Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Sam 17 Nov - 19:34

C'est l'heure d'entrer en scène. Le rideau se lève et Mélusine apparaît aux yeux des spectateurs. On n'existe vraiment qu'à partir du moment où les autres nous voient et nous admettent en tant qu'être humain. Quand un enfant naît, il n'a pas par exemple un jour ou deux, ou une semaine. Il a en réalité plus de neuf mois, mais cela passe au dessus des esprits de tous. On ne vit que grâce au regard des autres ; seul, on n'est plus rien. Enfin, cela est vrai pour la quasi-totalité de la population mondiale. A méditer.
Après avoir été oubliée parce qu'elle fuyait les gens et restait dans l'ombre, la brunette s'est de nouveau montrée à la face du monde. Il fallait bien qu'elle se montre de temps à autre, histoire de se rassurer un peu. Histoire de penser qu'elle vaut mieux que la plupart des gens qu'elle a pour habitude de croiser. Ne la jugez pas trop vite, elle n'est pas narcissique. Elle est simplement triste de constater que les individus ne savent plus ce qui est bon pour eux et préfèrent se raccrocher à des choses inutiles et futiles plutôt qu'à ce qui est réellement important. Plus important que les ordinateurs, plus important que les téléphones, que le regard des autres ou que le confort. Plus important que la mode. Plus important que l'argent. La liberté totale. Pour en revenir à cette fille, il était temps pour elle de voir si elle était apte ou non à cohabiter à nouveau avec ceux de sa race. Pour cela, rien de mieux qu'un travail, histoire de retrouver une routine, conception totalement typique de l'être humain. Les cigarettes étaient aussi un bon moyen de se "re-socialiser". Elles vous attribuent l'étiquette de Fumeur, vous rendant ainsi plus humain que jamais. Aucun autre animal sur Terre ne fume. Les clopes montrent aux autres que vous êtes comme eux, dépendant à des choses superflues. Dans le cas de Mélusine, elle ne cherche pas à prouver aux gens qu'elle n'est pas une bête, mais elle leur laisse croire que c'est le cas. Quand elle mange en société, elle est propre. Quand elle tousse, elle le fait délicatement. Elle se retient de péter ou roter si des personnes l'entourent. Constater que tout le monde tombe dans son piège la fait bien rire, car en réalité, quand elle se retrouve seule avec elle-même, plus aucune règle n'a d'importance. Elle fait ce qu'elle veut sans avoir à subir les jugements ses autres. Elle n'a pas de normes à respecter, si ce n'est celles qu'elle s'impose. Et au fond, c'est ça qui lui fait le plus de bien. Sérieusement, qui ne rêve pas de ça ? Qui est assez fou pour ne pas être attiré par une vie semblable ? A méditer aussi.
Mélusine prit son sac, son skate et sortit de sa chambre d'hôtel. Elle ferma la porte à clé derrière elle : les Hommes sont voleurs. Une musique lui trottait dans la tête. Elle ne savait pas exactement ce que c'était, ni d'où ça sortait, mais ça la faisait sourire alors elle se mit à chantonner à voix haute. Dehors ils faisait un peu frais. Pas froid, mais frais. Le froid vous fait contracter vos muscles si violemment que vous en convulsez presque. L'air frais vous picote seulement la peau et vous fait vous sentir bien vivant. Board sous le pied, Mélusine se mit en direction de l'école. Elle avait demandé le chemin à un petit vieux la veille, et comme son cerveau lui permettait de se souvenir du chemin, ce fut un jeu d'enfant pour arriver devant l'académie. Elle y arriva tellement tôt par rapport aux horaires d'ouverture qu'elle se mit à faire des figures histoire de faire passer le temps plus vite. Dire que certaines personnes comptent le temps seconde par seconde tant ils en ont besoin pour accomplir leurs méfaits malsains, ou réaliser des projets aussi stupides que le fait de dire Bonjour à quelqu'un tout bêtement pour prouver qu'on fait partie de la race des Hommes ... Ces personnes haïraient Sacha à coup sûr. Ce bout de femme déteste être pressée, alors plus on la force à aller vite, plus elle fait les choses tranquillement. Contente des tricks qu'elle avait réussi à rentrer, la jeune femme s'arrêta un peu pour fumer. Elle était assise, la clope dans la bouche, quand un gamin passa à côté d'elle. Elle ne fit pas vraiment attention à lui, jusqu'au moment où elle put entendre ce qu'il disait.

« Un lapin anormalement grand grignote une cacahuète acidifiée, et moi j'ai un pull avec des motifs bateaux. »

Il avait effectivement un pull avec des motifs bateaux, mais où était le lapin ? Cinglé le môme ? Elle finit de fumer sa clope posément sans se soucier plus du sort de cet enfant étrange. Ce n'est que quelques minutes après que les gamins commencèrent à arriver. Ils s'amassaient vers Mélusine, grouillant comme des fourmis furtives fourmillant dans un farfouillis de feuilles fines et fanées. Bien sûr, tout cela n'était qu'une image, mais c'était désagréable comme sensation. Une pensée lui traversa l'esprit. Elle était venue en skateboard ... Le directeur ou la directrice le lui reprocherait sûrement : il fallait cacher ce petit bijou de transport. Mélusine attrapa un jeune qui lui semblait toutnà fait normal par le bras assez doucement, étala un sourire gentil sur sa face , plongea son regard directement dans celui de l'adolescent et lui montra sa planche.

« Dis, tu sais pas où je pourrais planquer ça par hasard ? »

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Jeu 22 Nov - 11:25

C'était un début d'année, je me leva très tôt, je me prépara et alors que j'eu finis, je remarqua que j'avais encore beaucoup de temps devant moi. Ma mère était encore en train de dormir. Je retourna dans ma chambre et pris ma guitare et joua mon air habituel. C'était un air assez triste et assez calme... Je joua jusqu'au moment de partir. Je partis donc, je n'étais pas très loin de l'académie ce qui fait que j'arriva très vite devant les grilles. J'avais hâte de retrouver mon dortoir. Je soupira.
Quand j'arriva devant les grilles, tous les élèves ou presque était là, à s'agglutiner. Je n'aimais pas me fondre dans la masse, je préférais être dans un coin, seul et surtout tranquille. Mais pour aller dans mon coin tranquille, il faut passer dans la le troupeau. Alors, je pris mon courage à deux mains et je le traversa. Mais je sentis, d'un coup, une main me prendre le bras, doucement. Je me retourna pour pouvoir réprimander le plaisantin mais je trouvais une jeune femme, qui devait avoir dans la vingtaine. Elle me demanda alors quelque chose de bizarre...

« Dis, tu sais pas où je pourrais planquer ça par hasard ? »

Je la regarda, j'étais très surpris de cette question... Je regarda le skate de la jeune femme et réfléchis... Où est-ce qu'elle pouvait le cacher... Puis j'eu une idée... Dans mon coin tranquille, il y avait un muret de pierre, sauf qu'il y a une pierre qui se retire très facilement et lorsqu'on ouvre, il a un très grand espace, je mets souvent quelque dedans... De l'argent ou autres. Je soupirais et pris le bras de mon aîné et on s'enfonça dans le troupeau. Je ne la lâchais et lorsque l'on arriva enfin à sortir de là, je la lâcha et me dirigea vers mon muret, regarda autour pour voir si personne ne me regardait et ouvrit ce petit coffre. Je me retourna vers la jeune femme et alors je lui dis, assez sèchement et froidement:

« Voilà la cachette idéal pour votre petit bijou. Mais vous gardez cette cachette pour vous... »

J'allais partir mais j'attendis d'abord qu'elle me dise qu'elle garderait ce secret pour elle...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Ven 23 Nov - 19:45

Le regard du jeune homme passa de la jeune femme au skate. Il parut surpris de la question. En même temps, qui ne le serait pas ? On ne vous demande pas tous les jours, sûrement avec un air suspect en plus, si vous connaissez une bonne planque. Le jeune homme soupira et il prit le bras de la fille des bois, l'emportant avec elle dans cet amas grouillant de gosses. C'était comme dans les films. La brunette s'imaginait au coeur de la forêt amazonienne avec des branches à découper à la machette, suivant un guide qui connaissait les environs par coeur. On te barre le passage ? No problem : Vlan, coup de lame dans ta face ! Sauf qu'elle ne se trouvait pas au milieu d'une forêt d'arbres, mais d'êtres humains, et la seule arme qu'elle possédait était sa board. Quand au guide, il n'étais pas aussi grand et musclé que ce qu'on a l'habitude de voir à la télé. M'enfin, elle s'en fichait : ça lui convenait ainsi. Une fois sortis de la jungle humaine, le jeune lâcha le bras de la femme. Elle prit une grande respiration, histoire de consommer un air frais et pur, qui n'était pas pollué par le CO2 que rejetaient tous ces rejetons. Le garçon se dirigea vers un petit muret en jetant des regards furtifs autour de lui. Mode James Bond. Il avait quand même l'air un peu louche comme ça ... Mais cela ne regardait pas Mélusine. On a tous des choses à cacher, y compris ce garçon. Elle se rendit compte qu'il était vraiment très gentil. Il aurait pu l'envoyer balader, comme la plupart des sales gosses de nos jours. Ils se croient tout permis et pensent mieux valoir que les adultes. Ils n'y portent aucun respect et font leurs kékés en s'imaginant être intouchables. Le pire dans tout ça, c'est que les parents de ces mioches les soutiennent dans leurs conneries, pour la plupart. Bravo l'éducation. Ce qui se passa ensuite émerveilla la sauvage. L'adolescent retira une pierre du petit muret. Automatiquement, Mélusine s'approcha pour mieux voir. Le gentil monsieur qui se trouvait devant elle se retourna et lui fit face, l'air presque grave. Ce qu'il allait lui dire était important. Très important. Il fallait que la fille l'écoute de toutes ses oreilles, ce qui fut le cas.

« Voilà la cachette idéale pour votre petit bijou. Mais vous gardez cette cachette pour vous ... »

Bingo. La femme avait vu juste. Cet endroit était presque sacré pour lui, alors elle avait intérêt à se plier à ses exigences. C'était hors de question qu'elle ne respecte pas les clauses du contrat. Mélusine mit sa main sur son épaule et se plia légèrement en deux, de manière à avoir son visage au même niveau que celui du jeune homme. Elle affichait sur son visage l'air le plus solennel et sérieux qui soit. Il fallait qu'il comprenne qu'elle n'exprimerait pas ce qu'elle avait à dire à la légère. Ça venait du coeur.

« Regarde bien la sincérité dans mes yeux. Tu en as ma parole. Je te le jure, personne ne saura ce qu'il y a ici. »

Elle se redressa et déposa sa planche dans le sanctuaire du garçon. Elle espérait également qu'il avait compris qu'elle ne rigolait pas avec ce qui est important aux yeux des autres, avec les choses qui tiennent à coeur. Se retournant doucement, la jeune femme s'adressa à nouveau à son interlocuteur.

« Tu préfères être là quand je le récupérerai, histoire de vérifier si je ne te vole rien, ou tu me fais confiance ? Ah, j'allais presque oublier : Mélusine, enchantée. Et tu peux me tutoyer. »

La fille lui fit un sourire honnête et doux. Les sourires sont importants dans toute relation. Ils mettent généralement en confiance et incitent l'autre à s'ouvrir. Mélusine espérait que ce serait le cas avec ce sourire là, face à ce garçon. De toute façon, s'il refusait de se dévoiler davantage, ça ne poserait pas de problèmes à la brunette. Il avait tout de même accepté de lui montrer sa cachette, et c'était déjà bien au delà de toute espérance.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Mer 23 Jan - 20:02

Je soupira tendis qu'elle mit sa main sur mon épaule et qu'elle se mit à ma hauteur... Je regarda les jeux de la jeune femme puis la main qui était sur mon épaule...

« Regarde bien la sincérité dans mes yeux. Tu en as ma parole. Je te le jure, personne ne saura ce qu'il y a ici. »

Elle était sincère et cela ce voyait. J'avais eu raison, elle était très sympa... En général, je déteste les adultes, mais elle... Elle était différente... Et cela se voyait rien qu'avec son skate... Quel adulte pourrait se déplacer avec? Elle continua.

« Tu préfères être là quand je le récupérerai, histoire de vérifier si je ne te vole rien, ou tu me fais confiance ? Ah, j'allais presque oublier : Mélusine, enchantée. Et tu peux me tutoyer. »

C'était quoi cette question? Je savais que je pouvais lui faire confiance... Donc pas besoin que je sois là pour récupérer cet objet. Mélusine... Un chouette prénom... J'aimais ce prénom... C'est bizarre... Habituellement, je déteste les adultes et là, je rencontre une adulte en qui j'ai confiance et elle porte le prénom de fille que je préférais... Bah... Coincidence... La tutoyer? Hors de question... Je suis trop 'poli' pour ça!... Mais bon...

« Kilian... C'est mon nom... Vous pouvez récupérer votre objet sans moi... Je ne crois pas que vous soyez comme ces voleurs à la noix... M'enfin... Et non, je ne vous tutoierais pas... Mais dites-moi, et excusez-moi ma curiosité, mais je ne vous ai jamais vu par ici... Vous venez travailler ici? »

C'était une question qui me trottait depuis un bon moment déjà, lorsque je l'avais entre vu... Je referma mon 'coffre' et m'assis dessus l'air de rien. Je fis de la place à Mélusine pour ne pas qu'elle reste debout... La grille n'allait pas encore s'ouvrir, nous étions en avance... ou eux en retard... Je voyais tous ces élèves avec leur portable même des fois avec leur deux portables... Que c'est inutile... Je n'en ai pas et je m'en porte très bien! Que des Idiots! Je posa mon sac et l'étui de ma guitare à côté de moi, sortis mon instrument et commença un air doux et apaisant. Je n'aimais pas en faire en public mais avec tout ce raffut, seul Mélusine l’entendrait. Je la regarda, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sacha McCandless
Surveillante
♣ Messages : 72
♣ Date d'inscription : 12/11/2012


MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Dim 3 Fév - 11:15

Le garçon semblait indécis, timide ou réservé, Mélusine ne savait pas trop. Il lui répondit en hésitant, ou du moins, ce qu'elle prit pour de l'hésitation.

« Killian, c'est mon nom. Vous pouvez récupérer votre objet sans moi, je ne pense pas que vous ne soyez comme ces voleurs à la noix. M'enfin. »

La femme avait envie de lui dire de se méfier des gens. Ils vous sourient en face mais crachent dans votre dos sans aucun scrupule. Ils sont faux et malhonnêtes la plupart du temps. Certes, certains ne sont pas comme ça, mais la plus grosse partie des hommes ne sont que pur égoïsme. Simplement Mélusine se retint de lui faire cette remarque. Elle ne voulait pas qu'il doute d'elle car il était le premier contact qu'elle avait ici, à l'Académie, et il pourrait sûrement l'aider à s'y retrouver un peu. D'autant plus qu'il éprouvait cette aversion pour les voleurs. Quel type de voleurs ? Ceux qui volent pour s'enrichir ou ceux qui volent pour survivre, à défaut de pouvoir faire autrement ? Car la jeune femme avait maintes et maintes fois volé, sauf qu'elle se rangeait dans la seconde catégorie. Il est dur de survivre dans une ville sans aucun rond. Kilian devant sûrement détester ceux de la première catégorie, car il semblait être un garçon à principes. Ce qu'il dit ensuite confirma cette hypothèse émise par la brunette.

« Et non, je ne vous tutoierai pas. Mais dites-moi, et excusez ma curiosité mais je ne vous ai jamais vue par ici ... Vous venez travailler ici ? »

Un autre sourire se fit sur le visage de Mélusine. Très poli, ce brave petit. Et assez observateur également, visiblement.

    « Oui, un monsieur en ville m'a indiqué que l'Académie avait besoin de surveillants, alors je viens postuler. Mais bon, je pense pas faire bonne figure avec mon skate, j'ai la même tête et la même dégaine que les élèves ! »

Mélusine rit doucement, découvrant ses dents étonnement blanches et bien rangées. Kilian referma son coffre fort, sa boîte à trésors et s'assit dessus, comme si de rien n'était. Comme s'il n'y avait jamais eu cette ouverture dans le mur. Histoire de préserver ses secrets. Il laissa toutefois une place à la future nouvelle surveillante, car elle comptait bien avoir le poste. Le garçon, au lieu de sortir un téléphone portable comme la plupart des mioches l'auraient fait, sortit sa guitare de son étui. Il entama un morceau doux et apaisant, rappelant à la fille les mois qu'elle avait passés dans la nature sauvage et impitoyable. Elle ferma les yeux et revit les champs oubliés des hommes, dorant sous le soleil. Elle se rappela la forêt fraîche et réconfortante d'un chaud mois de Juillet. Les odeurs assaillirent sa mémoire, la sensation d'une brise légère lui frôlait le visage. Elle n'entendait plus rien, elle ne percevait plus ce bourdonnement sourd produit par les élèves et leur chahut. Elle se concentrait seulement sur le chant des oiseaux et la musique de Kilian. Sa voix se libéra lentement, laissant une mélodie mélancolique et pourtant heureuse et belle s'élever dans les airs, s'alliant avec le son de la guitare. Elle savourait ce moment et remerciait intérieurement le garçon de pouvoir le lui offrir. La musique se termina. Mélusine rouvrit les yeux et se tourna vers Killian, les yeux pétillants.

    « Je peux jouer un morceau aussi ? Parce que oui, en plus de skater, je sais jouer de la guitare ... »

En réalité, Mélusine savait faire un nombre presque incalculable de choses. Elle avait eu la chance de pouvoir apprendre à dessiner, peindre, chanter, jouer toutes sortes d'instruments, skater, taguer, danser et plein d'autres choses encore durant les voyages qu'elle avait faits tout autour du monde. Elle avait amassé toutes ces connaissances et ces techniques comme un trou noir aspire les étoiles, sachant pertinemment qu'au delà de 25 ans, on n'est plus capable d'apprendre. Sa soif d'apprendre de nouvelles formes d'art se mariait à la perfection avec sa capacité à assimiler les choses, et son habilité à reproduire ce qu'elle voyait. Sans compter son imagination débordante. La brunette pouvait créer un monde qui n'appartenait qu'à elle en seulement un battement de cils. Peut-être pouvait-elle inviter Kilian dans sa bulle pour un moment, s'il acceptait de lui prêter son précieux instrument ? Elle savait exactement ce qu'elle voulait jouer. C'était une chanson qu'elle avait appris avant de quitter l'Angleterre, celle qui l'avait décidée à tout abandonner pour s'adonner corps et âme à la survie. Il s'agissait d'une histoire de société de consommation. Une société folle et creuse. Society, d'Eddie Vedder.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci mes enfants, je vous aime tellement ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   Lun 4 Mar - 13:33

« Oui, un monsieur en ville m'a indiqué que l'Académie avait besoin de surveillants, alors je viens postuler. Mais bon, je pense pas faire bonne figure avec mon skate, j'ai la même tête et la même dégaine que les élèves ! »

Je refermai mes yeux. Je ne voulais entendre que le son de ma guitare, ces fourmis sont vraiment bruyantes, mais j'avais l'habitude et me concentra plus intensément sur la mélodie que je jouais. Je rouvris un peu les yeux, sans pour autant arrêter de jouer, et les mis sur la jeune femme qui avait, elle aussi, ses yeux fermés. Un léger son sortait de sa bouche malgré qu'elle soit close. Elle se fondait dans la musique parfaitement. Je souris légèrement et retourne dans ma méditation musicale. Je finis alors ma musique et rouvre alors les yeux. Le brouhaha revient à mes oreilles. Je rageai légèrement qu'ils fassent autant de bruit. Lorsque j'entendis la voix de Mélusine qui me fit légèrement sursauter.

« Je peux jouer un morceau aussi ? Parce que oui, en plus de skater, je sais jouer de la guitare ... »

Je fronçai les sourcils... Je n'avais jamais prêter ma guitare... J'hésitai... Qu'est-ce que j'allais faire?... Je me le demandai vraiment beaucoup. J'hésitai encore un peu avant de lui donner en lui posant la question suivante:

« Tenez et faites attention, s'il-vous-plait... Vous allez interpréter quelle musique...? »

J'espérais la connaître, mais bon, comment connaître toutes les musiques même si je faisais partis de Maison Beethoven... Je soupirai un peu. Je n'aimais pas l'idée de lui laisser ma guitare. Ma guitare, je la tenais de ma mère tout comme ma soeur... Luna... Je ne savais toujours pas où elle était et si elle allait bien... J'avais presque peur qu'elle n'est eu des ennuies... Je re-soupirai.


[désolé du retard et la simplicité de mon rp]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur ma planche à roulettes, je suis le chevalier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonjour à tous je suis le chevalier Erwann de l'Hermine
» Une question que je me suis toujours posée...
» Noob, je suis un noooob!
» Un honorable chevalier
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP abandonnés-