Winter -014-015 - Pear, Spark & Lastie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Jeu 6 Mar - 15:31

James était préoccupé. Ca c'était passé il y a peu de temps encore. Hadley, un élève de son cours de math s'était fait agressé dans une des rues près du cinéma. C'était atroce. L'académie venait de vivre quelque chose de très sombre. Mais ça l'était plus encore pour Pauline. C'était aussi une de ses élèves et non seulement elle avait été très proche du garçon mais en plus, elle était là lorsqu'il avait été tué. Le professeur de math frissona. Ca le rendait complètement malade. Parce qu'il savait ce qu'on pouvait ressentir en perdant un être cher et qu'elle était encore si jeune...
Depuis, cela lui arrivait souvent de passer prêt des dortoirs des Molière pour s'assurer que tout se passait bien. De toute manière, le sommeil ne venait pas souvent pour le jeune professeur. Il avait justement décidé d'un peu sortir dehors avant de passer près des dortoirs quand il l'avait apercu. Un élève, ou plutôt une élève, perché sur le toit. Ce qui était totalement interdit et très dangereux bien évidemment. Il pouvait apercevoir la silouhette et ses cheveux volés au vent. Il regarde la silouhette s'approcher du bord, de plus en plus près... James se précipite dans le batiment. Pitié qu'il ne soit pas trop tard. Pas une deuxième catastrophe en si peu de temps. Il monta les escaliers quatre à quatre priant pour se souvenir du chemin qui le menerait jusque sur les toits. Pour une fois dans sa vie, il aurait aimé trouvé son chemin très rapidement mais il du à deux reprises rebroussé chemin avant de trouver enfin l'étroit escalier interdit au élève. Il était tout rouge et essouflé à force de courir. En effet, la condition physique du jeune professeur laissait à désirer, surtout ces derniers temps ou il lui arrivait même de s'évanouir à l'occasion. Il ouvrit brusquement la porte, le vent froid de la nuit lui giflant le visage. Devant lui, les bras écarté, ses cheveux blond un peu cendré volant librement, Pauline Hemson pleurait. Un souvenir frappa James avec violence.

Une douleur dans le ventre, qui remonte jusqu'au coeur. La douleur, seul. Est ce une preuve que je suis encore en vie ? Ou ne suis je plus rien ? Jamais. Je frappe le sol de toute mes forces. Douleur. C'est tout ce qui me rappelle que j'existe encore. Je hurle. J'ai mal. Le sol est rouge. On dirait presque qu'il saigne. Mais lorsque je tourne mes paumes vers moi je vois le sang qui s'en échappe. Sa me rappelle cette fleur rouge qui a poussé sur sa robe. Je hurle encore plus fort, je me jette contre le mur. Ma tête... La douleur vibre au plus profond de moi. Seule la voix de ma cousine me raccroche à la réalité. J'ai mal... Je la vois derrière un épais brouillard. Sauf qu'elle est morte. Morte... Je sombre.

Il s'approcha de Pauline, affrontant le vent violent. Son coeur battait dans ses tempes et avec un regain d'énergie, il fit quelques pas supplémentaire. Il souffla fort, comme pour attrapper plus d'air, à bout de souffle. Il s'arrêta à quelque pas à peine d'elle, lui fit par dessus le vent :

“ Recule, c'est dangereux !”

Elle était là. Si près du bord. Combien de fois y avait il pensé. Il suffisait d'un pas et toute la douleur s'arrêterait. C'était si tentant. Il regarda le sol en bas. Si loin. Ca lui avait effleuré l'esprit. Lorsque tous ses rêves à lui s'était brisés. Elle aussi était brisée. Il ne pouvait même pas imaginé la douleur qu'elle pouvait ressentir. Ca lui arrivait si vite. Si jeune. James savait à quel point les deux jeunes avaient été proche. A quel point ils s'entendaient. Il posa doucement sa main sur l'épaule de la jeune fille, en essayant de ne surtout pas la brusquée. Il se rappelait qua sa cousine avait fait exactement le même geste plus de 2 ans auparavant.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Jeu 6 Mar - 17:03




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Envole





Marre…Marre de broyer du noir, de rester enfermé dans sa chambre. Marre de la musique qu’elle essaye d’écouter, marre des pièces de théâtre qu’elle aimait autrefois, marre de son frère, de ses amies, marre des cours, de sa famille. Marre de la vie.
Pauline a fait un effort aujourd’hui, l’effort de la belle mort. Ses cheveux blond lisses et libres sont démêlés de tous les nœuds, son visage de porcelaine n’a plus les traces de maquillages qui coulent. Elle est vêtue d’un fin tee-shirt nord avec la langue des Rolling Stones et elle porte un jean moulant, son ancien préféré. Des baskets qu’elle avait achetés il y a peu. Pauline aurait pu passer pour la fille qu’elle était avant. Avant l’action. Pas avant lui car avant lui c’était une autre fille. Le tee-shirt aurait été plus décolté, les chaussures, des bottes à talons hauts et un maquillage discret mais présent. La elle était dévêtue de ce qu’elle avait été, de ce qu’elle ne serait plus jamais.
Elle claque la porte de sa chambre, ses affaires dans un coin ne représente plus rien. Elle à tout simplement délaissé son porte bonheur qui était le bracelet de son frère.
Elle s’avance et prend un chemin peu utilisé, peu fréquenté, normal il est interdit aux élèves. Personne ne fait attention à elle, elle est fantôme, elle n’est plus. Et c’est juste son enveloppe corporelle dont-elle veut se débarrasser. Elle se fou de l’opinion qu’elle va donner, de la tristesse que cela va provoquer. Après tout qui va être triste à par peu être son frère ? Et encore il va vite l’oublier car Ambroisia sera présente et il oubliera. Point.
Elle gravie les marches de pierre une à une. Comme pour prendre sa véritable décision, elle va doucement et le trajet dur, dure. Puis la porte se présent, grosse et froide. Il est peu être temps de la pousser. Une grosse bourrasque de vent la cueille mais elle n’y prend pas garde, le froid l’entour et la réchauffe dans sa conviction. Le monde n’a plus de gout, plus de saveur.
Elle s’avance, ses chaussures frôlent les cailloux. Elle lève un pied et prend appuie puis s’élève un peu plus vers le ciel. Le vent souffle fort mais du mauvais coté. Au lieu de la pousser on dirait qu’il la retient. Mais laisse la elle doit partir. Elle n’entend pas la porte qui s’ouvre derrière elle, elle se concentre sur sa vie à l’académie, ce qu’elle a vécu, ce qu’elle aurait pu vivre, elle doute, ne serait-ce qu’une fraction de seconde mais elle ne veut plus douter, elle veut partir. Certes il y a un autre moyen genre coupage de veine et sang à gogo, ou mort avec les cachets mais non car quelqu’un pourrait la sauver alors que la, il n’y a personne. Ils sont tous en vacances, au cinéma, en ville…Au bar. Le bout de ses pieds dépasse. A la une, a la de…Elle sursaute. C’est quoi cette main qui l’attire en arrière. Elle se retourne brusquement et manque de valser en arrière mais la main la retiens de nouveau et l’oblige à s’éloigner du ciel de la délivrance.
Ses cheveux blonds voltigent devant-elle et elle ne voit plus rien. Elle ne sait pas qui est le c*n qui a fait ça. Qu’il se casse bordel. Les yeux de Pauline ne connaissant même pas encore l’identité de la personne lancent des éclairs. Elle les écarte d’un geste rageur, ses larmes se ravisent de sortir pour le moment, elles font barrage pour mieux couler dans quelques instants.
Qu’est ce qu’il fou la ce pas doué ? Qu’il retourne en bas comme il l’a toujours fait, qu’il s’enfonce dans le sol et qu’il la laisse faire l’envol de l’ange. Barre-toi !!!
James MacBond ce tenait devant-elle. L’air plus…Fort que d’habitude. Quel idiot, qu’il retourne à ses cours. Ah oui…C’est son prof de math...Enfin c’était car bientôt se ne serait plus. Elle allait devoir faire ce qu’elle détestait le plus jouer la comédie…Non ce n’est plus ce qu’elle aime. Le miroir c’est fendu et laisse place à la Pauline vulnérable. Elle pensait le dire d’une voix normal et monotone mais ce n’est qu’une froide tristesse qui lacère le prof avec son picotement qu’elle provoque.

-Qu’est-ce que vous me voulez vous ? Retournez à vos maths et foutais moi la paix !!

 

Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Pauline Hemson le Ven 7 Mar - 9:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Jeu 6 Mar - 19:53


Lorsqu'elle se retourne, James voit dans ces yeux qui le regardent, comme un monde d'incompréhension. Ca fait mal n'est ce pas ? C'est une douleur qui ne diminue pas avec les années malheureusement. C'est dur de n'avoir même pas le temps de dire aurevoir. De juste vivre alors qu'on préfèrerait que ce soit l'être aimé qui vive. Elle repousse ses cheveux en arrière avec violence. James se sent mal et pourtant il reste ferme. Il ne peut pas la lacher. Pas maintenant. Pas après ce qui est arrivée. D'un autre côté, est ce qu'il a raison ? Est ce qu'il ne serait pas préférable pour elle de sauter. Cette douleur qui habite le professeur, est ce qu'elle parviendra à la supporter un jour ?

- Qu’est-ce que vous me voulez vous ? Retournez à vos maths et fouté moi la paix !!

Ca serait plus simple. Fermer les yeux, la laisser s'échapper. La laisser en paix. La laisser voler comme un oiseau. Au moins pour quelques secondes. Mais ce n'était pas possible. Jamais il ne pourrait se le pardonner.

Le ciel était clair pour tout le monde sauf moi sans doute. Ces gens qui rigolaient, parlaient, ça me dégoutait. Savait il que tout finirait par s'arrêter? J'ai reçus plusieurs lettres de mon job. Ca fait 2 semaines que je devrais travailler, si je n'arrive pas d'ici la fin du mois je suis viré. Je m'en fous. Je m'en fous merde. Ma cousine m'oblige à sortir tous les jours. Pourquoi elle fait ça. Je la déteste. Je les déteste tous. Pourquoi moi j'ai pas le droit d'être heureux. Merde. Mes ongles s'enfoncent dans ma peau jusqu'à sang. La douleur... ça me calme un peu. A peine. Je les hais tellement. Merde.Moi aussi, je me hais. C'est ma faute. Cet accident... merde.

La main du professeur se ressert sur son épaule. Elle va souffrir mais il sait qu'elle est forte. Qu'elle peut surmonter ça. Et puis, il y a Valentin, son frère. Elle peut pas juste lui tourner le dos. Elle peut pas. James la tire un peu en arrière. Il la regarde, droit dans les yeux, déterminé. Elle va la détester comme il a détester sa cousine. Mais il s'en fiche. Il reprend une phrase si souvent entendu. Comme il a pu hair les gens qui lui ont dit ça.

- Tu crois que c'est ce qu'il aurait voulu ?

C'est aussi grace à ça qu'il est parvenu à tenir jusque là. Mais ici, Hadley lui avait sauvé la vie. Elle n'avait pas le droit de la gacher de cette manière. Dans le cas de James s'était différent. Cet accident de voiture... c'était lui. C'était lui.

- Tu n'as pas le droit, il a donné sa vie pour sauver la tienne. A quoi ça aura servi si tu sautes ? Ca ne le ramènera pas. Jamais.

Il est là, dans ses vêtements noirs, comme toute sa garde robe et il ose lui faire des leçons ? Au fond, s'il n'avait pas une obligation envers sa famille, il aurait sauté avec elle. Quelques années auparavant il avait essayer. Une fois.

C'était terrible. De regarder vers le bas. J'ai trouvé ça facile,d'ouvrir cette fenêtre. Il fallait juste que je me laisse tomber. Alors pourquoi je suis toujours là ? Je regarde la fenêtre. Je sais qu'elle est fermer. Ils ont trop peur. Mais est ce de moi ? Ou de la mort ? Je ne mange plus. Il me force mais s'est si difficile. Ca fait mal. Ca fait mal parce que ça me prouve que je suis encore vivant. Parce que je mange et qu'elle ne pourra plus jamais. Ils ont enlevé la porte de ma chambre depuis que je me suis enfermé et tappé à sang à l'intérieur. Ils se disputent tous les deux pour savoir si je dois aller à l'hopital. Je veux pas. Pas là bas.

Mais c'était avant. Maintenant il ne sauterait plus. Il avait appris. Ca avait été difficile. Il avait du quitter son pays, tout ce qui pouvait lui rappeller l'accident. Jamais il n'avait vraiment fait son deuil. La gorge sèche, il la tira en arrière. Assez loin pour qu'il puisse la rattraper si elle essayait de sauter. Il ne la laisserait pas faire. Il était prêt à lui même glisser, voir tomber s'il le fallait pour la retenir sur les tuiles. Ses grand yeux bleus se fixèrent dans ceux gris de la jeune fille. Lui qui pourtant avait d'habitude le regard fuyant parvenait sans mal à garder ses yeux sur elle.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Dernière édition par James MacBond le Dim 9 Mar - 13:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Ven 7 Mar - 9:57




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Allez-vous en





Qu’est ce qu’il fou cet imbécile, sa main se ressert encore plus sur son épaule, la prise est tellement forte, c’est impossible pas se prof maigrichon et pas doué. Il ne peut pas l’empêcher de faire ce qu’elle veut. Pauline est libre, libre de ses choix, de sa vie et de son existence. Elle a surtout décidé que ça se finirait ici maintenant aujourd’hui. Pas demain n’y après demain. Elle veut que son être meure. Elle ne veut plus avoir à penser à ce qu’elle est. Si la mort est la délivrance alors elle court vers elle les bras tendu. Il l’attire encore plus vers lui, vers l’enfer, la prison qu’on pense dorée n’est qu’une cage pour enfermé l’âme, la vie. Les cheveux de Pauline virevolte doucement sur les cotés. Et son regard avait prit des tontes gris sombre pareille à son humeur massacrante.

- Tu crois que c'est ce qu'il aurait voulu ?

Elle s’en fou de son avis, c’est une phrase qu’on lui a déjà balancé dans le but de la choquait mais dés qu’elle avait entendu les premiers mots elle s’était fermé. Par peur que ça fasse l’effet escompté. Lui ce qu’il aurait voulu c’est qu’elle court, qu’elle ne se retourne pas. QU’elle fuit comme une lâche quand les deux autres sont arrivés. On ne peut pas lui demander d’oublier. Elle ne pourra jamais. Ses rêves ne seront plus que des cauchemars si elle vit. Alors elle veut mourir. Mourir. Quel magnifique mot. Alors allé vous faire voir monsieur le prof de math. Retourné noter des copies comme vous l’avez toujours fait. Apprenez à vos charmants élèves les courbes, les calculs et laisser la brebis qu’on pourrait dire galleuse dans son coin crever à petits feux mais crever pour de bon au final.

- Tu n'as pas le droit, il a donné sa vie pour sauver la tienne. A quoi ça aura servi si tu sautes ? Ca ne le ramènera pas. Jamais.

Elle cherche, elle cherche quelque chose qui lui fera mal à lui pour qu’il la boucle. Il ne sait rien cet ignorant. Si il sait et elle sait ce qu’elle peu faire ; C’est cruel, c’est cru, c’est comme de remuer le couteau dans une plaie qui surement ne s’est pas fermé pour lui. Mais justement ne pourrait-il pas la comprendre et la laissé faire sans s’occuper de la blonde. De la coquille vide qui se tient sur le toit. Pauline n’a pas mangé depuis quelques jours elle ne fait que boire parce que mourir par déshydratation c’était trop facile. Trop évident et personne ne l’aurait laissé mais la chut du toit c’est magique. Cette impression de planer. C’est bon elle le tient.

-P*tain mais vous ne comprenez pas !! Je ne veux pas devenir une loque comme vous hanté par le souvenir de sa défunte femme. Je préfère crever maintenant que de vivre avec ça. Je ne veux pas devenir vous !!!!

Voilà c’est envoyé. Avec la hargne d’un chien qui livre son dernier combat. Il s’est qu’il va mourir mais il veut quand même infliger le plus de blessures à l’adversaire comme ça le prochain combattant aura peut être une chance de le battre. Pauline se sait partir mais elle partira libre et avec se qu’elle a toujours voulu : être libre. Mais saurait été trop simple. La liberté elle l’avait toujours associé à Seven mais aussi à un autre être cher. Il galope toujours à l’académie. Attendant le retour de sa maitresse qu’il n’a pas vu depuis plus d’une semaine. Elle le laisse à Naia. Son cheval et Isidore s’entendait bien pendant la balade. Bien sur ce ne sera pas simple. Personne ne peu le monter mais il a besoin d’une bonne famille. Naia Egan est parfaite. Maintenant monsieur partez. Elle a crier les derniers mots pour qu’il l’entende mais dans son cœur l’écho à réussi à faire débordé des larmes de ses yeux. Elle va craquer, vite il faut qu’il parte. Part. Part et ne revient jamais.

 

Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Ven 7 Mar - 14:45

James est prêt. Il sait à quel point la douleur l'avait rendu violent. Il sait que c'est la même chose pour tout le monde. Il faut évacuer. Hurler au monde. C'est quelque chose qu'on ne peut pas garder. Rare sont ceux qui en ont la force.

-P*tain mais vous ne comprenez pas !! Je ne veux pas devenir une loque comme vous hanté par le souvenir de sa défunte femme. Je préfère crever maintenant que de vivre avec ça. Je ne veux pas devenir vous !!!!

C'est comme de recevoir un coup de poing dans le ventre. Ca fait mal mais on peut y survivre. James lui sourit tristement. C'est donc tout ce qu'il est à ses yeux ? Et en même temps, elle n'a pas tout à fait tord. La blessure ne l'a jamais vraiment quittée. Sauf que depuis qu'il est ici, ça va vraiment mieux. Il apprend à vivre avec. A vivre. Elle aussi elle peut y parvenir. Pas de la même manière peut être mais elle le peut. Il ne s'est jamais vraiment pardonné pourtant. Etait il responsable ou pas ? Cet accident... aurait il pu l'éviter ? Il se poserait la question éternellement. Il s'était plongé dans les math comme s'il pouvait y trouver une réponse. Y trouvé quelque chose. Mais n'était ce pas juste un moyen de gagner quelque instants de répit à penser à autre chose ? Le vent pouvait bien gifler le visage du professeur ce n'était pas ça qui lui donnait froid. Il avait souvent froid quand il y pensait. Comme si la chaleur tentait de s'échapper de son corps. Elle s'était bien échappée de son coeur auparavant. Il avait toujours été faible. Les pensées qui avaient éffleurés son esprit après Sa mort en était la preuve. Mourir à tout pris. Ca l'avait hanté longtemps. C'était tellement facile comme solution. Il croyait que c'était la seule. Qu'aurait il pu faire d'autre ? Ou était le sens ? Il fixa son regard sur Pauline.

- Maintenant, monsieur partez !

Elle l'a criée. Un cri de désespoir. D'agonie. La douleur que cet évènement provoquais en elle. Pourquoi la vie était elle si terrible. Notre manière de regarder la mort nous rendait tellement fragile.

Va t'en !
Je voudrais tellement qu'elle me laisse. Pourquoi elle s'accroche comme ça ? Ca l'amuse de me voir souffrir ? Je ne bouge pas. Assis dans le coin de la pièce, les bras autour de mes jambes. Elle me hurle dessus mais je m'en fous. Elle pleure. Je sais que je lui fais du mal mais je m'en fous. Egoiste ? Surement, et alors ? Je lui ai rien demander
Barre toi merde !
Je pleure. Je déteste ça, je me déteste.


James se crispa. Ces souvenirs éveillait en lui une douleur à peine dissimulé. L'amour c'était beau n'est ce pas ? Alors pourquoi ça nous rendait comme ça. Si impuissant. Seul. Ca blessait pour toujours. Et plus c'était fort plus ça faisait mal. James se souvenait encore de son sourire, de ses larmes de joie au coin de ses yeux. Ils venaient de se marier... Il ne retient pas la larme qui coula sur sa joue. Ca n'avait jamais servit à rien de les retenir. Qu'elles sortent, qu'elles s'expriment. Il n'avait plus peur de pleurer. Plus maintenant. La première larme fut suivi par une autre. Il souffla à la jeune fille, la lâchant, tendant les bras vers elle :

- Tu ne seras jamais comme moi, tu es bien plus forte. Ne t'éloigne pas de lui. Ne va pas le chercher au sol, il est bien plus haut.

C'était tellement douloureux. Encore maintenant. Mais il s'était promis qu'il parviendrait à vivre. Il apprenait. Tout ne pouvait pas s'arrêter maintenant. Il écarta les bras comme une invitation. Si elle décidait de sauter maintenant, il ne pourrait peut être pas la rattraper. Le lèvres serré, le visage pâle, ses deux yeux bleus mouillés et ses cheveux allant dans tout les sens il resta là, immobile. Son coeur battant si fort dans sa poitrine. Elle était devant lui, ses grand yeux gris brillant, ses cheveux blonds volant librement, paressant si fière, si forte. Et pourtant brisée. Comme lui.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Ven 7 Mar - 22:08




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Que faire ?





Réussir à faire pleurer son prof, bravo Pauline félicitation. Tu devrais avoir honte ma pauvre fille ! Mais elle n’en à plus rien à faire de toi petite voie de la raison. Tout ce qu’elle veut elle c’est oublier, le revoir, le retrouver, se sentir de nouveau bien en sa présence. Son Tristan. On lui avait dit que ce n’était qu’un amour de jeunesse mais était-ce le cas ? Pour elle non, pour les autres c’est dur mais elle s’en sortira. Sauf qu’elle ne veut pas s’en sortir et en voyant couler cette larme sur la joue du prof elle sait qu’elle ne pourra jamais oublier. Alors contrairement à lui, comme une grosse lâche elle veut quitter ce monde. Ce monde que beaucoup de personne ne veulent pas quitter. Si elle n’est pas trop amoché peu être qu’elle pourrait donner ses organes. Partir et être utile une dernière fois. Pour lui ça avait été trop tard mais pour un ou une autre ce serait toujours possible. N’est-ce pas monsieur que c’est possible ? Le malheur des uns fait le bonheur des autres c’est ça le dicton.

- Tu ne seras jamais comme moi, tu es bien plus forte. Ne t'éloigne pas de lui. Ne va pas le chercher au sol, il est bien plus haut.

Il la lâche comme un signe de confiance, confiance qu’elle ne veut pas lui accordé. Pourquoi la jeune fille le voudrait d’ailleurs. Elle veut crever. La jeune fille n’est pas courageuse du moins elle ne l’est plus. Elle l’a était pendant une période quand son frère avait des potes pas fréquentable. Elle était forte, forte de caractère et ne se gênait pas pour réagir mais maintenant elle était devenu la blanche colombe qui essayait désespérément de redevenir l’ancien noir corbeau. Sauf qu’elle n’y arrivait pas et les larmes coulaient encore et encore. Tout ce qu’elle s’était répété pendant cette semaine de profonde tristesse s’effondrait à cause de se prof. Il lui amener les troubles de l’esprit servi sur un plateau d’argent. Elle ne recula pas pour se balancer au contraire elle s’avança et son poing se leva pour aller frapper contre la poitrine de son prof de math. James. Mais son poing atteri mollement parce qu’elle n’avait pas envie de le taper. Elle savait au fond d’elle qu’il avait raison. Et elle ne voulait pas avoué ses erreurs. Pauline avait toujours le dernier mot.

-Vous qui venez de me mettre dans la boue, par pitié aidé moi…

Elle pleurait car au fond lui pouvait comprendre ce qu’elle enduré car elle l’avait dit…Bon d’accord de manière méchante et très énervé mais c’était l’angoisse de voir ses plans échoués. Et maintenant qu’elle était sur qu’il s’était noyer il fallait se trouver une bouée de secoure et ce serait lui cette bouée. Car il s’était portait lui-même volontaire pour entrainer dans l’arène avec le fauve Pauline en face de lui.


Code by BlueBerry




___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Dim 9 Mar - 13:07

James aurait voulu ne jamais avoir à faire et dire tout ça. Il n'était pas sensé être quelqu'un de responsable. Ca, c'était le rôle de sa cousine. Elle s'avança vers lui et leva son poing. C'était arrivé à plusieurs reprise de vouloir frapper son entourage lorsque l'accident c'était produit. Lorsqu'ils devenaient trop envahissant. Qu'ils ne le laissaient pas en paix. Sauf que lorsque le poing atteignit sa poitrine, il ne fit pas le moindre dégât. Il avait été freiné par la jeune fille. C'était une preuve de sa force. Déjà, elle parvenait à se contrôler même au bord du gouffre, au bord vide. Elle était capable d'y parvenir. Bien mieux qu'il ne l'avait fait.

-Vous qui venez de me mettre dans la boue, par pitié aidé moi…

Pauline pleurait. Cette douleur dans ce regard, c'était plus que James pouvait en supporter. Pourquoi certain homme n'avait pas le droit au même bonheur que les autres ? Qu'avait elle donc fait pour mériter un destin pareil ? C'était bien qu'elle pleure. Il fallait évacué. Evacuer un peu de cette douleur. James prit doucement la jeune fille dans ses bras. Il s'abstient de murmurer des paroles rassurantes du genre tout ira bien. Parce que c'était totalement faux. Rien n'irait plus aussi bien qu'avant. Il se contenta de lui montrer qu'il était là. Qu'il ne la laisserait pas tomber.

J'ai si mal. Les larmes qui coulent sur mes joues... je ne savais pas qu'un homme pouvait pleurer autant. Lorsqu'elle essaye de me toucher je la repousse. Je veux qu'elle s'en aille. Cette chaleur lorsqu'elle touche ma main... c'est tellement humain. Vivant. Je n'arrive pas à le supporter. Elle aussi elle pleure. Je lui fait du mal. On était tellement proche... maintenant je me sens si loin. J'ai essayé de sortir de cette torpeur mais je n'y arrive pas. Laissez moi tranquille. Laissez moi mourir par pitié. Je n'ai plus aucune fierté, je veux juste en finir.

James murmura :

« - Je serai là. »

Promesse.
James frotta doucement le dos de la jeune fille dans un geste de réconfort dérisoire. Le vent s'était calmé, comme un signe. Comme si tout ce temps il n'avait fait que ralentir son départ. Pour laisser le temps au professeur de l'aider à retrouver un chemin à emprunter. Sa mèche blanche tomba devant un de ses yeux bleus. Elle était apparu un peu après la mort d'Ellana. Blanche comme un ange. Il avait toujours eu l'air d'un gamin avant, maintenant, il paressait si vieux. Bien plus qu'il ne l'était vraiment. Pauline aussi paressait bien plus mur. Grandie. Mais désespérément triste. Seule. Fragile. Comme si en touchant un être cher, la mort nous avait effleurée. Il n'y a aucune lumière dans l'obscurité dans laquelle on se retrouve quand ça arrive. Ca nous tombe dessus, ça nous écrase et ça nous coupe le souffle. On croit qu'il ne nous reste plus qu'à mourir mais la vie est bien plus cruelle que ça. Parce qu'on ne peut pas faire ça sans blesser à notre tour quelqu'un. Alors il faut s'accrocher à la vie, même si on n'en a pas envie, même si on en a pas la force. Il faut survivre sans réellement vivre. Pour les autres. Et faire comme si tout allait bien. Même si on sait que rien n'ira plus jamais vraiment. Il faut qu'il ne s'inquiète pas. Et prier pour que cet enfer qu'on est obligé de subir finisse vite. On apprend bien trop tôt que personne n'est immortelle. Que la vie, ce n'est qu'un segment, une infime partie dans le temps. Alors, on s'accroche juste pour le temps qu'il nous reste.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Ven 14 Mar - 22:53




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Bravo






Il l’a prit dans ses bras et même si elle était dans une profonde et total dépression elle se sentait soutenue. Soutenu par quelqu’un qui savait ce que c’était de perdre un être cher. Et pendant un instant ils se comprirent. En y repensant Pauline remercié James, ce prof sorti de nul par un peu pas doué de ne pas lui avoir sorti le stupide discours du : ça va aller. Car rien n’allait bien dans ce monde. La vie n’était qu’une farce, une pièce de théâtre ou on a un rôle pendant un ou deux actes puis on tire notre révérence. Pauline avait cru son moment venir puis un spectateur c’était levé et la question : pourquoi ? On n’intervient pas dans une pièce de théâtre en pleine représentation. Mais ce spectateur là a vraiment bien fait. La tragédie prend fin peu être pas vraiment, elle sera toujours là présente au fin fond de son cœur mais oui, pour lui elle pouvait le faire. Pas pour le prof ou si peu être un peu…Mais surtout pour Seven. Hommage à lui et à jamais. Même si à vrai dire Pauline était encore dans le trou. Elle était encore là pour un bon moment et n’était pas pressait dans sortir. Peu être un jour mais il y a peu d’espoir.

« - Je serai là. »

Qu’est ce qu’elle aimerait y croire. Croire que c’est possible, qu’il l’aidera toujours mais que veut-il faire ? Tous les éléments ici lui rappel à qu’elle point sa vie est brisé alors…Monsieur vous qui avez réponse à tout. Vous qui d’âge plus âgée vous devriez tout connaitre de la vie. Apprenez à cette jeune élève ce qu’elle a apprit bien trop vite et comment l’utiliser. L’utiliser pour devenir plus forte bien sur et ne pas replonger. Elle relève ses yeux gris sombre vers lui, lueur d’espoir…Non, gros blanc. Elle le regarde, elle sait qui elle regarde mais elle ne sait pas ce qu’elle recherche dans son regard à lui.

-Qu’est ce que je peux faire ? Je ne veux pas oublier, je ne veux pas l’oublier mais trop de souvenir m’enveloppe. Je ne peux même plus penser à l’idée de sortir en ville. Je ne veux plus voir personne, leurs regardent qui s’apitoie sur mon sort comme s’ils pouvaient comprendre… James…Avez-vous une idée ?

Qu’est ce qu’elle pouvait faire d’autre ? Pauline n’avait pas pour habitude de demander de l’aide et c’était sans doute ça son défaut mais maintenant elle le faisait alors elle espérait ne pas se prendre une énorme tarte genre : débrouille toi toute seule tu es grande. Même si elle doutait que James aller réagir comme ça, elle avait peur quand même et maintenant et à jamais elle s’attendrait au pire.


Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Jeu 20 Mar - 18:33

Je marche dans la rue. Perdu. Ou aller ? Vers qui me tourner ? Si je retourne chez moi, il m'emmèneront. Je n'y retournerai pas. Comment on il pu me faire ça ? L'hôpital. C'était encore pire qu'ici. Le froid autour de moi. J'essaye de voir ou je peux aller. Mais rien. Ses longs doigts glacées qui se sont tendus vers moi lorsqu'elle est partie, c'est donc ça la mort ? Je suis sur un pont. En dessous, l'eau me semble tellement plus froide que mon corps. J'ai perdu le compte du nombres de fois ou j'ai hésité, regardé cette eau qui m'attire tant. Est ce que je dois vraiment réprimer cette douleur. Je grimpe sur la rambarde.
- James !
Pourquoi ? Pourquoi continue t'on a essayé de me garder, de m'emprisonner ici. Je me retourne. C'est Alex. Merde.
- Ramène moi ton petit derrière d'amour, tu manges chez moi ce soir.
- Crétin.
Je descends et le rejoint. On se déteste lui et moi. Enfin, c'est ce qu'on fait croire. Mais au fond on se ressemble. Je lui tire la langue et il me traîne jusque chez lui après m'avoir ébouriffés les cheveux pour m'agacer.


Pauline relève les yeux, sortant James de ses pensées. Leurs regard son fixe, comme si il tentait de trouver chez l'autre cette chose briser qui ne pouvait être dites ni vue. Rare était les fois ou James pouvait lire en quelqu'un d'autre comme ça. Qu'il pouvait ressentir à un degré supérieur. Comme si les émotions de la jeune fille pouvait lui avoir appartenu. Parce qu'elles lui avaient appartenues...

-Qu’est ce que je peux faire ? Je ne veux pas oublier, je ne veux pas l’oublier mais trop de souvenir m’enveloppe. Je ne peux même plus penser à l’idée de sortir en ville. Je ne veux plus voir personne, leurs regardent qui s’apitoie sur mon sort comme s’ils pouvaient comprendre… James…Avez-vous une idée ?

Oublier... même si elle l'avait voulue très fort, ça ne serait jamais arrivé. Comment aurait elle pu ? Pauvre petite. Personne ne comprendrait, elle devrait apprendre à vivre différemment. Peut être devrait elle partir ? Prendre de la distance ? James pensa à sa famille. Ils pourraient peut être s'occuper d'elle ? James ne savait pas si lui même était assez responsable pour s'occuper de la jeune fille. Il avait beau savoir qu'elle pouvait être ses douleurs qui naissaient au fond du coeur, il n'avait jamais appris à les rendre moins douloureuses.

Un sanglot me secoua, je ne pouvait quitter la lune des yeux. Une main se posa sur mon dos, je ne réagissait même plus au contact.
- Alors ma bichette, tu pleures ?
- Barre toi, fiche moi la paix
- Nan
- Merde
Je vais me recroqueviller dans un coin, Alex me suit, s'assoit à côté de moi et me fait :
- Tu sais, en faites je t'ai toujours envier. Tu as toujours été si heureux James.
- Qu'est ce que je vais faire ? Comment je peux vivre ? Comment je peux survivre ? Alex... je hais ses gens qui me regarde sans comprendre, je déteste marcher dans ses rues sans elle...
- Partir.
Je ferme les yeux. Est ce la solution ? La fuite ?

James posa ses mains sur les épaules de la jeune fille. Ses yeux gris brillaient, remplis de larmes, ses cheveux blonds flottant au vent. Il soupira indécis. Comment pouvait il l'aider ? Comment lui dire que si elle veut essayer de revivre, elle va devoir trouver tout un nouveau monde. Un monde où les gens ne sauront pas. En tout cas au début. Puis s'habituer au rumeur. Au bruit qui circuleront, au brimade. Il pouvait au moins lui épargner la solitude. Si cela changeait quelque chose. Cette vie ne serait pas facile, comme si elle recommençait et qu'on devait rattraper un retard. James la guiderait. Il le devait. Il n'y avait aucun endroit pour des gens comme elle et lui. Pour des gens blesser. La douleur ne s'éteignait pas, mais au moins, il pouvait l'aider à la supporter. Vivre avec.

« - Peut être que tu devrais venir avec moi en Angleterre. Je pourrais te présenter à ma famille. Tu serais peut être mieux là bas ? »


Ses yeux bleus cherchèrent une réaction dans ceux de la jeune fille. Serait elle assez forte pour tout quitter ? Ses proches, sa famille, ses amis, Hadley... James en avait été capable parce que rester faisait encore plus mal. Mais peut être n'était ce pas le cas de la jeune fille. Tout le monde était différent, comment savoir. Comment savoir quoi faire dans ce genre de cas. Au moins, il était là. Elle n'était plus seule. Il leva ses yeux fatigués en l'air, la lune venait d'être masqué par un nuage, rendant la nuit un peu plus sombre.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emma Hathaway
Elève Populaire ♪
♣ Messages : 614
♣ Date d'inscription : 13/10/2012
♣ Age : 19
♣ Localisation : En Normandie


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Sam 22 Mar - 16:36




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Merci





Les mains du professeur de math se posèrent avec douceur et légèreté sur celle de la jeune fille. Celle-ci était en train de ce demandé quelle idée lumineuse il allait lui sortir, parce qu’elle elle ne voyait pas ce qu’il pouvait faire. Elle n’était plus sur le point de faire le grand saut et ne serait pas prête de vouloir le refaire. Maintenant elle préférait réagir. Il avait raison sur certains points…Bon d’accord sur tous les points. Elle le voyait plus tôt comme un maitre Yoda. Sans les poils blancs, la peau verte et la taille et l’aspect d’un vieux…Et…Bon en gros il avait la sagesse de maitre Yoda et puis c’est tout.

« - Peut être que tu devrais venir avec moi en Angleterre. Je pourrais te présenter à ma famille. Tu serais peut être mieux là bas ? »

Elle eut d’abord un mouvement de recule tellement cette idée la paniqué et la révoltait. Partir en Angleterre ? Chez des parents à ce professeur ? Est-ce que ce sont eux qui ont voulu l’aider quand il n’allait pas bien? Mais même elle n’avait pas envie d’allait chez des inconnus. Ce n’était pas des personnes qu’elle connaissait. Et puis elle se mit à réfléchir. Changer d’endroit, de pays. Elle parlé anglais, en temps qu’ancienne Molière, car oui maintenant elle renié sa maison. Enfin bref Shakespeare étant son auteur favori pour les pièces de théâtre elle avait du bien apprendre et maintenant elle s’exprimait avec assez de facilité même si elle n’était pas la plus forte.

Alors maintenant que devait-elle faire ? Accepter ou refuser ? Est-ce que sa mère serait d’accord ? Peu être pas quoi qu’elle serait bien arrangée de se débarrasser de sa fille. Et puis James avait dit qu’il viendrait avec elle. Alors elle ne serait pas complètement toute seule. Le refus catégorique se transformé petit à petit en un accord volontiers.

-James…euh…Comment vous dire…J’accepte bien évidement !

Premier signe de profond remerciement dans le regard de Pauline, elle n’était pas encore prête à sourire mais il y avait un merci dans les yeux. Un merci qui voulait tout dire. Elle serra James dans ses bras et pendant un instant elle cru  qu’elle arriverait à survivre à tout ça. Pendant un instant elle espéré que tout changerait et même si la réalité brutale  devait arriver elle arriverait à survivre. Dans cette étreinte de remerciement, elle y mettait de l’espoir. L’espère du changement.  


Code by BlueBerry



___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
James MacBond
Prof de Mathématiques, Sac.
♣ Messages : 301
♣ Date d'inscription : 28/07/2012


MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   Sam 22 Mar - 18:20

James savait que ce n'était pas un choix qu'on pouvait faire à la légère et il laissa le temps à la Molière de réfléchir. Ca ne serait pas facile mais pour elle de toute manière plus rien ne le serrait. Elle sembla tout d'abord très réticente à l'idée vu son mouvement de recul et le professeur se demanda s'il n'avait pas fait une gaffe en lui proposant ça. Mais c'était le moment, les vacances de pacques approchait, l'ocassion pour lui de faire visiter l'Angleterre à la jeune fille et de la familiariser avec sa famille. James n'avait pas eu cette chance là lorsqu'il avait décidé de se rendre en France. Mais il était plus grand, il était sensé pouvoir se débrouiller tout seul. C'est ce qu'il avait tenté de faire en tout cas. Jusqu'ici il pensait s'en être plutôt bien sortit.

Même très bien. James avait toujours été quelqu'un de très sensible qui était facilement blessé par ce qu'on pouvait lui dire ou attentif à ce qu'on pouvait penser de lui, hors, c'est dernier temps, il commençait tout doucement à un peu moins réfléchir et plus agir. Il ne savait pas si c'était l'influence d'un de ses amis ou juste quelque chose qui avait changé en lui mais il aimait bien ça. Ressasser le passé, c'était inutile. C'était arrivé et il n'y pouvait plus rien. Alors oui, ça resterait en lui pour toujours mais il parviendrait à vivre avec, à se faire une nouvelle vie ou il pourrait prétendre être heureux à nouveau avec les gens qui l'aimaient et qu'il aimait.

“-James…euh…Comment vous dire…J’accepte bien évidement !”

Dans le regard de Pauline, brillant, James appercu une lueur d'espoir. Ca le toucha profondemment. De savoir qu'il pouvait encore être utile, qu'il pouvait ranimer quelque chose dans le regard de quelqu'un qui croyait sa vie finie. Il n'aurait peut être pas su le faire si il n'avait pas lui même vécu cette douleur. C'était comme si, pour une fois, elle servait à quelque chose.

James regarda la silhouette d'Alex disparaitre. Le bateau quitta le port et il resta là sur le pont, tandis que la pluie trempait ses vêtements. Perdu... Etait ce réellement la solution ? Est ce qu'il serait capable de se débrouiller tout seul ? De recommencer à vivre ? Et si il n'y parvenait pas ? Il regarda son alliance et son regard brilla un instant... lueur d'epoir. Il y parviendrait. Il le fallait. Il se battrait pour y parvenir mais il survivrait.

Pauline serra James dans ses bras, se contact le ramenant à la réalité. Il eut un sourire et eut un soupir nostalgique. Lorsqu'ils se séparèrent de cette étreinte pleine de réconfort et de séreinité, le jeune professeur se sentait plus fort. Ils y arriveraient tous les deux, il en était sur. Ils parviendraient à vivre avec. Il tendis la main vers la jeune fille et lui fit, leurs deux yeux se croisant et se comprennant :

“ - Merci.”

Quelqu'un d'autre n'aurait pas compris mais il savait qu'elle, si. Elle comprenait très bien. Que grâce à elle, il avait trouvé des choses au fond de lui qu'il avait parfois du mal à voir, il s'était senti utile, il avait pu repenser à ce que lui même avait vécu. Il rajouta, le visage illuminé par la lune qui venait de réapparaitre, le nuage ayant continuer son bout de chemin :

“Viens, rentrons.”


END

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'avais besoin de toi comme un coeur a besoin de battre, maintenant, que me reste t'il ?//feat Pauline//

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Attention aux blessures! Le premier entrainement de Riolu
» Livia&Crash ✖ « J'ai besoin de toi comme d'une infirmière
» (m) harvey newton haydon + j'ai besoin de toi comme d'une infirmière
» [Zachary] J'avais juste besoin de m'éloigner, me défouler... ~Partie 1
» Jamais mon coeur ne cessera de t'aimer... PV Petite Patte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artistic Academy :: Concernant le membre :: RP terminés-