Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Elodie Desmoulins
Elève Connu ♪
♣ Messages : 265
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : 38


MessageSujet: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Dim 16 Sep - 14:34

Encore un matin pluvieux. Elodie commençait à s'habituer à ces matinées mornes et décolorées, le soleil ayant laissé place à une cape grise sur le ciel.

Chaque instant était plus ennuyeux que ceux d'avant, et le tout formait une masse d'ennui si considérable qu'elle en devenait abrutissante. Après avoir passé une heure ou deux à jouer du bout du doigt avec son oreiller, la jeune fille se leva mollement, s'accrochant à son armoire pour ne pas tomber. Les gouttes de pluie résonnaient inlassablement sur le toit du bâtiment, litanie répétitive et soporifique. Résistant difficilement à l'envie de se recoucher, l'actrice ouvrit ses rideaux avant d'observer sa chambre ; comme à l'accoutumée, elle était plutôt mal rangée - mais tout dépend de l'angle de vue que l'on avait. Elle jeta un coup d’œil las à son bureau et vit que la masse de devoirs qu'elle avait ne s'était pas amoindrie, loin de là. Elle s'habilla sans même regarder ce qu'elle mettait, saisit quelques livres au hasard puis sortit de sa chambre.

La jeune fille n'avait pas d'idée précise en tête pour réviser. Puis soudain, un lieu lui vint : la scène ! Après tout, la prof de français s'était mis en tête de faire réciter aux acteurs quelques pages d'un livre. Elle se dirigea donc vers la scène des Molière, son exemplaire du Horla à la main.

L'endroit était vide, comme on aurait pu s'y attendre : le théâtre n'était pas l'Art le plus couru de l'académie. Sereine, Elodie posa ses affaires sur une des marches qui servaient de tribunes, puis entra majestueusement en scène. Le public était là. Il l'observait... Ces instants, même imaginaires, procuraient la joie la plus intense qui puisse être à l'adolescente. Se campant face à son irréel auditoire, dans une pause théâtralement horrifiée, elle commença à réciter :

    J’ai vu des fous ; j’en ai connu qui restaient intelligents, lucides, clairvoyants même, sur toutes les choses de la vie, sauf sur un point. Ils parlaient de tout avec clarté, avec souplesse, avec profondeur, et soudain leur pensée, touchant l’écueil de leur folie, s’y déchirait en pièces, s’éparpillait et sombrait dans cet océan effrayant et furieux, plein de vagues bondissantes, de brouillards, de bourrasques, qu’on nomme « la démence ».


Ce texte était, pour elle, le plus émouvant qui soit. Si plein de justesse, il décrivait la folie à la perfection. Puis la jeune fille continua de déclamer. Tantôt heureuse, tantôt triste ou fatiguée, elle récitait inlassablement ces quelques phrases. Si extraordinaires.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

AA ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anna Wall' Stood
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1268
♣ Date d'inscription : 04/02/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'académie


MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Dim 16 Sep - 20:19

Horla ? Livre que je suis entrain d'étudier en cours.
Je regardais pas la fenêtre de ma chambre. La pluie, la pluie et encore ses gouttes d'eau interminables qui tombent sur les toits dans une symphonie imparfaite mais si douce à l'écoute. Je souris. J'aime bien la pluie, c'est lors de ces jours là que l'inspiration me vient. J'aime regarder le ciel couverts de cumulus gris, qui ressemblent à des cotons, ds nuages si moelleux qu'on pourrait s'allonger dedans, comme sur un lit d'eau. Je savais pas trop quoi faire. Aujourd'hui, c'est férié, donc on a pas cours. Mais les trois quarts des élèves restent dans leurs chambres puisqu'il pleut. J'ai peu de chance d'en croiser dans la salle commune et le silence et la sérénité me feront le plus grand bien. Je m'allonge lourdement sur mon lit. Quelque chose de dur se heurte à mon dos muscé. Je porte ma main et le tire. Oh mais je l'avais oublié celui là ! C'est le Horla de Guy de Maupassant, un livre que je suis entrain d'étudier car je trouve le spécimen très intéressant et surtout les scènes m'inspirent énormément. J'ouvre le livre et décale mon marque page à la dernière page. Je l'aime bien celui ci, il représente une bonne femme entrain de coudre avec son chat sur les genoux. Je sais pas pourquoi, mais j'aime bien l'ancien temps. Le temps où les nobles avaient de beaux vêtements, enfin encore fallait il être noble. Cette bonne femme je l'ai surnommé Katie, parce que ma Katie à moi adore la broderie et la couture et que c'est elle qui me l'a offert. Après avoir lu un chapitre, fort intéressant, je me décide à bouger un peu. Il faut que je me dégourdisse, sinon je me ferais vieux avant l'âge.


Je sors de ma chambre, mon sweat à moitié ouvert, es mains dans les poches et le sourire aux lèvres. Mhh oui, je sais où je vais aller. Dans un endroit calme où personne ne sera. A la scène privée, notre scène à nous, celle qui nous permet de faire ce que l'on veut, d'être une autre personne, d'être tout simplement qui on veut, de changer notre apparence, de changer notre caractère, de changer notre language, de devenir autre. Bref. Je pousse la porte de mon dortoir pour me retrouver sous la pluie. C'est le moment que je choisis pour me dire qu'un parapluie n'aurait pas été de trop. Je me met à courir sous la pluie, un peu comme un débile qui ne viendrait que de la remarquer. Me frottant aux murs pour ne pas être trempé jusqu'aux os. Lorsque la porte s'ouvre enfin, je vois que je ne suis pas seul, une jeune fille de ma classe, Elodie je crois, est entrain de réciter un texte à vois haute, et ce passage, je le connais. Je me cache derrière un fauteuil afin qu'elle ne me voit pas et attends, je ne voudrais en aucun cas troubler sa sérénité et son texte. Ma présence pourrait la perturber. Lorsque sa bouche se referme, et que ses mots s'estompent, je me lève en applaudissant puis me dirige vers la scène, par l'allée centrale. D'un pas théâtral, je gravis les marches qui me mèneront à la gloire (ou pas) puis vint me poster en face d'elle.


"-Je le tuerai. Je l’ai vu ! Je me suis assis hier soir, à ma table ; et je fis semblant d’écrire avec une grande attention. Je savais bien qu’il viendrait rôder autour de moi, tout près, si près que je pourrais peut-être le toucher, le saisir ? "


Voici les derniers mos que j'ai lu de mon livre. Je souris, moi aussi je lis le Horla ma petite, et j'apprécie fort ce livre, et vous ma chère ? Mon ton était plutôt rapide, et légèrement sacadé. J'aime bien prendre le ton du gars pressé, alors que je ne le suis pas du tout. Je passe une main des mes cheveux blonds et la regardent, attendant toute réflexion désagréable qui pourrait venir de la part d'une fille dérangée en pleine concentration.

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci ma Teny <3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be/

Elodie Desmoulins
Elève Connu ♪
♣ Messages : 265
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : 38


MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Lun 17 Sep - 18:27

A peine Elodie avait-elle fini de déclamer ces quelques lignes qu'elle vit surgir un garçon qui l'applaudissait. Si sa mémoire était bonne, il s'agissait d'Edward, un type de sa classe. Elodie esquissa une révérence, mais lui dut plus rapide : il grimpa sur la scène et, à son tour, récita quelques lignes de l’œuvre qu'ils étudiaient en cours.
    Je le tuerai. Je l’ai vu ! Je me suis assis hier soir, à ma table ; et je fis semblant d’écrire avec une grande attention. Je savais bien qu’il viendrait rôder autour de moi, tout près, si près que je pourrais peut-être le toucher, le saisir ?
Elodie sourit, enchantée. Ainsi, il voulait du théâtre ? Il en aurait. Se rapprochant de lui, elle joua la quiétude inquiète. La jeune fille aimait ce genre d'oppositions, créant toujours de belles choses en théâtre. Elle déclama un autre passage qui lui semblait plein de justesse, cette justesse de la folie en train de méditer.
    Pas de lune. Les étoiles avaient au fond du ciel noir des scintillements frémissants. Qui habite ces mondes ? Quelles formes, quels vivants, quels animaux, quelles plantes sont là-bas ? Ceux qui pensent dans ces univers lointains, que savent-ils plus que nous ? Que peuvent-ils plus que nous ? Que voient-ils que nous ne connaissons point ? Un d’eux, un jour ou l’autre, traversant l’espace, n’apparaîtra-til pas sur notre terre pour la conquérir, comme les Normands jadis traversaient la mer pour asservir des peuples plus faibles ?
Le texte la transportait. Il faisait visiter d'autres mondes, changer de vie durant un court instant. Le théâtre était fait pour les prolonger. Quoi de plus beau que d'aller sur scène ? Ce bonheur intense de voyager pour un moment, de voir des paysages que l'on était seul à connaître, d'éprouver tous les sentiments que l'être humain puisse connaître... Elodie savait que c'était sa voie, ce pourquoi elle était faite.

L'actrice se tourna vers son partenaire, interrogatrice, une lueur de terreur imaginaire au fond des yeux.


___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

AA ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anna Wall' Stood
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1268
♣ Date d'inscription : 04/02/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'académie


MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Mer 19 Sep - 12:39

J'en connais des centaines...


Ce livre tout entier n'est que folie à travers un agenda annuel. Enfin, Maupassant y confie ses journées, lui qui est devenu fou. Mais qui, mais quoi, mais quand ? Qui a donc bien pu vider la carafe d'eau pendant qu'il dormait ?

"-Pas de lune. Les étoiles avaient au fond du ciel noir des scintillements frémissants. Qui habite ces mondes ? Quelles formes, quels vivants, quels animaux, quelles plantes sont là-bas ? Ceux qui pensent dans ces univers lointains, que savent-ils plus que nous ? Que peuvent-ils plus que nous ? Que voient-ils que nous ne connaissons point ? Un d’eux, un jour ou l’autre, traversant l’espace, n’apparaîtra-til pas sur notre terre pour la conquérir, comme les Normands jadis traversaient la mer pour asservir des peuples plus faibles ?"


La nuit, le noir, sans la lumière de l'astre de la nuit réchauffant mon coeur gelé. Je me pose cette question. Mais qu'y a t-il au delà de l'homme, après un trou noir, aspiré, mais peut être arrivons nous dans un endroit si merveilleux que l'on ne veut plus repartir ? Comment sont les autres peuples, ceux des autres galaxies, arriveront nous un jour à communiquer ? Sont-ils plus avancés que nous ? Savent-ils que nous existons ? Existent-ils quelque part ou seulement dans l'imagination des humains rêveurs ? Pourquoi se contenter d'ici alors qu'on peut avoir ailleurs ? Pourquoi prendre moi quand on peut prendre plus ? Pourquoi faire le minimum, quand on peut le maximum. L'homme est un flemmard, il essaie sans cesse de gagner du temps, de tout faire faire par des robots, par le reste, pour qu'il n'ai plus qu'à croiser les pieds sous la table et attendre le diner que son cuiseur lui aurait préparé. L'homme n'est rien, par rapport à un autre animal. Prenons, disons, le loup. Le loup vit en meute, chasse en meute, a su trouver un dominant, nourrit d'abords les petits, migre en fonction du temps, et quand il est vieux, et bien il meurt. L'homme lui, essaie de lutter contre le temps, contre les marques de l'âge. Il essaie toujours de contrer la mer qui se déchaine, le vent hurlant et arrachant tout sur son passage. Nous tuons la nature, nous tuons les espèces, pour ne sauver que la notre. Mais tout ceci c'est d'un égoïsme profond. Je regardais Elodie et reprit :

"-Nous sommes si infirmes, si désarmés, si ignorants, si petits, nous autres, sur ce grain de boue qui tourne délayé dans une goutte d’eau."


J'avais choisis la phrase qui suivait, elle était pour moi, tout aussi belle que le reste du livre. Ne sachant trop que faire, je sautais de l'estrade pour aller m'assoir dans un des fauteuils si mœlleux dans lesquels on enfonce son dos pendant les représentations, en regardant les autres tourner, en souriant, en applaudissant, en ressentant un moment de pur bonheur, de joie intense, de vie, de liberté.

___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci ma Teny <3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be/

Elodie Desmoulins
Elève Connu ♪
♣ Messages : 265
♣ Date d'inscription : 17/07/2012
♣ Age : 18
♣ Localisation : 38


MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Mar 25 Sep - 18:00

    Nous sommes si infirmes, si désarmés, si ignorants, si petits, nous autres, sur ce grain de boue qui tourne délayé dans une goutte d’eau.

Elodie n'ajouta rien. Cette phrase était pour elle la parfaite conclusion de cette petite improvisation, composée sur le vif, pour rien. Edward s'étendit dans un des fauteuils moelleux qui garnissaient l'endroit, et la jeune fille s'avachit à son tour quelques mètres plus loin. Elle se contentait de sourire béatement, heureuse de son premier contact avec le théâtre depuis longtemps. Elle jeta un oeil au garçon, toujours installé.
    Ah... C'était cool, hein ?

La jeune fille ne trouvait pas grand-chose d'autre à dire, et elle se mit à observer pensivement, notant les moindres détails, la pièce où elle passerait dorénavant une grande partie de ses études.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

AA ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anna Wall' Stood
Elève Mythique ♪
♣ Messages : 1268
♣ Date d'inscription : 04/02/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : Dans l'académie


MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   Mer 26 Sep - 13:25

Ouai.
Je regardais la scène vide d'un nouvel oeil. Cette scène grouillante d'acteurs le soir d'une représentation, cette scène plongée dans le noir après les cours, cette scène où l'on vient parfois chercher le calme et la sérénité. Cette scène je la considère comme une confidente, on peut tout lui dire sans qu'elle ne répète quoi que ce soit. Elle est muette pour toujours et renferme de grands secrets dont personne si ce n'est elle ne connait l'existence. Non je ne suis pas fou je ne parle pas aux scènes, je veux dire exprimer ses sentiments, se défouler, rester là et déballer les choses qu'on a sur le coeur en théâtre. Je me demandais pourquoi les scènes sont rectangle. C'est vrai ça, une scène ronde, c'est stylé aussi, puis ça change. Elodie me regarda et me dit :

"-Ah... C'était cool, hein ?"


Elle venait de s'affaler dans un de ces fauteuils mous qui prennent votre forme lorsque vous vous allongez dessus. Rien de mieux pour s'enfoncer dans les doux tissus. Mouai, c'était cool ça laisse s'exprimer l'imagination, les sentiments qui sont en vous et qui ne sortent pas, telle une soudaine mélancolie que vous n'aviez pas encore remarquée chez vous, des caractères nouveaux, c'était génial.

"-Ouai, j'aime bien ce livre."

Sérieux, avouez, il est cool ce livre. Il est pleins de sentiments indescriptibles, de folie, de, de verre d'eau vide... En fait il est super court ce truc. Enfin les livres sont parfois glauques, certains carrément ennuyant, surtout ceux que les profs nous donnent à lire. Mais je sais pas pourquoi, lui, j'ai trop accroché. Il éveillent en moi des sentiments nouveaux. Je regardais Elodie sans trop savoir quoi lui dire. Je ne reste pas souvent avec les élèves de ma maison, je préfère m'ouvrir aux autres "cultures", aux autres arts. Des arts comme la musique ou la danse, mais je préfère parler avec les Baudelaire, c'est en quelque sorte eux qui écrivent nos pièces, puis ils ont un sacré vocabulaire et surtout ils connaissent un paquet de chose, c'est inimaginable. Je me demande si de toute ma vie j'arriverai à en savoir autant que certains. Non mais sérieux ils vous déballent de ses trucs à vous laisser suspendu à leurs lèvres, bouche bée. Eux doivent nous prendre un peu pour des débiles dans ces moments là. Ce n'est pas tellement que je n'osais pas parler à cette demoiselle, c'est surtout que je n'avais pas envie de parler. J'étais venu pour trouver le repos, mais nous étions deux à avoir eut la même idée. Je n'allais pas me taire par manque de politesse, mais au moins rester ici, si ce n'est lui parler un peu, si elle engage la conversation bien sur.


___________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci ma Teny <3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerre-des-clans.forum-gratuit.be/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Génial. J'ai toujours aimé apprendre des trucs par coeur. [Edward Seven]
» Jackson - Je t'aime, je t'ai toujours aimé et je t'aimerai toujours
» Loup y est tu ? [Libre]
» Un jour je grandirai, mais tu seras toujours ici, au centre de mon coeur...
» Athala + Nous tombons toujours pour mieux apprendre à nous relever ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-