trahir ma présence. Avec un peu de chance elle ne m'apercevrait pas. Surtout si elle reste où elle est. Un pas de plus et elle peut facilement me découvrir, je ne suis pas très bien planqué finalement, j'aurais peut être dû prendre l'armoire, quoique je n'aurais pas eu le temps de toutes les manières, donc je n'ai rien à me repprocher de ce côté là. La belle blonde prend alors la parole, d'une voix faible et chevrotante :

"-Madame je ne me sent pas bien est ce que je pourrais aller prendre un peu l'air s'il vous plait ?"


Ah, bonne idée, éloigne là de cette salle. Pauline bluff, elle va totalement bien, tout ce qu'elle veut c'est libérer le couloir, mais si je pouvais lui éviter cette corvée, alors oui je l'aurais fait, bien que là je ne trouve aucune autre solution que d'inventer un gros mensonge. Les deux femmes s'éloignent les je n'entends bientôt que leurs pas qui claquent dans le couloir carrelé. Je m'extirpe doucement et prudemment du dessous du lit. Ah non, encore seul avec la fille bizarre, génial. Je m'approche lentement de la porte et saisit la poignée avant de me renfrogner. Merde alors, on a oublié un truc. Le couloir des filles est désert, oui bien sur, mais pas le mien, je sais que le pion a déjà entamé sa ronde de nuit et qu'il arrivera dans dix minutes vers ma chambre. Je ne peux pas passer par mon couloir, redescendre m'est donc inutile puisque je ne pourrais en aucun cas remonter par les escaliers. Je me recule et retourne près du lit. J'entends à nouveau les bruits de pas qui se rapprochent. En un bond je me retrouve derrière la porte qui s'ouvre sur Pauline. La blonde la referme directement derrière elle. Elle ne m'a pas encore vu. Je pose une main sur son épaule, elle sursaute.

"-J'espère au moins qu'elle ne va pas revenir."


Je regarde la fenêtre. Le seul moyen de sortir d'ici c'est par là. La seule issue. Lol, je me vois bien escalader la gouttière pour pénétrer dans ma chambre. Logiquement mon dortoir est attenant avec le sien, ma chambre est au même étage, encore heureux. J'ai juste trois fenêtre de femmes à traverser sur ma gauche et une de gars. J'espère que je vais pas leur faire peur. Le truc c'est que faudrait que les volets soient ouverts pour que je puisse me tenir à la barrière. Pauline, prends ton téléphone, t'as un coup de fil à passer ! Moi aussi d'ailleurs, faudrait que j'envoie un texto à mon coloc pour qu'il ouvre la fenêtre. Je prends mon blackberry et tape rapidement ces mots :

"Ouvre la fnetre vite c urgt !"


Après avoir rangé l'engin dans ma poche, je regarde Pauline. Et ouai, j'ai pas tellement d'autre choix, sauf si tu vois un moyen de faire partir le pion, mais passer par la fenêtre ne me dérange en aucun cas tu sais. Je passe mes bras autour de sa taille, je ne vais pas tomber, puis tu pourras suivre ma progression de ta fenêtre. Je lui chuchote doucement mon plan dans l'oreille. A ses yeux étonnés je vois qu'elle n'est pas d'accords. Je le ferais quand même alors au pire...

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Sam 1 Déc - 23:51

Je ne veux pas


Une main ce posa sur mon épaule alors que je venais de fermer la porte de ma chambre et je manquais de crier de surprise et de terreur temps je sursautais . Je me retourne vivement et observe mon petit ami. Mon dieu mais il est pas bien là j'ai eux une peur bleu là maintenant tout de suite quand ça main c'est posé sur mon épaule. Je regarde ma camarade de chambre celle-ci à l'air amusé que je sursaute ainsi. Grrr. C'est pas elle qui à eut peur. J'aime pas qu'on me piège comme ça. Je n'aime pas avoir peur ainsi. Déjà que la situation n'était pas comment dire stable sans aucun risque alors quand plus on me fasse peur non je ne le tolérerais pas. Bon stop on jarrette les tu m'as fais peur, je t'en veux.

"-J'espère au moins qu'elle ne va pas revenir."

Qu'est ce que tu crois mon chou moi aussi je ne veux pas qu'elle revienne . Déjà qu'elle me croit malade comme je ne sais pas trop quoi alors non merci je ne veux pas que cette vielle chouette revienne m’embêter, t’embêter, nous causer du tort. Car s'il t'arrivait un truc ici dans ma chambre je me sentirais coupable. Oui coupable. Il regarde soudain la fenêtre. Je comprend et la réponse est clair : hors de question. Je ne le laisserais pas faire ça. J'ai déjà eux mes émotions fortes des 10 prochaines années. Je refuse. Je sais qu'il le fera car je le connais assez pour ça et moi je sais que je ne veux pas même si c'est la seule solution. Je le hais là. Non mais je vous jure. Il prend son portable et envoie un SMS. Bon d'accord je comprend je n'ai plus le choix. Il me prend par la taille et me dis ces plans. je suis contre il l'a vu. Je lui murmure à l'oreille mon désaccord. Je suis contre. Je me recule et envoie des SMS à quelques personnes. Les volets ne seront pas fermés pour lui. Et je crois que les filles vont adorer ce passage. Mais je ne suis toujours pas rassurer. Je l'observe avant de me serrer contre lui. J'ai peur qu'il glisse, qu'il tombe. S'il lui arrive un truc je crois que... On le verra tout de suite, plutôt on l'entendra. Je le regarde mon regard gris plongé dans les siens.

-Tu es vraiment sur Seven ?

Je l'embrasse doucement. Je retarde un peu ce que je ne souhaite pas mais je sais que son surveillant ne va pas tarder. Déjà il part vers la fenêtre. Mon estomac se noue. Je le suis bien sage et j'attend. L'air est assez frais. J'ouvre la fenêtre et me prend une bourrasque de vent. Tout ce que je peux dire après ça c'est que je n'aurais plus besoin de faire semblant d'être malade car je suis bonne pour choper un rhume. Les filles ont fait comme j'ai dis.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tugdual d'Harrock
Elève Habitué ♪
♣ Messages : 197
♣ Date d'inscription : 11/10/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : In my dream


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Mer 5 Déc - 13:23

Je dois.

Pauline me chuchote un non catégorique. Je savais qu'elle serait contre. Elle aurait peut être peur de me perdre. Je lui souris, je vais y arriver, de toutes les manières je ne vois aucune échappatoire mise à part celle-ci. Parfois les choix sont Cornéliens, mais ici nous n'avons pas cette liberté, en ce moment présent je n'ai en aucun cas le choix. C'est ça, ou me faire punir, peut être virer, entrainant avec moi la douce Pauline et son innocence. Elle m'embrasse, je lui rends son baiser et plonge mon regard dans le sien. Après avoir saisi son téléphone et taper quelques mots j'entends des bruits de volets qui claquent au dehors. Les volets me sont ouverts sur des images interdites, que je ne regarderai en aucun cas.

"-Tu es vraiment sûr Seven ?"


Je m'avance près de la fenêtre. Certain, de toutes les manières, les seules issues sont les fenêtres, le seul moyen de quitter une salle dans laquelle je ne devrais même pas avoir pénétré, un endroit où les garçons sont maudits, adorés, pleurés, mais où aucun d'eux ne doit jamais mettre les pieds : une chambre de fille. Les pensées des demoiselles s'envolent au delà de la fenêtre et une bourrasque de vent entre dans la pièce. Je sens le regard des deux jeunes filles sur moi. Je ne préfère pas me retourner, ni répondre à sa question. Je lui enverrai un message dès que je serais arrivé dans ma chambre, c'est promis. J'ai envie de la prendre dans mes bras, de lui dire que je vais réussir, que ce ne sera pas long et qu'elle pourra suivre ma progression de sa propre fenêtre, mais j'hésite, et si je foirais ? Et si je tombe, je me fracasse en bas.

J'enjambe la barrière blanche dont la peinture usagée s'écaille faiblement de çà de là... L'air est frais mais je m'en fiche. Concentré plus qu'autre chose je m'accroche à la gouttière qui file un peu à gauche de moi et plaque mon corps entier contre la façade. Il faut que je ne fasse qu'un avec le mur, que nous soyons tous les deux en déplacement, mais que nos corps ne fassent qu'un. Mes pieds en mode danseuse étoile, je glisse le long du rebord. Ah si j'étais un Cygne, cela aurait été plus facile de passer, eux savent positionner leurs pieds pour qu'ils ne fassent qu'une seule ligne droite. Je passe devant la première fenêtre. J'aperçois les lits correctement alignés, l'exacte copie de la chambre de Pauline. Une jeune brune me regarde. Je ne tente même pas de sourire. Le vent me plaque contre le mur de crépis. J'avance lentement mais surement. Lorsque j'arrive près des fenêtres, je fais des pauses car les barrières sont des prises stables. Au bout de la deuxième, je remarque que la fenêtre est ouverte. J'entrevois l'horloge accroché au mur. Il me reste très exactement quatre minutes pour me faire deux vitres, aller, je repars. Je ne suis pas avantagé, d'autant plus que mon portable n'arrête pas de vibrer. Je sens l'emmerde du côté de ma chambre, et si le pion attendait ma venue dans la chambre ? Et que j'arrivais par la fenêtre ? Mais non Seven , calme toi je t'en supplie tout va très bien.

Enfin j'arrive devant ma fenêtre, celle-ci est ouverte. J'y pénètre en silence. Juste après avoir refermé la fenêtre j'entends la porte s'ouvrir. Je regarde mon coloc et me retourne. Ouf on a eu chaud. Le pion referme la porte après nous avoir regardé tous les deux. Bah quoi on est pas des monstres non plus. Mon pote m'explique pourquoi il est en retard. Il a prévenu un ami qui a fait genre de lui parler pendant dix minutes pour que j'ai mon temps. La classe... Je le remercie comme le font les garçons et prends immédiatement mon portable.

-C bon je suis arrivé. Bonne Nuit ma chérie, je t'aime.-


Envoyer. J'appuie sur le bouton et lance mon téléphone sur mon lit. Je me lave rapidement, brosse mes dents et retourne dans mon lit. Je rabas la couette sur moi et repense à cette soirée... Extinctions des feux. J'éteins la lumière de ma table de nuit et ferme les yeux, je suis fatigué, j'ai envie de dormir. Pourtant je n'y arrive pas, pourquoi ? Je ne sais vers quelle heure je réussis à m'endormir, mais ce ne fut pas l'heure à laquelle je m'attendais. Mon téléphone vibra. Je le regardais mais ne lu pas le message, la flemme de tendre mon bras jusqu'à la table.

[ Fin pour moi ]

___________
You'll be my satisfaction +
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais, il m’arrive parfois de rêver que je vole. Je commence par courir très très très vite, comme si j’étais surhumaine. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux et pentu. A la fin je cours si vite que mes pieds touchent même plus le sol. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   Mer 5 Déc - 22:29

Bonne nuit



Il enjambe la fenêtre, je l'observe à chacun de ces pas. Je stress...C'est normal ? Je ne sais point. Surement. Ma colocatrice vient me rejoindre et nous observons toute deux la scène. En faite c'est elle qui me donne son stress. Elle arrête pas de bouger au moindre truc. Hum... Bizarrement j'ai l'impression qu'elle a plus peur que moi. Je reçois un SMS de la part d'un amie. Je lui répondrais sûrement plus tard. Après ce qui me semble être une éternité il fini par rentrée dans sa chambre. Les volets ce claquent et je fais de même. Je ferme les volets et ferme la fenêtre. Je sent un regard se poser sur moi. Je me retourne et sans étonnement ma compagne de chambre m'observe. Je commence à lui expliquer toute l'histoire, bien sur j'enlève quelques morceaux de l'histoire parce qu'elle n'a pas non plus besoin de tout savoir sur tout. Mon portable vibre de nouveau. Mon dieu mais c'est qui qui me harcèle depuis tout à l'heure. Je dépose mon portable sur ma table et part me mettre en pyjama. J'en profite pour me laver, me brosser les dents et mes cheveux. Je finis par m'allonger sur mon lit et soupir. Cette journée à était éprouvante, trop à mon gout même et je m'en passerais bien justement. Je prends mes écouteurs et mets de la musique. J'en profite pour regarder mes messages.

-C bon je suis arrivé. Bonne Nuit ma chérie, je t'aime.-

Je l'avais bien vu qu'il était rentrée dans sa chambre. Heureusement qu'il va bien. J'ai eux peur quand même. Je me mets sous la couette et remet ma musique. Dans mes oreilles défiles des musiques plutôt calme. Si je veux dormir c'est pas avec du rock que ça va m'aider. Je pianote sur mon message :

-D'accord passe une bonne nuit, je t'aime

Envoyé. Je pose mon portable sur ma table de nuit et à mon tour je me laisse bercer par les notes de musique avant de sombrer dans les ténèbres du sommeil.


[fini]

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tristan & Iseult /pv Pauline/   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tristan & Iseult /pv Pauline/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» TRISTAN AND ISOLDE
» Tristan et Iseut
» Tristan ϟ Sans Iseult mais avec du charme !
» Iseult
» Petite Balade Avec Pauline (pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-